En direct
Best of
Best Of du 13 au 19 avril 2019
En direct
© Reuters
Au piquet
Le collège unique ou la médiocrité pour tous
Publié le 29 décembre 2015
Pour l’enseignant en collège que je suis, l’un des événements marquants de 2015 a été la réforme du collège dont l’entrée en vigueur est prévue pour la rentrée 2016 et qui a suscité de nombreuses tensions auprès des syndicats d’enseignements, d’inspecteurs et de proviseurs mais également des parents d’élèves. Cette « refondation de l’école » portée par la Ministre de l’Education nationale qui prend appui sur trois concepts - souplesse, autonomie, interdisciplinarité, s’inscrit à l’encontre du but de l’Education nationale: former des citoyens capables de réfléchir par eux-mêmes.
Diplômé de l'IEP de Paris, agrégé d'Histoire, docteur en Droit et docteur en Histoire, JFC, après avoir été consultant dans des cabinets anglo-saxons, puis cadre dirigeant dans un grand groupe industriel, a choisi il y a près de 10 ans de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-François Chemain
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Diplômé de l'IEP de Paris, agrégé d'Histoire, docteur en Droit et docteur en Histoire, JFC, après avoir été consultant dans des cabinets anglo-saxons, puis cadre dirigeant dans un grand groupe industriel, a choisi il y a près de 10 ans de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pour l’enseignant en collège que je suis, l’un des événements marquants de 2015 a été la réforme du collège dont l’entrée en vigueur est prévue pour la rentrée 2016 et qui a suscité de nombreuses tensions auprès des syndicats d’enseignements, d’inspecteurs et de proviseurs mais également des parents d’élèves. Cette « refondation de l’école » portée par la Ministre de l’Education nationale qui prend appui sur trois concepts - souplesse, autonomie, interdisciplinarité, s’inscrit à l’encontre du but de l’Education nationale: former des citoyens capables de réfléchir par eux-mêmes.

On se souvient des circonstances de l’adoption de celle-ci : aucune concertation, aucun débat, une loi votée dans l’urgence et un décret d’application signé le jour même d’une grande manifestation intersyndicale. Idées fausses, grands discours et coercition : une certaine conception de la démocratie. J’avais fait grève pour la première fois.

Sur le fond, je ne comprends pas bien. Le problème est peut-être que je suis trop bête pour cela – et sans doute ai-je multiplié les titres pour conjurer cette impression, en vain. Ou trop méchant : la première formation à laquelle j’ai assisté sur la question commençait par un opportun rappel des “valeurs républicaines”, Liberté, Egalité, Fraternité, Laïcité. Comme quoi ceux qui seraient contre la réforme (à peu près tout le monde dans l’amphi où se déroulait la formation) ne seraient pas de bons républicains. C’est comme cela que l’ont vécu les collègues autour de moi.

L’idée centrale semble être l’égalité, en tout cas la conception que certains en ont. Elle implique de mettre fin au “détestable entre soi”, qui pousserait les soi-disant “bons élèves” à se regrouper dans des sections bilangues ou européennes, ou à choisir l’allemand en première langue, pour échapper aux “moins bons” qui ne seraient que des “pas encore bons” mais ne demandent qu’à le devenir, à condition qu’on baisse le niveau, gomme les frontières entre les disciplines et supprime les notes. Pourtant, ces classes d’élite étaient pour des élèves de ZEP de bons moyens de réussir, j’ai vu suffisamment d’anciens aujourd’hui dans le supérieur revenir en témoigner ! Or on présente ces jeunes, désireux de s’en sortir par la discipline et le travail, comme des “privilégiés”, allant jusqu’à les comparer aux affreux “élèves des beaux quartiers”. La médiocrité pour tous, ou le lit de Procuste ! 

Loin de moi l’idée d’ironiser sur ces “moins bons”. J’ai souvent plaidé la cause des victimes du collège unique, ces enfants qui ont de l’or dans les mains, plein de bon sens, du mal à rester assis 7 heures de suite sans remuer, et aussi des rêves plein la tête comme le “cancre” chanté par Prévert. Il faut, comme c’est mon cas, être resté devant un tournevis ou une clef à molette comme une poule devant un couteau pour comprendre que la seule forme d’intelligence respectable n’est pas celle qu’on attend à l’école. La société, pour tourner, a besoin de plombiers, de carrossiers, de bouchers, dont on ne trouve pas assez… Il n’y a rien de méprisable dans ces métiers, ni rien de particulièrement noble dans ceux qu’on dit “intellectuels” – terme qui n’est pas synonyme d’”intelligent”. On dirait que certains raisonnent encore, deux siècles après la Révolution, comme de petits marquis : mais il n’y a plus de métier “noble” ou “ignoble”, et la dérogeance n’existe plus ! Le rôle de l’Education Nationale, ce devrait être de déceler et valoriser les talents de chaque élève, en admettant que tous sont respectables et utiles. Je ne vois pas de meilleur remède au décrochage scolaire, au sentiment de dévalorisation, à l’indiscipline et à la révolte de certains, qui peut les conduire jusqu’à la violence. Comment ne pas devenir fou, quand l’accès – enfin ! - aux filières professionnalisantes est conditionné par une conduite irréprochable jusqu’en fin de collège, où l’on se sent à la torture (n’est-ce pas l’étymologie du mot “travail”, qui vient de tripalium, “instrument de torture”) ?

“Deviens ce que tu es”, “esto vir”… Les grandes maximes de l’éducation mettent la personne, sa nature, son respect, son développement au coeur du projet éducatif : le pédagogue devrait, à la limite, s’effacer devant son élève, tel Pygmalion devant sa créature. Elles semblent devoir laisser place à ce dogme soi-disant républicain, porté par la plus grosse institution du monde : “sois égal aux autres”, c’est-à-dire “fais comme tout le monde”… Il me semble hélas que, parfois, “humanisme” et humanité ne font pas bon ménage.

On peut s’étonner du décalage qui existe entre le projet affiché par l’Education Nationale - fabriquer des citoyens capables de réfléchir par eux-mêmes - et la pratique qui, au delà des grands mots (“refondation de l’école”, “socle commun”, “pédagogie différenciée”…) produit des jeunes stéréotypés dans leurs carences fondamentales : nullité de l’orthographe, méconnaissance de la grammaire, incapacité à réaliser des calculs simples, inculture abyssale… Constat général tant dans le secondaire qu’à l’université. La réforme, qui casse les enseignements disciplinaires pour mettre en place des usines à gaz transversales, ne me paraît pas à même de corriger cette tendance. On ne pourra ensuite s’étonner du mauvais classement de la France dans les comparaisons internationales, sauf à préférer avoir tort avec les idéologues que raison avec la réalité.

 
 

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Pourquoi l’incendie de Notre-Dame oblige Emmanuel Macron à revoir sa copie
02.
Ils reconnaissent l'une des écoles de leur village dans un film porno
03.
Le Royaume-Uni champion des investissements en capital risque malgré le risque du Brexit
04.
Trêve ou flottement au sommet ? Quoiqu’il en soit, voilà les 5 questions de fond auxquelles Emmanuel Macron devra absolument répondre s’il veut reprendre la main
05.
Et encore des contacts "volés" à ses utilisateurs : l’heure de dissoudre Facebook est-elle venue ?
06.
Le nouveau parti du Brexit de Nigel Farage prend la tête des sondages pour les Européennes au Royaume-Uni
07.
Notre-Dame de Paris : l'entreprise en charge des travaux impliquée dans un autre départ de feu récent
01.
Notre-Dame de Paris : des dirigeants de l’Unef se moquent de l'incendie
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Ce que pèse vraiment le vote musulman dans la balance démocratique française
04.
L’insoutenable légèreté de la majorité LREM ?
05.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
06.
Cardinal Robert Sarah : “Ceux qui veulent m’opposer au Pape perdent leur temps et leurs propos ne sont que le paravent qui masque leur propre opposition au Saint-Père”
01.
Après les Gilets jaunes, Notre-Dame : cette France qui se redécouvre des sentiments perdus de vue
02.
Mais pourquoi se poser la question sur l’origine de l’incendie de Notre-Dame classe-t-il automatiquement dans le camp des complotistes ?
03.
Du “Yes We Can” au “Yes I can” : de quelle crise politique le succès phénoménal de Michelle Obama est-il le symptôme ?
04.
Incendie de Notre-Dame : et notre mémoire ancestrale fit irruption dans la post-modernité
05.
Suppression de l’ENA : en marche vers des records de démagogie
06.
Grand Débat : le revenu universel, la mesure qui pourrait produire l’effet whaouh recherché par Emmanuel Macron
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
BOCE64
- 30/12/2015 - 03:15
la droite
Il est vrais qu en France le vote à droite c est pas bien ..........
BOCE64
- 30/12/2015 - 03:13
la gauche
Mais ce sont des français qui ont votés en 2012 à gauche ! Non ? Lol mort de rire .....
Vous avez les politiques que vous mérités .
vangog
- 29/12/2015 - 23:23
L'égalitarisme gauchiste est anti-Républicain!
La gauche a toujours procédé par nivellement et arasement des têtes qui dépassent, par la violence physique bien souvent. Cette violence de Belkacem est d'une autre trempe, c'est celle de la dictature de la pensée unique, au summum de son épanouissement. Les UMPUDIMODEMs sont les Frankensteins qui ont créé ce monstre Orwelliens. Toute opposition devient subversion envers un ensemble de valeurs qui ont été vidées de leur substance. Les prêtres de ce nouvel évangile socialistes brandissent les anathèmes qui vont confisquer le débat, dès le tout début: Amour, République...impossible contradiction. Comme dans les dictatures socialistes d'avant-mur, la conclusion est posée d'avance, et le débat ne sert qu'à glorifier l.axiome de base, à défaut de l'étayer: Égalité...difficile d'être défavorable!...le reste est comme une grand-messe catholique. Amour est posé. Et le rituel ne sert qu'à atteindre la communion des âmes faibles sur ce fondement bancale et univoque...le socialisme est la nouvelle religion des naïfs!