En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

03.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

04.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

05.

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

06.

Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia

07.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 6 heures 36 min
pépites > Politique
Campagne sous tension
Virginia Raggi, la maire de Rome, révèle être menacée par la mafia
il y a 7 heures 31 min
pépites > France
Tchétchénie
Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"
il y a 8 heures 27 min
pépites > Justice
Décision
La justice administrative valide la fermeture temporaire de la mosquée de Pantin
il y a 10 heures 8 min
décryptage > Culture
Septième art

Les banalités subversives de Maïwenn

il y a 12 heures 44 min
pépites > Santé
Choix cornélien : épidémie ou économie
Coronavirus : le reconfinement n'est plus tabou, couvre-feu élargi, confinement général ou local ?
il y a 13 heures 27 min
pépites > Politique
Relations humaines
Tensions internes dans la cellule diplomatique de l'Elysée et rapports tendus avec le Quai d'Orsay
il y a 14 heures 4 min
décryptage > Société
Dangers des nouveaux outils

Les objets connectés, des armes redoutables aux mains des auteurs de violences familiales

il y a 14 heures 40 min
décryptage > Economie
Réindustrialisation

Et pendant ce temps là, sur le front de l’industrie, on continue à faire des âneries

il y a 15 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 6 heures 24 min
light > Media
Bon rétablissement
Michel Drucker ne sera pas de retour sur France 2 avant 2021 après son opération
il y a 7 heures 9 min
Pollution
Réchauffement climatique : des gisements de méthane se décongèlent dans l'océan Arctique relâchant du gaz à effet de serre
il y a 7 heures 53 min
pépites > Education
Education Nationale
Rentrée du 2 novembre : un hommage à Samuel Paty sera organisé dans les écoles
il y a 9 heures 23 min
décryptage > Histoire
Identifier la menace

Guerre des civilisations ou guerre au sein de l’islam ?

il y a 12 heures 35 min
décryptage > France
Vocabulaire

Ensauvagement : une fois encore, Laurent Mucchielli parle trop vite…

il y a 13 heures 10 min
pépite vidéo > Europe
Paris - Ankara
L'Union européenne apporte son soutien à la France après l'appel au boycott des produits français
il y a 13 heures 31 min
décryptage > Histoire
Origines du mythe

Alerte aux vampires : comment des cadavres en décomposition ont provoqué la première crise de panique collective en 1720

il y a 14 heures 25 min
décryptage > Santé
Hiver de la dépression

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

il y a 15 heures 8 min
décryptage > Politique
Sondage pour 2022

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

il y a 15 heures 56 min
Puisque j'te le dis!

Pourquoi je maintiens que ce sont bien 5000 et non 500 milliards d’euros que la BCE est en train de lâcher aux banques

Publié le 23 décembre 2011
Suite aux commentaires suscités par son précédent article, Serge Federbusch explique pourquoi le montant que la BCE devrait prêter in fine aux banques européennes excèdera le chiffre de 500 milliards d'euros évoqué cette semaine.
Serge Federbusch
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Serge Federbusch est président du Parti des Libertés, élu conseiller du 10 ème arrondissement de Paris en 2008 et fondateur de Delanopolis, premier site indépendant d'informations en ligne sur l'actualité politique parisienne.Il est l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suite aux commentaires suscités par son précédent article, Serge Federbusch explique pourquoi le montant que la BCE devrait prêter in fine aux banques européennes excèdera le chiffre de 500 milliards d'euros évoqué cette semaine.

Mon article du 20 décembre relatif aux 5 000 milliards d’euros que la Banque centrale devrait prêter, dans les 3 ans qui viennent, à tous ceux qui ahanent aujourd’hui sous le poids de leurs dettes a, semble-t-il, été particulièrement lu et commenté. Merci à tous ! Le chiffre de 5 000 milliards peut sembler exagéré, surtout si on le rapproche des 489 milliards révélés au public.

Oserais-je demander qu’on me lise attentivement, qu’on ne s’arrête pas au gros titre donné par la rédaction d’Atlantico (pardon pour elle) et qu’on ne confonde pas une somme prêtée le 20 décembre 2011 et des montants qui seront avancés jusqu’en décembre 2014 ?

Avant toute chose, pour mesurer la fiabilité des déclarations publiques de Monsignore Mario Draghi, le gouverneur aux allures de cardinal insondable, j’aurai la malice de rappeler ses paroles prononcées le 15 décembre à Berlin : "Je ne pense pas qu'un assouplissement quantitatif conduise à une performance économique remarquable. Il ne me semble pas que l'assouplissement quantitatif ait beaucoup dopé les économies britannique et américaine."

Moyennant quoi, trois jours plus tard, ce brave gouverneur annonçait l’assouplissement quantitatif dans les colonnes du Financial Times ! Chacun interprètera ce revirement brutal avec mansuétude tant il est vrai que le déni est un ingrédient indispensable aux banques centrales quand elles veulent prendre les marchés et les analystes par surprise.

Revenons maintenant aux prêts consentis par la BCE aux établissements financiers. Tout d’abord, on notera, qu’outre les 489 milliards consentis avant-hier, la BCE évoque d’ores et déjà une nouvelle opération en février ! Celle du 18 décembre apparaît clairement comme une mesure prise d’extrême urgence, plusieurs établissements européens, notamment espagnols, étant à court de liquidités. Le besoin de financement des banques sur la seule année 2012 est évalué à plus de 800 milliards d’euros et, comme la mauvaise monnaie chasse la bonne, les prêts au taux imbattable de 1 % de la BCE risquent de se substituer aux autres formes de crédit au secteur financier. La boîte de Pandore est ouverte … 

Ensuite, on se rapprochera de l’exemple américain. Les économies des pays de la zone euro et des Etats-Unis sont assez proches par la taille : environ 12 500 milliards de dollars pour l’Europe des 17 et 14 000 milliards pour les Etats-Unis en 2011. La dette publique des 17 s’élève à 85 % du PIB (source Eurostat) et les Etats-Unis font encore pire : bientôt 100 %. Comme je l’ai dit dans mon dernier article, alors qu’un premier chiffre de 14 % du PIB avait circulé il y a un an (source Schroders) pour l’accommodement quantitatif pratiqué par la FED à partir de 2008, son montant a été réévalué à 7 700 milliards de dollars, plus de 50 % du PIB américain !

Comparaison n’est pas (entièrement) raison, mais des causes semblables dans des environnements comparables doivent logiquement produire les mêmes effets. Si l’on applique un ratio de 50 % au PIB des 17, on arrive directement à la somme de 5 000 milliards d’euros.

Si l’on examine maintenant le problème sous l’angle du besoin de financement des administrations publiques, le déficit annuel dans la zone euro s’élève à 6 % du PIB, approximativement 550 milliards d’euros.

Indépendamment du refinancement de l’encours de la dette, eu égard au taux actuel d’intérêt moyen dans la zone euro, ce sont plus de 1 700 milliards qu’il faudra trouver dans l’Euroland dans les trois années qui viennent pour faire face au seul déficit public nouveau. Penser que les banques ne seront pas fortement sollicitées par les Trésors nationaux pour accepter les bons émis serait faire preuve de naïveté. Bien que les avoirs en dette dite souveraine doivent être désormais appréciés à leur valeur de marché, la pression qui s’exercera sur elles sera grande. Et que feront-elles pour financer ces acquisitions obligataires ? Elles se présenteront à la BCE, d’autant plus volontairement qu’elles toucheront sur ces bons des taux bien supérieurs au maigre 1 % qu’elles verseront à la BCE. 

Le danger principal est d’ailleurs qu’elles n’aient intérêt à se faire prier afin de contraindre les Etats à continuer à les rémunérer grassement, contrariant le mouvement indispensable de reflux des taux d’intérêt. Comme en 2008, le mistigri serait passé des mains des banques à celles des gouvernements.

Par quelque bout qu’on prenne le problème, celui-ci est donc d’une ampleur bien plus grande que celle des misérables (on ose à peine l’écrire !) 489 milliards d’euros annoncés ces derniers jours. Quant à savoir s’il sera, d’ici fin 2014, de 4 000, 5 000 milliards ou … plus, j’admets que le doute est possible.

Les autorités européennes auraient tout intérêt à reconnaître enfin la réalité de la situation car sa sous-estimation constante depuis deux ans contribue à la crise. Les marchés ne savent pas toujours parfaitement anticiper mais ils savent compter.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (14)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
alankin
- 26/12/2011 - 11:41
l'auteur oublie bale 3
les banques réduisent leurs bilans par manque de fond propres. alors on peut leur préter des milliards, il ne les prendront pas. leur demander de financer les dettes des états européens est absurde. on risque d'avoir en 2012 ce qui s'est produit en Allemagne : pas assez d'offres de crédit. la politique Européenne est une véritable calamité.
Lepongiste
- 25/12/2011 - 09:10
@Laulau Les banques les banques !!
Mais quelles banques ?
Il y a trois catégories de banques les connaissez vous ?
Laulau
- 24/12/2011 - 12:41
lebriard - 23/12/2011
"Le point d'interrogation c'est l'utilisation de cet argent par les banques ..."
Que font les banques avec leur liquidités ? Facile, de la spéculation et des bulles financières. Bis repetita .....