En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

05.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 11 heures 52 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 12 heures 30 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 15 heures 13 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 16 heures 8 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 19 heures 59 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 20 heures 10 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 20 heures 32 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 21 heures 10 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 21 heures 17 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 12 heures 13 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 14 heures 15 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 15 heures 48 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 17 heures 9 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 19 heures 52 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 20 heures 7 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 20 heures 22 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 20 heures 36 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 21 heures 14 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 21 heures 18 min
© Reuters
© Reuters
Spin Off

Entre une gauche qui surfe sur une mondialisation heureuse et un FN qui surfe sur l’inverse, la droite en quête de bastions sociologiques

Publié le 08 décembre 2015
Le grand perdant de ce premier tour des élections régionales est le PS. Pas de doute. Pourtant derrière la déroute socialiste, une autre partie piégée s'entame et elle pourrait clairement jouer des tours aux Républicains.
Yves-Marie Cann
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Yves-Marie Cann est Directeur en charge des études d'opinion de l'Institut CSA.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le grand perdant de ce premier tour des élections régionales est le PS. Pas de doute. Pourtant derrière la déroute socialiste, une autre partie piégée s'entame et elle pourrait clairement jouer des tours aux Républicains.

Qu’est ce que ce premier tour des élections régionales a confirmé sur les assises sociologiques de chaque parti et notamment sur les faiblesses de celles des Républicains ?

Yves Marie Cann : Il faut avant tout noter de façon générale que le rapport de force qui est ressorti des urnes avant-hier confirme la tripartition de l’espace politique français. Il y a désormais trois grands blocs qui se font face. La gauche dominée par le Parti Socialiste, la droite et le centre avec Les Républicains et l’UDI, et le Front National d’autre part. En terme de dynamique, au delà de ces trois blocs qui se dessinent, on enregistre également une nouvelle progression du Front National à l’occasion de ces élections, par rapport à ce que l’on avait vu lors des départementales en début d’année ou encore lors des élections européennes en mai 2014, tant en suffrages exprimés qu’en voix. Ceci dit, il est intéressant de s’interroger ou en tout cas d’analyser le profil des électorats sur chacun de ces blocs, qui présentent des caractéristiques assez distinctes les uns des autres.

A lire aussi - Régionales : comment la droite en est arrivée à partager la défaite de la gauche

Quelles sont les bases sociologiques du PS et du FN ? En quoi Les Républicains peuvent avoir une faiblesse au niveau de leur assise sociologique au sein de ce système tripartite ?

Lorsque l’on regarde quelle a été la sociologie des votes à l’occasion du premier tour des élections régionales et notamment pour ce qui est du Parti Socialiste, on s’aperçoit que les plus fortes différences par rapport au Front National, se font en fonction de deux variables. La première est celle de la catégorie socioprofessionnelle des votants et la deuxième, dans une moindre mesure, est le niveau d’éducation et de diplôme qui est lui-ême lié à la catégorie socioprofessionnelle. Ce dont on s’aperçoit en analysant les sondages qui ont été faits en détails, c’est que le parti socialiste réalise ses meilleurs résultats auprès des catégories socioprofessionnelles dites supérieures, c’est à dire les cadres et les professions intellectuelles supérieures, ainsi qu'auprès des professions intermédiaires, qui sont aujourd’hui au cœur des classes moyennes. Les sondages réalisés par l’Ifop et Fiducial montrent notamment que 28% des cadres et 26% des professions intermédiaires auraient voté socialiste, soit dans des proportions supérieures à la moyenne national. Dans le même temps on s’aperçoit qu’auprès des catégories plus « populaires », c’est à dire les ouvriers et les employés, on retrouve des votes en faveur du Parti Socialiste qui sont en dessous de la moyenne nationale. 19% seulement chez les ouvriers. Lorsque l’on compare ces chiffres là avec ceux obtenus par le Front National, on se rend compte que le contraste est saisissant. Les 19% du vote ouvrier pour les listes du Parti Socialiste correspondent à 51% du vote pour les listes du FN. On voit que les catégories populaires, souvent les plus exposées aux aléas économiques et sociaux, et qui ressentent plus intensément l’absence de résultat du gouvernement sur ce plan, expriment leur mécontentement à travers un vote Front National. C’est auprès de cette catégorie que le FN enregistre ses meilleurs scores. A l’inverse, c’est auprès des catégories dites supérieures que le Front National enregistre ses plus mauvais scores. A titre d’exemple, seul 16% des cadres auraient voté pour une liste Front National.

Avec cet apsect en vase communiquant et cette opposition FN/PS, qu’en est-il des Républicains, où se situent-ils ?

D’une certaine façon la droite et le centre dans leur ensemble sont pris en étau entre la gauche et le Front National. On le voit à la lecture de l’analyse des résultats des élections. Ce qui est le plus frappant, c’est que les listes LR/UDI/MODEM ne capitalisent pas sur le mécontentement ou la déception suscités par l’absence des résultats du gouvernement. On voit notamment chez les ouvriers, que le score de ces listes est, à hauteur de 13%, inférieur au score réalisé par le Parti Socialiste. Dans le même temps, les cadres votent à hauteur de 31% pour ces listes là. C’est chez les retraités, que les listes LR/UDI/MODEM obtiennent les meilleurs résultats, avec environ 40% d’entre eux qui auraient votés pour ces listes toutes CSP confondues.

Ce constat ne pointe-t-il pas la "faiblesse" de la base solciologique des Républicains ? Le fait d'avoir au final une sureprésentation des ouvriers chez le FN, des cadres chez le PS et des personnes âgées chez les Républicains n'indique-t-il pas un certain manque à droite ? Celui de ne pas pouvoir compter sur une classe sociale ou un groupe sociologiquement marqué et sureprésenté ?

Effectivement, on voit que les Républicains réalisent de bons scores auprès des retraités. Cela peut être un atout dans le sens où les retraités sont souvent ceux qui se mobilisent le mieux  en termes de classes d’âges, même si ça ne suffit pas pour faire la différence dans un rapport de force, qu’il soit national ou régional. Toute la difficulté aujourd’hui pour les républicains réside dans le fait qu’ils réalisent un si mauvais score auprès de la population active. Qu’il s’agisse des catégories populaires qui ont déserté la gauche pour le Front National ou des cadres supérieurs qui font souvent preuve d’une certaine ouverture au monde et qui ne se retrouvent pas forcément dans le positionnement actuel de la droite et du centre, les Républicains sont à la peine dans beaucoup de catégories socioprofessionnelles. Cela explique leur contreperformance de dimanche.

Peut-on évoquer un piège sociologique ? C’est à dire que sans base sociologique forte, les Républicains risquent de futures déconvenues ?

En caricaturant à peine, on voit bien que les Républicains sont coincés entre une gauche qui trouve du soutien auprès de ceux qui vivent ce qu’on appelle la "mondialisation heureuse" et qui ont un niveau d’éducation qui leur permet de tirer parti des opportunités offertes par la mondialisation. Et de l’autre extrême du coté, celui du FN, il y a ceux qui vivent la "mondialisation malheureuse", et qui sont peu ou pas diplômés. Entre ces deux pôles, on retrouve une droite et un centre pris entre deux feux, aux aspirations et aux intérêts contradictoires…

Concrètement, quel est le risque et l’enjeu pour les républicains à l’avenir ?

Le risque et l’enjeu dans ce contexte est de ne plus parvenir à ce différencier des uns ou des autres. Pire, d’apparaître comme une pâle copie du Front National sur un certain nombre de sujets. Dès lors que l’on apparaît comme une copie, les électeurs préfèrent se tourner vers la version originale. Cela se traduit par une déperdition des voix et un affaiblissement dans les urnes pour les Républicains. Cela pose la question du positionnement des Républicains aujourd’hui et demain, au delà du socle des retraités, afin d’élargir leur base électorale, d’abord dans la perspective du second tour des régionales, et surtout dans la perspective des prochains rendez vous électoraux de 2017. Cela pose un certain nombre de questions auxquelles aujourd’hui les Républicains ne semblent pas en mesure de répondre. Ils ne semblent pas avoir trouvé de compromis en termes de positionnements. L’enjeu pour eux est de savoir parler à ceux qui vivent cette "mondialisation heureuse" tout en s’adressant à ceux qui vivent une "mondialisation malheureuse", qui eux, ont l’impression d’avoir disparu des écrans radars de la droite. Ils gardent en mémoire les promesses non tenues du quinquennat de Nicolas Sarkozy, que ce soit sur le plan économique ou social avec un chômage qui a fortement progressé, ou en termes de promesses pour leur pouvoir d’achat. Il faut rappeler que si beaucoup de hausses d’impôts ont été votées au début du quinquennat de François Hollande, beaucoup avaient été votées dès la fin de celui de Nicolas Sarkozy. Les électeurs n’ont pas la mémoire courte, et garde certainement une rancune à l’écart des Républicains et de Nicolas Sarkozy.

Quelle serait la solution pour les républicains pour éviter de tomber pleinement dans ce piège sociologique ?

Il n’y a pas de solutions miracles pour les Républicains aujourd’hui. Ils payent aussi leurs promesses non tenues par le passé. La solution dépasse peut être leur parti, et viendrait éventuellement d’une recomposition plus globale du paysage politique français. On voit bien aujourd’hui que les Républicains et le centre se trouvent sur une crête. C'est un équilibre extrêmement précaire au niveau des urnes. A vouloir privilégier des électeurs d’une protection accrue vis à vis de la mondialisation économique, vis à vis de l’étranger, ils s’éloignent des aspirations modérées de l’électorat du centre-droit qui fait preuve d’une ouverture sur le monde tant sur le plan culturel qu’économique. La droite doit gérer des aspirations contradictoires, et il semblerait que l’ambiguïté entretenue par les républicains joue à leur détriment. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 08/12/2015 - 22:55
Le choc d'inversion sémantique!
Après avoir tenté et réussi la rééducation politique des Francais, les gauchistes ont inversé les valeurs, les sexes, la sémantique, les races et la politique! Tête tournée vers leur pouvoir usurpé, le boomerang qu'ils ont lancé leur revient en pleine face. A force de crier "la haine", les gauchistes en deviennent dépositaires, à force de menacer les électeurs d'un extrême, ils se radicalisent, à force d'ostraciser le tiers des Francais, ils galvaudent la République... Nous les patriotes regardons les médias et buvons du petit lait, car la classe mediatico-politique archaïque est proche de succomber du choc de peur qu'elle a provoqué, elle-même. Nous avons explosé le PS en quelques jours...restent encore quelques jours pour exploser les RipoublicainS que la peur taraude.
ERVEFEL
- 08/12/2015 - 19:59
@Gordion - 08/12/2015 - 15:28 : Programme économique
"il n'est pas difficile de prédire que le programme économique du FN suffira à lui seul à enterrer ce pays". Et le programme économique de la droite/gauche qu'a t-il fait? Sans parler de la politique étrangère guerrière qui plombe les comptes publiques sans parler des ses répercutions sur la sécurité intérieure qui a complètement été abandonné en négligeant la police, la justice, les renseignements, l'armée. De toutes façons ne vous faites pas de bile ce n'est pas le programme économique du FN qui enterrera le pays, mais Sarko qui achèvera son oeuvre à partir de 2017 avec l'aide des parlementaires de gauche qui pourront aussi mettre la touche finale à ce qu'ils ont entrepris.
Gordion
- 08/12/2015 - 15:28
LR
Bonne dissection des causes du tassement de LR. Il serait intéressant de se demander si lune partie des électeurs du FN qui ont voté Sarkozy en 2007 n'ont pas éprouvé un sentiment de trahison d'engagements non tenus entre 2007 et 2012, et donc aient préféré voter FN. Le positionnement - si l'on peut dire - confus de LR sur la politique étrangère, sur le fédéralisme ou sur la souveraineté dans l'UE, les flux migratoires, l'islam, les 35 heures, conjugué avec la guerre des chefs et le scandale de l'UMP contribuent à l'illisibilité de cette formation, dont les dirigeants sont sur la scène depuis longtemps. Les jeunes travailleurs de la population active ne se reconnaissent pas dans cet "espace" qui peine à porter un vrai projet de société, en rupture avec le bilan catastrophique de la France depuis la crise de 2008 - et la comparaison avec nos concurrents européens. Le slogan populiste "UMPS" proféré par MLP finit par convaincre les électeurs que le FN, étant vierge de tout bilan, peut apparaître comme le chevalier blanc qui va sauver la France...il n'est pas difficile de prédire que le programme économique du FN suffira à lui seul à enterrer ce pays. Triste bilan depuis 1974!!!