En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
© Reuters
Politique de l'autruche

Quand Charlie Hebdo use de sa liberté d’expression si cher payée pour verser dans l'amalgame pour tous

Publié le 05 janvier 2016
Un an après les attentats de janvier, l’hebdomadaire satirique sort un numéro spécial. Mais les hérauts de la liberté d’expression font un usage bien conformiste de leurs pinceaux.
Chroniqueuse pour le site et le mensuel Causeur, Isabelle Marchandier a été attachée de presse pour les Editions du Cerf après avoir été journaliste à Valeurs Actuelles et programmatrice à RMC.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Marchandier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chroniqueuse pour le site et le mensuel Causeur, Isabelle Marchandier a été attachée de presse pour les Editions du Cerf après avoir été journaliste à Valeurs Actuelles et programmatrice à RMC.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Un an après les attentats de janvier, l’hebdomadaire satirique sort un numéro spécial. Mais les hérauts de la liberté d’expression font un usage bien conformiste de leurs pinceaux.

"Un an après, l'assassin court toujours" tel est le titre de ce numéro spécial qui sortira ce mercredi pour commémorer les attentats du 7 janvier dernier qui a décimé la rédaction de l’hebdomadaire satirique. La Une est en noir et blanc, couleur de deuil qui rappelle le slogan mobilisateur "Je suis Charlie" répété en boucle après les attentats pour défendre la liberté d’expression. On apprend que ce numéro comprendra un carnet de caricatures des dessinateurs disparus - Cabu, Wolinsky, Charb et plusieurs tribunes signées par notre Ministre de la culture  Fleur Pellerin, des personnalités du monde intellectuel et artistique comme Elisabeth Badinter, Adjani, Gainsbourg, Binoche…mais aussi des figures de la scène internationale comme l’écrivain américain Russel Banks et le musicien Ibrahim Maalouf. Mais c'est le dessin qui retient l'attention. L’assassin qui court toujours est en effet dépeint non pas sous les traits d’un terroriste islamiste à la barbe proéminente brandissant le Coran mais un Dieu taché de sang, aux regards de fou à lier, portant une kalachnikov en bandoulière…Mais en mettant le Dieu des religions monothéistes sur le banc des accusés, Charlie Hebdo place sur le même plan toutes les religions sans faire de distinction et verse ainsi dans la facilité de l’amalgame.

A lire aussi - Charlie Hebdo : la Une de la honte

La caricature est étayée par l’édito vindicatif de Riss, le rédacteur en chef du journal, successeur de Charb qui s’en prend avec fougue "aux fanatiques abrutis par le Coran" mais aussi aux "culs-bénits venus d’autres religions" tout en mettant au pinacle l’athéisme et la laïcité, dont la croyance est plus forte pour "déplacer les montagnes que la foi des croyants". Et au cours de cette profession laïque et anticléricale, il explique comment le "croyant, surtout fanatique, n'oublie jamais l'affront fait à sa foi, car il a derrière lui et devant lui l’éternité" avant de conclure que le 7 janvier c’est "l’éternité qui nous est tombée dessus"

Au monothéisme des religions, Riss répond donc par le manichéisme. D’après sa vision binaire et réductrice, tous les croyants seraient des fanatiques et tous les athées de bons citoyens. La machine à stigmatiser bat son plein sans que l’injonction moralisatrice "surtout ne pas assimiler" ne vienne l’enrayer. Pusique les religions monothéistes sont par essence dominatrices, nuisibles, destructrices et porteuses de haine, tout croyant, de quelque religion qu'elle soit, ne peut-être qu'un fanatique en puissance. Mais au-delà de cette assimilation entre le croyant et le fanatique, Charlie Hebdo renvoie dos à dos les prêtres en soutane qui secouent furieusement leur chapelet devant la loi sur le mariage pour tous et les imams radicalisés prêcheurs de haine contre la France, sans faire la différence entre un extrémisme qui tue et un autre qui s’offusque. Nous aurions donc autant à craindre des fondamentalistes catholiques qui s’enchainent devant les cliniques pratiquant l’avortement ou qui préfèrent que les enfants aient tous le droit d’avoir un père et une mère que des terroristes islamistes qui posent des bombes et tirent sur des innocents dont le seul crime était de profiter d’un mode de vie qu’une société occidentale et évoluée comme la notre peut offrir. 

Le "pas d’amalgame", le mot d'ordre des professionnels de l’indignation républicaine agité à tout va pour éviter de confondre l'islam de l'islamisme radical, n'a pas effleuré les esprits aveuglés par un laïcisme offensif qui par facilité et frilosité, choisissent le "tous pourris" qui ne s'applique donc pas qu'en politique mais aussi en religion et tombent dans l’écueil de "l'amalgame pour tous". L'amalgame serait donc à géométrie variable, à pratiquer dans certains cas mais pas dans d'autres, il serait inacceptable lorsqu'il s'agit de la communauté musulmane mais a contrario légitime lorsqu'il concerne les autres religions. Avec ce parti pris laïciste, Charlie Hebdo choisi l'hyprocrisie du relativisme pour éviter de nommer le nom du mal et de désigner les vrais coupables du massacre de janvier dernier, l'islam radical salafiste... Pour ne pas être de nouveau accusé de souffler sur les braises de la polémique et d'être traité d'islamophobe, Charlie Hebdo préfère taper sur toutes les religions que de désigner la religion qui pose un problème particulier dans sa forme radicalisée : l’islam salafiste. Pourtant la rédaction de Charlie est bien placée pour savoir que tous les extrémismes religieux ne se valent pas, elle qui a payé de sa vie le droit de caricaturer le Prophète. Par ailleurs, la mauvaise foi du journal satirique atteint son paraoxysme lorsqu'on joue au jeu des camparaisons historiques. La palme des persécutions et des massacres est à décerner non pas aux religions monothésites mais plutôt aux totalitarismes rouges et bruns dont l'idéologie sanguinaire a fait des millions de morts. Dans la balance sanglante des tueries, les camps d'extermination nazis et les goulags soviétiques pèsent plus lourds que les buchers des hérétiques sous l'Inquisition espagnole ou pendant les guerres de religions. Alors que les religions traitent l'homme tel qu'il est et qu'elles font de l'injonction de "ne pas tuer" un commandement à respecter, l'idéologie totalitaire a pour ambition de créer "l'homme nouveau" et c'est au nom de cette utopie que le communisme a provoqué, de par le monde, la mort de 65 à 85 millions de personnes. Ce n'est pas Dieu le responsable des crimes contre l'humanité mais bien l'idéologie politique qui est à l'oeuvre et aujourd'hui celle qui assassine, c'est l'islamisme salafiste dont le projet politique est d'imposer au monde occidental la charia. 

Auto-censure ? Traumatisme ? Il est loin le temps où Charlie Hebdo avait encore Charb à sa tête et Cabu à sa main et où il était courant de voir des caricatures du Prophète en une ou à l’intérieur des pages du journal. Rappelons-nous qu’avant les terribles évènements de janvier, avant que l’hebdo satirique devienne les victimes du terrorisme islamiste, les fervents défenseurs de la liberté d’expression prêts à brandir la pancarte "je suis Charlie", crayon à la main étaient bien rares. Ceux qui couraient les rues à l’époque des caricatures du Prophète c’étaient les procureurs prêts à condamner Charlie pour islamophobie. Ainsi en 2012, la couverture du journal pourtant plus soft mettant en scène un musulman enturbanné et un juif à papillote, avait suscité l’indignation de Jean-Marc Ayrault, alors premier ministre et de François Hollande qui avaient exprimé leur désapprobation et la colère des organismes qui représentent les musulmans de France comme le Conseil français du Culte musulman (CFCM).

En préférant l’amalgame à la dénonciation de la menace islamiste, l’aveuglement volontaire au courage de la clairvoyance, la liberté de ton du journal satirique a été sacrifiée sur l’autel du catéchisme laïc antireligieux. C’est à se demander si Charlie Hebdo ne se serait pas fait Hara Kiri ? 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

05.

Le Sénégal triompha de la Tunisie par 1-0 : les supporters sénégalais se livrèrent alors en France à une orgie de violences

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Matteo Salvini / Carola Rackete : mais qui représente le plus grand risque pour la démocratie et la paix civile ?

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Face au "séparatisme islamiste" qui menace l’unité de la France, la tentation de "l’autonomie relative"...

05.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 08/01/2016 - 09:00
@Ganesha
Ayant eu une éducation athée stricte, et ayant passé de nombreuses années hors de France, j'en ai conclu que la foi en Christ est autre chose qu'une simple religion monothéiste, et qu'une philosophie à dimension spirituelle comme le bouddhisme ne sert qu'à davantage chercher le vide en nous. Ceci dit dans la palme de la persécution les pseudo pacifiques bouddhistes sont des champions.
Le gorille
- 07/01/2016 - 01:07
Basphème
C'est le jugement du Vatican. Oh ! Les hommes ont le droit de blasphémer, certes, mais cela laisse des traces... parfois sanglantes. Cela dit, cette revue était et reste un torchon, et sa disparition du paysage médiatique serait un coup de soleil ! Ou une source de puanteur en moins...
Ganesha
- 06/01/2016 - 00:02
JG
Aucun groupe humain n'est parfait, exempt de ''moutons noirs''. Mais nier que le bouddhisme est infiniment plus pacifique que les trois monothéismes est absurde. En Thaïlande, il y a des meurtres, la corruption, la Mafia. Il y a aussi, et surtout, ce que tous les occidentaux ignorent, de très fortes tensions raciales entre asiatiques à peau foncée et les ''chinois'' à peau claire, qui monopolisent le commerce et les professions libérales. C'est la vraie explication du génocide de Pol-Pot, toujours pris ici en exemple à tort par les ''petits commentateurs anti-communistes primaires''. Vos ''chrétiens birmans'' doivent être tout simplement des ''chinois'' ! Mais prétendre qu'il y a des mouvements de bouddhistes intégristes ou radicaux relève de l'imagination !