En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Un coucher de soleil sur la ville de Stockholm (Suède)
"Winter is coming"

Ces Norvégiens de l'Arctique qui détiennent la formule magique pour battre le blues hivernal même quand ils ne voient pas le soleil pendant 3 mois

Publié le 18 janvier 2016
Fatigue, tristesse... Nombreux sont ceux, qui, en France, souffrent d'un coup de blues hivernal dû à la baisse de l'intensité de la luminosité au fil des jours. Un phénomène dont ne semblent pas souffrir les habitants des pays nordiques comme la Norvège ou la Finlande, malgré un solstice d'hiver les privant de soleil pendant 6 mois.
Odile Chabrillac est naturopathe, psychanalyste et psychologue. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Odile Chabrillac
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Odile Chabrillac est naturopathe, psychanalyste et psychologue. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Fatigue, tristesse... Nombreux sont ceux, qui, en France, souffrent d'un coup de blues hivernal dû à la baisse de l'intensité de la luminosité au fil des jours. Un phénomène dont ne semblent pas souffrir les habitants des pays nordiques comme la Norvège ou la Finlande, malgré un solstice d'hiver les privant de soleil pendant 6 mois.

Atlantico : Notre humeur peut-elle varier en fonction des saisons, comme le suggère un témoignage livré sur Business Insider ?

Odile  Chabrillac : Oui tout à fait, les saisons ont un impact sur nos émotions et même sur le fonctionnement de notre corps, surtout si l’on est habitué à vivre sous un climat tempéré.

Quels sont les symptômes du coup de blues hivernal ?

La fatigue, la tristesse, un manque d’énergie et l’envie "d'hiverner", c’est-à-dire de ne plus avoir envie de sortir de chez soi, comme les ours.

Ces symptômes peuvent être d'une intensité très variable en fonction des personnes. On peut les ressentir dès la fin novembre / début décembre, lorsque la luminosité commence à décliner et à se raccourcir au fil des jours. Car le coup de blues hivernal est essentiellement déclenché par le manque de lumière, pas par la sensation de froid.

Comment expliquer que les habitants des pays nordiques comme la Norvège ou la Finlande, qui vivent pendant 6 mois de l’année avec très peu lumière, ne semblent pas ressentir de coup de blues hivernal comme nous?

D’abord parce que, comme le décrit très bien le témoignage de cet article, les habitants des pays nordiques sont conditionnés collectivement pour aborder l’hiver de façon positive. De par leur environnement, ils ont développé toutes sortes de divertissements et d’occupations ludiques et collectives liés au froid, comme le ski par exemple, sport que ne peut évidemment pas pratiquer un Parisien lors d’un week-end de grand froid.

Ensuite, ils ont naturellement mis en place des stratégies physiques pour éviter ce coup de blues hivernal, ce que les habitants qui vivent sous un climat tempéré ne font pas spontanément.

Ils ont une consommation très importante de poisson gras, donc d'Omega 3 et de vitamine D, dont les Français sont en général carencés.

Tous leurs intérieurs sont extrêmement bien éclairés, pour lutter contre le manque de lumière.

Enfin, si le temps de lumière dont ils peuvent profiter pendant le solstice d’hiver est très court, la lumière diffusée à ce moment là est très puissante, beaucoup que celle d’un ciel parisien gris et pluvieux.

Après, tout cela ne suffit parfois pas à éviter le coup de blues hivernal, comme le démontre notamment le très haut niveau de consommation d'alcool des Norvégiens ou des Finlandais, révélant un certain malaise, dont une des composantes peut être un manque de résistance psychologique aux effets de la baisse de luminosité, même si l'alcoolisme ou la dépression peuvent bien sûr être liés à de multiples autres facteurs. 

La recette miracle pour combattre le coup de blues hivernal est-elle finalement seulement une question de conditionnement psychique ?

Non, c’est en cela que je suis en désaccord avec la conclusion de ce témoignage.

Il est clair que le conditionnement psychologique et collectif est essentiel. L’homme a une faculté très forte pour s’auto-programmer. Pour qu’un Parisien passe un bon hiver, il faut qu’il se tourne vers des activités plaisantes liées à la saison, de préférence avec des amis et de la famille, comme aller à la patinoire par exemple, ou faire des soirées au coin du feu avec un chocolat chaud et des marrons grillés. Sans ça, il a de forte chance de passer l’hiver avec le moral dans les chaussettes.

Mais il ne faut pas négliger pour autant les conseils qui sont donnés habituellement pour lutter contre le coup de blues hivernal (faire le plein de lumière avec de la luminothérapie, faire du sport, faire le plein de vitamines, chouchouter son corps et son look, sortir et se changer les idées, bien dormir, consulter son médecin si les symptômes sont trop difficiles à supporter, etc…) car contrairement aux habitants des pays nordiques qui ont complètement intégré ces réflexes du fait de leur environnement naturel, ce n’est pas forcément le cas des personnes vivant sous un climat tempéré. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Guillaume Larrivé à droite toute ; François-Xavier Bellamy refuse d’enfoncer Wauquiez après les européennes ; Ziad Takieddine nie toute "machination" contre Nicolas Sarkozy ; Benjamin Griveaux ou les ravages de la transparence (anonyme)

02.

Si vous pensiez que la dette américaine détenue par la Chine met Washington à la merci de Pékin, ce graphique pourrait vous surprendre

03.

Finale de la CAN : cinquante nuances de troubles de la visibilité (identitaire) en France

04.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

05.

Le pape François a transmis un message "très touchant" à Viviane Lambert, la mère de Vincent Lambert

06.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

07.

Anorexie : une nouvelle étude montre que les causes ne sont pas seulement psychologiques

01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

03.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires