En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

02.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

05.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

06.

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

07.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

03.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

04.

Islamisme : la République de la complaisance

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Extension du couvre-feu
Covid-19 : plusieurs départements vont basculer en alerte maximale jeudi
il y a 2 heures 6 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Inconsolés" de Minh Tran Huy : une histoire d’amour tragique, un conte féérique, un thriller gothique, une intrigue magistrale, l’exotisme du Vietnam…, un superbe roman

il y a 4 heures 31 min
décryptage > France
Majorité pacifique

Sera-t-il possible d’inverser le tragique déclin des institutions françaises en évitant la case violence ?

il y a 6 heures 8 min
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 6 heures 56 min
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 7 heures 18 min
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 7 heures 35 min
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 8 heures 5 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 8 heures 24 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 8 heures 37 min
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 9 heures 54 min
pépites > Justice
PNAT
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine : le procureur du Parquet national antiterroriste livre de nouveaux éléments sur l'enquête
il y a 2 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Michel-Ange" de Andreï Konchalovsky : dans un film éloigné de toute prétention biographique, Michel-Ange, un artiste confronté à la fièvre et à la folie de sa force créatrice… Sublime

il y a 4 heures 54 min
décryptage > Santé
Lutte contre la Covid-19

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

il y a 6 heures 30 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 7 heures 6 min
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 7 heures 24 min
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 7 heures 57 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 8 heures 19 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 8 heures 36 min
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 9 heures 11 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 10 heures 13 min
© REUTERS/Kim Hong-Ji
Une mère allume une bougie avec son enfant, devant l'ambassade de France à Séoul, le 14 novembre.
© REUTERS/Kim Hong-Ji
Une mère allume une bougie avec son enfant, devant l'ambassade de France à Séoul, le 14 novembre.
Les mots pour le dire

Les erreurs à éviter absolument quand on parle des attentats de Paris à ses enfants

Publié le 16 novembre 2015
Les enfants sont, eux aussi, submergés d'informations lors d'évènements majeurs et il est important de leur offrir une parole qui apaise et leur permette de mieux appréhender la notion de décès.
Gisèle George
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gisèle George est pédopsychiatre. Elle est l'auteure de plusieurs ouvrages comme La confiance en soi de votre enfant (2007, Odile Jacob) ou encore Ces enfants malades du stress (2002, Anne carrière) 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les enfants sont, eux aussi, submergés d'informations lors d'évènements majeurs et il est important de leur offrir une parole qui apaise et leur permette de mieux appréhender la notion de décès.

Atlantico : Comment parler de ces attentats qui ont frappé vendredi soir la capitale à ses enfants ? Sachant qu'ils seront forcément amenés à en entendre parler par la télévision, sur Internet ou dans la cour de récréation, dans quelle mesure faut-il les épargner des images extérieures ? Quel impact peut avoir un manque de communication sur le sujet pour un enfant ?

Dr Gisèle George : Cela va être une lourde tâche pour les parents de devoir parler de l’indicible, de l’incompréhensible, de l’inexplicable à des enfants qui attendent d’eux une parole digne d’un épilogue heureux de conte de fée. Un parent digne de ce nom souhaite à tout prix rassurer ses enfants contre toute forme de blessures physiques ou psychologiques, mais la cruauté des actes de guerre terroriste donne à croire qu’ils vont être mis en échec dans ce désir légitime. Les faits sont là, et il est impossible de rassurer un jeune de l’angoisse existentielle qu’il va ressentir d’une manière ou d’une autre en fonction de l’âge, et ce d’autant plus que les adultes sont dans la même inquiétude.

>>>>>>>>>>>>> A lire également : #MêmePasPeur, vraiment ? Ces traumatisés qu’on ignore derrière le slogan

Il ne s’agit plus de rassurer mais de stimuler la résilience des jeunes et ainsi les aider à surmonter ce traumatisme humain. Il s’agit de protéger d’une peur paralysante, d’une colère qui appelle à vengeance, d’un sentiment d’insécurité inhibiteur. C’est en ayant cet objectif, que les parents retrouveront leur compétence de protecteur et les "mots pour le dire".

Pourquoi est-ce si difficile de savoir comme s'adresser à un enfant entant qu'adulte ?

La plus grande difficulté est d’écouter et d’entendre l’émotion du jeune sans jamais chercher à la minimiser, la dénier ou la modifier. Cette écoute compatissante va montrer à l’enfant que sa peur est légitime, qu’il ne doit pas culpabiliser de la ressentir, qu’elle est saine et humaine. Cette légitimation émotionnelle parentale, va avoir un effet apaisant et considérablement diminuer la souffrance ressentie. 

Ainsi plus calme, le jeune cherchera auprès de ses protecteurs, des explications, non pas journalistiques sur le pourquoi du comment des faits, mais très personnalisées, sur ses propres inquiétudes face aux dangers de la vie. Elles surprennent souvent car le monde intérieur des jeunes est totalement différent des adultes et varie en fonction de l’âge. Très schématiquement, les enfants de moins de 7 ans s’inquiéteront sur le non-retour à la vie terrestre des personnes tuées et sur le comment leurs enfants pourront survivre sans leur parents ; les 7-13 ans sur la non prédictibilité des dangers ; les ados sur le pourquoi et le comment continuer à vivre malgré l’issue finale fatale. En réalité, à un moment ou un autre du développement enfantin, tous les parents seront amenés à devoir répondre à ce questionnement sur la mort. Ce qui est déstabilisant est que le terrorisme actuel ne leur laisse plus le loisir de déterminer le moment propice et serein pour ce genre de discussion. 

En posant, à sa manière, ses questions, un jeune veut juste connaître quel est le sens de la vie que veulent lui transmettre ses figures de protection. C’est un scientifique, il veut du vrai, du concret, du personnalise, du crédible. L’apprentissage de la bicyclette, de la natation ou de la conduite automobile ne se fait pas sans transmission des dangers inhérents à ces situations, ce qui empêche en rien les jeunes d’arriver à rouler, nager ou conduire. 

Concrètement, quels conseils donneriez-vous à un parent ?

Il est impossible de donner de recettes toutes faites afin de répondre aux inquiétudes des jeunes, mais quelques ingrédients sont indispensables. D’abord, se rendre compte de la réactivation de ses propres angoisses existentielles et les partager, à l’identique de l’enfant, avec l’entourage affectif adulte. Plus calme, faire confiance aux liens d’attachement qui unissent de façon singulière un enfant et son protecteur. Ils permettent de choisir parmi l’afflux d’informations médiatiques entourant les événements de ce week-end, celles qui apparaissent comme les plus en conformité avec les valeurs parentales et les besoins de connaissance des enfants. 

Dans le cadre d’évènements aussi terrorisants que les attentats, les seuls informants crédibles pour les jeunes sont leurs protecteurs. La difficulté est de maintenir un objectif cohérent : les aider à affronter émotionnellement la situation. Ecoute, partage, accompagnement, confiance mutuelle permettront aux adultes de trouver "les mots pour le dire".

Ainsi, plus que de trouver la phraséologie type pour décrypter l’incompréhensible, il s’agit de trouver les mots afin d’aider à surmonter les craintes personnelles. Je voudrais étayer mes propos par une phrase d’un de mes patients de 5 ans, phobique des vampires : "docteur, je sais bien que les vampires n’existent pas, mais ça n’empêche pas d’avoir peur !!!!" ; autrement dit pour les enfants, ce n’est pas la réalité des faits qui leur est difficile à appréhender, mais de ressentir l’émotion déclenchée tant chez eux que chez les adultes.

Ce ne sont pas les faits qu’il faut traiter mais les émotions. Et comme ce sont les parents qui sont protecteurs de leurs enfants, ils sauront faire le tri parmi les faits et choisir ceux qui leurs paraissent utiles afin de stimuler au mieux leur résilience.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires