En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
© Reuters
Et après...

Les questions sécuritaires que posent les attaques à Paris‏

Publié le 14 novembre 2015
Après la vague d'attaques qui a frappé le centre de Paris vendredi 13 novembre, plusieurs questions se posent d'ores et déjà alors que la France s'apprête, dans moins d'un mois, à organiser des élections régionales ou encore à accueillir la COP21.
Roland Jacquard est essayiste et consultant sur la question terroriste. Il préside l'Observatoire internationale du terrorisme.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Jacquard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Roland Jacquard est essayiste et consultant sur la question terroriste. Il préside l'Observatoire internationale du terrorisme.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après la vague d'attaques qui a frappé le centre de Paris vendredi 13 novembre, plusieurs questions se posent d'ores et déjà alors que la France s'apprête, dans moins d'un mois, à organiser des élections régionales ou encore à accueillir la COP21.

Qui a été visé selon vous à travers ces attaques à Paris du vendredi 13 novembre ? La fusillade dans la rédaction de Charlie Hebdo, et la prise d'otage à l'hypercasher avaient une portée symboliques et politique…

Pour Roland Jacquard, "c'est avant tout la France qui a été visée. Il y a trois semaines, les armées françaises ont effectuées des frappes en Syrie, et qui ont détruit un camp d'entraînement où se trouvait un certain nombre de jeunes Français de Daesh qui s'y entraînaient. Notre pays, que ce soit sur le théâtre du Moyen-Orient ou en Afrique, est à la pointe de la lutte contre le terrorisme. Mais aussi parce que l'on prend des dispositions comme la loi contre le terrorisme qui sont très pointues.
 
Certains choix dans la surveillance n'ont probablement pas été à la hauteur : nous avons privilégié les allers-retours individuels, de personnes qui partaient faire le jihad, alors qu'il y avait des groupes organisés et dormants à l'intérieur du territoire, qui ne sont pas sur les réseaux sociaux, en bref qui sont en dehors des radars de la police et du renseignement. C'est la raison pour laquelle ils ont pu agir de manière simultanée : attentat à l'explosif, prise d'otage, attentat de masse individuelle… C'est-à-dire par des groupes qui se savaient non surveillés.
 
Les attaques du vendredi 13 novembre sont donc plutôt de l'ordre du terrorisme de masse. C'est la France qui est visée, et une opportunité pour les terroristes de bénéficier d'une opération de communication importante. Un terrorisme qui frappe à l'aveuglette, qui frappe Français et étrangers. Le football est aussi attaqué
 

La tenue de la COP 21 à Paris est-elle compromise et le déroulé du G20 à partir de dimanche peut-il être modifié ?

Au-delà des risques de mouvements altermondialistes qui vont occuper une partie des forces de l'ordre, cela va poser des problèmes de disponibilités des forces qui vont être déployées pour cet état d'urgence. Obama, Poutine et d'autres chefs d'Etats vont probablement exiger des mesures exceptionnelles. Sur le G20, François Hollande a d'ores et déjà annoncé dans la nuit de vendredi à samedi qu'il annule sa participation au sommet du G20 qui se déroule à partir de dimanche à Antalya en Turquie. Le Président et la France seront toutefois représentés par le ministre des Affaires étrangères, Laurent Fabius.  Ce qui permettra  au sommet  d'avoir lieu en Turquie avec, à l'ordre du jour :  le terrorisme.
 

Quels impacts, en termes de sécurité, peut-on envisager sur la saison touristique d'hiver à Paris, nottament sur les sites touristiques et dans les grands magasins ?

Sur l'aspect sécuritaire, de nombreux dispositifs Vigipirate sont déjà en œuvre. Le problème va être de gérer des hommes déjà fatigués, d'autant plus qu'il faut s'attendre plutôt à  des attentats par explosif.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

02.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition Stéphane Gayet

04.

Pourquoi l’euro pourrait bien être le prochain dommage collatéral de la guerre commerciale entre la Chine et les États-Unis

05.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

06.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

07.

Qui a dit « j’ai une intolérance aux homards, je n’aime pas le caviar, le champagne me donne mal à la tête » ?

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

04.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

05.

Peugeot-Citroën : le lion résiste aux mutations mondiales

06.

Comment se fait-il qu'un pays aussi beau que la Pologne ait un gouvernement de m... ?

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

04.

Quand le moisi (Jean-Michel Ribes) s'en prend à la pourriture (Matteo Salvini)

05.

Pourquoi cette étude confirme l'absence de lien entre vaccination et sclérose en plaques (mais ne suffira probablement pas à recréer la confiance)

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (20)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Mike Desmots
- 15/11/2015 - 07:30
@vango, il ne faut pas incarcérer les délinquants...
Car selon la politique de Taubira ...ils risquent de se radicaliser en prison....
Henrik Jah
- 14/11/2015 - 23:25
Constat
On fait trop perdre leur temps à nos fonctionnaires de police qui passent leur temps à arrêter des voyous qui ne sont quasi-jamais condamnés et encore moins incarcérés. Du coup, des prédateurs rôdent dans la nature sans se soucier de la police qui eux sont occupés à arrêter 10,20,50,100 fois le même délinquant pour les mêmes faits. De plus on attend toujours le dernier moment avant d'interpeller des terroristes, ça marche pas mal en général mais quand ça rate comme hier c'est le carnage assuré. A force d'attendre LA preuve irréfutable d'intention de commettre un attentat, des innocents meurent. Etre réactif ne suffit pas, il faut anticiper et être pro-actif.
Anouman
- 14/11/2015 - 21:53
Sécurité
On peut mobiliser toute l'armée, la police et la gendarmerie, on ne pourra surveiller tous les lieux publics. Et pourquoi un terroriste choisirait-il la difficulté quand son but est juste de tuer un maximum de gens. Il faut sans doute trouver des moyens plus efficaces pour détruire ce nid de vipères et aussi éradiquer les ventes d'armes illégales, mais ça semble poser un problème aux gouvernements qui se succèdent, c'est bien dommage pour les victimes.