En direct
Best of
Best of du 3 au 9 août
En direct
Bonnes feuilles

Pourquoi la crise économique est loin d'être le seul facteur explicatif à la montée des partis nationalistes, populistes et xénophobes en Europe

Publié le 11 novembre 2015
La fin du XXe siècle a vu, à la droite de l’échiquier politique, l’émergence de partis extrêmes ou radicaux, en rupture avec les traditions nazie ou fasciste, et dont l’objectif est bien la conquête du pouvoir par la voie électorale et démocratique. Ces mouvements permettent de penser les mutations de l'extrême droite et son adaptation aux temps présents. Extrait de "Les Droites extrêmes en Europe", de Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg (1/2).
Chercheur associé à l'Iris, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalismes européens et de l'extrême-droite. Il est directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès.Il a...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Lebourg est chercheur à l'Observatoire des radicalités politiques et chercheur associé au CEPEL (CNRS-Université de Montpellier). Membres du programme European Fascism de l'Université George Washington, auteurs de nombreux ouvrages, ils...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Yves Camus
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Chercheur associé à l'Iris, Jean-Yves Camus est un spécialiste reconnu des questions liées aux nationalismes européens et de l'extrême-droite. Il est directeur de l'Observatoire des radicalités politiques de la Fondation Jean-Jaurès.Il a...
Voir la bio
Nicolas Lebourg
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nicolas Lebourg est chercheur à l'Observatoire des radicalités politiques et chercheur associé au CEPEL (CNRS-Université de Montpellier). Membres du programme European Fascism de l'Université George Washington, auteurs de nombreux ouvrages, ils...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
La fin du XXe siècle a vu, à la droite de l’échiquier politique, l’émergence de partis extrêmes ou radicaux, en rupture avec les traditions nazie ou fasciste, et dont l’objectif est bien la conquête du pouvoir par la voie électorale et démocratique. Ces mouvements permettent de penser les mutations de l'extrême droite et son adaptation aux temps présents. Extrait de "Les Droites extrêmes en Europe", de Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg (1/2).

Depuis le court semi-succès de Fuerza Nueva 1, l’extrême droite espagnole est marquée par un fractionnisme compulsif et une incapacité à se rénover autrement que par imitation des expériences européennes, principalement française et italienne. Or, les résultats au scrutin en Espagne n’ont rien à voir avec ceux de la France : les cinq listes d’extrême droite se sont partagé 0,38 % des voix. À Barcelone, les scores sont négligeables : 0,05 % pour la Falange Española Auténtica de las Juntas de Ofensiva Nacional Sindicalista, 0,03 % pour le MSR et pour l’islamophobe Democracia Nacional, etc. Alors même que la pluralité des candidatures pourrait au moins permettre de déceler quelle ligne est la plus porteuse, toutes les formes d’extrême droite sont en impasse. Étant donné l’intérêt du scrutin proportionnel, l’offre politique d’extrême droite a aussi été multiple à Perpignan. Si les petites formations d’extrême droite font un score équivalent au cas barcelonais, la liste frontiste arrive première avec 35,89 % des voix.

Cela souligne que « la crise de 2008 » n’est pas la cause d’une « montée des extrêmes en Europe ». En effet, si la violence de la crise en Espagne ne fait aucun doute, y compris en Catalogne où le nombre de chômeurs non indemnisés a triplé depuis 2010, le Roussillon est justement l’un des territoires français les plus fragiles. 32 % de la population perpignanaise vit sous le seuil de pauvreté. L’explication économique des scores n’est donc pas suffisante. Le score de l’extrême droite dépend de la rencontre entre une offre politique cohérente et une demande sociale autoritaire, construite par le sentiment de la déconstruction d’une communauté de destin. Face à l’accélération de la déliquescence de l’État-providence provoquée par l’eurolibéralisme, une partie nouvelle des populations européennes est politiquement disponible.

ne s’agit pourtant ni d’un retour aux années 1930, ni d’une réaction à un phénomène économique qui se serait enclenché en 2008. Des deux côtés de l’Atlantique, depuis quarante ans, se produit ce que l’on peut nommer dans le contexte français « la droitisation ». Il s’agit d’un démantèlement de l’État social et de l’humanisme égalitaire, lié à une ethnicisation des questions et représentations sociales, au profit d’un accroissement de l’État pénal. Ce processus porte une demande sociale autoritaire qui est une réaction à la transformation et à l’atomisation des modes de vie et de représentations dans un univers économique globalisé, financiarisé, dont l’Occident n’est plus le centre. C’est pourquoi les indicateurs socio-économiques ne sont pas seuls suffisants. Un pays comme la France connaît certes des difficultés, mais, par ailleurs, sa culture s’est construite durant cinq siècles sur des valeurs unitaires. La crise est donc chez elle politique et culturelle, et le souverainisme intégral répond à ses failles. La droitisation étant un processus en cours, il offre aux extrêmes droites la possibilité d’y adapter leur offre dans leurs sociétés nationales.

Extrait de "Les Droites extrêmes en Europe", de Jean-Yves Camus et Nicolas Lebourg, publié aux éditions du Seuil, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

02.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

03.

Quand Isabelle (Saporta) trompe Yannick (Jadot) avec Gaspard (Gantzer) et que le vrai cocu s'appelle David (Belliard)

04.

Jean-Bernard Lévy, celui qui doit faire d’EDF le champion du monde de l’énergie propre et renouvelable après un siècle d’histoire

05.

La fin des Bisounours : les experts en marketing découvrent que plus d’un Français sur deux avoue une attirance pour « les méchants »

06.

Record de distribution des dividendes : ces grossières erreurs d'interprétation qui expliquent la levée de bouclier

07.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

01.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

02.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

03.

Crise de foie, 5 fruits et légumes : petit inventaire de ces fausses idées reçues en nutrition

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

Manger du pain fait grossir : petit inventaire de ces contre-vérités en médecine et santé

06.

La saga du Club Med : comment le Club Med résiste à la crise chinoise

01.

Ces quatre pièges qui pourraient bien perturber la rentrée d'Emmanuel Macron (et la botte secrète du Président)

02.

"Une part d'Afrique en elle" : petit voyage dans les méandres de la conception macronienne de la nation

03.

Un été tranquille ? Pourquoi Emmanuel Macron ne devrait pas se fier à ce (relatif) calme apparent

04.

La guerre de France aura-t-elle lieu ?

05.

« La France a une part d’Afrique en elle » a dit Macron. Non, Monsieur le Président, la France est la France, et c'est tout !

06.

​Présidentielles 2022 : une Arabe à la tête de la France, ça aurait de la gueule, non ?

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Texas
- 11/11/2015 - 21:29
Nous pourrions aussi y voir
...cette tendance lourde vers un Socialisme Globalisé . C' est ce vers quoi tendent les Etats-Unis des Démocrates " Progressistes ", et une Union Européenne qui s' attache à déconstruire le socle Chrétien sur lequel , elle s' est fondée . Bref , un grand mixage des Civilisations et des Religions sous une Autorité Centralisée . Me Lagarde qui réclame encore plus d' immigration dans les pays " Riches " , alors que des tensions inquiètantes émergent , confirme cette tendance.
vangog
- 11/11/2015 - 15:05
Crise économique...quelle crise économique?
Les USA viennent de retrouver un niveau de chômage inférieur à leur niveau d'avant 2008, et leur croissance est attendue à 3,6%. La crise conjoncturelle est donc terminée...exceptée pour ceux, pour qui elle est structurelle!...c'est-à-dire l'UE, et...l'UE! Bien que les politologues et sociologues biberonnés à la pensée unique gauchiste, continuent à faire croire à une crise conjoncturelle, la plupart des Francais ont compris que la crise de l'UE était structurelle, inhérente à un système UMPSECOLOCOCO archaïque et auto-destructeur...on devrait la nommer "crise de la technocratie europeiste!" Seule solution: tout raser et reconstruire!