En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Clint et moi" de Eric Libiot : à la fois amusante et érudite, l’exploration d’un géant du cinéma américain par un critique de grande notoriété

il y a 2 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

Exposition "Voyage sur la route du Kisokaidō, de Hiroshige à Kuniyoshi" au Musée Cernuschi : les relais-étapes de la route emblématique du Kisokaidō par les maîtres de l'estampe japonaise du XIXe siècle, 150 œuvres magnifiques

il y a 2 heures 40 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je ne vis que pour toi" de Emmanuelle de Boysson : le Paris saphique, littéraire et artistique du début du XXe siècle. Un mélange subtil de fiction et de réel

il y a 3 heures 21 min
pépites > Justice
Justice
Affaire Carlos Ghosn : Rachida Dati a été placée sous le statut de témoin assisté
il y a 5 heures 34 min
pépites > Terrorisme
Justice
Attentat de la rue des Rosiers : la Norvège autorise l'extradition d'un suspect vers la France
il y a 6 heures 46 min
pépites > International
Opération spéciale ?
Iran : un responsable du programme nucléaire, Mohsen Fakhrizadeh, aurait été assassiné
il y a 7 heures 15 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand Cédric se veut soutenable et quand Franck prend son pied : c’est l’actualité frimaire des montres
il y a 9 heures 14 min
pépites > Religion
Vatican
Coronavirus : une crise qui révèle ce qu'il y a dans nos coeurs estime le pape dans une longue tribune publiée par le New York Times où il évoque en détail la grave maladie qui l'a touché dans sa jeunesse
il y a 11 heures 3 min
décryptage > Politique
Stratégie de lutte contre le virus

Pour protéger mamie du Covid, le gouvernement veut la pousser dans les orties

il y a 12 heures 13 min
pépites > Politique
Couac
Article 24 : le ministre des Relations avec le Parlement déclare que les députés auront le dernier mot
il y a 12 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le pouvoir de la destruction créatrice" de Philippe Aghion, Céline Antonin et Simon Bunel : le capitalisme ? Une formidable capacité à créer de la croissance grâce à son pouvoir de destruction… Remarquable démonstration

il y a 2 heures 27 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'historiographe du royaume" de Maël Renouard : à la cour d'Hassan II, les caprices d’un roi et le sort du courtisan malgré lui. De belles pages romanesques mais quelques digressions sans intérêt pour le récit

il y a 3 heures 8 min
pépites > Politique
Ces images "nous font honte"
Producteur passé à tabac par des policiers : Emmanuel Macron réagit dans un long texte sur Facebook
il y a 3 heures 48 min
pépites > France
Lutte contre le séparatisme
Le CCIF, menacé de dissolution par le gouvernement, annonce s'être auto-dissous
il y a 6 heures 22 min
pépites > Politique
Couac
Castex en marche arrière toute : finalement la "commission indépendante" ne réécrira pas l'article 24 de la loi "sécurité globale"
il y a 7 heures 4 min
light > Media
Esprit Canal
Sébastien Thoen aurait été viré de Canal+ après sa parodie de Pascal Praud pour Winamax
il y a 7 heures 34 min
light > Religion
Archéologie
Un archéologue britannique fouille les décombres d'une maison, située sous un couvent de Nazareth, qu'il croit être celle où le Christ a vécu enfant
il y a 10 heures 22 min
décryptage > High-tech
Usage d'Internet

Nos e-mails sont-ils vraiment une menace pour l'environnement ?

il y a 11 heures 38 min
pépite vidéo > Politique
"Images insoutenables"
Producteur tabassé : Agnès Pannier-Runacher estime que les policiers "ont franchi la ligne rouge"
il y a 12 heures 38 min
décryptage > Justice
Législation

Haine en ligne : à Bruxelles comme à Paris, une réponse législative pas à la hauteur du défi sociétal

il y a 12 heures 53 min
© Reuters
François Molins, procureur de la République de Paris, lors d'une conférence de presse en avril 2015
© Reuters
François Molins, procureur de la République de Paris, lors d'une conférence de presse en avril 2015
Apprendre à tenir sa langue

Organisation des attentats et détails des enquêtes : la police et le parquet en disent-ils trop ?

Publié le 22 novembre 2015
Les forces de polices et le parquet ont détaillé leurs méthodes de travail, dans le cadre d'une conférence donnée le mercredi 19 novembre par François Molins, procureur de Paris. La communication de plus en plus transparente autour de ces sujets présente de dangereux risques, puisqu'elle alerte les terroristes.
Philippe Vénère
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Philippe Vénère a été policier pendant 40 ans. Ce grand spécialiste français du doit des automobilistes a été notamment commissaire divisionnaire et officier du ministère public du tribunal de police de Paris de 1992 à 1996. Il a également enseigné à...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les forces de polices et le parquet ont détaillé leurs méthodes de travail, dans le cadre d'une conférence donnée le mercredi 19 novembre par François Molins, procureur de Paris. La communication de plus en plus transparente autour de ces sujets présente de dangereux risques, puisqu'elle alerte les terroristes.

Atlantico : Depuis quelques jours, les enquêteurs ont expliqué avoir travaillé sur les téléphones mobiles des djihadistes. Les policiers ont détaillé les méthodes par lesquelles ils ont pu obtenir des informations sur les terroristes. En quoi, ces révélations peuvent-elles constituer un danger pour la police et les enquêteurs ? Que peut-on craindre réellement avec la diffusion de ce type d'informations très précises ?

Philippe Vénère : Il est vrai qu’il y a une foule d’informations qui est diffusée quotidiennement, tant par les services d’enquête que du ministre de l’intérieur, sûrement pour démontrer que les services de l’Etat font preuve d’efficacité. Si j’admets que l’on commente les résultats, car la plupart du temps ils sont vécus en direct, je réprouve vraiment la présentation des méthodes. En effet, en exposant ainsi nos "modus operandi", on dévoile aux malfaiteurs ce qui nous a conduits à eux. Pour les enquêteurs, cela peut dresser des obstacles supplémentaires dans la conduite des investigations à mener ultérieurement et risque même de ne pas parvenir aux résultats escomptés. En fait certains individus encore recherchés sauront par où les membres de leur groupe ont péché et bien évidemment ne reproduiront pas les mêmes erreurs, ou bien renforceront les mesures qui ont révélé des faiblesses dans leur système de communication. Pour moi, la suite des opérations va se révéler plus compliquée et je redoute que les terroristes actuellement en fuite ne puissent être interpellés.

Existe-t-il un risque que ces révélations servent à des terroristes dans le cadre d'un futur attentat ? Comment peuvent-ils les exploiter ?

En effet, la crainte que je ressens, c’est que ces criminels de tous poils prendront des précautions supplémentaires pour la préparation de leurs attentats. Ils multiplieront les "coups de sécurité" notamment avec les téléphones mobiles ou fixes, mais aussi avec leurs ordinateurs. Ils veilleront à ne plus être identifiés par ces mêmes moyens de communication. J’ai bien sûr en tête une méthodologie que je mettrais en place si je devais me trouver dans leur situation, mais je m’abstiendrai, pour ma part, d’en donner le mode d’emploi. Ce que je peux dire c’est que les terroristes vont mettre à profit les explications fournies aux médias par les enquêteurs et personnes politiques, pour ne plus se faire piéger à l’avenir. Je pense que l’on commet des erreurs de communication très regrettables, car ce que je constate chez ces terroristes, c’est que leur organisation est très évolutive et a toujours un temps d’avance sur les services de sécurité. Je préfèrerais l’inverse.

Ces méthodes de communication ont-elles beaucoup évolué par rapport au passé ?

Il est vrai que la communication entretenue de nos jours par les services publics est bien moins contenue que par le passé. Lorsque la situation le requerrait, nous avions des consignes strictes de confidentialité. Donc interdiction de communiquer aux médias quelque information que ce soit. Seul un correspondant autorisé, faisant un communiqué sur nos interventions. Le procureur de la République étant seul compétent pour donner des informations à la presse.

Il m’est arrivé de mener une enquête dans la plus totale discrétion pendant plusieurs mois en 1982. Le réseau pédophile que je pourchassais étant international, j’ai pu réaliser plus de 30 arrestations sans que ma direction ne fournisse d’informations. C’est ainsi qu’au jour "J", le ministre d’intérieur a pu déclencher une opération nationale et que plus de 200 personnes ont été appréhendées. Si l’on avait "communiqué" immédiatement, je n’aurais eu qu’un résultat bien moindre.

Pour avoir approché la Section anti-terroriste de la Brigade criminelle à Paris dans les années 80, je peux vous affirmer que ses méthodes d’investigations étaient vraiment un "secret maison". Et pourtant cette section a été mise à rude épreuve entre 1982 et 1995.

Pour ce qui concerne le Pocureur de la République de Paris, seul habilité à tenir une conférence de presse, il énonce ce que les enquêteurs ont découvert, donc des faits avérés, il désigne les suspects présumés et dresse un bilan des investigations. Si je peux le comparer à un médecin, il donne le" bilan de santé" de l'enquête, mais communique aussi sur l'état des victimes  et leur nombre qui, hélas, est toujours évolutif en cette circonstance. Il ne communique pas sur les méthodes ou  moyens employés, sauf sur ce qui peut avoir permis aux policiers et magistrats d'avancer dans leur enquête et reste assez discret sur les opérations à venir ou en cours. En gros, il ne donne pas de détails significatifs.

Comment pourrait-on éviter la diffusion de ce genre d'informations ? Faut-il des consignes plus fermes de la part du préfet ou même du ministre en charge de ces affaires ?

A mon sens, il appartient à nos ministres de ne rien révéler sur les méthodes suivies pour parvenir à un résultat. Seul ce dernier doit être annoncé et, finalement, c’est ce qui importe à l’opinion publique. A nos autorités ensuite de faire "redescendre" la consigne. Je suis bien certain que si ces consignes sont fermement appliquées, parce qu’elles vont dans l’intérêt même des enquêteurs, tant pour leur intégrité physique que pour la réussite de leur investigations, je suis persuadé que la confidentialité que requièrent de telles enquêtes sera respectée à la ligne.

Entendons-nous bien, je ne mésestime par ce que font les servies d’enquête aujourd’hui et je tiens à leur rendre l’hommage qui leur revient, mais je pense que l’on pourrait minorer les risques physiques qu’ils encourent et augmenter leurs succès si on s’en tenait à une communication excluant totalement les méthodes d’investigation.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (3)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
OLYTTEUS
- 22/11/2015 - 12:31
Bavardage inconséquent
C'est incroyable d'entendre ces divulgations des méthodes policières : sabotage du travail ultérieur,mise en danger des policiers....,donner des armes supplémentaires aux tueurs..la connerie en boîte de concentré.
Gordion
- 22/11/2015 - 11:30
La Com..
Effectivement, ces méthodes de "scoop à tout prix" avant que les agences de presse, les fuites provenant du voisinage de l'enquête, voire d'intentions crapuleuses de certains individus motivés par le gain, ou la bêtise sont inquiétants. Espérons que les noms des fonctionnaires des services de l'ombre et de leurs sources ne seront pas divulgués - il y eut des exemples par le passé...
zouk
- 22/11/2015 - 11:21
Sur abondance d'information
Très dangereux en effet: de quoi donner un temps d'avance à toutes les organisations qui nous menacent, alors même que nous savons que les effectifs de nos services de renseignement sont insuffisants, en nombre, tout excellents qu'ils soient.