En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
L'ancien président américain fait beaucoup d'humanitaire à travers son ONG le Carter Center.
Moins de vers

Pour la première fois de l'histoire, on pourrait arriver à détruire un parasite africain, et ce grâce à… Jimmy Carter

Publié le 27 août 2016
Le ver de Guinée est un parasite qui, s'il n'est pas mortel, cause de graves troubles de santé dans ce pays pauvre.
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ver de Guinée est un parasite qui, s'il n'est pas mortel, cause de graves troubles de santé dans ce pays pauvre.

Le ver de Guinée est un parasite qui détruit la vie de nombreuses personnes en Guinée. S'il n'est pas mortel, il cause de graves troubles de santé qui aggravent le dénuement de ce pays pauvre. Et pourtant, on serait en passe de l'éliminer, ce qui serait la première fois qu'on aurait complètement réussi à éradiquer un parasite nocif, comme le raconte le site Vox.

Le principal responsable ? L'ancien président américain Jimmy Carter, qui fait beaucoup d'humanitaire à travers son ONG le Carter Center.

Qu’est ce que ce parasite ?

On attrape souvent la mononucléose en ayant bu après quelqu’un ayant cette maladie. La dracunculose, maladie transmise par le ver de Guinée, s’attrape un peu de la même manière. On l'ingère en buvant de l’eau contaminée. Dans les pays ayant des limites d’accès à l’eau potable ce parasite se développe rapidement car les personnes se lavent au même endroit où ils boivent.

Le mouvement du ver à l’intérieur de l’être humain provoque de vives douleurs dans les articulations. Quand il émerge, la plupart du temps dans le pied, l’homme souffre de vomissements et cela peut durer un an avant que la larve ne sorte. Initialement, dans les années 80, 20 pays étaient touchés par cette maladie, soit environ 3,5 millions de personnes. Les plus gravement atteints étaient des pays africains comme l’Éthiopie, le Mali, le Soudan du Sud et le Tchad.       Les efforts de santé des organisations internationales ont beaucoup aidé à les enrayer : en 2014, on comptait 126 cas contre 22 en 2015, selon l'OMS.

Comment a-t-on réussi à l’éradiquer ?

Le ver de Guinée doit être extrait du corps du patient d’un seul coup pour ne pas risquer la rupture. On utilise un bâton autour duquel le ver s’enroule. Une méthode peu attractive mais c’est la seule chose à faire ! A ce jour, la diminution des cas d’infection n’est pas due à un vrai traitement, qui n'existe pas. La solution se trouve dans l’éducation des populations afin d’éviter la propagation. C’est ce à quoi s’est employé le Carter Center, institut crée en 1982 par l’ancien dirigeant américain pour, entre autre, réduire les souffrances humaines. Quelles solutions ont été mises en place ? Pour citer l’exemple de l’Ouganda, dès qu’un foyer infectieux est déclaré dans un étang, celui-ci est mis en quarantaine tout comme les personnes infectées. Il leur est même offert des soins et de la nourriture. La gestion de l’eau potable est donc cruciale dans le développement ou non de cette maladie. On voit que le traitement des maladies passe souvent non seulement par la médecine en tant que telle mais par des efforts de santé publique plus larges, y compris l'éducation, souvent cruciale.

Est-ce un grand progrès pour le continent africain ?

Après la variole en 1979, le ver de Guinée serait la deuxième maladie humaine à être éliminée dans le monde et la première maladie d’origine parasitaire. En comparaison le paludisme ou malaria, qui est dû à des parasites microscopiques transmis à l’homme par le moustique, touche encore en 2015 3,2 milliards de personnes, selon l'OMS.

On peut émettre toutefois certaines réserves, la bataille finale étant toujours la plus compliquée à gagner. Certains pays qui pensaient en avoir fini avec le ver ont vu des résurgences comme l’Ethiopie en 2008 ou le Tchad en 2010. Les efforts doivent donc rester constants longtemps même après la déclaration d’éradication car un seul malade peut contaminer en moyenne 300 personnes sans prise en charge immédiate.

Nous sommes donc peut être en train de toucher au but, mais prudence donc.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Hong Kong : ces nouvelles formes de censure très efficaces pour empêcher les mouvements sociaux

02.

Miley Cyrus s’éclate avec une ex Kardashian, Claire Chazal se souvient de quand elle s’éclatait avec (un de) ses ex; Énième réconciliation pour Jamel & Melissa, 1ère grossesse pour Louane; Anouchka Delon pacifie sa famille, Brigitte Macron choie la sienne

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Comment St Gobain est devenu le Google français de la transition énergétique

05.

Greta Thunberg : un voyage à New-York en bateau... mais six vols en avion pour l'organiser

06.

Grand est le désespoir de Donald (Trump) : Greta (Thunberg) a été d’une cruauté sans pareille avec lui.

07.

Les relations entre frères et soeurs : un lien primordial

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

Pour comprendre l’après Carlos Ghosn, l’affaire qui a terrassé l’année 2019 dans le monde des entreprises

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

05.

En deux siècles, les forêts ont doublé en France et voici pourquoi

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

M. Blanquer, pourquoi cachez-vous à nos enfants que les philosophes des Lumières étaient de sombres racistes ?

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Réorganisation de la droite : cette impasse idéologique et politique qui consiste à s'appuyer uniquement sur les élus locaux

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

Italie : quelles leçons pour la droite française ?

Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires