En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

04.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

05.

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

06.

Rachida Dati souhaite supprimer l’acquisition automatique de la nationalité française par mariage

07.

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

01.

Questions prioritaires de constitutionnalité.

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

02.

Islamisme : la République de la complaisance

03.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

04.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

05.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
light > Société
Une heure de couvre-feu en plus !
Tout ce qu'il faut savoir sur le changement d'heure (eh oui, c'est ce weekend !)
il y a 15 heures 19 min
pépites > Politique
Voix de gauche
François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"
il y a 15 heures 57 min
pépites > Religion
Réforme
Le CFCM veut améliorer la formation des imams et mettre sur pied un plan anti-radicalisation
il y a 18 heures 40 min
décryptage > Politique
Indirect

Rokhaya Diallo n'est pas responsable de la mort de l'équipe de Charlie. Mais voilà de quoi ses idées sont incontestablement responsables

il y a 19 heures 35 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les entrepreneurs de légende français" : les trajectoires d’une large palette d’entrepreneurs français retracées avec brio

il y a 20 heures 41 min
décryptage > Education
D'un autre temps

Non assistance à institution en danger ? Le discours lunaire d’Emmanuel Macron sur l’école

il y a 23 heures 26 min
décryptage > Santé
Danger

Notre cerveau préfère les histoires qui finissent bien, nous devrions pourtant nous en méfier

il y a 23 heures 37 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite
il y a 23 heures 58 min
décryptage > Economie
Bonnes feuilles

L’influence de la fonction publique et des fonctionnaires sur la vie politique : aux racines d'un mal français

il y a 1 jour 36 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Conseils à l’usage des gens “normaux” en couple avec un surdoué

il y a 1 jour 43 min
pépite vidéo > Politique
Concours de punchlines
"Quelles sont vos propositions ?" Olivier Véran s'agace face aux députés
il y a 15 heures 39 min
pépites > Terrorisme
Glacant
Professeur décapité : le tueur a cherché d’autres cibles sur les réseaux sociaux
il y a 17 heures 41 min
pépites > Justice
Justice
Conflit d'intérêt : Eric Dupond-Moretti écarté de l'enquête visant le PNF
il y a 19 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Inhumain" : De la bande dessinée à grand spectacle, mais...

il y a 20 heures 35 min
décryptage > France
Faut que ça saigne

"Jérémy Breaud on va te décapité" : l'odeur du sang attire toujours les hyènes...

il y a 23 heures 19 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit
il y a 23 heures 34 min
décryptage > Education
Témoignages

Les dérives islamo-gauchistes de l'Unef vues de l'intérieur

il y a 23 heures 48 min
décryptage > International
A l’insu de son plein gré ou non

Donald Trump a un bilan majeur en matière de politique étrangère et voilà pourquoi

il y a 1 jour 2 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Oubliez astéroïdes et guerres nucléaires : au XXIe siècle, le principal danger pour l'humanité est les pandémies et maladies infectieuses

il y a 1 jour 40 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

Comment l'idéologie du droit à la différence a fait basculer les banlieues dans le ressentiment identitaire et racial

il y a 1 jour 44 min
© Reuters
© Reuters
Prison break

Prisons sous tension : derrière les revendications, ce qu’oublient de dire les surveillants

Publié le 23 octobre 2015
Après les policiers et les avocats, ce sont les surveillants de prison qui viennent de manifester leur mécontentement, jeudi 22 octobre, face à une situation carcérale qui ne cesse de se dégrader.
François Haut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Haut est criminologue, consultant et directeur du Département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines et du diplôme “Analyse des Menaces Criminelles Contemporaines” de l’Université Panthéon-Assas de 1997 à 2015.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les policiers et les avocats, ce sont les surveillants de prison qui viennent de manifester leur mécontentement, jeudi 22 octobre, face à une situation carcérale qui ne cesse de se dégrader.

Atlantico : Il manque aujourd'hui 1300 surveillants dans les prisons. En 2014, 4000 agressions physiques ont été répertoriées par l'administration pénitentiaire, 18 prises d'otages et 12 suicides. Les personnels pénitentiaires sont à bout et réclament le retour à l'ordre. Que pensez-vous de ces revendications ?

François Haut : Je pense que l'argument avancé par les surveillants selon lequel le manque d'effectif est à l'origine de tous les maux est un faux problème. Il s'agit d'un langage syndical. Il y a probablement trop de détenus. Il y a une promiscuité. Mais il y a surtout une forme de criminalité qui ne veut pas être considérée par les pouvoirs publics.

C'est un problème de politique. Le ministère de la Justice ne prend pas en compte un certain nombre de paramètres existants à l'intérieur des établissements pénitentiaires. Il n'y a rien de surprenant à ce que les détenus soient agités. Les gardiens de prison peuvent se plaindre d'être agressés, mais cela fait partie de leur métier.

Dans les prisons, on est confronté à des réseaux organisés. Tous les trafics existent, qu'ils soient purement lucratifs ou qu'ils se manifestent autrement, comme les trafics tournant autour de l'islamisation.

Lorsqu'un détenu arrive en prison et qu'il a un téléphone portable deux jours après, c'est une situation très perturbante. On doit effectivement s'interroger sur ce qu'il se passe réellement. Mais on demande au même corps de s'auto-analyser. C'est problématique.

La situation ne fait que s'aggraver, en France comme ailleurs. La criminalité carcérale s'endurcit avec une logique qui renvoie en prison ceux qui sont condamnés pour avoir agi en prison. Ils s'abreuvent de ce qu'il se passe à l'intérieur du système carcéral. On a donc de plus en plus de difficultés à éradiquer cette "maladie".

D'après vous, quels outils doivent être mis à l'œuvre pour faire changer cette situation ?

D'après moi, il est indispensable de rentrer dans une véritable logique de renseignement pénitentiaire en faisant fonctionner celui-ci sur des fondements tangibles. Il faut savoir ce qu'il se passe à l'intérieur des établissements. Mais on rentre alors dans une mécanique vicieuse entre ceux qui vont chercher le renseignement et ceux qui vont se trouver dans le système de manière un peu déséquilibrée. De ce fait, en France, on ne fait pas de véritable renseignement pénitentiaire.

Dans d'autres pays, où il existe des réalités pénitentiaires extrêmement structurées, on connaît les détenus. Ils sont répertoriés et fichés. On surveille leurs activités autant qu'on peut le faire en fonction des textes en vigueur. Malgré cela, cela ne marche pas aussi bien que ça devrait. Aussi paradoxal que ça puisse paraître, la criminalité en prison est très difficile à éradiquer.

Pourquoi cette criminalité est-elle si difficile à éradiquer ?

Dans les prisons américaines, on voit des détenus seuls dans leur cellule, enfermés 23H/24 avec une heure de promenade accompagnée, organiser des trafics dans leur cellule. Il y a des modes de communication qui fonctionnent très bien dans les prisons même s'ils sont particulièrement archaïques. On a vu des gens en cellule diriger des réseaux de trafic de stupéfiants ou des réseaux de vol de voitures. Les prisonniers ont des droits qui se retournent totalement contre nous. Il ne faut pas les supprimer évidemment, mais il faut trouver des solutions adaptées.

Contrairement à ce que l'on pense, les outils de contrôle dans les prisons ne sont pas efficaces. Il est vraiment très difficile de lutter contre la criminalité en prison. C'est un paradoxe qui n'a pas de réelle solution.

C'est systématique, les formes de criminalité qui dérangent vraiment de manière sérieuse ne sont pas considérées. Combien de temps a-t-il fallu pour que l'on parle de bandes de banlieues ? Il a fallu plus de 20 ans à partir du moment où l'on a tiré la sonnette d'alarme au début des années 1990. Il a fallu plus de 20 ans pour que l'Etat fasse quelque chose parce que cette forme de criminalité dérange.

La criminalité qui agit depuis l'intérieur des prisons est encore plus dérangeante. On ne veut pas le reconnaître, c'est comme une maladie honteuse.

D'où provient cette perception si particulière du problème de la criminalité carcérale ?

La criminalité qui touche directement les gens est une maladie honteuse de la société. C'est une brûlure sociale qui n'est pas très profonde et qui n'intéresse donc personne. De plus, c'est la faillite d'un système. Certains établissements pénitentiaires sont virtuellement tenus par des groupes criminels qui décident de tout, c'est une réalité dans de nombreux pays du monde.

En France, il y a un problème structurel et, surtout, un manque de volonté politique. On ne voit pas, on n'entend pas, c'est comme s'il ne se passait rien dans les prisons ! La machine pénitentiaire est une machine qui ne veut pas regarder ses problèmes et les politiques ne veulent pas appuyer sur l'accélérateur qui permettrait de faire avancer les choses. La lutte contre la criminalité n'est pas seulement un phénomène technique. C'est aussi une affaire de volonté politique.

Nous, criminologues, ne sommes pas prescripteurs. Nous sommes simplement radiologues et nous montrons sur un document pas très facile à comprendre ce que sont les problèmes et l'évolution que l'on peut en attendre. Donc il ne se passera rien tant qu'il n'y aura pas de volonté politique. C'est la réalité de la criminalité en France aujourd'hui. On met la poussière sous le tapis et on croit qu'on a nettoyé la maison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 24/10/2015 - 10:08
tout ca est connu....
Rien n'est fait pour éradiquer les choses, je n'epiloguerais même pas. Nous autres Français sensés, savons ce qu' il faut faire. Et comme ceux la ne veulent rien faire, d'autres vont avoir le courage de faire le ménage. C'est exactement le même problème pour la Syrie avec les Russes , nous ne faisons rien, eux font le ménage.
tubixray
- 24/10/2015 - 09:00
Que de belles paroles
Mais rien sur l'essentiel, rétablir des parloirs stricts (aucun contact physique avec le détenu) ou une fouille approfondie après un parloir ouvert devrait déjà sacrément limiter le nombre de téléphones / doses de drogues / armes planqués dans les cellules. Commençons par là. Une fois la gauche et Taubira virés de l'état on lance un programme de construction d'urgence de 20 000 places, celui que le gouvernement Sarkozy avait lancé avec que la ministre des délinquants arrive ...
Pierre 74
- 23/10/2015 - 22:54
Et alors ?
Merci de nous apprendre qu'il n'y a pas de solutions à la criminalité en prison. Il reste donc à continuer de cacher la poussière sous le tapis.