En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

03.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

04.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

05.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

06.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

01.

Une grande majorité de l’opinion croit encore que la France est riche et puissante, alors qu‘elle est complètement fauchée !

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

04.

Grèves : où va le conflit ? Les clés pour se laisser aller à faire de petites prédictions

05.

Egalité (mais juste pour moi) ! Les Français sont-ils les pires tartuffes qui soient en matière d’aspiration à la justice sociale ?

06.

Pourquoi la possibilité de baisser le point de retraite est en fait une mesure de justice sociale

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Politique
Déception
Réforme des retraites : Les syndicats très déçus par les annonces d'Edouard Philippe
il y a 6 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Film : "Docteur ?" : Un duo d'acteurs épatants pour une comédie de Noël, légère, mais pas seulement

il y a 9 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Livre : "Le ciel par-dessus le toit" de Natacha Appanah : Un roman familial, puissant et émouvant

il y a 9 heures 32 min
light > Insolite
Too bad!
Un artiste vend une banane scotchée au mur 12.000 dollars : un autre la décroche, la pèle et la mange
il y a 11 heures 48 min
pépite vidéo > Insolite
Goût de luxe
Un hôtel espagnol décore son hall d'entrée avec un sapin à 14 millions d'euros
il y a 12 heures 26 min
rendez-vous > Economie
Zone Franche
Retraites et consensus scientifique : peut-on vraiment prendre les retraito-sceptiques au sérieux ?
il y a 13 heures 38 min
décryptage > Europe
Surprises

Surprises à la carte : ce que la géographie de l’euroscepticisme nous apprend des racines du trouble politique qui ébranle l’Union

il y a 14 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Incompréhension

Condamnation à la baisse : ce que la justice française semble ne pas comprendre du tout du djihadisme

il y a 17 heures 26 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Conflit sur les retraites : la France s’enfonce dans un chaos inextricable et contradictoire qui ressemble de plus en plus à ce que vivent les Britanniques avec le Brexit

il y a 17 heures 48 min
pépites > Religion
Solidarité et soutien
Attaque contre la mosquée de Bayonne : SOS Racisme lance un appel de soutien pour une marche solidaire ce dimanche 15 décembre
il y a 1 jour 58 min
pépites > Politique
Bad news ?
Réforme des retraites : les points principaux du discours d'Edouard Philippe
il y a 7 heures 39 min
décryptage > Culture
Atlanti-culture

Théâtre : "La vie est belle" : Conte de Noël anti-morosité....

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Politique
Droit du sol ?

Esther Benbassa vous devriez lire François-René de Chateaubriand !

il y a 9 heures 49 min
décryptage > Santé
Petites vérités

Petites vérités utiles à rétablir sur l’espérance de vie en France

il y a 12 heures 18 min
décryptage > Europe
La juste mesure

Royaume-Uni : la lutte anticorruption cherche la juste mesure

il y a 13 heures 37 min
décryptage > Politique
Petites vérités

Humanisme, rémunérations et régimes spéciaux : le cas Delevoye

il y a 13 heures 45 min
décryptage > Science
Découverte

Quand le simulateur énergétique du MIT montre qu’il demeure possible de limiter à la hausse des températures à 1,1°C sans décroissance tout en se passant des énergies fossiles

il y a 14 heures 46 min
décryptage > Economie
Génération 1975

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

il y a 17 heures 34 min
décryptage > Politique
To Reforme or not To Reform

Emmanuel Macron sera-t-il le Gorbatchev du “cercle de la raison” ?

il y a 17 heures 52 min
pépites > Politique
Sondages
Elections municipales à Paris : percée de Rachida Dati qui fait jeu égal avec Benjamin Griveaux et devance Cédric Villani
il y a 1 jour 1 heure
© Reuters
 "Déradicaliser" suppose que l’on perçoive le radical soit comme une victime qui s’est fait laver le cerveau (c’est la vision des parents).
© Reuters
 "Déradicaliser" suppose que l’on perçoive le radical soit comme une victime qui s’est fait laver le cerveau (c’est la vision des parents).
Bras cassés

Olivier Roy : "Ces terroristes sont des pieds nickelés, les mettre sur le même pied que la nation française est une insulte à cette dernière"

Publié le 07 décembre 2015
Le vendredi 13 novembre, l'Etat Islamique attaquait Paris, tuant 130 personnes. Rapidement, Manuel Valls appelait à la création d'une structure de dé-radicalisation. Une idée qui, malheureusement, retire au "repenti" toute son utilité sociale potentielle.
Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme. Son dernier livre, Le...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Roy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Olivier Roy est un politologue français, spécialiste de l'islam.Il dirige le Programme méditerranéen à l'Institut universitaire européen de Florence en Italie. Il est l'auteur notamment de Généalogie de l'Islamisme. Son dernier livre, Le...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le vendredi 13 novembre, l'Etat Islamique attaquait Paris, tuant 130 personnes. Rapidement, Manuel Valls appelait à la création d'une structure de dé-radicalisation. Une idée qui, malheureusement, retire au "repenti" toute son utilité sociale potentielle.

Atlantico : Le 19 novembre dernier, Manuel Valls annonçait la mise en place d’une structure de "déradicalisation" visant "des repentis que nous mettrons à l’épreuve afin de mesurer leur volonté de réinsertion dans la durée". Selon vous, une telle déradicalisation serait "absurde", puisque c’est précisément cette radicalité que ces jeunes recherchent. Comment expliquez-vous ce phénomène ?

Olivier Roy : La formule de Valls rappelle un peu trop la "ré-éducation" à la chinoise ou bien la "repentance" de l’inquisition catholique. Bref elle reste dans une vision très religieuse. Il y a deux problèmes ici : "déradicaliser" suppose que l’on perçoive le radical soit comme une victime qui s’est fait laver le cerveau (c’est la vision des parents), soit comme un repenti du style "maffia" c’est-à-dire quelqu’un qui négocie sa reddition, en échange d’informations ou de contrition. Ce que l’on manque ici c’est la trajectoire politique du radical, sa liberté, si j’ose dire : il a choisi, et, en tout cas de plus en plus, en connaissance de cause, car tout "radicalisé" sait ce qui se passe en Syrie, ou ce que font les terroristes, c’est-à-dire ce qu’il s’apprête à faire. Donc s’il se "déradicalise" c’est qu’il a compris l’impasse où l’emmène cette violence, bref il fait à nouveau usage de sa raison et de sa liberté. Il est normal qu’il paie un prix, surtout bien sûr s’il a participé à la violence. Ce qu’on attend de lui ce n’est pas la dénégation ("j’ai rien fait, j’ai été manipulé") c’est la responsabilité, car c’est cela qui lui permettra de parler aux jeunes et d’être entendu. Il faut donc arrêter ce discours paternaliste et moralisant, si l’on veut que la parole du "repenti" fonctionne. Car l’objectif ce n’est pas le salut du repenti lui-même (c’est une vision très chrétienne) mais leur impact sur les autres, bref leur utilité sociale.

Lorsque vous traitez les terroristes de "pieds nickelés", considérez-vous que l’exécutif les prend trop au sérieux, du moins, dans leurs motivations ?

Ce n’est pas une question de motivation ; c’est simplement qu’en parlant de guerre, en reprenant la terminologie même de Daesh ("Etat Islamique"), on rentre dans la propagande de Daesh, on en fait une vraie alternative à la civilisation européenne, on en fait une menace existentielle et non pas simplement sécuritaire, et on renforce donc son prestige et la fascination qu’il exerce sur tous ceux qui ont une volonté d’en découdre avec la société et l’ordre mondial.

Et puis ce sont bien des pieds nickelés : aucune sophistication ou complexité dans le fait d’arroser à la kalash des lieux bondés ; sans parler de ceux qui se font exploser sans tuer ou presque, ou bien du chef du commando qui appelle sa cousine pour savoir où dormir. Bref les mettre sur le même pied que la nation française est une insulte à cette dernière.

Dans une tribune publiée par le New York Times, l’écrivain Kamel Daoud dénonce directement l’influence saoudienne, à travers la "Fatwa valley" qui aurait entrainé une wahhabisation des esprits. Quelle part de responsabilité attribuer à une simple recherche de radicalité, et quelle part attribuer à l’émergence de ce néo-fondamentalisme, dans la problématique actuelle ?

Le salafisme n’est pas un virus transmis à de jeunes innocents par des imams payés par l’Arabie saoudite. Bien sûr, les pétro-dollars aident, mais dans les banlieues, on n’en voit ni la couleur ni l’odeur. Le salafisme séduit parce que c’est un produit qui correspond à une demande sur le marché du religieux. Il repose sur deux choses : la déculturation et la norme. A des jeunes qui ne se reconnaissent pas dans l’islam culturel des parents, il offre une apologie de leur déculturation "tes parents ne t’ont pas transmis l’Islam, et bien tant mieux, car ce n’est pas le bon Islam. Tu peux maintenant acquérir par toi-même la vérité", et cette vérité est une série de normes explicites (fais, ne fais pas). Le jeune devenu salafi est soudainement maître de la vérité, contre ses parents, contre ses anciens maîtres. Une belle revanche narcissique ! Ce qui bien sûr trace immédiatement une frontière entre le "sauvé" et l’ "impie" (que celui-ci soit musulman nominal, chrétien ou athée). Cette auto-exclusion de la société n’est pas forcément source de violence, mais elle offre une justification religieuse à celui qui part en guerre contre la société, contre toute société, au nom d’une communauté utopique.

Ainsi, dans une interview donnée à Marianne, l’universitaire Fewzi Benhabib, observe une progression de l’intégrisme à Saint Denis, et fait le lien avec son expérience algérienne des années 90. Quel regard portez-vous sur ce processus, que vous décriviez déjà, il y a plus de dix ans, dans votre livre "l’Islam mondialisé" ?

Cela dépend comment on voit la relation entre ce qui s’est passé en Algérie et ce qui se passe en France. Je pense qu’il faut se méfier du prisme algérien (qu’on retrouve d’ailleurs dans la gauche tiers-mondiste qui explique souvent la radicalisation par la blessure coloniale). Le radicalisme islamique algérien s’ancrait dans une histoire profondément algérienne (mais où on retrouve aussi la "déculturation" produite par le colonialisme et la politique d’arabisation menée après l’indépendance). Il ne s’est pas exporté en France. Le salafisme prend racine directement.

Par contre le phénomène salafiste dans les deux pays correspond bien à une crise de la relation entre culture et religion, et cette crise est bien en rapport avec la globalisation. La crise du religieux est bien d’abord une crise de la culture, et ici la distinction entre pays d’origine et pays d’immigration s’estompe.

Comment lutter efficacement contre cette tendance ? Comment répondre aux angoisses des populations locales ?

Ce sont deux choses différentes. L’angoisse porte sur l’inconnu, la menace interne que l’on n’arrive pas à identifier clairement : le barbu, la femme voilée, la mosquée, est-ce cela l’ennemi ? Le musulman est bien intégré en France : tout le monde a un copain musulman, parle avec le chauffeur de taxi musulman, blague avec le serveur musulman, a un collègue musulman, voire un chef de service musulman. Et pourtant il y a l’ombre du salafisme, une inquiétante étrangeté qui plane autour de ce qui est pourtant de plus en plus familier.

Le problème lié à l’angoisse c’est justement la question du lien entre islam et radicalisation. C’est une question légitime, qu’un discours savant ou normatif ne dissipera pas. On sait bien que la radicalisation ne concerne qu’un petit nombre de jeunes. Mais nous sommes dans une société tellement sécularisée qu’elle ne comprend plus le fait religieux lui-même (et pas seulement musulman : la méfiance envers les prédicateurs évangéliques est très partagée). C’est justement là qu’il faut travailler : la normalisation du fait musulman comme fait religieux, sa banalisation et donc son insertion dans l’espace culturel français. Or le paradoxe est que toute apparition d’un signe religieux, surtout quand il est détaché de son origine culturelle, entraîne une réaction phobique (voile, halal). C’est ici ce qui distingue la France de ses voisins : non pas l’islamophobie, mais la phobie du religieux. Il faut repenser le rapport de notre société au religieux, et revenir à l’esprit comme à la lettre de la loi de 1905.

Dans votre dernier livre, "la peur de l’Islam", vous renvoyez dos à dos une approche "droitière" de l’Islam visant à faire de chaque musulman un potentiel "djihadiste conquérant", et une approche "progressiste" ayant pour objet de nier tout lien entre actes terroristes et Islam, notamment à travers le slogan "not in my name". En quoi l’opposition entre ces deux visions est une impasse ?

Les deux visions sont "culturalistes", c’est-à-dire qu’elle ramène la religion a une identité et non pas à une foi. Pour la droite, tout musulman "culturel" reste prisonnier du Coran ; pour la gauche un musulman athée continue d’être qualifié de musulman, avec ici un sens quasi ethnique, lié à sa généalogie d’ancien colonisé. Dire le problème c’est l’islam, c’est bien faire de l’islam un invariant ; dire "not in my name", c’est bien  postuler aussi un invariant, le nom. Or dans un contexte de déculturation, le musulman croyant est contraint de s’interroger sur sa foi, de se poser en acteur religieux. Ce que ne comprennent ni la droite ni la gauche, pour des raisons différentes.

Suite aux attentats du 13 novembre, le chef de l’Etat a choisi une rhétorique guerrière face à l’Etat Islamique. Quels risques prend François Hollande en persistant dans cette approche ?

Simplement de ne pas gagner la guerre. Pas parce qu’on la perdra, mais parce qu’on ne fera pas de vraie guerre : envoyer un corps expéditionnaire contre Daesh. La guerre ici est une simple métaphore, mais il faut se méfier des métaphores guerrières : elles vous prennent au mot.

Dans une lettre destinée à la jeunesse, l’ayatollah Khamenei déclare : "Les invasions militaires dans le monde musulman ces dernières années avec leurs innombrables victimes, sont un autre exemple de la logique contradictoire de l’occident" (…) "Je considère qu’imposer la culture occidentale aux autres peuples et banaliser les cultures indépendantes, est une forme de violence silencieuse et est d’une extrême nocivité". Alors que l’Iran combat l’Etat Islamique, comment interpréter cette déclaration ?

Cela fait partie de la rhétorique des conservateurs iraniens. Depuis trente-cinq ans ils font tout pour apparaître comme étant à la pointe du combat anti-colonialiste et anti-impérialiste des peuples du Moyen-Orient, alors qu’entre deux petites guerres avec Israël par Hezbollah interposé, ils passent leur temps à faire la guerre au monde arabe sunnite (même s’ils ont de bonnes raisons, d’un point de vue nationaliste, de le faire). Et cette rhétorique ne convainc personne en Iran, mais c’est tout ce qui reste à la révolution islamique pour cacher le fait qu’elle n’est plus qu’une dictature nationaliste.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (13)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
emem
- 03/12/2015 - 15:12
Parlons juste !
Il existe peut-être des tunisiens athées, des algériens athées, des syriens athées... mais sûrement pas des musulmans athées.
Je connais des Français athées mais il n'y a pas de chrétiens athées.
francis altier
- 03/12/2015 - 11:58
Suite- Livre de Vincent Peillon
La révolution française n'est pas terminée Edition du Seuil 2008 merci d'oser vous informer sur cette nouvelle religion d'état
ISABLEUE
- 03/12/2015 - 11:57
On est en France
et pour un pays laic, on entend un peu trop parler de religion et toujours la même !!
et vas y que je t'explique les salafistes les chiites les sunnites et j'en passe et des meilleures; ON S EN FOUT qu'ils arrêtent de nous emmerder ou qu'ils se cassent , dans quel pays, on s'en fiche.