En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
light > People
Reconversion
L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)
il y a 8 heures 51 min
pépites > International
Enquête
L’association L’Arche révèle des abus sexuels qu'aurait commis Jean Vanier, son fondateur
il y a 10 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une histoire d’amour" : Intensité discutable

il y a 13 heures 5 min
décryptage > France
Image d'Epinal

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

il y a 15 heures 4 min
décryptage > Environnement
Absurdité

Nucléaire : au-delà de Fessenheim, un gâchis français

il y a 16 heures 27 min
décryptage > Environnement
Bonnes feuilles

Les distorsions de concurrence qui sont préjudiciables aux agriculteurs français

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Les intellectuels américains et la crise de la civilisation

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Société
Bataille à mener

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

il y a 17 heures 5 min
décryptage > Atlantico business
Dialogue

La « Food révolution » pourrait rapprocher le monde agricole et les écologistes...Encore faudrait-il qu’ils le veuillent

il y a 17 heures 19 min
pépites > Politique
Hommage et émotion
Les obsèques de Michel Charasse vont se dérouler le mercredi 26 février à Puy-Guillaume, en présence d’Emmanuel Macron
il y a 1 jour 2 heures
pépites > Société
Profilage
Le PDG de Rynair fait polémique en expliquant que les terroristes sont souvent des hommes seuls musulmans, pas des familles
il y a 9 heures 49 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Serpent et la Lance Acte 1" : Un thriller Aztèque comme vous n'en avez jamais vu !

il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Too much

Start-up nation oui, anglais à l’eurovision non : qui importe quel mot dans le français d’aujourd’hui ?

il y a 14 heures 38 min
décryptage > Consommation
Evènement

Salon de l'agriculture 2020 : à la découverte de cette agriculture qui "vous tend les bras"

il y a 15 heures 56 min
décryptage > Education
Machine aveugle

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

il y a 16 heures 42 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

L’Algérie d’Abdelaziz Bouteflika à l’heure du Printemps arabe

il y a 16 heures 50 min
décryptage > International
Bonnes feuilles

Le choc démographique : trop d’humains, pas assez de ressources

il y a 16 heures 51 min
décryptage > Economie
Economie à l'arrêt

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

il y a 17 heures 16 min
rendez-vous > Media
Revue de presse people
Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.
il y a 17 heures 24 min
light > Insolite
Trésor inestimable
Ethiopie : une couronne cachée pendant 21 ans aux Pays-Bas a enfin été restituée
il y a 1 jour 3 heures
Starship troopers

Non, la guerre en Irak ne fut pas une guerre pour rien

Publié le 20 décembre 2011
Le dernier soldat américain a quitté ce dimanche l'Irak, près de neuf ans après le début de l'intervention de la coalition menée par les États-Unis. Malgré les victimes et le coût faramineux de la guerre, l'Irak est un pays sur la voie de la diplomatie, de la démocratie et de la prospérité.
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guillaume Lagane est spécialiste des questions de défense.Il est également maître de conférences à Science-Po Paris. Il est l'auteur de  Questions internationales en fiches (Ellipses, 2013 (deuxième édition)) et de Premiers pas en géopolitique ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le dernier soldat américain a quitté ce dimanche l'Irak, près de neuf ans après le début de l'intervention de la coalition menée par les États-Unis. Malgré les victimes et le coût faramineux de la guerre, l'Irak est un pays sur la voie de la diplomatie, de la démocratie et de la prospérité.

Avec le départ fin 2011 de la très grande majorité des soldats américains du pays, la seconde guerre d’Irak est terminée. Et pour la grande majorité des commentateurs, son bilan est globalement négatif. Coût financier et humain faramineux (4500 morts américains, plus de 100 000 irakiens), menace de guerre civile, influence iranienne, discrédit des Etats-Unis (ADM, Abou Ghraïb…) : l’Irak n’aurait servi à rien. En réalité, le bilan doit être nuancé.

L’Irak n’est plus un « Etat voyou », isolé et menaçant. Sous férule du chef baasiste, l’Irak s’est doté d’une armée puissante qu’elle a utilisée contre l’Iran (1980-1988), le Koweït et Israël (1990) et, plus généralement, contre sa propre population (1988 gazage des populations kurdes). Depuis les années 1970 (construction de la centrale Osirak dans le sud du pays), Bagdad a cherché à acquérir l’arme nucléaire. Le débat, avant 2003, ne portait pas sur les ambitions de l’Irak, connues de tous, mais sur les moyens de les contrer. Et si les services occidentaux se sont trompés sur l’avancement de ses programmes, largement affaiblis par les missions d’inspections de l’ONU entre 1991 et 1997 (date de leur expulsion d’Irak), c’est une erreur que Saddam lui-même, à qui ses scientifiques mentaient par peur ou par ambition, a semble-t-il commise. Depuis 2003, le nouvel Irak a changé d’attitude, réintégrant la « communauté internationale », cherchant à renouer avec ses voisins. En 2009, il a même adhéré à l’Organisation internationale d’interdiction des armes chimiques.

L’Irak n’est plus une dictature sanglante. Certes, la démocratie irakienne est pleine de défauts, de la corruption aux affrontements, parfois violents, entre communautés chiites (majoritaire avec 60 % de la population), sunnites (20 %, dominant sous Saddam) et kurdes (20 %). Mais le pays connaît une liberté de la presse réelle et un cycle électoral (élections législatives et régionales en 2005 et en 2010) enviable dans un monde arabe jusque-là cadenassé. Les dernières élections avaient même vu une forte participation de toutes les communautés et une victoire de partis non confessionnels. Évidemment, l’Irak, qui sort de trente ans de dictature et qui n’a jamais vraiment connu la démocratie, n’est pas encore la Suisse. La corruption est un fléau, qui a déclenché des manifestations de protestation (comme en Inde), de même que la violence politique. Mais il est intéressant de noter que, malgré les risques de guerre civile en 2005-2006, l’exemple irakien n’a pas découragé les manifestants du « printemps arabe ». Entre l’injustice et le désordre, ils ont pris le risque du désordre.

Enfin, l’Irak est un marché ouvert. Frappée après 1991 par près de quarante résolutions du Conseil de sécurité, l’Irak voyait ses exportations contrôlées par le système Pétrole contre nourriture. Sous la supervision de l’ONU, ce système devait éviter que l’argent du pétrole vienne financer le réarmement du pays. Détourné par le régime, Pétrole contre nourriture a plongé les Irakiens dans la pauvreté. Il appartient aujourd’hui au passé. Certes, violence et corruption ont ralenti la reconstruction de l’Irak. Le pays a dû attendre 2008 pour renouer avec le niveau de production pétrolière de 2003 (2 millions de barils jour). Mais les réserves de l’Irak permettent d’espérer beaucoup mieux : en 2017, le pays veut produire 17 millions de barils par jour, soit l’équivalent de l’Arabie saoudite. Cet apport irakien sera positif pour l’économie mondiale. D’ores et déjà, malgré les freins que constituent les incertitudes sur la gouvernance du pays, l’Irak attire les investisseurs, y compris français.

Au total, l’intervention en Irak n’a peut-être pas eu que des inconvénients. Surtout si on la compare à la situation que vont laisser, quand ils achèveront leur retrait dans deux ans, les Occidentaux en Afghanistan…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

03.

La réaction de la femme de Griveaux

04.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

05.

Nos ancêtres les paysans : mais au fait combien de français ont encore une idée de la vie à la ferme ?

06.

Comment faire sans la Chine ? Le G20 finance tente de sauver la production mondiale du coronavirus

07.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

01.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

02.

Sos macronie en perdition ? Le poids des (non) mots, le choc des photos

03.

Démocratie représentative en danger : l’extrême gauche en passe de dépasser l’extrême droite

04.

Comment la guerre d’Algérie a fini par ruiner la politique de rayonnement de la France dans le monde arabe

05.

Les suppressions d'emplois chez HSBC annoncent une casse sociale sans précédent dans le secteur bancaire européen

06.

Les gros salaires de plus en plus gros... Mais qu'est ce qui peut justifier de telles extravagances ?

01.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

02.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

03.

La lutte contre le séparatisme en marche… ou pas

04.

Montée de la contestation radicale, aveuglement gouvernemental, l’étau qui asphyxie insensiblement la démocratie française

05.

La réaction de la femme de Griveaux

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (18)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
fms
- 21/12/2011 - 23:30
pour rien peut-être pas... mais pour pas grand chose c'est sûr
Un commentaire sur l'influence grandissante de l'Iran dans ce pays libéré de la dictature ?
Un commentaire sur la fermeture des universités ouvertes aux jeunes femmes ?
Un commentaire sur les mensonges américains à l'ONU pour déclarer la guerre ?
un commentaire sur le sécessionnisme kurde qui continue de déstabiliser la Turquie ?
Enfumage comme a dit un commentaire plus ancien !
DEL
- 20/12/2011 - 18:05
Trop tôt pour le dire...
Nul ne sait ce que deviendra ce pays dans six mois...Cet article n'est qu'un plaidoyer pro américain, voire une défense post mortem pour l'intervention...
PUAKA
- 20/12/2011 - 17:20
Non, la guerre en Irak ne fut pas une guerre pour rien.
Je trouve ce titre lamentable, la coalition menée par les États-Unis a fait plus de mort en 10 ans que durant tout le règne du dictateur et c'est loin d’être terminé. Les Américains et les Anglais partent après avoir fait mains basse sur la 3ème réserve pétrolière mondiale. L’Irak et ses hommes politique est le pays le plus corrompu au monde.