En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

03.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

04.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

07.

Les surdoués demandent-ils l’impossible en amour ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Suits : Avocats sur mesure" : une série souvent haletante, mais un peu irrégulière, quelques épisodes sont décevants, en particulier la saison 7

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Et Maintenant ?" de Eirin Forsberg et Gilles La Carbona : comment devient-on une femme battue alors que tout semblait si parfait ?

il y a 2 heures 53 min
pépites > Politique
Liberté d'expression
Les propos de Clémentine Autain contre l'islamophobie ont été récupérés et détournés par un média proche des Frères musulmans
il y a 4 heures 24 min
décryptage > International
Les entrepreneurs parlent aux Français

Covid, Chine, USA et l’absence d’Europe de l’investissement et de l’entrepreneuriat

il y a 8 heures 18 min
pépite vidéo > International
Liberté d'expression
Caricatures de Mahomet : les appels au boycott de produits français se multiplient
il y a 9 heures 22 min
décryptage > International
Paris - Ankara

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

il y a 9 heures 40 min
décryptage > Economie
Taxes

Dépenses publiques et fiscalité : plus ça change, moins ça change…

il y a 9 heures 58 min
décryptage > Economie
Panorama de la crise

COVID-19 : comment dire de faire attention ?

il y a 10 heures 24 min
décryptage > High-tech
12 CYBER-MENACES PRÉOCCUPANTES

Quand les cyberattaques menacent de faire dérailler les prochaines élections présidentielles, et pèsent au même titre que la pandémie de coronavirus sur nos démocraties

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Politique
Crèdul*

Vous avez aimé les raffarinades de Raffarin ? Vous adorerez les lapalissades de Castex

il y a 11 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Aiglon - le rêve brisé de Napoléon" de Laetitia de Witt : un portrait du fils de l'Empereur, historiquement fiable et chaleureusement humain

il y a 2 heures 42 min
pépites > France
Appel au calme
Le CFCM considère que les "musulmans ne sont pas persécutés" en France
il y a 3 heures 41 min
pépites > International
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine
La Turquie sort du silence et condamne officiellement "l'assassinat monstrueux" de Samuel Paty en France
il y a 5 heures 29 min
décryptage > Education
Samuel Paty

Vous avez dit liberté d'expression ?

il y a 8 heures 49 min
light > Economie
Transport
Le vélo de fonction payé par l'entreprise va-t-il devenir à la mode ?
il y a 9 heures 27 min
pépites > Politique
Elections
Présidentielle 2022 : près de huit électeurs inscrits sur dix affirment envisager l’abstention, le vote blanc ou le vote antisystème selon un sondage Opinion Way
il y a 9 heures 57 min
pépites > Economie
Diplomatie
Appel au boycott de produits français : "Pas question de céder au chantage" Geoffroy Roux de Bézieux, solidaire du gouvernement français
il y a 10 heures 19 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Etats-Unis : ce n'est pas seulement une élection présidentielle. C'est un choix de civilisation

il y a 11 heures 3 min
décryptage > International
Guerre commerciale

Les Chinois pensent que l’ère de la super puissance américaine est terminée. Ont-ils raison ?

il y a 11 heures 33 min
pépites > Santé
Coronavirus
"Autour de 100.000 cas" de Covid-19 par jour, en France selon Jean-François Delfraissy, président du Conseil scientifique
il y a 12 heures 6 min
© Reuters
© Reuters
Editorial

Pourquoi 2015 restera comme l'année économique des occasions manquées

Publié le 25 décembre 2015
Cette année aura été particulièrement difficile, tant sur le plan humain que sur le plan économique. La France reste engluée dans une quasi-stagnation et les faibles impulsions de croissance ne sont dues qu'à des influences extérieures.
Michel Garibal
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Garibal , journaliste, a fait une grande partie de sa carrière à la radio, sur France Inter, et dans la presse écrite, aux Échos et au Figaro Magazine.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Cette année aura été particulièrement difficile, tant sur le plan humain que sur le plan économique. La France reste engluée dans une quasi-stagnation et les faibles impulsions de croissance ne sont dues qu'à des influences extérieures.

2015 restera une année marquée d’une pierre noire. Le terrorisme qui a ensanglanté le  pays au début comme à la fin de la période a ajouté un fardeau supplémentaire à une gestion difficile, engluée pour la quatrième année consécutive dans la stagnation de l’économie.

Le monde évolue à toute allure, alors que nous nous polarisons sur nos querelles intestines qui nous font perdre chaque jour du terrain sur nos grands concurrents, faute de nous adapter aux grands courants modernes. La croissance s’accomplit à un rythme lilliputien : l’essentiel ne vient pas de nous-mêmes, mais a été fourni par les influences bénéfiques venues de l’extérieur. Ainsi, selon l’Insee, l’amélioration de 1,1% du produit intérieur brut cette année serait due à hauteur de 0,4% à la baisse du prix du pétrole,  0,2% à celle des taux d’intérêt et 0,2% de l’euro : un total  de 0,8%, c’est-à-dire les deux tiers du progrès enregistré en 2015. Autrement dit, si la France n’avait compté que sur ses propres forces, c’eût été un surplace total pour l’économie, alors que les influences extérieures auront permis un redressement de 0,9% du pouvoir d’achat des Français.

Malheureusement la manne bienfaisante venue d’ailleurs a fait le plein : elle ne se renouvellera pas l’an prochain : le pétrole pourrait commencer à remonter en cours d’année, les Etats-Unis ont amorcé un relèvement du loyer de l’argent et l’euro pourrait se stabiliser. Il ne faut donc plus compter sur ces trois éléments pour stimuler l’activité. Il faudrait au contraire redoubler d’efforts intérieurs, alors que la France  va se heurter à une conjoncture plus délicate. Les attentats de novembre font peser en effet un lourd handicap sur les mois à venir.   

Alors que le troisième trimestre avait été marqué par un léger mieux de 0,3% de croissance,  celle-ci s’est trouvée littéralement cassée à partir de la mi-novembre. La consommation a lourdement  pâti le mois dernier des événements tragiques enregistrés et le sursaut des ventes dans les derniers jours de décembre ne suffira pas à rattraper le retard enregistré. Le tourisme a subi le  coup dur du départ des étrangers, sans oublier le phénomène climatique marqué par une douceur exceptionnelle qui a pesé sur les achats de produits alimentaires ou même énergétiques.

 En temps normal, la croissance prend son élan  au quatrième trimestre de l‘année pour s’imposer ensuite sur l’exercice suivant. Comme  le quatrième trimestre 2015 va s’inscrire selon toute vraisemblance, en  dessous des prévisions, 2016 sera amené à prendre un mauvais départ avec un retard à l’allumage qui se répercutera sur l’ensemble de l’année. C’est dire que les grands défauts du paysage économique ne seront pas gommés : le chômage continuera  de prospérer ainsi que la dette du pays, avec des impôts qui rentreront moins bien. Le gouvernement annoncera un n ième plan en faveur de l’emploi qui sera sans  doute aussi inefficace  que  les précédents, faute de s’attaquer aux réformes de fond appliquées avec succès par nos partenaires, alors que la loi Macron, censée moderniser l’économie, éprouve une grande difficulté à s’imposer.

Car le gouvernement manque toujours de l’autorité qui lui permettrait de résister aux lobbies de tous ordres qui entendent maintenir le statu quo pour ne  pas perdre leurs privilèges. Et, faute de croissance, on  voit se creuser les inégalités. Les compensations tentées en abaissant les impôts ou en  revalorisant les minima sociaux n’empêchent pas le développement  de la pauvreté qui toucherait près de quinze pour cent de la population  et explique en  partie la  montée du front national.               

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 25/12/2015 - 19:30
Verstehen sie ?
Cher mr. Garibal, vous avez presque tout compris ! Il ne vous reste plus qu'un ultime petit pas à franchir ! Comprendre enfin que LA CROISSANCE, C'EST FINI ! Stop, E Finita la Commedia, Terminato, Kaput ! Out of Order, Terminus, Tous les voyageurs sont invités à descendre, Sortie, Exit, Uscita, De Profundis ! Capito ? Compris ? Verstehen sie ?