En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Avec ou sans filtre ?
Qwant Junior : pourquoi il est important de créer une version sécurisée d'un moteur de recherche pour enfants
Publié le 21 janvier 2016
Le Web est rempli de dangers pour les plus jeunes, facilement impressionnables par des vidéos, des textes ou des images ultra-violentes, sur lesquels ils peuvent tomber par hasard. Pour résoudre ce problème, le moteur de recherche français Qwant a lancé sa version spécialement conçue pour les enfants de 6 à 13 ans, Qwant Junior, qui filtre les contenus potentiellement traumatisants.
Jean-Manuel Rozan est le patron de Qwant en France
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean Manuel Rozan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Manuel Rozan est le patron de Qwant en France
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le Web est rempli de dangers pour les plus jeunes, facilement impressionnables par des vidéos, des textes ou des images ultra-violentes, sur lesquels ils peuvent tomber par hasard. Pour résoudre ce problème, le moteur de recherche français Qwant a lancé sa version spécialement conçue pour les enfants de 6 à 13 ans, Qwant Junior, qui filtre les contenus potentiellement traumatisants.

Atlantico  : Vous avez lancé en décembre une nouvelle version de Qwant pour les enfants. En quoi consiste-t-elle ?

Jean-Manuel Rozan : C'est un moteur de recherche destiné aux enfants de 6 à 13 ans, qui permet de filtrer les images, les vidéos ou les textes trop violents, anxiogènes ou pornographiques. Nous avons pour cela exclu 4,5 millions de sites nocifs de cet environnement informatique. Il a aussi été testé pendant un an en lien avec le ministère de l’Education nationale, plus précisément la Direction du numérique pour l’éducation (DNE).

Au-delà de ce filtrage, Qwant Junior met en avant des contenus éducatifs adaptés aux usages des enfants, dans l’onglet Education.

Qwant junior a été lancé dans les écoles en collaboration avec le ministère de l'Education nationale. Les enseignants d’écoles primaires et collèges peuvent l’utiliser depuis le 1er décembre, avec une version spéciale nécessitant un code secret. Ils peuvent par exemple d’un simple clic, signaler et supprimer les images et les informations inadaptées aux élèves qui seraient parvenues à détourner le filtre des contenus indésirables.

Les parents peuvent aussi désormais l'installer chez eux sur l'ordinateur familial ou sur celui de l'enfant. Dès la première connexion internet, la page de recherche s'ouvrira automatiquement sur notre moteur de recherche.

L'objectif principal de ce moteur de recherche est de créer un univers dans lequel les enfants ont accès à toute l'information, où ils peuvent apprendre, s'amuser, faire tout un tas de recherche sans risquer de tomber sur des contenus traumatisants.

En quoi est-ce important de faire un moteur de recherche sécurisé pour les enfants ?

Parce que les enfants sont exposés aujourd'hui à beaucoup trop de violence, que se soit sur des sites internet, les réseaux sociaux ou à la télévision, et que les parents on de plus en plus de mal à encadrer ce flux d'informations.

Un enfant ne recherchera pas spontanément un contenu choquant tout seul sur le Web, mais s'il tombe dessus par hasard,  en tapant des mots anodins comme "Syrie" ou "Bataclan", il restera fasciné et le regardera en entier, alors qu'au cinéma, ces images seraient interdites aux moins de 13 ans.

Où en êtes-vous par rapport aux autres moteurs de recherche en termes de concurrence ?

Il y a bien sûr les logiciels de contrôle parental, qui bloquent l’accès à certains sites adultes par exemple, mais ils ont leurs limites : il faut généralement soi-même régler les différents paramètres en fonction de l’âge, en prenant le risque d’être trop souple ou trop strict.

Notre principal concurrent est Google, qui détient 93% des parts du marché européen. Notre objectif à court terme est de conquérir 5% des parts de marché en France, puis au bout de quelques années de s'étendre sur le marché européen pour atteindre 10 à 15% des parts de ce marché.  

C'est en bonne voie, car la croissance de Qwant est extrêmement bonne. On est sur des chiffres qui peuvent aller jusqu'à +5% d'audience par semaine, et on a dépassé en décembre le stade de plus de 8 millions de visiteurs. Chaque mois, on atteint un nouveau record de fréquentation.

Nous sommes dans les 250 sites français les plus fréquentés, et le moteur de recherche fonctionne dans 15 langues et 35 pays.

Sachant qu'on est en pleine reconversion de capital, car on a signé un accord de prêts avec la Banque européenne d'investissement et que pour l'instant, on n'a pas encore déployé de moyens marketing pour booster la popularité de Qwant. Cet appui européen nous ouvre aussi la voie vers les 28 Etats membres de l'union, car de fait, c'est tous les pays qui investissent indirectement dans notre produit.

Quelle est votre situation financière ?

Pour l'instant, nous n'essayons pas de gagner de l'argent. On construit d'abord le produit, on développe l'audience et après seulement on monétise.

Nous avons prévu de commencer à monétiser notre moteur de recherche (attention : pas Qwant Junior)  dès la fin de l'année 2016.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
1er Mai : les Gilets jaunes se préparent pour l'"acte ultime"
02.
La vraie raison qui pousse Apple à multiplier le nombre d’Iphones qu’ils veulent lancer chaque année
03.
Ce rapport du Conseil national de productivité rédigé par des proches d’Emmanuel Macron préfigure-t-il le vrai tournant du quinquennat ?
04.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
05.
Les effroyables supplices infligés à Ravaillac, l’assassin du "bon roi" Henri IV
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
07.
Les princes William et Harry n’auraient jamais dû s’appeler ainsi
01.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
02.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
03.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
04.
Manon Aubry découvrira-t-elle que la FI est une secte stalinienne avant ou après les élections ?
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
05.
Le coupable dans l’incendie de Notre-Dame : le progressisme
06.
Pourquoi les 50 morts musulmans de Christchurch pèsent-ils tellement plus lourd que les 200 morts chrétiens du Sri Lanka ?
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 18/01/2016 - 13:22
Qwant junior
Pourquoi pas? Mais subsiste le danger de l'addiction à l'écran au détriment du jeu, des études et de la socialisation indispensable de l'enfant. Cela signifierait une vigilance accrue des parents.
vangog
- 18/01/2016 - 12:11
Pas bête!
Mais, à treize ans, les enfants découvriront la vérité crue du monde tel qu'il est, avec tous les dangers que comportera cette renaissance? Mais bon, malgré les effets secondaires d'un moteur de recherche censuré, formatage, bisounourserie, illusion sur le monde, c'est quand-même une bonne idée!
tubixray
- 18/01/2016 - 12:09
Bonne initiative
Qwant est déjà mon navigateur par défaut à domicile afin d'éviter l’hégémonie et le fichage opéré par Google ..... Je ferai tester Qwant Junior à un client potentiel.