En direct
Best of
Best of du 6 au 12 juillet
En direct
Immolation

L’immolation, ce mode de protestation que le printemps arabe a relancé

Publié le 17 décembre 2011
Il y un an jour pour jour, Mohamed Bouazizi s'immolait par le feu devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid. Sa tentative de suicide a entraîné une vague de protestations qui déclenchèrent la révolution de Jasmin en Tunisie. L'immolation reste cependant une forme de contestation sensationnelle qui invective nos sociétés modernes.
Michel Vovelle  est un historien moderniste français, spécialiste de la Révolution française. Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Il a réalisé des travaux d'histoire sociale et religieuse sur la mort. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Vovelle
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michel Vovelle  est un historien moderniste français, spécialiste de la Révolution française. Ancien élève de l'École normale supérieure de Saint-Cloud. Il a réalisé des travaux d'histoire sociale et religieuse sur la mort. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y un an jour pour jour, Mohamed Bouazizi s'immolait par le feu devant le siège du gouvernorat de Sidi Bouzid. Sa tentative de suicide a entraîné une vague de protestations qui déclenchèrent la révolution de Jasmin en Tunisie. L'immolation reste cependant une forme de contestation sensationnelle qui invective nos sociétés modernes.

Atlantico : Il y a un an jour pour jour, Mohamed Bouazizi s'immolait par le feu. Ce vendeur tunisien est devenu le symbole de la révolution tunisienne. Comment expliquer cet acte de désespoir? Pourquoi s’immoler par le feu ? Cette pratique a-t-elle une signification particulière ?

Michel Vovelle : Cette pratique est un mode de contestation. Elle est peu répandue, et renvoie au temps où les héros morts étaient brûlés. Il faudrait la comparer au suicide héroïque. Par exemple, sous la Révolution, lorsque les derniers montagnards de l’assemblée vont être référés devant le tribunal, ils se suicident et se passent le couteau l’un à l’autre. Ce suicide héroïque est une façon de s’exprimer, de témoigner que l’on reste maître de sa vie et de son corps.

C’est un témoignage exceptionnel du sacrifice de sa vie. La forme la plus banale est la grève de la faim. L'immolation, elle, sollicite davantage l'honneur, l'idée de la belle mort.

De nos jours, c’est une manière de montrer que notre société n'est pas à l'écoute. L'individualisation a renfermé les individus sur eux-mêmes, avec pour seule manière de communiquer son mal-être efficacement : le sensationnel.

Cela présume aussi une évolution de notre rapport au corps. Dans nos sociétés qui refusent le don d'organe, où le corps est roi, parfait et sublimé, la détérioration par le feu est perçue comme la plus grande transgression. C'est une attaque à l'intégrité du corps. C’est une mort infamante, on détruit la matérialité du corps.

D’où vient cette pratique de l’Immolation ?

Ce n’est pas une pratique occidentale. Il existe une typologie de la mort, du suicide qui correspond à des traditions, des héritages culturels qui diffèrent selon les pays. Une différence de comportement en fonction des époques, de l’appartenance culturelle et des sexes s’observe.

La mort par le feu est une tradition ancienne. L’immolation par le feu, dans l’imaginaire collectif c’est les bûcher de l’inquisition, c’est une mort infâme et infamante, c’est aussi Jeanne d’Arc. Cessant d’être une pratique punitive, elle a recouvré une normalité avec l’Église. Elle est devenue une pratique fréquente à l’époque moderne à la suite d’un certain nombre de comportements exemplaires.

Ce qui va profondément changer la donne, ce sont les grandes explorations et toutes ces légendes rapportées par les voyageurs et les anthropologues. Mystères, exotisme... À travers de nombreux ouvrages, ils expliquent par exemple la signification du sacrifice de la satî. Les veuves indiennes se jettent dans le feu pour accompagner leurs maris dans la mort. Elles ne le font pas volontairement, c’est tout simplement pour ne pas finir entre les mains de l'ennemi. Leur mort est autrement plus noble, elle prend une dimension héroïque.

La mort par le feu est connotée pour nos générations par le four crématoire. Nous ne sommes pas préparés culturellement à accueillir l’immolation par le feu comme un témoignage noble. Dans notre ère, au sens spatial du terme, cela reste une exception.

Pourquoi assistons-nous à une redécouverte de cette pratique ? Pourquoi observons-nous une contagion à nos sociétés occidentales ?

Ce n’est pas un phénomène tendanciel, il reste au niveau du spectaculaire, de l’exceptionnel.

Les moyens de témoigner son indignation dans le cadre de nos sociétés du XIXe siècle à nos jours, sont la grève et la manifestation. Cependant, les manifestations de la lutte des classes, la violence revendicative, sont des formes de témoignages collectives et organisées. L’immolation prend sa valeur particulière dans le sens où elle reste un geste individuel.

La redécouverte de cette pratique s’est effectuée très récemment, en prenant exemple sur les sociétés orientales, dont le suicide était le moyen ultime de se faire entendre. Tel est le cas de Mohamed Bouazizi, qui a désormais le statut de martyr de cette révolution du printemps arabe. Aujourd'hui, le phénomène est en nette recrudescence.

En France, plusieurs personnes se sont immolées en l’espace de quelques mois. Les individus utilisent ce mode de contestation car les formes organisées, qu’elles soient sociales ou politiques, ont aujourd’hui du mal à s’exprimer, à s'affirmer. L’immolation c’est un geste à la fois très individuel et en même temps une manifestation à caractère exemplaire personnel, comme la forme ultime  affirmée pour réveiller les gens. C’est un scandale. Cependant ce mode de contestation est-il efficace ? 

Propos recueillis par Caroline Long

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Intégration sensible : le cas particulier des immigrés d’origine algérienne ou turque

02.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

03.

A ses ralliés, la République (En marche) pas reconnaissante

04.

Quand Nelson Mandela rejoignait Johnny Clegg sur scène

05.

Les trois (fausses) excuses de Macron pour ne pas mettre en œuvre son programme de réduction de dépenses publiques

06.

La fête est finie : les constructeurs automobiles obligés de tirer les leçons de la baisse importante de leurs ventes

07.

La dangereuse complaisance du planning familial avec l’islam radical

01.

Des tares pas si mauvaises pour l'économie

01.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

02.

Céline Dion envoie DEUX stylistes à l’hosto; Nabilla veut de grandes études pour son bébé; Elizabeth II recueille une milliardaire en fuite; Laeticia Hallyday humiliée à Saint-Tropez; Cyril Hanouna achète à Miami, François H. & Julie Gayet à Montsouris

03.

Auriez vous le brevet des collèges ou... signé une pétition car les épreuves étaient trop difficiles ?

04.

Safari des gérants du Super U : pourquoi leur cas est bien plus défendable qu’il n’y paraît d’un point de vue environnemental

05.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

06.

Ces 6 questions que soulèvent les révélations sur François de Rugy et qui en disent long sur le niveau de dysfonctionnement politique et économique de notre pays

01.

Greta Thunberg à l’Assemblée nationale : le révélateur de la faiblesse des écologistes politiques ?

02.

Immigration : quand la vérité des chiffres émerge peu à peu

03.

L’humanité a-t-elle atteint son pic d’intelligence ?

04.

Ces cinq erreurs de politiques publiques qui coûtent incomparablement plus cher à la France que quelques dîners au luxe malvenu

05.

Chasse aux comportements indécents : ce que la France a à gagner … et à perdre dans sa quête grandissante de vertu

06.

François de Rugy, le bouc émissaire dont la mise à mort inquiète le monde de l’entreprise

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
cappucino
- 17/12/2011 - 20:05
C'est un Grecque sur la photo.
Mais dans la doxa il ne peut s'agir que d'un Tunisien. Les autres on s'en fout. Même l'immolation des uns n'est pas respectée il faut l'attribuer à d'autres. Cette " maghrebophilie" commence à être pitoyable.
nikaye
- 17/12/2011 - 17:24
Détournement de symbole
La photo que vous présentez vient d'un commercant grecque (j'ai beaucoup d'amour pour le Gréce) donc ne caricaturez pas à outrance.
maintenant le sire BOUAZIZI? a sa rue à Paris (grace au coup de couteau que M; Delanoe a reçu gratuitement d'un algérien)
Franchement l'hiver arabe je m'en bat les c.......
racinnes
- 17/12/2011 - 13:26
immolation en tunisie, image des médias, détournement des regard
Il existe plusieurs immolations par an en france, aucune n'entraîne de révolution.
Il existe plusieurs immolations en tunisie par an, et l'une aurait entraînée une révolution qui reste au niveau des pâquerettes.
Le détournement du regard par les médias est très fort quand les grands pays lâchent les petits pays, tunisie, lybie, egypte!!! Pour installer soit disant des religieux dits "modérés"...