En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

ça vient d'être publié
décryptage > Santé
Journée “hôpital mort”

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

il y a 18 min 4 sec
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
L'Express voit Macron paralysé; Rachida Dati fait face à ses ennemis; Ségolène Royal veut faire taire les siens, et le PS qu'elle arrête de détourner son temps de parole; Retraite: plus les Français sont âgés, plus ils la souhaitent tardive
il y a 54 min 58 sec
pépite vidéo > Terrorisme
Lutte contre le terrorisme
13 Novembre : selon Laurent Nuñez, l'état de la menace terroriste reste "toujours aussi élevé"
il y a 15 heures 28 min
pépites > International
Révolte
Liban : une déclaration du président Michel Aoun provoque la colère des manifestants
il y a 16 heures 33 min
light > Culture
Emotion des fans
Friends : la bande d'amis la plus célèbre de la télévision sera bientôt de retour pour une réunion spéciale sur HBO Max
il y a 18 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

il y a 19 heures 5 min
Expédition
Greta Thunberg débute sa seconde traversée de l'Atlantique en catamaran pour revenir en Europe et participer à la COP25
il y a 19 heures 27 min
pépites > Justice
Ultime recours
Patrick Balkany va déposer une nouvelle demande de mise en liberté
il y a 20 heures 38 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 22 heures 3 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 22 heures 54 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’offensive de Disney, Amazon, Google et Apple, les chaînes de télé et le cinéma risquent d’être définitivement dépassés

il y a 44 min 13 sec
pépites > France
Hommage
Un jardin du souvenir pour les victimes des attentats du 13 novembre 2015 sera bientôt ouvert à Paris
il y a 13 heures 6 min
pépites > International
Impeachment
Destitution de Donald Trump : ouverture d'auditions publiques historiques au Congrès
il y a 15 heures 48 min
light > Sport
Légende du cyclisme
Mort de Raymond Poulidor, "l'éternel second" du Tour de France, à l'âge de 83 ans
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Vous n'aurez pas le dernier mot" de Diane Ducret : que diable allait-il faire dans cette galère ?

il y a 18 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Body and soul" : la chorégraphe Crystal Pite envoûte les danseurs et le public

il y a 19 heures 14 min
pépite vidéo > Europe
Inondations
Les images impressionnantes de "l'acqua alta" historique à Venise
il y a 20 heures 13 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 9 min
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 22 heures 23 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 22 heures 55 min
© Reuters
© Reuters
Il est encore temps !

La France menacée d’exclusion du G8 d’ici à 2030 : pourquoi le déclin économique français n’est pourtant pas une fatalité

Publié le 29 décembre 2015
Selon le "Center for Economics and Business Research", l'inexorable déclin économique de la France conduirait le pays, cinquième puissance économique mondiale, à être dépassé par l'Inde, le Brésil, ou encore la Corée du Sud d'ici à 2030. Pourtant, un tel déclin n'est pas une fatalité et la France dispose de toutes les ressources nécessaires à un véritable redressement.
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Goetzmann est responsable du pôle Economie pour Atlantico.fr. Il est l'auteur chez Atlantico Editions de l'ouvrage :
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Selon le "Center for Economics and Business Research", l'inexorable déclin économique de la France conduirait le pays, cinquième puissance économique mondiale, à être dépassé par l'Inde, le Brésil, ou encore la Corée du Sud d'ici à 2030. Pourtant, un tel déclin n'est pas une fatalité et la France dispose de toutes les ressources nécessaires à un véritable redressement.

Atlantico : Selon les projections réalisées par le think-tank britannique CEBR (Center for Economics and Business Research), la France perdrait de nombreuses places au classement économique mondial d'ici à 2030, ce qui pourrait conduire le pays à une exclusion du pays d'instances comme le G8. Ces anticipations sont-elles réalistes ?

Nicolas Goetzmann : Le classement établi par le CEBR se base sur de simples projections de croissance des différentes économies mondiales à échéance longue, en l'espèce 2030. Et en effet, sur la base des données actuelles, la France, comme l'Italie, subirait une situation de déclassement. De son actuelle position de 6e économie mondiale, la France serait dépassée par l'Inde, la Corée du Sud, et le Brésil.

Il convient également de rappeler que la France était encore 5e économie mondiale il y a encore un an, mais elle a été dépassée par le Royaume Uni depuis lors. Cependant, si l'Inde et le Brésil ont effectivement toutes les chances de dépasser l'économie française au regard du simple facteur démographique (avec des populations qui devraient atteindre 1.5 milliard de personnes en Inde et près de 220 millions au Brésil), la compétition s'annonce beaucoup plus serrée entre la France, le Royaume Uni et la Corée du Sud au cours des prochaines années. Le Royaume Uni et la France ont un nombre d'habitants comparable, et les projections font état d'une population atteignant 70 millions de personnes d'ici 2030 pour chacun. Entre ces deux pays, tout se jouera donc sur la productivité, qui est l'autre déterminant de la croissance après la démographie. Concernant la Corée du Sud, en raison d'une population plus faible, et d'un sévère vieillissement de celle-ci, le pays devra parvenir à un niveau de productivité très élevé pour espérer dépasser la France et le Royaume Uni. (Ou alors une éventuelle réunification). Mais cette prédiction se base surtout sur une médiocrité française durable, ce qui n'est malheureusement pas non plus une hypothèse à exclure.

Concernant l'éviction du G8, il paraît hautement improbable que la France puisse en être victime. C'est plutôt une logique d'extension du G8 aux nouveaux arrivants qui devrait être retenue, en lieu et place d'un remplacement de ses membres sur un simple critère économique.

Quels sont les éléments plaidant en faveur d'une fatalité du déclin français, ou européen ? A l'inverse, quels sont les éléments permettant de croire à une véritable reprise ?

Encore une fois, la croissance est déterminée par deux facteurs, la démographie et la productivité. La France dispose du plus haut niveau de natalité en Europe, ce qui est un précieux avantage dans cette compétition. Cependant, cette natalité est en baisse, et il faudra attendre le mois de janvier prochain et les chiffres de l'INSEE pour en savoir plus sur la tendance actuelle. Evidemment, la persistance d'un contexte de crise et la diminution des aides données aux familles ne sont pas des éléments favorables dans cette perspective. Un renouveau économique pourrait aider à remettre le pays sur les rails de sa forte natalité des années 2000. Globalement, ce facteur semble plus relever de la fatalité, mais des politiques publiques calibrées peuvent quand même contribuer à la marge à une hausse de la natalité.

Concernant l'autre facteur, celui de la productivité, la responsabilité des politiques publiques est totalement engagée. En effet, pour que cette productivité progresse rapidement, c'est l'investissement qui doit être privilégié : la recherche et développement, l'innovation, l'éducation. Et ici, il n'y a pas de mystères. Pour que les entreprises aient envie d'investir, il faut favoriser la compétition, et ce, dans un environnement économique optimal. C’est-à-dire que l'économie française doit être exploitée à son plein potentiel, ce qui est loin d'être le cas depuis 2008. Plus une économie tourne à plein régime, plus l'intensité de la R&D devient forte, et plus la productivité est soutenue.

De plus, dans un tel environnement, une libéralisation des différents secteurs de l'économie favorisant l'entrée de nouveaux arrivants, permettra d'intensifier encore un tel effort de productivité. La fatalité pour la France, finalement, est d'avoir tout en mains pour devenir la plus grande économie européenne d'ici à 2050, avec le dépassement de l'Allemagne comme horizon.

A partir d'un tel constat, quelles sont les réformes majeures à mettre en œuvre afin de remettre le pays sur la bonne trajectoire ?

Il s'agit de recalibrer le modèle de croissance européen pour permettre la pleine exploitation des ressources économiques du continent, ce qui permettra à la France de sortir son épingle du jeu. Parce que la France dispose du plus enviable potentiel économique européen, mais celui-ci est clairement en friche. Mais la liste des réformes à mener est longue. Une refonte du mandat de la Banque centrale européenne est la mère de toutes les réformes, pour favoriser le plein emploi en Europe. Sur cette base, l'élimination de situation de rentes économiques au niveau national et européen est une priorité pour favoriser l'émergence de nouveaux acteurs. L'idée est que les entreprises doivent se concurrencer sur la base de leur degré d'innovation, et non sur la préservation de situations de rentes, ce qui, encore une fois, permettra une accélération de la productivité et donc la hausse de la croissance du pays.

Concernant les dépenses publiques, ce sont l'éducation et les infrastructures qui doivent être privilégiées. Lorsqu'elles sont bien orientées, de telles dépenses permettent de contribuer largement au développement économique, c’est-à-dire qu'elles soutiennent la croissance, ce qui permet de neutraliser leur éventuel effet négatif sur le niveau d'endettement public du pays. C'est donc un cercle vertueux.

Il est également possible d'imaginer une attaque en règle sur la situation immobilière des centres urbains. L’Ile de France est la zone économique la plus performante en France mais son accès est contraint par un manque d'offre de logements. L'objectif est donc de soutenir la construction afin d'élargir cette offre de logements, et ainsi permettre l'accès aux centres urbains au plus grand nombre, notamment pour y trouver des emplois de meilleure qualité. Encore une fois, la France dispose d'un potentiel immense, la question n'est donc pas de renoncer face à une supposée fatalité du déclin, mais de mettre en place un environnement favorable permettant d'exploiter ses ressources. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

02.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

03.

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

06.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

07.

"J'Accuse" de Roman Polanski : l'un des films les plus magistraux du réalisateur de Chinatown…

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

04.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

06.

The Economist : Emmanuel Macron affirme que l'Otan est en état de "mort cérébrale" et que l'Europe est en danger

Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 29/12/2015 - 22:21
@A M A pas bête! Il est vrai que ces socialistes ont une
mentalité d'apatrides, préférant la dilution ethnique et le nivellement par le bas au mérite Républicain et à la richesse des Nations. Avant 2030, il y a 2017, et cette date sera la dernière chance pour les Francais de préserver leur Nation de la déliquescence et du grand remplacement...dernière étape avant le gouffre!
A M A
- 29/12/2015 - 16:08
La France gouvernée par des apatrdes.
Enfermé dans un individualisme viscéral, la France représente la Nation à abattre pour accéder à une Europe unifiée, marchepied d'un gouvernement mondial. Soumise à des classes politiques, financières, économiques et culturelles qui ne rêvent que de fondre l'individualisme français dans un vaste conglomérat déclaré bénéfique et seul rentable, il ne faut pas s'étonner de ce que, malgré un potentiel en tout points remarquable, rien n'arrive à bien fonctionner dans ce pays et que tout soit fait pour que rien ne marche correctement. Il y aurait peut-être d'autres façons de régir les destinées françaises que de confier sa gestion à des apatrides qui s'emploient à freiner, neutraliser, dévoyer toutes tendances vers un progrès véritable.
Gordion
- 29/12/2015 - 15:57
Education
Par delà les critères économiques et démographiques justement rappelés, la mention de l'éducation ici est fondamentale pour maintenir son rang dans la compétition internationale.

N'en déplaise à certains, il est utile de rappeler sans cesse que la France dégringole annuellement dans les classements en matière d'éducation - toutes matières confondues - comparée (G 20, OCDE).

Non contents d'avoir les plus mauvais résultats économiques du G 20 depuis la crise de 2008, la France se distingue également par un système éducatif qui fabrique de futurs chômeurs, les grandes écoles et certaines universités continuant à former des diplômés très prisés sur le marché international.

Le budget de l'Education Nationale étant le premier poste du budget de l'Etat, des questions, et surtout des réponses, sont nécessaires.