En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
© Allo ciné
"Le fils de Saul". Hongrie. Couleur. Drame de Lazslo Nemes. Avec Géza Röhrig, Levente Molnar, Urs Rechn, Todd Charmont, Sandor Zsotér, Marcin Czarnik, Jerzy Walzak, Christian Harting, Uwe Lauer et Kamil Dobrowolski.
Atlanti-culture
"Le fils de Saul" : pas loin du chef d’œuvre cinématographique
Publié le 06 novembre 2015
"Le fils de Saul" : un sans faute dans la représentation de l'enfer concentrationnaire. Vertigineux.
Gilles Tourman est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Tourman pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gilles Tourman est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Le fils de Saul" : un sans faute dans la représentation de l'enfer concentrationnaire. Vertigineux.

Le réalisateur

Né en 1977 à Budapest, Laslo Nemes étudie à Paris l’Histoire, les Relations Internationales et l’écriture des scénarios. Il débute comme assistant réalisateur sur des courts métrages, étudie la réalisation à New York, tourne entre 2007 et 2010 trois courts métrages sélectionnés dans plus d’une centaine de festivals du monde entier. "Le Fils de Saul" est son premier long métrage, un coup de maître puisque Grand Prix, justifié, au Festival de Cannes 2015.

Thème

Membre d’un Sonderkommando à Auschwitz Birkenau, c’est-à-dire prisonnier des nazis et chargé comme supplétif du bon fonctionnement de la Solution Finale, depuis la descente des trains des déportés jusqu’à l’entretien des fours crématoires, via le tri des affaires, Saul Ausländer croit reconnaître son fils dans un enfant gazé. Dès lors, indifférent aux risques, et tandis qu’une révolte se noue parmi les siens, il n’a plus qu’une idée en tête : trouver un rabbin pour l’enterrer selon la Tradition.

Points forts

- Un sans faute dans la représentation de l’enfer concentrationnaire alors qu’on est rarement allé aussi loin, le suggérant à travers un arrière-plan flou et l’omniprésence confuse de cris, bruits et sons.

- Une première demi-heure époustouflante, avec ses gros plans sur le personnage central (“J’ai choisi le regard d’un homme (…) et je m’y tiens rigoureusement. Ce qu’il voit, je le montre, ni plus ni moins”, dixit Laslo Nemes)

- le charisme et “la gueule” de Geza Röhrig (Saul Ausländer, le personnage central, ce qui signifie “étranger” en allemand), qui transperce l’écran.

- une documentation au-dessus de tout soupçon.

Points faibles

Un récit comprenant beaucoup d’ellipses, un changement de narration en plein milieu, une fin ambivalente avec l’enfant blond.

En deux mots

Il y a plusieurs façons d’aborder ce film adapté du poignant et exceptionnel “Des voix sous la cendre”, recueil de manuscrits rédigés par des Sonderkommandos d’Auschwitz, miraculeusement conservés puis retrouvés. Le 1er degré, est le moins satisfaisant (cf “points faibles”). En revanche, livré à la libre interprétation du spectateur, il ouvre des champs l’élevant jusqu’à la métaphysique, via cette question essentielle : livré à la barbarie, un homme doit-il trouver un sens à l’existence en sacralisant le culte des morts au nom de la Tradition (qui l’a amené qui plus est à cette situation) ou en se révoltant au nom de la Vie et de l’avenir ? Vertigineux.

Deux phrases

- Un rebelle : "On va crever à cause de vous."

- Saül Ausländer : "On est déjà morts."

Recommandation

En prioritéEn priorité

Informations

"Le fils de Saul". Hongrie. Couleur. Drame de Lazslo Nemes. Avec Géza Röhrig, Levente Molnar, Urs Rechn, Todd Charmont, Sandor Zsotér, Marcin Czarnik, Jerzy Walzak, Christian Harting, Uwe Lauer et Kamil Dobrowolski.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Ce gouffre spectaculaire qui sépare le vocabulaire de la France du front anti-Macron de celle qui le soutient
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Henri Guaino : « L’Union Européenne attise désormais les violences et les pulsions mauvaises qu’elle prétendait guérir à jamais »
01.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
02.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
03.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
04.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 04/11/2015 - 15:53
un p'tit bémol
les acteurs bien trop gras par rapport à la réalité