En direct
Best of
Best of du 30 novembre au 6 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

France 2 rend hommage à Claude Sempère, mort à 55 ans

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

ça vient d'être publié
Madrid
COP25 : Greta Thunberg a été exfiltrée de la marche à Madrid pour des raisons de sécurité
il y a 13 min 22 sec
light > Culture
The White House Plumbers
HBO prépare une série télévisée sur le scandale du Watergate
il y a 3 heures 46 min
pépite vidéo > International
Incendies
Les images impressionnantes du ciel orange à Sydney
il y a 4 heures 59 min
pépites > Société
#UberCestOver
Uber reconnaît que 6.000 agressions sexuelles ont été signalées en deux ans aux Etats-Unis
il y a 6 heures 41 min
pépites > International
Fulanis
Bernard-Henri Lévy alerte sur le massacre des chrétiens au Nigeria
il y a 7 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Funny Girl", la comédie musicale : phénoménale Funny Girl, Christina Bianco met Paris à ses pieds…

il y a 8 heures 28 min
décryptage > Social
Jeudi noir

5 décembre : la première bataille remportée, les syndicats peuvent-ils gagner la guerre ?

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Environnement
Adieu ma trotro bien-aimée

Le bobo en proie à d'indicibles tourments : des écolos (un peu plus radicaux que lui) détruisent les trottinettes électriques qui lui sont chères !

il y a 12 heures 5 min
rendez-vous > High-tech
Géopolitico-scanner
Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Europe
Une page se tourne ?

La fin de règne d’Angela Merkel se dessine dans le congrès du SPD

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 5 décembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 51 min 53 sec
pépite vidéo > Europe
Auschwitz
Angela Merkel déclare que la mémoire des crimes nazis est "inséparable" de l'identité allemande
il y a 4 heures 15 min
pépites > France
Pédagogie
Retraites : Edouard Philippe présentera "l'intégralité du projet du gouvernement" mercredi prochain
il y a 5 heures 24 min
pépites > France
Champions du monde
La France est le pays de l'OCDE avec la fiscalité la plus lourde
il y a 7 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Samia" de Gilbert Ponté : dernière course pour Lampedusa, haletant et poignant

il y a 8 heures 21 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand le sport joue avec la sphère et quand les heures se jouent sous dôme : c’est l’actualité des montres dans les tempêtes sociales
il y a 9 heures 17 min
décryptage > France
Partenariat

Sécurité : l’Etat contraint de brader le régalien ?

il y a 10 heures 51 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Grèves : les "blacks blocs" blancs, ça ne serait pas un peu du blackface ?
il y a 12 heures 17 min
décryptage > International
Utopie

Samjiyon, la ville socialiste idéale inaugurée par la Corée du Nord, échappera-t-elle au destin funeste de toutes celles qui l’ont précédée ailleurs dans le monde ?

il y a 12 heures 43 min
décryptage > Politique
Insatisfaction croissante

Retraites : le gouvernement face au piège du paradoxe de Tocqueville

il y a 13 heures 9 min
© Reuters
François Molins, procureur de la République de Paris, lors d'une conférence de presse en avril 2015
© Reuters
François Molins, procureur de la République de Paris, lors d'une conférence de presse en avril 2015
Apprendre à tenir sa langue

Organisation des attentats et détails des enquêtes : la police et le parquet en disent-ils trop ?

Publié le 22 novembre 2015
Les forces de polices et le parquet ont détaillé leurs méthodes de travail, dans le cadre d'une conférence donnée le mercredi 19 novembre par François Molins, procureur de Paris. La communication de plus en plus transparente autour de ces sujets présente de dangereux risques, puisqu'elle alerte les terroristes.
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les forces de polices et le parquet ont détaillé leurs méthodes de travail, dans le cadre d'une conférence donnée le mercredi 19 novembre par François Molins, procureur de Paris. La communication de plus en plus transparente autour de ces sujets présente de dangereux risques, puisqu'elle alerte les terroristes.

Atlantico : Depuis quelques jours, les enquêteurs ont expliqué avoir travaillé sur les téléphones mobiles des djihadistes. Les policiers ont détaillé les méthodes par lesquelles ils ont pu obtenir des informations sur les terroristes. En quoi, ces révélations peuvent-elles constituer un danger pour la police et les enquêteurs ? Que peut-on craindre réellement avec la diffusion de ce type d'informations très précises ?

Philippe Vénère : Il est vrai qu’il y a une foule d’informations qui est diffusée quotidiennement, tant par les services d’enquête que du ministre de l’intérieur, sûrement pour démontrer que les services de l’Etat font preuve d’efficacité. Si j’admets que l’on commente les résultats, car la plupart du temps ils sont vécus en direct, je réprouve vraiment la présentation des méthodes. En effet, en exposant ainsi nos "modus operandi", on dévoile aux malfaiteurs ce qui nous a conduits à eux. Pour les enquêteurs, cela peut dresser des obstacles supplémentaires dans la conduite des investigations à mener ultérieurement et risque même de ne pas parvenir aux résultats escomptés. En fait certains individus encore recherchés sauront par où les membres de leur groupe ont péché et bien évidemment ne reproduiront pas les mêmes erreurs, ou bien renforceront les mesures qui ont révélé des faiblesses dans leur système de communication. Pour moi, la suite des opérations va se révéler plus compliquée et je redoute que les terroristes actuellement en fuite ne puissent être interpellés.

Existe-t-il un risque que ces révélations servent à des terroristes dans le cadre d'un futur attentat ? Comment peuvent-ils les exploiter ?

En effet, la crainte que je ressens, c’est que ces criminels de tous poils prendront des précautions supplémentaires pour la préparation de leurs attentats. Ils multiplieront les "coups de sécurité" notamment avec les téléphones mobiles ou fixes, mais aussi avec leurs ordinateurs. Ils veilleront à ne plus être identifiés par ces mêmes moyens de communication. J’ai bien sûr en tête une méthodologie que je mettrais en place si je devais me trouver dans leur situation, mais je m’abstiendrai, pour ma part, d’en donner le mode d’emploi. Ce que je peux dire c’est que les terroristes vont mettre à profit les explications fournies aux médias par les enquêteurs et personnes politiques, pour ne plus se faire piéger à l’avenir. Je pense que l’on commet des erreurs de communication très regrettables, car ce que je constate chez ces terroristes, c’est que leur organisation est très évolutive et a toujours un temps d’avance sur les services de sécurité. Je préfèrerais l’inverse.

Ces méthodes de communication ont-elles beaucoup évolué par rapport au passé ?

Il est vrai que la communication entretenue de nos jours par les services publics est bien moins contenue que par le passé. Lorsque la situation le requerrait, nous avions des consignes strictes de confidentialité. Donc interdiction de communiquer aux médias quelque information que ce soit. Seul un correspondant autorisé, faisant un communiqué sur nos interventions. Le procureur de la République étant seul compétent pour donner des informations à la presse.

Il m’est arrivé de mener une enquête dans la plus totale discrétion pendant plusieurs mois en 1982. Le réseau pédophile que je pourchassais étant international, j’ai pu réaliser plus de 30 arrestations sans que ma direction ne fournisse d’informations. C’est ainsi qu’au jour "J", le ministre d’intérieur a pu déclencher une opération nationale et que plus de 200 personnes ont été appréhendées. Si l’on avait "communiqué" immédiatement, je n’aurais eu qu’un résultat bien moindre.

Pour avoir approché la Section anti-terroriste de la Brigade criminelle à Paris dans les années 80, je peux vous affirmer que ses méthodes d’investigations étaient vraiment un "secret maison". Et pourtant cette section a été mise à rude épreuve entre 1982 et 1995.

Pour ce qui concerne le Pocureur de la République de Paris, seul habilité à tenir une conférence de presse, il énonce ce que les enquêteurs ont découvert, donc des faits avérés, il désigne les suspects présumés et dresse un bilan des investigations. Si je peux le comparer à un médecin, il donne le" bilan de santé" de l'enquête, mais communique aussi sur l'état des victimes  et leur nombre qui, hélas, est toujours évolutif en cette circonstance. Il ne communique pas sur les méthodes ou  moyens employés, sauf sur ce qui peut avoir permis aux policiers et magistrats d'avancer dans leur enquête et reste assez discret sur les opérations à venir ou en cours. En gros, il ne donne pas de détails significatifs.

Comment pourrait-on éviter la diffusion de ce genre d'informations ? Faut-il des consignes plus fermes de la part du préfet ou même du ministre en charge de ces affaires ?

A mon sens, il appartient à nos ministres de ne rien révéler sur les méthodes suivies pour parvenir à un résultat. Seul ce dernier doit être annoncé et, finalement, c’est ce qui importe à l’opinion publique. A nos autorités ensuite de faire "redescendre" la consigne. Je suis bien certain que si ces consignes sont fermement appliquées, parce qu’elles vont dans l’intérêt même des enquêteurs, tant pour leur intégrité physique que pour la réussite de leur investigations, je suis persuadé que la confidentialité que requièrent de telles enquêtes sera respectée à la ligne.

Entendons-nous bien, je ne mésestime par ce que font les servies d’enquête aujourd’hui et je tiens à leur rendre l’hommage qui leur revient, mais je pense que l’on pourrait minorer les risques physiques qu’ils encourent et augmenter leurs succès si on s’en tenait à une communication excluant totalement les méthodes d’investigation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Pourquoi les seniors doivent absolument se préoccuper d’ingérer suffisamment de vitamine K

03.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

04.

France 2 rend hommage à Claude Sempère, mort à 55 ans

05.

Derrière la crispation sur les retraites, la génération la plus immature de l’histoire

06.

Retraite : la grève va tuer le projet du gouvernement mais faire la fortune des plans d’épargne par capitalisation

07.

Qwant : "Proie" de la Géopolitique de l’Internet

01.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

02.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

03.

Une prise de sang pour diagnostiquer les cancers les plus courants ? Une grande étude menée par des chercheurs lyonnais le permettra bientôt

04.

L'hydrogène, combustible parfait pour remplacer le pétrole ? Pourquoi ce n'est pas si simple...

05.

Vous ne devinerez jamais pourquoi le dernier shooting photo de Selena Gomez fait polémique

06.

L‘industrie automobile française face à la plus grande crise de son histoire

01.

L’immigration, remède nécessaire pour l’équilibre des retraites et le rebond de notre économie ?

02.

Quand les masques tombent : et Greta Thunberg assuma au grand jour la réalité de son idéologie

03.

Réchauffement climatique : respect des engagements ou pas, les températures pourraient grimper de 3°C d'ici la fin du siècle

04.

Abus de droit ? Le CSA de plus en plus contestable

05.

Retraites : mais que se passera(it)-t-il sans réforme ?

06.

Grève du 5 décembre : COUP DE STUPÉFACTION !

Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 22/11/2015 - 12:31
Bavardage inconséquent
C'est incroyable d'entendre ces divulgations des méthodes policières : sabotage du travail ultérieur,mise en danger des policiers....,donner des armes supplémentaires aux tueurs..la connerie en boîte de concentré.
Gordion
- 22/11/2015 - 11:30
La Com..
Effectivement, ces méthodes de "scoop à tout prix" avant que les agences de presse, les fuites provenant du voisinage de l'enquête, voire d'intentions crapuleuses de certains individus motivés par le gain, ou la bêtise sont inquiétants. Espérons que les noms des fonctionnaires des services de l'ombre et de leurs sources ne seront pas divulgués - il y eut des exemples par le passé...
zouk
- 22/11/2015 - 11:21
Sur abondance d'information
Très dangereux en effet: de quoi donner un temps d'avance à toutes les organisations qui nous menacent, alors même que nous savons que les effectifs de nos services de renseignement sont insuffisants, en nombre, tout excellents qu'ils soient.