En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Marseille : tu l'aimes ou tu la quittes

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

ça vient d'être publié
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 54 min 9 sec
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 4 heures 59 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 5 heures 36 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 7 heures 2 min
décryptage > France
Chute libre

Apocalypse zéro, suite : les fausses prédictions sur le chaos dans les banlieues plus démenties que jamais

il y a 7 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

il y a 8 heures 3 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Deux ans, huit mois et vingt-huit nuits" de Salman Rushdie : une œuvre littéraire forte, courageuse, exigeante pour le lecteur, à ne pas manquer

il y a 18 heures 50 min
Nouvelle tragédie
Disparition de Maeve Kennedy McKean : le corps de la petite-nièce de John Fitzgerald Kennedy a été retrouvé
il y a 20 heures 1 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 1 heure 50 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 3 heures 18 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 5 heures 11 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 6 heures 31 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 7 heures 21 min
décryptage > International
Leçons de la crise sanitaire

Et si Trump avait raison sur la Chine

il y a 7 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Unorthodox" de Maria Shraeder, une série originale Netflix : ode à la Liberté

il y a 18 heures 26 min
pépites > Santé
SNDV
Acrosyndromes : les dermatologues alertent sur des symptômes cutanés potentiellement liés au coronavirus
il y a 19 heures 15 min
pépites > Religion
Ancien numéro 3 du Vatican
Pédophilie dans l'Eglise : le cardinal George Pell a été acquitté en Australie
il y a 20 heures 44 min
© Flickr/http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2251683/Tr
© Flickr/http://www.dailymail.co.uk/sciencetech/article-2251683/Tr
La réponse du psy

Faut-il avoir honte de revendre ses cadeaux de Noël ?

Publié le 03 janvier 2016
Dès le lendemain du rituel de déballage de cadeaux, certains se précipitent sur des sites ou dans des magasins dédiés pour les revendre. Un phénomène générationnel qui témoigne de nos nouvelles relations aux objets et à la consommation. Sans aucune culpabilité.
Danielle Rapoport est psychosociologue et dirige le Cabinet d’études DRC, spécialisé dans l’évolution des modes de vie et de la consommation, via une approche ethno-qualitative, auprès des consommateurs et d’équipes managériales en entreprises.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Rapoport
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Danielle Rapoport est psychosociologue et dirige le Cabinet d’études DRC, spécialisé dans l’évolution des modes de vie et de la consommation, via une approche ethno-qualitative, auprès des consommateurs et d’équipes managériales en entreprises.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dès le lendemain du rituel de déballage de cadeaux, certains se précipitent sur des sites ou dans des magasins dédiés pour les revendre. Un phénomène générationnel qui témoigne de nos nouvelles relations aux objets et à la consommation. Sans aucune culpabilité.

Atlantico : Quelle signification psychologique peut-on donner au geste qui consiste à revendre ses cadeaux ? 

Danielle Rapoport : Je pense qu'il ne s'agit pas que de psychologie, mais de comportements nouveaux qui ont à voir avec une nouvelle économie de la relation aux objets et à la consommation. On a pu constater l'existence de cette nouvelle économie basée sur l'échange, l'occasion, et la revente : il y a beaucoup de sites qui proposent cela. Cette nouvelle relation aux objets s'inscrit dans le registre du pragmatisme, de l'opportunité, de l'opportunisme et de l'exigence. En effet, les gens connaissent mieux leurs désirs et leurs besoins qu'avant, et savent très bien ce qui va leur faire plaisir et ce dont ils ont besoin. Quand un cadeau n'est pas utile, ni approprié, mais que les receveurs de ce cadeau n'ont pas envie de le jeter, ils le revendent, mais pas nécessairement pour gagner de l'argent (même s'il y en a qui le font à cet effet), mais parce que l'objet n'entre pas dans leur mode de vie.

Il n'y a plus de tabous concernant la revente des cadeaux qui ne correspondent pas à ses envies. Néanmoins, ce comportement place celui qui offre dans une position paradoxale : à la fois le geste d'offrir est important, s'inscrivant dans un rituel (certains vont jusqu'à personnaliser le cadeau), et en même temps, certains de ces offreurs savent que la revente est possible, ce qui peut susciter un certain laxisme quant au choix du cadeau. Je pense qu'il s'agit là d'un phénomène générationnel : on a constaté que se sont les plus jeunes qui revendent le plus fréquemment des cadeaux, sans doute offerts par des personnes plus âgées de leur entourage (grands-parents, parents, parrains/marraines, etc.). Ces personnes plus âgées ont cette pratique d'offrir un cadeau inscrite dans leur comportement, avec toujours cette volonté de faire plaisir ; alors que le receveur, plus jeune, lui, est dans une pratique de désacralisation de l'acte d'offrir, davantage tenté par la conformité du cadeau à ses propres besoins et désirs. Il peut donc y avoir là une dissonance. Mais si les générations sont les mêmes, c'est-à-dire qu'un jeune offre à un autre jeune, il est possible que l'offreur ait intégré cette possibilité de revente de l'objet par le receveur ; dans cette éventualité, on peut concevoir que l'offreur ne mette pas autant de soin dans le choix du cadeau, sans être pour autant choqué par la possibilité de revente du cadeau, à la différence des personnes plus âgées. 

Revendre ses cadeaux est un phénomène massif, comme en témoigne l'existence et le nombre de sites et magasins spécialement dédiés. Qu'est-ce que cela révèle de l'état de nos sociétés ? 

A mon avis, cela révèle un rapport à la consommation relativement nouveau, caractérisé par la fin de la surconsommation où on va cumuler, s'identifier à un objet renvoyant à un statut social, etc. On est plutôt sur une désacralisation de l'objet dans l'optique de le rendre plus utilitaire, ce qui rend la relation à la consommation plus pragmatique et "saine"  dans le sens où si un objet ne convient pas, il peut servir à d'autres personnes. La revente permet donc de faire plaisir à d'autres personnes, indirectement. Revendre est préférable à l'action de jeter parce que l'idée de jeter, ou de mettre de côté, rentre dans une sorte de rejet que l'on a du gaspillage : un cadeau jugé "pourri" est un cadeau gaspillé, mais il peut être "pourri" pour certains et pas pour d'autres. La revente redonne ainsi une autre vie aux objets. On peut aller jusqu'à ceux qui donnent leurs cadeaux sans passer par la revente, pour combler les besoins de certaines personnes. Il y a une sorte de solidarité qui peut donc se faire aussi. 

On dit souvent que c'est l'intention qui compte lorsqu'on reçoit un cadeau qui ne nous plaît pas. Face à l'ampleur du phénomène de la revente des cadeaux, cela signifie-t-il que nous ne sommes plus capables d'associer l'objet à la personne qui nous l'a offerte, au sens qui pourrait être mis dans cet objet offert et l'acte d'offrir même ? 

Garder le cadeau qui ne nous plaît pas n'est pas une bonne action pour celui qui offre. Car si l'on garde ce cadeau, et donc qu'on le cache, on en veut davantage à la personne qui nous l'a offert que si c'était à la place, par exemple, un bon pour un cadeau ultérieur rédigé sur une carte. Néanmoins, je pense que le rituel d'offrir des cadeaux à Noël est toujours présent, même s'il a pris d'autres formes. 

Il arrive parfois que nous achetions un cadeau à quelqu'un en sachant au préalable que cela risque de ne pas plaire, de décevoir, ou que l'objet offert ne présente pas un réel intérêt ; et pourtant nous le faisons quand même. Dans ce cas, ne serait-il pas préférable de ne rien offrir ? Est-ce qu'offrir un cadeau serait devenu une convention sociale à laquelle nous avons du mal à échapper ? 

Effectivement, si on est obligé d'offrir, on est dans un rituel sans sens, ce qui est beaucoup moins intéressant que de faire, comme je l'évoquais précédement, par exemple, un "bon pour…" sur une carte qui stipule qu'un cadeau sera fait ultérieurement dans le cas où la personne souhaitant faire un cadeau n'a pas eu le temps de faire le bon choix. Une autre idée serait de laisser le choix à la personne d'indiquer ce qu'elle souhaiterait sur ce bon. Il faut quand même préserver ce rituel d'offrir, mais ne pas hésiter à ne pas offrir le jour-même plutôt que d'offrir un cadeau inaproprié. Dans le cas contraire, offrir un cadeau relève alors d'une obligation sans empathie, ce qui est plutôt vexant pour la personne qui le reçoit. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

05.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Tout changer dans le monde d’après ? Le scénario noir que cela pourrait bien déclencher

01.

Marseille : tu l'aimes ou tu la quittes

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Outre-Vosges
- 28/12/2015 - 09:47
Voulez-vous offrir un cadeau qu’on ne revendra pas ?
Faites comme moi : choisissez une excellente bouteille. Ou bien elle fera directement plaisir (ma très vieille tante m’assure qu’aucun vin ne s’est jamais gâté chez elle), ou bien l’intéressé aura le plaisir de l’offrir à quelqu’un d’autre mais ne la revendra pas. Moi-même je ne bois jamais (sur ordre de la Faculté j’ai dû y renoncer) mais on vient de me faire cadeau d’une bouteille de bordeaux : je ne serai pas embarrassé pour trouver un amateur qui se fera un plaisir de la déguster à ma santé. Évidemment pour les enfants il ne s’agit pas de les inciter à boire, mais on doit se renseigner sur ce dont ils sont fous au moment même : plusieurs albums de « La Reine des Neiges » ont fait sautiller de joie des petites filles. Quant à mes petits-neveux que je n’ai guère l’occasion de voir, j’envoie un chèque à leurs parents en disant à ces derniers qu’ils connaissent mieux que moi les gouts de leur progéniture.