En direct
Best of
Best of du 8 au 14 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

02.

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

03.

Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques

04.

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

05.

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

06.

La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov

07.

Rimbaud était une "caillera" ! C’est un prestigieux spécialiste de son œuvre du nom de Yassine Belattar qui nous l’apprend

01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

03.

Vaccin contre la Covid-19 : pourquoi les pérégrinations de la recherche russe pourraient se révéler crédibles

04.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

05.

Canicule : petite liste des aliments les plus risqués à la consommation quand le thermomètre monte

06.

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Zemmour est « sous-humain » (c'est à dire un sous-homme) ! Et c’est un surhomme qui le dit…

03.

Masques et crise de la masculinité : les ingrédients du cocktail explosif de violences en série

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Ce qui se passe pour notre corps quand on arrête l’alcool

06.

Cancel culture : pourquoi les pires dérives du XXe siècle nous menacent à nouveau

ça vient d'être publié
light > Religion
Contexte particulier
Pèlerinage du 15 août à Lourdes : des milliers de pèlerins sont attendus, le masque sera obligatoire
il y a 10 heures 58 min
pépite vidéo > France
Vive émotion
Retrouvez l’hommage de Jean Castex aux six humanitaires français tués au Niger
il y a 13 heures 13 min
pépites > International
Noms d'oiseaux
La Turquie accuse la France de se comporter "comme un caïd" en Méditerranée
il y a 14 heures 25 min
pépites > Politique
Couple franco-allemand
Emmanuel Macron va recevoir Angela Merkel au Fort de Brégançon le 20 août prochain
il y a 16 heures 59 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Covid-19 : Jérôme Salomon estime que le "virus sera toujours là" à la rentrée et confirme une baisse du prix des masques
il y a 18 heures 35 min
décryptage > Santé
Nouvel espoir

Ces 40% de contaminés asymptomatiques qui pourraient être la clé contre la Covid-19

il y a 20 heures 43 min
décryptage > Société
Nihilisme sociétal

Alerte à la pseudo justice sociale : cette culture de l’excuse qui (co)produit la violence qui nous envahit

il y a 21 heures 53 min
décryptage > International
Maison Blanche

Pourquoi une élection de Joe Biden ne rétablirait pas les relations transatlantiques du monde d’avant

il y a 22 heures 46 min
pépites > France
Acted
Français tués au Niger : Jean Castex va présider une cérémonie d’hommage ce vendredi
il y a 1 jour 12 heures
pépites > International
Diplomatie
Donald Trump annonce un "accord de paix historique" entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 1 jour 13 heures
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "A crier dans les ruines" d'Alexandra Koszelyk, un roman féerique et gracieux sur Tchernobyl

il y a 11 heures 38 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
La haine de l'Occident : des BLM à la Turquie néo-ottomane d'Erdogan, entretien avec Pierre Rehov
il y a 13 heures 46 min
pépites > International
Vague de critiques
L'Autorité palestinienne, l’Iran et la Turquie rejettent l'accord entre Israël et les Emirats arabes unis
il y a 16 heures 14 min
light > Culture
Succès fou
Le livre de Nicolas Sarkozy, Le Temps des tempêtes, devient officiellement le best-seller de l'été 2020
il y a 18 heures 3 min
pépite vidéo > Europe
Distanciation sociale
Interdiction en Galice : la fumée de cigarette peut-elle transmettre le coronavirus ?
il y a 20 heures 17 min
décryptage > France
Ecoutons-là

"Pourquoi les Africains qui se disent victimes du racisme en France ne retournent-ils pas en Afrique ?"

il y a 21 heures 28 min
décryptage > Economie
Résilience face au climat

Canicules, inondations et tempêtes : la vulnérabilité humaine et économique diminue avec les années

il y a 22 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Les Jungles rouges" de Jean-Noël Orengo, les rêves suscités par l’Indochine et l’Extrême-Orient, de 1924 à 1951

il y a 1 jour 11 heures
pépite vidéo > Consommation
Parfums de l'été
Paris : Matthieu Carlin, le chef pâtissier du Crillon, propose les glaces du célèbre palace dans un food truck
il y a 1 jour 13 heures
light > France
Lieu mythique
Covid-19 : Sénéquier, le célèbre établissement de Saint-Tropez, ferme temporairement
il y a 1 jour 14 heures
© Reuters
© Reuters
Voulez-vous...?

La libido diminue chez les hommes comme chez les femmes… mais pas forcément pour les mêmes raisons

Publié le 20 décembre 2015
Depuis quelques années, la baisse de la libido est un vrai problème pour un grand nombre de femmes et, pour la première fois, pour les hommes.
Pascal-Emmanuel Gobry
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Pascal-Emmanuel Gobry est journaliste pour Atlantico.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Depuis quelques années, la baisse de la libido est un vrai problème pour un grand nombre de femmes et, pour la première fois, pour les hommes.
 

Aux Etats-Unis, depuis quelques années fleurissent des livres destinés aux femmes avec des titres comme "Retrouver sa sexualité" : Recharger votre libido (2012), Relancer le désir (2014) ou Retrouver le désir (2012) où Laurie Watson écrit "Si vous pensez que le sexe n'en vaut tout simplement pas l'effort, vous n'êtes pas seule."

Une "véritable crise de la libido" chez les femmes

Nous faisons face à une "véritable crise de la libido" des femmes, écrit Katherine Rowland dans le magazine Aeon. Selon diverses études, 16% des femmes britanniques disent ressentir un manque de libido, 43% des femmes américaines déclarent avoir des problèmes de sexualité, et à l'échelle mondiale, entre 10 et 50% des femmes déclarent avoir trop peu de désir sexuel. En France, selon un sondage IFOP de 2010, un Français sur deux aurait eu un problème dans son couple dû à un manque de désir.

La libido des femmes inquiète les scientifiques depuis près d'un siècle. A partir du 19ème siècle, la norme du mariage fondé sur l'amour plus que sur la raison amène progressivement l'idée qu'un couple doit être épanoui sexuellement. A partir du 20ème siècle, les psychiatres et gynécologues commencent à s'inquiéter de ce qu'ils appellent la "frigidité" des femmes. Aujourd'hui, il est difficile d'être dupe du fait que l'immense majorité, sinon la totalité, de ces scientifiques étaient des hommes les menaient à voir cette "frigidité" comme une maladie de la femme et non une conséquence de l'ignorance et du manque de talent des hommes... Mais depuis quelques temps, c'est moins la difficulté à éprouver du plaisir dans le rapport sexuel qui inquiète que la difficulté à avoir du désir. 

Plusieurs faits nouveaux changent la donne depuis un moment. De plus en plus, ce sont des femmes jeunes, en pleine santé et, surtout, amoureuses, qui se plaignent d'une baisse du désir, comme le rapporte ABC News. Rien n'a changé, mais le désir s'est eteint. 

Le problème est inquiétant. Selon une étude de l'Université de Pavie de 2010, "un pourcentage plus élevé de femmes avec un désir sexuel faible se sentent frustrées, inquiètes, malheureuses, déçues, désespérées, perturbées, honteuses et aigries, par rapport aux femmes avec un niveau de désir normal." Cette simple corrélation n'indique pas une relation de cause à effet-selon le bon sens, la relation de cause à effet va dans les deux sens. Et Anita Clayton, psychiatre à l'Université de Virginie, rappelle que la plupart des femmes ne cherchent pas à aller au fond des causes de leur baisse de désir, mais s'habituent simplement à une vie sans sexe.

Quelles sont les causes de ce phénomène ? Pour résumer, on ne sait pas.

Il y a grosso modo deux écoles : celles de la source hormonale, et celles de la source psychologique. Et d'ailleurs elles ne sont pas contradictoires.

L'hormone du désir sexuel est la testostérone, et la femme en produit naturellement moins que l'homme, et produit des œstrogènes qui contrecarrent l'effet de la testostérone. En plus de la testostérone produite par le système nerveux, les ovaires de la femme produisent de la testostérone lorsqu'elle est au sommet de son cycle reproductif. Aux Etats-Unis, la thérapie par la testostérone est souvent prescrite aux femmes contre la baisse du désir sexuel. Irwin Goldstein, anciennement urologue à la faculté de médecine de l'Université de Boston, un des pères du viagra qui s'est tourné vers la recherche d'un "viagra féminin", résume la conception de cette école : "Depuis des siècles, les femmes ont eu des niveaux faibles de testosterone, et on ne s'en rend compte que maintenant. L'aspect psychologique est important, mais il faut aussi mettre les femmes à un niveau normal."

Pourtant, de nombreuses femmes qui font une thérapie par testostérone n'arrivent pas à régler le problème. De nombreux chercheurs s'orientent également vers des explications psycho-sociales, voire sociétales. Pour Stephanie Coontz, historienne de la famille à Evergreen State College, le mariage moderne fait peser de nouvelles attentes sur le couple, qui peuvent être bonnes, mais qui peuvent être pressurisantes, notamment au niveau du sexe. Comme le signale Leah Libresco de FiveThirtyEight, beaucoup de couples sur-estiment ce qui est "normal" comme taux d'activité sexuelle et, en se comparant à ce niveau non réaliste, se sentent inférieurs et frustrés. 

Pour le psychologue Christopher Ryan, la baisse du désir n'est pas une maladie, mais le symptôme d'un "problème de tous les aspects de la vie" qui combine l'importance du travail, du stress, de l'isolation sociale avec le repli sur la famille nucléaire étendue, et des attentes fortes qui pèsent sur la famille nucléaire, l'éducation des enfants et la monogamie romantique. Selon de nombreuses études, les gens travaillent plus et sont moins satisfaits au travail, sont de plus en plus stressés, et les diagnostics de maladies mentales augmentent.

Les jeunes hommes ne sont pas épargnés

Plus inquiétant encore peut être, on constate une baisse de la libido chez les jeunes hommes en bonne santé. Il s'agit sans doute du dernier chez lequel on aurait imaginé voir ce phénomène, et pourtant on assiste à l'émergence de "ces hommes qui n'ont plus envie de sexe", comme titre le magazine Psychologies.

Pour les femmes le mystère plane, mais pour les hommes il semble y avoir un facteur direct. Comme le déclare brutalement un rapport très éclairant de février 2011 de la très sérieuse Société italienne d'andrologie et de médecine de la sexualité, "Le porno sur internet tue la sexualité des jeunes hommes."

Ce qui ressort de toutes les études est que le porno sur internet--en streaming vidéo gratuit et disponible en deux clics--est qualitativement différent du porno depuis qu'il existe, sous une forme ou sous une autre, depuis toujours. En effet, la sélection naturelle nous a donné un mécanisme physiologique de "goinfrage" lorsqu'il s'agit de la nourriture et du sexe ; la dopamine que génère le sexe et la nourriture inhibe notre sensation de satiété naturelle. Donc comme nous assistons à une épidémie d'obésité, nous assistons à une épidémie -certes moins visible- d'"addiction à l'excitation sexuelle", comme l'indique le chercheur Gary Wilson, qui étudie l'impact neurologique du porno sur internet sur le cerveau. 

L'utilisation accroît l'insensibilité au plaisir, à une hyper-sensibilité au porno (et donc à une sensibilité plus faible aux stimulations sexuelles qu'offre le monde réel), et à une baisse de la volonté, donc à un cycle addictif. Le cycle addictif mène à une désensibilisation progressive : il en faut toujours plus pour atteindre le même niveau de plaisir. Toujours plus -ou de la nouveauté. Dans le phénomène de l'addiction au porno, il y a également une addiction à la nouveauté, qui explique la prolifération de porno mettant en scène des actes et des pratiques toujours plus étranges et éloignées de la réalité. Comme le décrit le docteur Carlo Foresta, directeur de la Société d'andrologie et de médecine sexuelle d'Italie, ce phénomène mène d'abord à une désensibilisation au porno, puis à une baisse de la libido, puis dans certains cas, à l'impuissance.

Il est possible que le phénomène chez les hommes ne se produise pas en parallèle à la baisse de la libido des femmes, mais en lien avec. Après tout, la mollesse du désir de son partenaire n'est pas le meilleur moyen de susciter le désir chez l'autre... Et si les hommes, en voulant retrouver les sensations du porno, demandent à leurs partenaires des pratiques qui ne leur conviennent pas, cela peut avoir un impact sur le désir. 

Peut être une explication sociétale

Une autre explication potentielle de cette baisse de la libido des femmes qui n'est que peu évoquée dans les études mais mérite d'être explorée : la contraception. Le lien entre les contraceptifs hormonaux et la baisse de la libido chez de nombreuses femmes est avéré. En Allemagne, la réglementation impose aux fabricants d'indiquer la baisse de la libido comme un risque potentiel de la pilule contraceptive. Selon des sexologues interrogés par le magazine Women's Health, la baisse de la libido due à la pilule toucherait jusqu'à 40% des femmes.

Et si le stress dû à la vie moderne crée une baisse de la libido, cela peut être lié à un problème plus large, ce qu'on appelle le "paradoxe de la baisse du bonheur des femmes", d'après une étude éponyme du couple d'économistes Betsey Stevenson et Justin Wolfers qui rapporte que malgré une hausse de la qualité de vie des femmes selon de nombreux critères objectifs, notamment leur libération du patriarcat, leur bonheur subjectif rapporté dans les sondages est en baisse constante depuis les années 1970, et ce à travers le monde et les groupes démographiques et socio-économiques, et ce phénomène coïncide avec les avancées de la libération de la femme. Il y a bien sûr une explication progressiste à ce constat : on a donné aux femmes les pressions de la vie d'homme (carrière, etc.) sans pour autant leur retirer les pressions de la vie de femme ; par exemple la majorité des femmes qui travaillent continuent à faire plus de tâches ménagères que les hommes. 

C'est sans doute une explication. Mais une autre explication -pas forcément contradictoire avec la première- est tout simplement que les femmes étaient plus heureuses et plus épanouies dans un régime patriarcal où elles avaient moins de responsabilités. Après tout, être dominée sexuellement est le fantasme le plus répandu des femmes, selon plusieurs études, et en particulier chez les femmes qui sont "dominantes" dans leur vie sociale. 

L'écrivain américaine Sandra Tsing Loh a publié en 2009 un essai qui a défrayé la chronique, "Arrêtons tout", où elle décrit la déception, le manque d'intérêt, voire le dégoût d'elle et de son cercle d'amies californiennes privilégiés pour leurs maris "post-féministes" :  ouverts, sensibles, qui font la cuisine et maternent les enfants et partagent équitablement les tâches domestiques. On est loin de Christian Grey, du phénomène des Fifty Shades of Grey qui a captivé des millions de femmes, beau milliardaire qui domine sexuellement la narratrice du roman- avant de l'épouser pour vivre avec elle dans un mariage patriarcal où ils font beaucoup d'enfants. Néanmoins, sans doute le stress au travail et les pressions du monde moderne jouent-ils également un rôle.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Ganesha
- 21/12/2015 - 11:12
Dedeuche
Juste une suggestion : intéressez-vous à son clitoris : Elle sera peut-être réticente au début, ou préférera le réserver à un autre, mais croyez-moi...
Deudeuche
- 21/12/2015 - 10:03
@Ganesha
bon commentaire sur le chimique. Mais le refrain de pruderie 68arde montre que la lecture a été partielle. Le problème du porno c'est le caractère irréaliste qui crée une addiction à des contes en image, loin d'une vrai relation. Demander à n'importe quelle femme ou aux hommes qui ont compris une femme, la leur.
Organe de plaisir de l'homme; l'œil,, de la femme; l'oreille (ce qu'on lui dit ou écoute... et ce n'est pas toujours facile....)
Ganesha
- 21/12/2015 - 08:23
Situation Réelle
Félicitations et remerciements pour l'auteur de cet article ! Lui au moins, contrairement à des prédécesseurs sur Atlantico, il s'est renseigné sur ce qui se passe réellement. Il a apparemment été oublié ou il a refusé les offres financières des lobbies, et ne nous raconte pas trop de carabistouilles psychologiques ! La situation objective, c'est un emploi massif de produits chimiques, de structure proche des œstrogènes, aussi bien dans l'agriculture que dans l'industrie ! Conséquence : baisse de libido généralisée et, chez les hommes, baisse de 50 % du nombre de spermatozoïdes dans leur semence. Autres effets du ''bonheur chimique'' : explosion de l'obésité et des cancers ! Évidemment, il y a aussi le petit couplet traditionnel sur la pornographie. En réalité, ces ''pratiques honteuses et dégradantes'', c'est quoi ? Fellation, cunnilingus et pénétration anale ! Cela augmente le plaisir et donc le désir ! Seul petit problème pour les ''cathos tradi'', ce n'est avec cela qu'on fait des bébés !