En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Liberté pour l'Histoire
Génocides : l'histoire ne doit pas être l'otage de calculs électoralistes
Publié le 24 janvier 2012
Les députés discutent ce jeudi d'une proposition de loi qui entend punir les individus niant les génocides (une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison et 45 000 euros d'amende en cas de négation). Le texte remet ainsi le génocide arménien - le seul légalement reconnu - au cœur des discussions. Il suscite aussi la colère de la Turquie et de l'historien Pierre Nora pour qui une telle loi "figerait totalement toute possibilité de recherche".
Historien, membre de l'Académie française.Président de l'association Liberté pour l'Histoire et auteur de l'ouvrage du même nom.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pierre Nora
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Historien, membre de l'Académie française.Président de l'association Liberté pour l'Histoire et auteur de l'ouvrage du même nom.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les députés discutent ce jeudi d'une proposition de loi qui entend punir les individus niant les génocides (une peine pouvant aller jusqu'à un an de prison et 45 000 euros d'amende en cas de négation). Le texte remet ainsi le génocide arménien - le seul légalement reconnu - au cœur des discussions. Il suscite aussi la colère de la Turquie et de l'historien Pierre Nora pour qui une telle loi "figerait totalement toute possibilité de recherche".

Atlantico : Les députés discutent ce jeudi d'une proposition de loi pénalisant la négation des génocides. La France doit-elle vraiment légiférer sur ce sujet ?

Pierre Nora : La loi française ne doit faire aucune loi sur le passé. En 2006, Jacques Chirac l’avait d’ailleurs dit au moment où une loi sur la colonisation était présentée à l’Assemblée nationale. Son président, Bernard Accoyer, avait alors constitué une commission de réflexion sur les questions mémorielles. Le rapport publié concluait très nettement sur le fait qu’il valait mieux s’abstenir de légiférer sur le sujet.

Les politiques doivent s’intéresser à ces questions mais sans faire de lois. Ils peuvent proposer des commémorations, rédiger des résolutions, rendre des hommages, s’impliquer dans les programmes des classes, éventuellement voter des réparations financières. Le politique doit s’occuper d’agréer, d’orienter la mémoire collective de la Nation.

Valérie Boyer, la députée des Bouches-du-Rhône qui a introduit cette loi, est aussi vice-présidente du groupe d’amitié de l’Assemblée nationale avec l’Arménie. Comment peut-elle être indépendante en proposant un tel texte ? Pour Nicolas Sarkozy qui a déclaré être contre l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, c’est aussi un moyen de faire d’une pierre deux coups. Il empêche la Turquie de se rapprocher de l’Europe et il s’arroge 500 000 voix des Arméniens de France pour l’élection présidentielle.

 

Quel problème poserait une telle loi ? La justice n'est-elle pas un soutien pour le travail des historiens ?

Une loi figerait totalement toute possibilité de recherche. Pour reprendre l’exemple de l’Arménie, il est devenu presque impossible d’organiser un colloque avec des historiens turcs et arméniens. Ces derniers s’abritent derrière la loi de 2001 qui reconnaît le génocide : pour eux, l’affaire  est conclue et il n’y a absolument aucune raison de discuter.

Pour les historiens, le mot génocide est à bannir. Sa définition a été faite à Nuremberg en 1945 d’une manière très claire : il s’agissait de reconnaître un massacre de masse obéissant à une décision. Il fallait aussi à ce moment pouvoir poursuivre les auteurs jusqu’à leur mort. Depuis, l’expression a pris une ampleur et un vague complet. Employons les termes "anéantissement", "extermination", "crime de masse" sans évoquer ce terme de génocide qui renvoie à une réalité historique bien spécifique. Une telle terminologie serait plus précise et ne véhicule pas d’idéologie politique.

 

Lorsqu’il s’agit de parler des massacres de masse, les historiens sont-ils unanimes ?

Un historien arménien qui parle de l’Arménie est toujours militant. Les historiens ne sont pas toujours objectifs. Ils ne sont pas non plus d’accord mais justement, ils en discutent. Avec une telle loi, si les massacres de Vendéens de 1793 sont qualifiés de génocide, vous ne pouvez plus discuter de cette question. L’affaire est alors jugée et il n’y a plus de possibilité de recherche. Il ne s’agit pas de nier mais de faire de la recherche.

Les lois punissent, elles empêchent les historiens de réfléchir. Nous avons par exemple tenté d’organiser un colloque sur le problème arménien à Science Po sur la question arménienne. Les Turcs sont d’accords, mais pas les Arméniens. Normal : l’affaire est jugée par la loi de 2001, c’est un génocide donc il n’y a pas lieu d’en discuter. Pourtant, discuter ne veut pas dire diminuer. Il s’agit de sortir les archives et d’étudier le sujet.

 

Quelle est la position des autres pays sur les questions de génocides ?

Les autres pays ne font pas de loi. La France est la seule à avoir fait ce choix. Le Parlement pouvait auparavant proposer des résolutions sous la IVème République. Comme il en abusait, la Vème République a supprimé cette possibilité. Depuis, toute volonté de résolution a été transformée en loi. C’est le cas de celle de 2001 sur le génocide arménien. Elle se compose d’un unique article : "La France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915". Il n’y a aucun arrêté. Un tel texte relève de la résolution, pas de la loi. Depuis 2009, la réforme de la Constitution permet de nouveau de voter des résolutions, il faut s’en servir.


Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
04.
Retraites : ça coince. Santé : ça bloque. Protection sociale : ça n’avance pas. Macron n’aura aucun résultat durable s’il n’a pas le courage d’inviter le privé dans le jeu.
05.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
06.
Manifestante blessée : les phrases méprisantes et odieuses de Macron. Mais ce n'est pas vraiment de sa faute. Car il ne peut pas faire autrement.
07.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
OPENING
- 22/12/2011 - 21:31
@ISABLEUE
La cour pénale internationale définit le crime contre l'Humanité, mais ne prévoit pas de sanction pour qui conteste que tel ou tel crime soit un crime contre l'Humanité ou un génocide. Le négationnisme est une opinion, même si elle est nauséabonde. Et les opinions se combattent par les idées, pas par la loi. Cette loi, comme la loi Gayssot, est stupide, inefficace, et liberticide.
yoda
- 22/12/2011 - 21:22
la france n'a rien à décider de celà !!!!
mais ou va t'on ??? mais pour qui se prend t'il pour décider de se qu'on doit penser ou pas bordel !!!!

la liberté de penser ce que l'on veut rétrécie de plus en plus avec un charlot pareil ! cela suffit !

mariecl29
- 22/12/2011 - 20:39
Exception française!
Ce n'est pas à la loi de décider ce qu'on doit dire et penser.
La liberté de penser est une liberté fondamentale et en faisant ce choix qu'elle est seule à avoir fait,une fois de plus,elle ne respecte pas les libertés fondamentales telles qu'elles figurent dans l'art.9 de la Convention européenne des droits de l'homme qu'elle a signée!