En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Long cours

La grande correction : et si 2011 était la fin de la croissance entamée avec la révolution industrielle ?

Publié le 27 décembre 2011
Certaines voix commencent à s'élever pour dire que la croissance économique sur laquelle repose l'équilibre de nos sociétés n'aurait en fait été qu'une parenthèse à l'échelle de l'histoire de l'humanité. Un cycle de 250 ans généré par une énergie abondante et bon marché. Mais ne sommes nous pas en train de nous heurter aux limites de la planète ?
Rédaction Atlantico
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Certaines voix commencent à s'élever pour dire que la croissance économique sur laquelle repose l'équilibre de nos sociétés n'aurait en fait été qu'une parenthèse à l'échelle de l'histoire de l'humanité. Un cycle de 250 ans généré par une énergie abondante et bon marché. Mais ne sommes nous pas en train de nous heurter aux limites de la planète ?

Et si la crise de 2011 n'était pas qu'un énième hoquet de la croissance que connaissent les pays développés depuis la révolution industrielle ? Et si la crise actuelle était d'une nature différente ? C'est la thèse que défend le site américain The Daily Reckoning : début 2011, la plupart des économistes, des gouvernements ou des investisseurs s’attendaient à une reprise. La fin de l'année approche et les interrogations sur la pérennité du modèle de développement occidental n'ont jamais été aussi nombreuses. Quelque chose de plus compliqué que le classique schéma récession/reprise auquel nous sommes habitués pourrait bien être à l'oeuvre.

Bill Bonner, l'auteur de l'article du Daily Reckoning appelle cette crise la « grande correction » et pose une question dérangeante : Et si nous n'étions pas en train de vivre une crise de la dette, de la monnaie ou des investissement mais une crise de la croissance économique elle-même ? Pire : et si la période allant de l’invention du moteur à vapeur à l’invention d’Internet n’était qu'une parenthèse exceptionnelle dans l'histoire de l'humanité ?

Jusqu’à il y a deux semaines environ, les anthropologues pensaient que les êtres humains n’existaient que depuis 100 000 ans. Selon un article publié par la revue scientifique en ligne PlosOne, certains scientifiques forment désormais l'hypothèse qu’en tant qu’espèce, nous existons depuis deux fois plus longtemps. Ainsi, notre taux de croissance, déjà négligeable à l'échelle de l'humanité, serait en fait moitié moindre. En d’autres termes, il n’a pas fallu 99 700 ans aux humains pour inventer le moteur à vapeur, mais 199 700.

Le progrès entre 200 000 av. J-C. (période où l’humanité aurait donc émergé) et 1765, quand Watt a produit son premier moteur, a été extrêmement lent. Après 1765, le progrès a décollé comme une fusée. Au cours des 250 ans qui ont suivi, les conditions de vies des gens dans les pays développés, et de la population humaine dans son ensemble, ont radicalement changé.

Il avait fallu 199 700 ans pour que la population humaine passe d'une poignée à 125 millions d'individus. Mais au cours des 250 années suivantes, la population mondiale a augmenté d’environ six milliards de personnes. Tous les cinq ans approximativement, s'ajoute l’équivalent de l'ensemble de la population mondiale de 1750. Grâce au "progrès". Grâce à une alimentation meilleure et plus abondante, à de meilleures conditions sanitaires, à de meilleurs moyens de transport.

La dernière grande famine en Europe occidentale s’est produite au 18e siècle, après de mauvaises récoltes. Les famines du monde développé intervenues par la suite ont toutes été intentionnelles, causées en grande partie par des politiques gouvernementales, comme celle des paysans ukrainiens affamés par Staline dans les années 30. Le progrès a non seulement aboli la faim et permis une immense augmentation démographique mais il a apporté une hausse considérable des salaires réels et du niveau de vie.

Depuis le XXe siècle, la population des pays développés considère le progrès et la croissance du PIB comme acquis. Moyennant quoi, les gouvernements se sont endettés pour financer des dépenses et des politiques fiscales favorables à la croissance et comptant sur cette croissance future pour rembourser et pour s’en sortir. Idem pour les entreprises et les ménages. Tout le monde est accro à la croissance. 

Mais qu'est ce qui génère réellement la croissance ? L'innovation ou les ressources dont nous disposons ? Et si le cycle de croissance entamé avec la révolution industrielle était avant tout attribuable grâce une énergie abondante et bon marché ?

 

 

Pour le versant énergétique, c’est aussi l’avis de Jean-Christophe Lanoix, consultant en énergies renouvelables au sein du cabinet Hinicio et auteur d’une chronique pour le Nouvel Observateur. Cette crise de la dette serait aussi une crise énergétique.

Selon lui, "si la dette est l’oxygène de notre système économique, le pétrole en est le moteur. L’économie mondiale se trouve aujourd’hui piégée. Tout regain de croissance est immédiatement sanctionné par une envolée des prix du pétrole qui, en l’espace de quelques mois, plonge le monde dans la récession. Les spécialistes estiment en général à 100 dollars le baril le "seuil critique" susceptible de provoquer ce basculement."

Ainsi, notre économie se heurterait aux limites physiques de notre planète. Nos symboles de richesses (argent, actions, produits financiers), tous fondés directement ou indirectement sur la dette et sur le postulat d’une croissance infinie, ont largement dépassé la valeur de nos vrais actifs : les ressources naturelles.

Pour Jean-Christophe Lanoix, il ne faudrait pas chercher plus loin les raisons de la crise actuelle. Notre système économique est obsolète et sur le chemin de la faillite, car totalement inadapté aux réalités physiques de notre monde du 21e siècle. Pour lui aussi, cette crise ne serait pas qu’un épisode anecdotique de notre histoire, mais un réajustement écologique, réel et nécessaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

02.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

03.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

04.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

05.

Au Yémen, les Emirats Arabes Unis défendent leurs intérêts... au détriment des Saoudiens

06.

Yémen, la situation évolue discrètement cet été à l'abri des regards des vacanciers

07.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

05.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

06.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
toulonrct
- 30/12/2011 - 15:01
mad
bravo mad excellent!
toulonrct
- 30/12/2011 - 14:59
occident
pratiquement toutes les grandes trouvailles techniques,scientifiques et écologiques c'est encore l'occident qui les fait
porticcio
- 28/12/2011 - 17:00
Remarque
Et comme d'habitude, ce sont les plus faibles qui vont la recevoir cette "grande correction" et elle ne sera pas la bienvenue.