En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 12 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 17 min 52 sec
décryptage > Science
Fusion nucléaire

La fusion nucléaire pourrait-elle être notre bouée de sauvetage énergétique ?

il y a 1 heure 31 min
décryptage > France
Ayatollahs de la décroissance

Nous devons repenser la croissance. Pas y renoncer

il y a 2 heures 3 min
décryptage > Santé
Données personnelles

Ce que nous réserve l’offensive des GAFAM sur le secteur de la santé

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Terrorisme
Zone de radicalisation

Quatre ans après le Bataclan, la France désemparée face à la zone grise qui sépare islam politique et terrorisme

il y a 3 heures 22 min
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 18 heures 14 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 19 heures 23 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 20 heures 20 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 22 heures 57 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 23 heures 53 min
décryptage > Consommation
Consommation

Des crédits d’impôt pour acheter d’occasion : l’écologie version gadget

il y a 1 heure 11 min
décryptage > Education
Malaise et colère

Précarité des étudiants : vrai sujet, mauvaises pistes de solutions

il y a 2 heures 2 min
décryptage > Société
Dépendance

Pourrions-nous encore survivre sans GPS ? (Et non, on ne vous parle pas que de facilité d’orientation)

il y a 2 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Ces 3 grandes réformes du capitalisme libéral auxquelles Emmanuel Macron ne s’est toujours pas attaqué

il y a 3 heures 9 min
décryptage > France
Forum de Paris sur la paix

Emmanuel Macron, combattant sans arme de la paix, de la prospérité et de la puissance européennes

il y a 3 heures 38 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 18 heures 44 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 19 heures 52 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 21 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 23 heures 3 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 1 jour 38 min
© Reuters
© Reuters
Prison break

Prisons sous tension : derrière les revendications, ce qu’oublient de dire les surveillants

Publié le 23 octobre 2015
Après les policiers et les avocats, ce sont les surveillants de prison qui viennent de manifester leur mécontentement, jeudi 22 octobre, face à une situation carcérale qui ne cesse de se dégrader.
François Haut est criminologue, consultant et directeur du Département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines et du diplôme “Analyse des Menaces Criminelles Contemporaines” de l’Université Panthéon-Assas de 1997 à 2015.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Haut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Haut est criminologue, consultant et directeur du Département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines et du diplôme “Analyse des Menaces Criminelles Contemporaines” de l’Université Panthéon-Assas de 1997 à 2015.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les policiers et les avocats, ce sont les surveillants de prison qui viennent de manifester leur mécontentement, jeudi 22 octobre, face à une situation carcérale qui ne cesse de se dégrader.

Atlantico : Il manque aujourd'hui 1300 surveillants dans les prisons. En 2014, 4000 agressions physiques ont été répertoriées par l'administration pénitentiaire, 18 prises d'otages et 12 suicides. Les personnels pénitentiaires sont à bout et réclament le retour à l'ordre. Que pensez-vous de ces revendications ?

François Haut : Je pense que l'argument avancé par les surveillants selon lequel le manque d'effectif est à l'origine de tous les maux est un faux problème. Il s'agit d'un langage syndical. Il y a probablement trop de détenus. Il y a une promiscuité. Mais il y a surtout une forme de criminalité qui ne veut pas être considérée par les pouvoirs publics.

C'est un problème de politique. Le ministère de la Justice ne prend pas en compte un certain nombre de paramètres existants à l'intérieur des établissements pénitentiaires. Il n'y a rien de surprenant à ce que les détenus soient agités. Les gardiens de prison peuvent se plaindre d'être agressés, mais cela fait partie de leur métier.

Dans les prisons, on est confronté à des réseaux organisés. Tous les trafics existent, qu'ils soient purement lucratifs ou qu'ils se manifestent autrement, comme les trafics tournant autour de l'islamisation.

Lorsqu'un détenu arrive en prison et qu'il a un téléphone portable deux jours après, c'est une situation très perturbante. On doit effectivement s'interroger sur ce qu'il se passe réellement. Mais on demande au même corps de s'auto-analyser. C'est problématique.

La situation ne fait que s'aggraver, en France comme ailleurs. La criminalité carcérale s'endurcit avec une logique qui renvoie en prison ceux qui sont condamnés pour avoir agi en prison. Ils s'abreuvent de ce qu'il se passe à l'intérieur du système carcéral. On a donc de plus en plus de difficultés à éradiquer cette "maladie".

D'après vous, quels outils doivent être mis à l'œuvre pour faire changer cette situation ?

D'après moi, il est indispensable de rentrer dans une véritable logique de renseignement pénitentiaire en faisant fonctionner celui-ci sur des fondements tangibles. Il faut savoir ce qu'il se passe à l'intérieur des établissements. Mais on rentre alors dans une mécanique vicieuse entre ceux qui vont chercher le renseignement et ceux qui vont se trouver dans le système de manière un peu déséquilibrée. De ce fait, en France, on ne fait pas de véritable renseignement pénitentiaire.

Dans d'autres pays, où il existe des réalités pénitentiaires extrêmement structurées, on connaît les détenus. Ils sont répertoriés et fichés. On surveille leurs activités autant qu'on peut le faire en fonction des textes en vigueur. Malgré cela, cela ne marche pas aussi bien que ça devrait. Aussi paradoxal que ça puisse paraître, la criminalité en prison est très difficile à éradiquer.

Pourquoi cette criminalité est-elle si difficile à éradiquer ?

Dans les prisons américaines, on voit des détenus seuls dans leur cellule, enfermés 23H/24 avec une heure de promenade accompagnée, organiser des trafics dans leur cellule. Il y a des modes de communication qui fonctionnent très bien dans les prisons même s'ils sont particulièrement archaïques. On a vu des gens en cellule diriger des réseaux de trafic de stupéfiants ou des réseaux de vol de voitures. Les prisonniers ont des droits qui se retournent totalement contre nous. Il ne faut pas les supprimer évidemment, mais il faut trouver des solutions adaptées.

Contrairement à ce que l'on pense, les outils de contrôle dans les prisons ne sont pas efficaces. Il est vraiment très difficile de lutter contre la criminalité en prison. C'est un paradoxe qui n'a pas de réelle solution.

C'est systématique, les formes de criminalité qui dérangent vraiment de manière sérieuse ne sont pas considérées. Combien de temps a-t-il fallu pour que l'on parle de bandes de banlieues ? Il a fallu plus de 20 ans à partir du moment où l'on a tiré la sonnette d'alarme au début des années 1990. Il a fallu plus de 20 ans pour que l'Etat fasse quelque chose parce que cette forme de criminalité dérange.

La criminalité qui agit depuis l'intérieur des prisons est encore plus dérangeante. On ne veut pas le reconnaître, c'est comme une maladie honteuse.

D'où provient cette perception si particulière du problème de la criminalité carcérale ?

La criminalité qui touche directement les gens est une maladie honteuse de la société. C'est une brûlure sociale qui n'est pas très profonde et qui n'intéresse donc personne. De plus, c'est la faillite d'un système. Certains établissements pénitentiaires sont virtuellement tenus par des groupes criminels qui décident de tout, c'est une réalité dans de nombreux pays du monde.

En France, il y a un problème structurel et, surtout, un manque de volonté politique. On ne voit pas, on n'entend pas, c'est comme s'il ne se passait rien dans les prisons ! La machine pénitentiaire est une machine qui ne veut pas regarder ses problèmes et les politiques ne veulent pas appuyer sur l'accélérateur qui permettrait de faire avancer les choses. La lutte contre la criminalité n'est pas seulement un phénomène technique. C'est aussi une affaire de volonté politique.

Nous, criminologues, ne sommes pas prescripteurs. Nous sommes simplement radiologues et nous montrons sur un document pas très facile à comprendre ce que sont les problèmes et l'évolution que l'on peut en attendre. Donc il ne se passera rien tant qu'il n'y aura pas de volonté politique. C'est la réalité de la criminalité en France aujourd'hui. On met la poussière sous le tapis et on croit qu'on a nettoyé la maison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Accusé d'être une association islamiste, le CCIF affirme que cela n'a jamais été prouvé. Vraiment ?

04.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

05.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

01.

La démission du guitariste historique de Noir Désir <br> assombrit l'avenir du groupe

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

04.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

05.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

06.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 24/10/2015 - 10:08
tout ca est connu....
Rien n'est fait pour éradiquer les choses, je n'epiloguerais même pas. Nous autres Français sensés, savons ce qu' il faut faire. Et comme ceux la ne veulent rien faire, d'autres vont avoir le courage de faire le ménage. C'est exactement le même problème pour la Syrie avec les Russes , nous ne faisons rien, eux font le ménage.
tubixray
- 24/10/2015 - 09:00
Que de belles paroles
Mais rien sur l'essentiel, rétablir des parloirs stricts (aucun contact physique avec le détenu) ou une fouille approfondie après un parloir ouvert devrait déjà sacrément limiter le nombre de téléphones / doses de drogues / armes planqués dans les cellules. Commençons par là. Une fois la gauche et Taubira virés de l'état on lance un programme de construction d'urgence de 20 000 places, celui que le gouvernement Sarkozy avait lancé avec que la ministre des délinquants arrive ...
Pierre 74
- 23/10/2015 - 22:54
Et alors ?
Merci de nous apprendre qu'il n'y a pas de solutions à la criminalité en prison. Il reste donc à continuer de cacher la poussière sous le tapis.