En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

ça vient d'être publié
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 25 min 3 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 1 heure 35 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 2 heures 25 min
pépites > Economie
Nouveau record
Coronavirus : 6,3 millions de salariés sont au chômage partiel en France
il y a 5 heures 3 min
light > Science
Quasar
Event Horizon Telescope : des scientifiques capturent l'image d'un trou noir émettant des jets à haute énergie
il y a 7 heures 10 min
pépites > France
Soulager les services de réanimation
Le Conseil scientifique se prononce pour la prolongation du confinement
il y a 9 heures 24 sec
décryptage > Santé
Le mal français

Ces raisons qui empêchent le secteur public français de gérer son argent efficacement

il y a 10 heures 11 min
décryptage > Economie
Production relocalisée

Ces faillites qui détermineront bien plus le monde de demain que tous les Grenelle sur un nouvel avenir...

il y a 11 heures 15 min
décryptage > Environnement
Quel cinéma

Parlementaires à la dérive : leur film s’appelle "Le jour d’après" et c’est un navet !

il y a 11 heures 53 min
décryptage > Economie
Crise de défiance

Casse-tête de la reprise : les entreprises face à la destruction de confiance massive générée par les pouvoirs publics

il y a 13 heures 19 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 1 heure 10 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 1 heure 55 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 4 heures 38 min
pépites > Terrorisme
Enquête en cours
Attaque au couteau à Romans-sur-Isère : l’assaillant a été mis en examen pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 5 heures 28 min
pépites > Europe
Action entravée
Covid-19 : Mauro Ferrari, le président du Conseil européen de la recherche (CER), démissionne
il y a 8 heures 6 min
pépite vidéo > Santé
Mental d'acier
Les conseils de l’aventurier Mike Horn pour surmonter le confinement
il y a 9 heures 34 min
décryptage > Santé
Comparaisons

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

il y a 10 heures 33 min
décryptage > Santé
La bêtise aussi est pandémique

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

il y a 11 heures 27 min
décryptage > Société
Petite réflexion de confinement

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

il y a 12 heures 47 min
décryptage > Europe
Avenir de l'Union européenne

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

il y a 13 heures 38 min
Bonnes feuilles

Petits secrets d'Histoire : quand François Mitterrand estimait que "L'Algérie, c'est la France"

Publié le 27 décembre 2015
Qui aurait songé, avant mai 2012, à accoler l'adjectif " africain " au nom de François Hollande ? Personne, sans doute. Car, avant son élection, l'actuel président de la République était l'un des hommes politiques français les plus étrangers à l'Afrique. Depuis son arrivée à l'Élysée, il s'est pourtant inventé un destin africain. D'abord pour prendre ses distances avec la Françafrique version Sarkozy. Puis en inventant sa propre politique africaine, mélange singulier de déclarations humanistes et d'interventions armées. . À l'aide de témoignages inédits, Christophe Boisbouvier décortique la métamorphose de François Hollande. Extraits de "Hollande l'Africain"aux éditions La Découverte (1/2).
Christophe Boisbouvier est journaliste à Radio France Internationale (RFI), où il anime l'émission quotidienne " L'invité Afrique ". Il collabore aussi à l'hebdomadaire Jeune Afrique.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boisbouvier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Christophe Boisbouvier est journaliste à Radio France Internationale (RFI), où il anime l'émission quotidienne " L'invité Afrique ". Il collabore aussi à l'hebdomadaire Jeune Afrique.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Qui aurait songé, avant mai 2012, à accoler l'adjectif " africain " au nom de François Hollande ? Personne, sans doute. Car, avant son élection, l'actuel président de la République était l'un des hommes politiques français les plus étrangers à l'Afrique. Depuis son arrivée à l'Élysée, il s'est pourtant inventé un destin africain. D'abord pour prendre ses distances avec la Françafrique version Sarkozy. Puis en inventant sa propre politique africaine, mélange singulier de déclarations humanistes et d'interventions armées. . À l'aide de témoignages inédits, Christophe Boisbouvier décortique la métamorphose de François Hollande. Extraits de "Hollande l'Africain"aux éditions La Découverte (1/2).

Le passé colonial de François Mitterrand

Ce qui est incroyable dans cette France des années 1980, c’est que François Mitterrand a réussi à se faire élire président sans que personne ne lui rappelle son double passé vichyste et colonialiste. Cette amnésie collective explique la double face de Mitterrand. Alors qu’il est resté nostalgique toute sa vie de la grandeur coloniale de la France, il est parvenu, au moment de la présidentielle de 1981, à se faire passer pour tiers-mondiste ! Comme beaucoup de jeunes socialistes, François Hollande a préféré s’en tenir là. Certes, il a entendu quelques témoignages sur le passé de son « idole » : il ne peut pas ignorer par exemple la fameuse phrase que Mitterrand, alors ministre de l’Intérieur, avait prononcée à la Chambre des députés en novembre 1954 : « L’Algérie, c’est la France ! » Mais il n’a pas voulu en savoir plus. Et, pendant les trente-cinq ans de carrière politique qui suivront, jamais, à notre connaissance, Hollande ne reviendra sur le passé colonialiste de François Mitterrand.

Dans les mois qui suivent l’intervention française au Tchad, un nombre croissant d’observateurs commence pourtant à se pencher sur la politique africaine de Mitterrand. On a vu comment l’infatigable Mongo Beti avait pointé la duplicité de Mitterrand juste après son arrivée à l’Élysée. Quelque temps plus tard, en 1984, c’est au tour du chercheur Jean- François Bayart de tenter une analyse d’ensemble. Pour comprendre la politique de Mitterrand, explique-t-il, il faut se pencher sur son passé. Car celui-ci, malgré le silence qui l’entoure, est particulièrement chargé.

Bayart rappelle que, de juillet 1950 à juillet 1951, le tout jeune Mitterrand, âgé de moins de trente-cinq ans, a été ministre de la France d’outre-mer et a réussi à l’époque un « hold-up » politique : le retournement de l’Ivoirien Félix Houphouët-Boigny, alors compagnon de route des communistes, en faveur de son parti de centre gauche, l’Union démocratique et socialiste de la Résistance (UDSR). Si Mitterrand n’a pas rompu avec la politique des précédents présidents de la Ve République, explique Bayart, c’est parce que ces derniers n’avaient eux-mêmes pas rompu avec la politique coloniale de la IVe République, dont François Mitterrand et Gaston Defferre étaient des figures éminentes. Ministre de l’Intérieur du gouvernement Mauroy entre 1981 et 1984, Defferre a également un long passé colonial. En juin 1956, c’est lui qui, en tant que ministre de la France d’outre-mer, avait donné son nom à une importante réforme institutionnelle – la « loi cadre Defferre » – qui préparait l’indépendance contrôlée des colonies françaises d’Afrique. « On s’est gaussé, écrit Bayart, de ce que M. Mitterrand se soit placé dans la continuité de ses prédécesseurs. Il serait plus juste de dire que ceux-ci ont assumé la voie que M. Mitterrand avait ouverte en 1951, en obtenant la rupture entre le Rassemblement démocratique africain [de Félix Houphouët-Boigny] et le Parti communiste français, et que M. Defferre avait entérinée en présentant sa loi-cadre de 1956. La vraie continuité est plus ancienne que ne le dit la droite, elle va de M. Mitterrand au général de Gaulle et à ses successeurs. »

Du coup, quelques esprits curieux se mettent à (re)lire les livres que François Mitterrand avait écrits dans les années 1950, à la veille des indépendances africaines : Aux frontières de l’Union française 13 et Présence française et abandon 14. Et ils s’arrêtent sur ce morceau choisi : « Un pouvoir central fortement structuré à Paris, des États et territoires autonomes fédérés au sein d’une communauté égalitaire et fraternelle dont les frontières iront des plaines des Flandres aux forêts de l’équateur, telle est la perspective qu’il nous appartient de préciser et de proposer, car sans l’Afrique il n’y aura pas d’Histoire de France au XXIe siècle 15. »

Pour connaître la pensée intime du futur président français à la veille des indépendances, quelques chercheurs exhument une étonnante interview que François Mitterrand avait donnée à Accra en mars 1957, juste avant la proclamation de l’indépendance du Ghana. Mitterrand, alors garde des Sceaux du gouvernement Guy Mollet, doit représenter la France à la cérémonie. Et il est de mauvais poil ! Il craint que l’exemple ghanéen ne soit suivi par les territoires de l’Afrique occidentale française (AOF). Face au journaliste britannique qui le titille, il s’agace : « Venez avec moi en Côte d’Ivoire. J’ai mon avion qui y part jeudi. J’aimerais vous faire rencontrer Houphouët. Vous verrez comme ils nous aiment. L’Afrique française ne veut pas l’indépendance 16. »

Mitterrand et Houphouët… Il y aurait un livre à écrire sur la relation entre ces deux hommes. Dès 1951, le ministre français et le médecin ivoirien font tandem. Puis le couple traverse une grave crise. Pendant une quinzaine d’années, Houphouët abandonne Mitterrand pour Foccart. Mais, dès 1981, les deux complices se retrouvent et Jean-Pierre Cot, le réformateur, l’apprend très vite à ses dépens. En décembre 1993, quand Houphouët rendra son dernier souffle, Mitterrand perdra une partie de lui-même. Et, quelques mois plus tard, au soir de sa vie, le vieux président français confiera à Jean Lacouture : « C’est là [en Afrique] que ma vie publique a pris son sens, dans le combat pour la révision des rapports coloniaux. Mon action au ministère de la France d’outre-mer fut mon expérience politique primordiale et en a commandé l’orientation »

De son expérience coloniale, Mitterrand gardera toute sa vie une très grande méfiance à l’égard des Anglo-Saxons. Comme beaucoup d’autres, en particulier parmi les hauts fonctionnaires spécialistes de l’Afrique, il reste marqué par le « complexe de Fachoda  ». « En Afrique, écrivait-il en 1957, l’Angleterre se comporte souvent comme si la dispute stérile de la fin du XIXe siècle avait conservé son actualité. Elle envoie encore Kitchener à Fachoda pour en chasser Marchand. On la rencontre à l’origine de nos difficultés togolaises, et elle anime la concurrence qui maintenant oppose l’Afrique occidentale de formation anglaise à l’Afrique occidentale de formation française. »*

Extraits de "Hollande, L'Africain" de Christophe Boisbouvier, aux éditions La Découverte. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Et si Trump avait raison sur la Chine

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Ces fonctionnaires non élus qui imposent leur volonté face à la crise du Coronavirus

07.

Le système de santé allemand, privé et concurrentiel, fait beaucoup mieux que les systèmes publics français et anglais

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

04.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

05.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

06.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

04.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

05.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

06.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 28/12/2015 - 07:02
Mitterrand voulait l'Algérie francaise comme le FN
Ils avaient ce point commun, et nous aurions 40 millions de " francais " supplémentaires, il faut imaginer notre pays avec une libre circulation entre la France et notre " département " algérien. Heureusement De Gaulle a fini de choisir l'indépendance. Merci mon Général!
vangog
- 27/12/2015 - 14:18
Un hypocrite ne peut avoir que des valeurs contradictoires
et fluctuantes avec la réalité...En toute chose, la démagogie est le seul recours de l'absence de convictions...et ça fait très mal à la France!
essentimo
- 27/12/2015 - 10:23
surprenant
on ne trouve aucun socialiste dans les exemples retenus et pourtant !