En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

02.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

03.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

04.

Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves

05.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

06.

Covid 19 : Macron n’avait pas d’autre choix que de mettre les Français en liberté provisoire

07.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

03.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

04.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépites > Economie
Changement de stratégie
IBM envisagerait la suppression de près d’un quart de ses effectifs en France
il y a 31 min 25 sec
Big Brother
Comment passer inaperçu sur l'avenue du Bonheur, truffée de caméras, à Pékin
il y a 2 heures 4 min
décryptage > Politique
Elus locaux

Radicalisation : pour un meilleur partage de l'information

il y a 3 heures 34 min
décryptage > France
Contradictions

Covid et terrorisme : deux poids, deux mesures. Pourquoi le Conseil constitutionnel s’est placé dans une contradiction qui risque de lui porter préjudice

il y a 3 heures 49 min
pépites > Politique
Désaveu
Loi sécurité globale : 30 abstentions, 10 votes contre chez LREM, la majorité envoie un avertissement à Gérald Darmanin
il y a 4 heures 12 min
décryptage > Consommation
Alimentation

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

il y a 4 heures 33 min
décryptage > International
Big Brother

Un QR code santé pour voyager : bienvenue dans le monde selon Xi Jinping

il y a 5 heures 6 min
pépite vidéo > Economie
"Quoi qu’il en coûte"
Bruno Le Maire : "Nous nous fixons 20 années pour rembourser cette dette Covid"
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Economie
(R)évolution ?

Vers une ère d’efficacité turbo pour la politique monétaire ?

il y a 5 heures 58 min
pépites > Santé
Religion
Annoncée par le président, hier soir, la limite maximum de 30 fidèles par messe, va être augmentée selon les évêques de France
il y a 6 heures 53 min
pépites > France
Séparatisme
Le Conseil d'Etat confirme la dissolution de l'association BarakaCity et la fermeture de la Grande mosquée de Pantin
il y a 1 heure 1 min
décryptage > France
Chantier titanesque

Notre-Dame de Paris : vers un divorce symbolique et économique ?

il y a 3 heures 23 min
Farce
Le Premier ministre canadien piégé par l'appel téléphonique d'une fausse Greta Thunberg
il y a 3 heures 44 min
décryptage > Sport
Bryson DeChambeau

Ces nouvelles techniques de swing qui révolutionnent le golf

il y a 4 heures 8 min
light > People
Santé
Dans une contribution publiée dans le New York Times, Meghan Markle raconte qu'elle a fait une fausse couche cet été
il y a 4 heures 31 min
décryptage > Sport
Ligue des Champions

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

il y a 4 heures 48 min
pépites > International
Avion
Vers un passeport sanitaire électronique sur téléphone mobile pour les passagers aériens
il y a 5 heures 9 min
pépites > Consommation
Energie
Trop polluant : le gouvernement veut faire disparaître le chauffage au gaz dans les constructions neuves
il y a 5 heures 55 min
décryptage > France
Forces de l'ordre

Le gouvernement en plein dérapage incontrôlé sur la sécurité et les libertés publiques ?

il y a 6 heures 36 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"
il y a 6 heures 59 min
© Reuters
© Reuters
Faites votre choix

Et vous, en tant qu’Européens, vous êtes plutôt Cologne, Calais ou Molenbeek ?

Publié le 19 janvier 2016
Ces trois villes sont emblématiques de ce qu’est devenue l’Union Européenne. Pour le pire.
Benoît Rayski
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Benoît Rayski est historien, écrivain et journaliste. Il vient de publier Le gauchisme, maladie sénile du communisme avec Atlantico Editions et Eyrolles E-books.Il est également l'auteur de Là où vont les cigognes (Ramsay), L'affiche rouge ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ces trois villes sont emblématiques de ce qu’est devenue l’Union Européenne. Pour le pire.

C’est un sondage qui, en apparence, ne casse pas trois pattes à un canard: 53% des Britanniques sont pour un « brexit » une sortie de l’UE. Le plus intéressant ce sont les raisons de la progression de ce score : 34% des personnes interrogées disent avoir été influencées par les agressions sexuelles de Cologne et les sanglants attentats de Paris. Notons qu’il s’agit d’un pays-la Grande Bretagne- qui jouit déjà d’un statut dérogatoire : la livre sterling est toujours là, on continue à rouler à gauche, nombre de prescriptions normatives de Bruxelles ne traversent pas la Manche. C’est dire si le sondage témoigne d’un rejet extrêmement fort de l’Europe en Grande Bretagne. 

Les Anglais voient ce qu’ils voient et entendent ce qu’ils entendent. Leurs télévisions ont leurs caméras braquées en permanence sur Calais. En boucle défilent les images de migrants attaquant des camions, envahissants le tunnel sous la Manche pour tenter de monter de force à bord de l’Eurostar. Et les Anglais se disent : « Quel bonheur d’habiter une île ! »

Les Anglais entendent les noms et voient les têtes de ceux qui ont assassiné à Paris en janvier 2015 puis en novembre. Leurs tabloïds n’ont jamais fait dans la dentelle. Des photos de Coulibaly et des frères Kouachi : « C’est ça la France, c’est ça l’Europe? » L’image de Yassin Salhi qui a décapité son patron dans l’Isère a eu, elle aussi, beaucoup de succès dans la presse britannique avec ce message subliminal : «  Vous avez envie d’être français, vous avez envie d’être européen comme le sont les Français? ». Sans oublier non plus Molenbeek, localité belge célèbre en tant que pouponnière de djihadiste et bien sur Cologne avec ses scènes immondes. Pas sur que les Anglais fassent vraiment la différence entre migrants et immigrés…

Aujourd’hui, l’Europe a sale gueule. Une gueule à justifier tous les contrôles au faciès. Elle apparait sous les traits grimaçants des djihadistes assassins. Elle a la tête de migrants obsédés sexuels. Il s’agit là d’un changement radical dans la perception du rejet de l’Union européenne. 

Pendant longtemps, l’eurosceptique moyen épaulé par les souverainistes de gauche et de droite se contentaient de vociférer contre notre soumission à la commission de Bruxelles. On jugeait inacceptable qu’un organisme supra-national nous impose notre budget, insupportable que cet organisme dicte des cures d’austérité à la Grèce, à l’Espagne et au Portugal. Et les normes tatillonnes bruxelloises, venaient rajouter à ce désamour. Aujourd’hui, il s’agit de toute autre chose. De l’identité même de l’Europe. 

Le phénomène ne concerne pas que la Grande-Bretagne. Comme une lame de fond, il balaye tout le continent. Avec des vagues particulièrement fortes dans l’Europe post-communiste où nombre de dirigeants n’hésitent pas à parler comme Donald Trump: « Il faut contrôler les musulmans. » Pourquoi chez eux plus qu’ailleurs? Parce qu’après plus de 40 ans de communisme, leur identité européenne est relativement fraiche et ils y tiennent d’autant plus. Mais pour eux, l’Europe ça ne peut être ni Calais, ni Cologne, ni Molenbeek, ni Bobigny, ni Roubaix, ni Saint-Denis. On les qualifie d’anti-européens, ce qui est, pour le moins, une grande facilité journalistique. 

Il me semble qu’on peut élargir le concept de Finkielkraut sur « l’identité malheureuse » à toute l’Europe. De même que la France où le déni a été poussé jusqu’au paroxysme, elle s’est niée elle-même de crainte de paraitre hostile à une religion autrement plus combattive que le catholicisme. En 2004, il y a bientôt 12 ans, a eu lieu une grande controverse sur la Constitution européenne. Certains, surtout à droite et à l’est, voulaient qu’on introduise dans le texte les « racines chrétiennes ». Hurlements : racisme, xénophobie, islamophobie…Le président Chirac fut un des plus prompts à dégainer et eu la peau des « racines chrétiennes ». Une déclaration de l’époque vaut la peine d’être rappelée. 

Celle de Louis Michel, vice-premier ministre belge. Contre les « racines chrétiennes », il opposa l’argument suivant: « ça mettrait mal à l’aise le monde musulman. » Vous avez bien lu? C’est donc d’une certaine façon le monde musulman qui a formaté les contours idéologiques et identitaires de l’Europe telle que nous la connaissons aujourd’hui. On peut bien sur continuer à ne pas mettre « mal à l’aise le monde musulman. » Mais alors il est certain qu’il n’y aura pas que les Anglais à vouloir quitter l’Europe. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 20/01/2016 - 00:23
Le schisme est civilisationnel
Les clivages politiques d'hier ont subi un raz-de-marée civilisationnel qui sépare, aujourd'hui, deux terres émergées: celle qui abrite les résistants aux invasions-migrations et celle qui abrite les dhimmis repentants, favorables à la fin des frontières planétaires et à la grande dilution inter-ethnique. Ceux-là avaient réussi à ringardiser les premiers, à grands renforts de manipulation et d'entrisme, pendant plus de quarante ans. Leur bilan humain est terrible, trouvant sa plus funeste conséquence dans cette guerre civile larvée qui n'ose pas encore dire son nom, mais dont on voit partout les prémices. Les seconds ont enfin réussi à ringardiser les premiers en tombant le voile de la manipulation. Celle-ci tombée, on s'aperçoit que les internationalistes sont une faible minorité, alors que les nationalistes constituent la majorité. Pourquoi? Parceque la propension naturelle des peuples tend à conserver intactes leurs traditions, leurs cultures, leurs rites et croyances, contre les envahisseurs de tout poil. Et parceque les internationalistes qui veulent abattre les frontières ont toujours été rangés dans la longue liste des génocidaires et des assassins...liste minoritaire!
adroitetoutemaintenant
- 19/01/2016 - 22:50
C'est l'histoire des dhimmis naturels qui se répète
Ceux qui beuglaient avant la chute du mur « plutôt rouges que morts » sont les mêmes qui beuglent « plutôt muzz que morts ». Il y a ceux qui se battent pour leur liberté et ceux qui sont prêts a la vendre. Aucune différence entre les dhimmis joyeux et ceux qui aidaient les nazis à torturer leurs compatriotes pour une bouchée de pain. Toujours prêts à se soumettre !

Borgowrio
- 19/01/2016 - 19:45
Que fait le parlement européen
Comment en est on arrivé la . Nos nombreux parlementaires européens devaient en principe entendre ceux qui les ont élus et les protéger . Alors pourquoi un tel décalage , là aussi .. Quand on voit , un José Bové , un Cohn Bendit et des centaines d'autres gauchistes élus bien légèrement par les peuples , on a un début de réponse