En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'inspirer

02.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

03.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

04.

À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève

05.

70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine

06.

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

07.

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

05.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

04.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

05.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

06.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

ça vient d'être publié
décryptage > International
Attractivité

Shanghai remplace Londres comme ville la plus connectée au reste du monde : l’Asie a-t-elle définitivement supplanté l’Occident avec le Covid ?

il y a 6 min 23 sec
pépites > Politique
Bien installé
Selon un sondage, Laurent Wauquiez remporterait largement les régionales en Auvergne-Rhône-Alpes
il y a 16 heures 37 min
pépites > International
Problème Européen
À la veille du Black Friday, des employés d'Amazon Allemagne se mettent en grève
il y a 17 heures 36 min
rendez-vous > Politique
Revue de presse des hebdos
L’actualité grise Macron dans « sa vision romanesque de la vie »; Le PS clarifie sa ligne sur la laïcité, EELV s’embrouille sur la sienne; Hidalgo s’inquiète de l’impact du gauchisme des Verts (sur son image); Mélenchon peu présidentiable aux yeux des Fra
il y a 18 heures 16 min
décryptage > Environnement
Ecologie

Ecocide : entre impensés, mal-pensé et arrières pensées, un nouveau délit à l’application piégée

il y a 20 heures 40 min
pépite vidéo > Sport
R.I.P
Maradona s'en va, les Argentins célèbrent leur héros national
il y a 21 heures 54 min
décryptage > International
Les yeux ouverts

Le grand défi d’Aliyev

il y a 22 heures 28 min
décryptage > Politique
Fluctuat et mergitur

Et le navire de la gauche vint se briser sur l’écueil de l’Islam…

il y a 22 heures 45 min
décryptage > Sport
Dieu du football

Maradona, l’immortalité haut le pied

il y a 22 heures 56 min
décryptage > France
Aimons nous les uns les autres

Après la résilience, la bienveillance : peut-on gouverner efficacement un pays avec des objectifs de développement personnel ?

il y a 23 heures 12 min
light > Insolite
Aux décibels
Si le comptoir vous manque, vous pouvez toujours écouter le brouhaha des cafés en streaming
il y a 15 heures 48 min
pépites > Justice
Bavure
Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus
il y a 16 heures 57 min
pépites > France
Justice
Quatre adolescents placés en garde à vue dans le cadre de l'enquête de l'assassinat de Samuel Paty
il y a 17 heures 55 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Macron : tout faire pour éviter une contamination de la grogne sociale et surtout une résurgence poujadiste.

il y a 20 heures 28 min
décryptage > France
Derrière les annonces

Ce qui se cache vraiment derrière "l'inégal sens des responsabilités" évoqué par Emmanuel Macron à propos des failles françaises face au Covid

il y a 21 heures 7 min
pépites > Style de vie
Cash
70.000 euros par mois en 2019, une Bentley, un bateau, des appartements et maisons, le ministre de la Justice dévoile son patrimoine
il y a 22 heures 17 min
décryptage > Religion
Enfin Allah devient sélectif

« La France aimez-la ou quittez-la ». Et qui a dit ça ? Le secrétaire général de la Ligue islamique mondiale !

il y a 22 heures 37 min
pépites > Politique
Communication
Voici ce qu'il faut retenir du discours de Jean Castex sur l'allègement du confinement
il y a 22 heures 55 min
décryptage > Environnement
Coeur de l'atome

Haro sur le nucléaire et l'hydraulique: l’Europe frappée d’imbécillité énergétique ?

il y a 23 heures 2 min
décryptage > France
Première vague

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

il y a 23 heures 21 min
© Reuters
Le risque essentiel est de manipuler des germes susceptibles de se développer et de sortir du laboratoire sans quel l’on puisse les contrôler.
© Reuters
Le risque essentiel est de manipuler des germes susceptibles de se développer et de sortir du laboratoire sans quel l’on puisse les contrôler.
Prudence est mère de sûreté

Bioterrorisme et piratage de gènes humains : il n’y a pas encore de raison d'avoir peur mais il faudra compter avec dans les années à venir

Publié le 07 décembre 2015
Aux Etats-Unis, des chercheurs mènent actuellement des études de modification génétique d'agents infectieux ou de vecteurs d'infection afin de trouver de nouvelles façons de soigner. Mais ces essais ne sont pas sans risque et le bioterrorisme peut se nourrir de ce type de recherche.
François Bricaire
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Bricaire est un médecin. Il est chef du service Maladies infectieuses et tropicales de l'hôpital de la Pitié-Salpêtrière de Paris. Il est professeur à l'Université Paris VI-Pierre et Marie Curie. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Aux Etats-Unis, des chercheurs mènent actuellement des études de modification génétique d'agents infectieux ou de vecteurs d'infection afin de trouver de nouvelles façons de soigner. Mais ces essais ne sont pas sans risque et le bioterrorisme peut se nourrir de ce type de recherche.

Atlantico : Des scientifiques américains travaillent sur des techniques de modifications génétique pour résoudre des problématiques environnementales. Quels sont les dangers représentés par ce type de recherches, notamment en termes de bio terrorisme ?

François Bricaire : Le risque essentiel est de manipuler des germes susceptibles de se développer et de sortir du laboratoire sans quel l’on puisse les contrôler. La question est donc de savoir si la sécurité des laboratoires est suffisante, pour permettre de ne jamais avoir une sortie d’agent infectieux, et plus spécifiquement sur un agent modifié.

L’objectif des agents modifiés n’est pas, au départ, quelque chose de négatif. Mais il peut aussi être utilisé de façon négative et c’est dans ce cadre-là que les risques deviennent importants si on ne maîtrise pas parfaitement la sécurité des laboratoires.

Par conséquent, normalement, les biologistes et le personnel des laboratoires font ce qui est nécessaire pour protéger leur laboratoire : les souches qui sont manipulées sont enfermées, avec des conditions de sécurité importantes et l’accès aux locaux eux-mêmes est fortement encadré grâce à des contrôles d’identité, des codes de plus en plus sophistiqués, des ouvertures de portes via empreintes digitales ou oculaires, etc. Ceci afin d’empêcher qu’un individu mal intentionné ne puisse pénétrer à l’intérieur et ne s’empare d’un certain nombre de souches. Il pourrait en effet les répandre dans la nature et contaminer des personnes sans qu’on n’ait de traitement pour les soigner.

Toutefois, je rappellerai que, de façon générale, l’utilisation d’agents infectieux pour faire du bio terrorisme n’est pas simple, il y a des tas de conditions à respecter. 

La manipulation de telles armes biologiques demeure compliquée, par conséquent, cette crainte est-elle avérée ? A quelle échéance un tel risque peut-il se matérialiser ?

Cela s’est déjà vu, mais cette manipulation s’avère tout de même difficile. Obtenir une nouvelle souche est déjà, en soi, un travail compliqué. Deuxièmement, il faut pouvoir les manipuler, avoir des laboratoires ad hoc, et cela aussi est compliqué. D’où l’intérêt pour le vol de souches déjà obtenues par des microbiologistes.

Mais la difficulté vient aussi du fait que le transport d’une souche de manière sécurisé n’est pas évident. Même pour un bio terroriste, il s’agit de réussir à s’assurer de transporter cette souche jusque dans le lieu choisi et de réussir à la répandre. Sans oublier que le bioterrorisme comporte un risque boomerang. Les terroristes maîtrisant mal la circulation du virus, ils sont susceptibles d’agresser des personnes leur étant favorables.

Autrement dit, le risque microbiologique, bactériologique, existe mais il est moins important que le risque biologique de type chimique. Utiliser des bombes chimiques est plus facile, plus maîtrisable. D’ailleurs, c’est ce qu’a montré l’expérience de la secte japonaise Aoun, qui a essayé d’utiliser des armes microbiologiques et cela a échoué à chaque fois, elle s’est ensuite rabattu sur l’arme chimique avec le gaz sarin. En fait, le principal agent du bioterrorisme, et le seul ayant été un peu utilisé, est le bacille du charbon, aussi appelé anthrax par les anglo-saxons. Des Américains ont d’ailleurs déjà reçu des enveloppes en contenant.

Comment peut-on prévenir et se protéger face à une éventuelle attaque bioterroriste ? 

Outre la protection des laboratoires évoquée précédemment, des règles peuvent être imposées aux chercheurs. A travers le monde, des autorités peuvent décourager des équipes à continuer des recherches une fois qu’ils sont arrivés à un stade limite au-delà duquel elles risqueraient de devenir dangereuses. En France, c’est par exemple le cas de l’Inserm.

Par ailleurs, les rédactions en chef des revues scientifiques reconnues comme Science ou Nature peuvent décider de ne pas publier des résultats si elles estiment que cela pourrait être dangereux de les mettre à disposition du public et/ou pour des raisons éthiques.

Et de toute façon, pour chaque article scientifique, il y a des reviewer c’est-à-dire des experts sollicités par la rédaction, chargés d’analyser, de donner des critiques, et de faire des propositions de modifications avant la publication. Eux aussi peuvent donc alerter sur des publications dangereuses, qu’il faudrait s’abstenir de publier.

Inversement, d'autres applications existent, positives cette fois, comme la lutte contre la malaria. Ainsi via une modification génétique des moustiques d'une zone géographique, ceux ci sont empêchés de transmettre la maladie. Quels autres "bienfaits" peut-on en attendre ? Le fait d'intervenir ainsi sur l'environnement est-il inédit ?

Globalement, le fait de modifier des agents infectieux se fait en particulier pour préparer des vaccins. En général ce sont des modifications dans un sens positif, pour essayer de diminuer l’intensité d’agressivité d’un agent infectieux ou au niveau des vecteurs.

Concernant l’exemple de la malaria, c’est un peu particulier car cela concerne de la manipulation génétique pour modifier des moustiques, on ne modifie pas précisément  le plasmodium responsable du paludisme. Dans ce cas, on modifie le vecteur pour faire en sortes qu’il devienne stérile.

Au-delà de ces exemples, on pourrait très bien imaginer des modifications de flore, du tube digestif par exemple, pour empêcher ou gêner le développement de mauvaises bactéries.

Propos receuillis par Adeline Raynal

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
bd
- 11/01/2016 - 16:45
Importance de l'encadrement éthique
Heureusement, il y a des gardes-fous éthiques.
... Mais sont-ils suffisants?