En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Malgré les difficultés, la génération Y sera la plus riche de tous les temps

04.

Arretmaladie.fr permet d’obtenir un arrêt maladie en 3 minutes sur internet mais déclenche la colère de la sécurité sociale. Sauf que...

05.

La manifestation du 9 janvier a été beaucoup plus violente que les médias n’ont pu le raconter

06.

Grève sans fin : si les Gilets jaunes ont ébranlé la République, le conflit autour des retraites ébranle la majorité

01.

Boeing ukrainien : c’est peut être un déséquilibré radicalisé qui a tiré le missile ?

02.

Ce boulevard qui devrait s’ouvrir au RN… mais ne s’ouvre pas tant que ça

03.

"Les Aristochats véhiculent les valeurs de la bourgeoisie riche". On a entendu ça sur France Culture !

04.

"Des profondeurs de nos cœurs" : un livre qui ébranle l'Eglise

05.

Jeanne Balibar (« Les Misérables ») veut qu'on enseigne les mathématiques en arabe !

06.

Retraite, clap de fin : le compromis va creuser un gouffre financier et précipiter les salariés du privé dans la capitalisation

ça vient d'être publié
light > Culture
Slim shady
Eminen surprend tout le monde et sort un nouvel album
il y a 6 heures 38 min
pépites > Culture
Evènement chez Michelin
Le guide rétrograde le restaurant de Paul Bocuse
il y a 7 heures 34 min
décryptage > Social
Retraites

Grève contre la réforme des retraites : de la guerre de mouvement à la guerre de tranchées

il y a 9 heures 7 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

« La révolution des plantes » : un livre scientifique à la portée de l’homme de la rue

il y a 11 heures 4 min
décryptage > Justice
Euthanasie

Euthanasie : 3 médecins jugés en Belgique dans un procès sans précédent

il y a 11 heures 30 min
décryptage > International
Gorbatchev à la sauce iranienne ?

Glasnost, le retour ? Le président iranien demande de la transparence

il y a 12 heures 39 min
décryptage > International
Copycat

Contagion : Les démocrates trumpisent leur communication

il y a 13 heures 18 min
décryptage > Santé
Drames sanitaires

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

il y a 14 heures 18 min
pépites > Politique
Alliances
Municipales à Paris : Pierre-Yves Bournazel retire sa candidature et soutient Benjamin Griveaux
il y a 1 jour 5 heures
light > Justice
Placé sous contrôle judiciaire
Le réalisateur Christophe Ruggia a été mis en examen pour "agressions sexuelles sur mineur de 15 ans" dans le cadre de l'affaire Adèle Haenel
il y a 1 jour 7 heures
L'assassin assassiné
En Inde, un homme arrêté pour le meurtre de son tueur à gages
il y a 6 heures 56 min
pépites > Social
Musée du Louvre
Une grève sauvage provoque la fermeture des portes
il y a 7 heures 41 min
rendez-vous > Consommation
Atlantic-tac
Quand l’octogone redéfinit le classicisme et quand l’étrier d’acier fait danser les chiffres : c’est l’actualité des montres en mode pluviôse
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : « Un contrat » : Polar psychanalytique entre deux hommes de parole... et de silence

il y a 11 heures 12 min
pépite vidéo > Politique
Invités imprévus
Marlène Schiappa interrompue lors d'une réunion publique
il y a 11 heures 52 min
rendez-vous > International
Géopolitico-scanner
Libye : les occidentaux cumulent naïveté et erreurs géopolitiques en série
il y a 12 heures 43 min
décryptage > Education
Pénurie des profs

Ces recrutements hasardeux que génère la pénurie de profs en France

il y a 13 heures 38 min
décryptage > Europe
Il n’y a pas que l’union qui fait la force

Europe post Brexit : et Angela Merkel mit (sans le vouloir) le doigt sur le vrai point de faiblesse de l’Union

il y a 14 heures 52 min
pépites > Environnement
Risques climatiques et économiques
Davos 2020 : les décideurs mondiaux placent l'inaction climatique au sommet des dangers pour l'humanité
il y a 1 jour 6 heures
pépite vidéo > Politique
Soirées électorales pimentées
Elections municipales : une circulaire de Christophe Castaner pourrait avantager le score national de LREM
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Prison break

Prisons sous tension : derrière les revendications, ce qu’oublient de dire les surveillants

Publié le 23 octobre 2015
Après les policiers et les avocats, ce sont les surveillants de prison qui viennent de manifester leur mécontentement, jeudi 22 octobre, face à une situation carcérale qui ne cesse de se dégrader.
François Haut est criminologue, consultant et directeur du Département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines et du diplôme “Analyse des Menaces Criminelles Contemporaines” de l’Université Panthéon-Assas de 1997 à 2015.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Haut
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Haut est criminologue, consultant et directeur du Département de recherche sur les Menaces Criminelles Contemporaines et du diplôme “Analyse des Menaces Criminelles Contemporaines” de l’Université Panthéon-Assas de 1997 à 2015.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Après les policiers et les avocats, ce sont les surveillants de prison qui viennent de manifester leur mécontentement, jeudi 22 octobre, face à une situation carcérale qui ne cesse de se dégrader.

Atlantico : Il manque aujourd'hui 1300 surveillants dans les prisons. En 2014, 4000 agressions physiques ont été répertoriées par l'administration pénitentiaire, 18 prises d'otages et 12 suicides. Les personnels pénitentiaires sont à bout et réclament le retour à l'ordre. Que pensez-vous de ces revendications ?

François Haut : Je pense que l'argument avancé par les surveillants selon lequel le manque d'effectif est à l'origine de tous les maux est un faux problème. Il s'agit d'un langage syndical. Il y a probablement trop de détenus. Il y a une promiscuité. Mais il y a surtout une forme de criminalité qui ne veut pas être considérée par les pouvoirs publics.

C'est un problème de politique. Le ministère de la Justice ne prend pas en compte un certain nombre de paramètres existants à l'intérieur des établissements pénitentiaires. Il n'y a rien de surprenant à ce que les détenus soient agités. Les gardiens de prison peuvent se plaindre d'être agressés, mais cela fait partie de leur métier.

Dans les prisons, on est confronté à des réseaux organisés. Tous les trafics existent, qu'ils soient purement lucratifs ou qu'ils se manifestent autrement, comme les trafics tournant autour de l'islamisation.

Lorsqu'un détenu arrive en prison et qu'il a un téléphone portable deux jours après, c'est une situation très perturbante. On doit effectivement s'interroger sur ce qu'il se passe réellement. Mais on demande au même corps de s'auto-analyser. C'est problématique.

La situation ne fait que s'aggraver, en France comme ailleurs. La criminalité carcérale s'endurcit avec une logique qui renvoie en prison ceux qui sont condamnés pour avoir agi en prison. Ils s'abreuvent de ce qu'il se passe à l'intérieur du système carcéral. On a donc de plus en plus de difficultés à éradiquer cette "maladie".

D'après vous, quels outils doivent être mis à l'œuvre pour faire changer cette situation ?

D'après moi, il est indispensable de rentrer dans une véritable logique de renseignement pénitentiaire en faisant fonctionner celui-ci sur des fondements tangibles. Il faut savoir ce qu'il se passe à l'intérieur des établissements. Mais on rentre alors dans une mécanique vicieuse entre ceux qui vont chercher le renseignement et ceux qui vont se trouver dans le système de manière un peu déséquilibrée. De ce fait, en France, on ne fait pas de véritable renseignement pénitentiaire.

Dans d'autres pays, où il existe des réalités pénitentiaires extrêmement structurées, on connaît les détenus. Ils sont répertoriés et fichés. On surveille leurs activités autant qu'on peut le faire en fonction des textes en vigueur. Malgré cela, cela ne marche pas aussi bien que ça devrait. Aussi paradoxal que ça puisse paraître, la criminalité en prison est très difficile à éradiquer.

Pourquoi cette criminalité est-elle si difficile à éradiquer ?

Dans les prisons américaines, on voit des détenus seuls dans leur cellule, enfermés 23H/24 avec une heure de promenade accompagnée, organiser des trafics dans leur cellule. Il y a des modes de communication qui fonctionnent très bien dans les prisons même s'ils sont particulièrement archaïques. On a vu des gens en cellule diriger des réseaux de trafic de stupéfiants ou des réseaux de vol de voitures. Les prisonniers ont des droits qui se retournent totalement contre nous. Il ne faut pas les supprimer évidemment, mais il faut trouver des solutions adaptées.

Contrairement à ce que l'on pense, les outils de contrôle dans les prisons ne sont pas efficaces. Il est vraiment très difficile de lutter contre la criminalité en prison. C'est un paradoxe qui n'a pas de réelle solution.

C'est systématique, les formes de criminalité qui dérangent vraiment de manière sérieuse ne sont pas considérées. Combien de temps a-t-il fallu pour que l'on parle de bandes de banlieues ? Il a fallu plus de 20 ans à partir du moment où l'on a tiré la sonnette d'alarme au début des années 1990. Il a fallu plus de 20 ans pour que l'Etat fasse quelque chose parce que cette forme de criminalité dérange.

La criminalité qui agit depuis l'intérieur des prisons est encore plus dérangeante. On ne veut pas le reconnaître, c'est comme une maladie honteuse.

D'où provient cette perception si particulière du problème de la criminalité carcérale ?

La criminalité qui touche directement les gens est une maladie honteuse de la société. C'est une brûlure sociale qui n'est pas très profonde et qui n'intéresse donc personne. De plus, c'est la faillite d'un système. Certains établissements pénitentiaires sont virtuellement tenus par des groupes criminels qui décident de tout, c'est une réalité dans de nombreux pays du monde.

En France, il y a un problème structurel et, surtout, un manque de volonté politique. On ne voit pas, on n'entend pas, c'est comme s'il ne se passait rien dans les prisons ! La machine pénitentiaire est une machine qui ne veut pas regarder ses problèmes et les politiques ne veulent pas appuyer sur l'accélérateur qui permettrait de faire avancer les choses. La lutte contre la criminalité n'est pas seulement un phénomène technique. C'est aussi une affaire de volonté politique.

Nous, criminologues, ne sommes pas prescripteurs. Nous sommes simplement radiologues et nous montrons sur un document pas très facile à comprendre ce que sont les problèmes et l'évolution que l'on peut en attendre. Donc il ne se passera rien tant qu'il n'y aura pas de volonté politique. C'est la réalité de la criminalité en France aujourd'hui. On met la poussière sous le tapis et on croit qu'on a nettoyé la maison.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
winnie
- 24/10/2015 - 10:08
tout ca est connu....
Rien n'est fait pour éradiquer les choses, je n'epiloguerais même pas. Nous autres Français sensés, savons ce qu' il faut faire. Et comme ceux la ne veulent rien faire, d'autres vont avoir le courage de faire le ménage. C'est exactement le même problème pour la Syrie avec les Russes , nous ne faisons rien, eux font le ménage.
tubixray
- 24/10/2015 - 09:00
Que de belles paroles
Mais rien sur l'essentiel, rétablir des parloirs stricts (aucun contact physique avec le détenu) ou une fouille approfondie après un parloir ouvert devrait déjà sacrément limiter le nombre de téléphones / doses de drogues / armes planqués dans les cellules. Commençons par là. Une fois la gauche et Taubira virés de l'état on lance un programme de construction d'urgence de 20 000 places, celui que le gouvernement Sarkozy avait lancé avec que la ministre des délinquants arrive ...
Pierre 74
- 23/10/2015 - 22:54
Et alors ?
Merci de nous apprendre qu'il n'y a pas de solutions à la criminalité en prison. Il reste donc à continuer de cacher la poussière sous le tapis.