En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

02.

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

03.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

04.

Monstres sacrés : Alain Delon, l’éternel enfant blessé

05.

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

06.

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

07.

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

01.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

02.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

05.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

06.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

03.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

04.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
light > Histoire
Incroyable
Des chercheurs ont découvert des dizaines de milliers (!) de dessins vieux de 12.500 ans dans la forêt amazonienne
il y a 3 heures 34 min
pépite vidéo > Sport
Plus de peur que de mal
Formule 1 : Romain Grosjean miraculé après un accident très impressionnant
il y a 4 heures 18 min
pépites > Santé
Sceptiques
Covid-19 : une majorité des Français n'ont pas l'intention de se faire vacciner
il y a 6 heures 46 min
pépite vidéo > Société
Casseurs
Manifestations contre les violences policières : des dégâts à Paris
il y a 7 heures 30 min
light > Culture
Mort d'un géant
L'acteur David Prowse, qui avait incarné Dark Vador, est décédé
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Culture
Atlantico Litterati

Oscar Wilde ou l’art avant tout

il y a 9 heures 37 min
décryptage > International
A qui profite le crime ?

Assassinat du scientifique iranien, piège de dernière heure tendue à Téhéran

il y a 10 heures 31 sec
décryptage > International
Pardon présidentiel

Pourquoi Donald Trump a eu raison de gracier son ancien conseiller à la sécurité nationale

il y a 10 heures 12 min
décryptage > Santé
Vecteur

Pourquoi les virus frappent-ils plus certains continents que d'autres ? Une étude sur Zika donne des indices

il y a 10 heures 35 min
décryptage > France
Munich 1938 ? Non, Munich 2020 !

Vous subodoriez que Grigny n’était plus en France : Gabriel Attal l’a confirmé

il y a 10 heures 53 min
pépite vidéo > France
Heurts
Manifestation : les images très violentes d'un policier tabassé par plusieurs manifestants
il y a 3 heures 59 min
pépites > France
Défense
Pour le directeur général de la Police nationale, "la police est un reflet de la société"
il y a 5 heures 28 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
L'origine de l'énergie des étoiles confirmée grâce aux neutrinos de Borexino ; Gravité quantique : l'écume de l'espace-temps, une clé du Big Bang au vivant ?
il y a 7 heures 1 min
light > Media
Disparition
Le journaliste Jean-Louis Servan-Schreiber est mort
il y a 7 heures 58 min
pépites > Religion
Distanciation
Messes : le Conseil d'Etat casse la règle des trente fidèles maximum
il y a 8 heures 56 min
décryptage > Politique
Partis des libertés

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

il y a 9 heures 53 min
décryptage > Economie
La crise qui vient

La bourse est-elle trop optimiste ?

il y a 10 heures 6 min
décryptage > International
Etatisme

Le Covid-19 est en train de transformer profondément l'Asie et voilà comment

il y a 10 heures 27 min
rendez-vous > Environnement
Atlantico Green
Si vous voulez vraiment faire des achats respectueux de l'environnement, il ne faudra pas vous contenter de lire les étiquettes des produits en rayon. Petits conseils pour y voir plus vert
il y a 10 heures 45 min
décryptage > Société
Big tech

Pourquoi il devient urgent de sauver nos démocraties de la technologie

il y a 10 heures 57 min
© Reuters
La réforme de la carte scolaire est inefficace.
© Reuters
La réforme de la carte scolaire est inefficace.
Obstination dans l'erreur

Réforme de la carte scolaire : un outil malheureusement inefficace contre les inégalités sociales

Publié le 20 octobre 2015
Une dizaine de départements vont expérimenter une modification de la carte scolaire dans l'objectif de réintroduire de la mixité sociale dans les collèges. Une intention louable mais, hélas, qui ne risque pas d'être couronnée d'un franc succès.
Camille Bedin
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Camille Bedin est conseillère départementale des Hauts-de-Seine, canton Nanterre-Suresnes, et secrétaire nationale, membre du bureau exécutif des Républicains.
Voir la bio
Lionel Devic
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lionel Devic est avocat fiscaliste, spécialiste des organisations non lucratives, à Paris. Il a participé à la création d'une école indépendante dans la banlieue de Lyon. Pour insuffler un renouveau éducatif en France, il co-fonde la Fondation pour...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une dizaine de départements vont expérimenter une modification de la carte scolaire dans l'objectif de réintroduire de la mixité sociale dans les collèges. Une intention louable mais, hélas, qui ne risque pas d'être couronnée d'un franc succès.

Atlantico : La méthode utilisée par cette réforme consiste à inciter les départements à changer leur façon de découper la carte : un secteur élargi qui comprendrait plusieurs collèges et qui permettrait à l'Etat d'affecter les élèves dans tel ou tel établissement en fonction de leur origine sociale. Quels sont les points forts et les points faibles de cette méthode selon vous ?

Camille Bedin : D’abord, il ne s’agit malheureusement pas d’une réforme, simplement d’une expérimentation (une de plus) dans moins de 10 départements, qui va donc concerner un pourcentage très faible (et à ce stade inconnu) de familles.

En outre, elle serait a priori réalisée l’an prochain : autant dire que, le temps d’évaluer et d’engager la généralisation de cette expérimentation, au sein d’une administration qui a des difficultés à généraliser un dispositif expérimental, cela repousse à très loin une véritable réforme de la carte scolaire. Les élèves et leurs familles n’ont pas le temps d’attendre !

Ensuite, il s’agit de concentrer, encore et toujours, le pouvoir de choisir l’établissement dans les mains de l’Etat, au lieu de le déléguer légitimement aux familles : c’est l’Etat qui continuera sa répartition arbitraire des destinées des élèves en les répartissant dans tel ou tel collège d’un même secteur.

Enfin, il s’agit d’une expérimentation très limitée dans ses possibilités : faire entrer plusieurs collèges dans un secteur pourrait être une bonne idée, sauf que cela suppose d’avoir plusieurs collèges à la fois proches en terme de distance et variés en terme de catégories socio-professionnelles. Comme le dit déjà le président du département de Seine-Saint-Denis, comment faire lorsque des territoires entiers sont totalement dépourvus de mixité sociale ? Répartir les mêmes populations dans un collège ou un autre ne changera rien !

Pourtant, tout le monde sait que notre carte scolaire est obsolète. Elle irrite les familles. Elle est une des plus grandes hypocrisies de notre système républicain. Les seuls défenseurs de la carte scolaire sont les mêmes qui, dans les milieux intellectuels ou politiques, la contournent eux-mêmes à la moindre difficulté en choisissant une langue rare, en optant pour l’adresse d’un ami ou en faisant marcher leurs relations.

C’est dommage : la gauche aurait pu se permettre d’aller loin sur ce sujet. Mais elle manque de courage politique, elle est perdue dans son idéologie et elle est bien trop éloignée des réalités quotidiennes.

Lionel Devic : Cette méthode montre un important point faible selon moi car elle relève d'une décision arbitraire de l'Etat : c'est l'Etat qui va décider si l'on affecte tel ou tel quota de personnes dans un établissement. Je trouve que cette manière d’appréhender la question est trop centralisée.

Je crois beaucoup plus à une liberté laissée aux parents – qui sont les mieux placés pour faire ce choix - de décider dans quel établissement ils vont inscrire leurs enfants, quitte à aider certaines familles à faire ce choix. C’est ce qu’il se passe dans d’autres pays d’ailleurs, avec des systèmes d’aide à l’inscription d’un enfant dans un établissement - même éloigné.

L’assouplissement de la carte scolaire devrait se faire surtout pour faciliter le choix de la part des parents. Dans ce cas, il faudrait aussi nécessairement mettre en place un système d’évaluation - tant par les familles que par une agence indépendante de l’Etat - de la qualité de l’enseignement dans les établissements.

Est-ce que des mesures similaires existent à l'étranger ? Quels résultats observe-t-on ?

Camille Bedin : A l’étranger, il existe peu de « cartes scolaires ». Ces modèles sont progressivement abandonnés. La Suède, par exemple, l’a abandonnée il y a longtemps, au profit d’un chèque éducation qui accorde à toutes les familles la liberté de choix. Les modèles anglo-saxons font co-exister des écoles très indépendantes avec le système public mais aussi avec des écoles publiques à charte (charter schools), qui sont gérées librement tant qu’elles atteignent des objectifs fixés avec l’Etat. Les modèles nordiques sont administrés de façon beaucoup moins centralisés.

Tous ont en tout cas un point commun : ni la liberté de choix des familles, ni la concurrence entre établissements n’est tabou dans le débat public. D’ailleurs, il n’y a qu’en France où on trouve cette peur de parler de ces sujets parmi les élites, alors que les familles plébisciteraient de telles évolutions. Il suffit de regarder le développement majeur des écoles hors contrat sur notre territoire pour constater que les parents recherchent d’autres modèles éducatifs que celui qui leur est imposé par l’Etat, depuis la Rue de Grenelle.

Lionel Devic : Outre Atlantique, des systèmes qui fonctionnent ont été mis en place : pour des élèves qui sont situés dans des zones difficiles, l’Etat permet qu’un financement puisse être apporté pour que ces élèves puissent être inscrits dans un établissement réputé, choisi par les parents. Cette aide financière qui permet aux familles de faire ce choix constitue une réelle solution pour davantage de mixité sociale puisqu’elle leur donne la capacité d’aller choisir un établissement en qui ils ont réellement confiance plutôt que tel établissement qui se trouve sur telle commune. Ces élèves peuvent alors être accueillis dans des Ecoles à Chartes, des Free Schools. 

De nombreux établissements de ce type se créent aujourd’hui en Grande-Bretagne. Il s’agit de structures totalement privées, construites autour d’un projet – contrairement aux établissements publics qui sont défaillants sur ce point et ne remplissent donc plus leurs missions. L’Etat préfère aider des projets qui ont du sens à démarrer - et fermer un établissement qui ne marche pas – plutôt que de perfuser des établissements qui n’ont pas la liberté de se réformer.

Quand on évoque ce sujet en France en particulier, on s’aperçoit que la grande majorité des français considère que la question éducative appartient par principe à l’Etat. Mais lorsque l’on compare le droit des différents pays, il apparaît que la France fait exception sur ce sujet : il y a un très fort paradigme sur la légitimité de l’Etat à gérer des établissements scolaires. Partout ailleurs, c’est un sujet décomplexé avec un Etat qui arrive à fermer des établissements défaillants. En France, on ne ferme jamais ce type d’établissements, on les garde sous perfusion. C’est un des rares domaines de la vie économique où la création et la fermeture de structures soient aussi rares.

Quelles autres solutions préconiseriez-vous pour réintroduire de la mixité sociale dans les collèges ? 

Camille Bedin : Ce sujet est majeur. Il est important de redonner aux familles la possibilité de choisir leur établissement, par exemple en mettant en place le chèque éducation (on donnerait aux familles un montant par élève qui correspond à son cout dans le système public, afin qu’elles puissent l’utiliser pour payer l’établissement de son choix).

Cette liberté doit être organisée : les établissements publics en difficulté doivent être dotés de davantage de moyens encore ; les projets d’établissement différents et innovants doivent être encouragés ; mais surtout, la transparence doit être faite grâce à des examens nationaux réguliers, par la publication des résultats et par l’indépendance de l’instance de contrôle qui ne relèverait plus de l’administration de l’Education Nationale (actuels Inspecteurs de l’Education nationale).

Cette liberté aurait l’avantage de réimpliquer les parents dans les écoles, de développer des projets d’établissement différents et attractifs (traditionnels, modernes, Montessori, Freinet, laïcs,…), de recruter des enseignants en fonction du type de pédagogie proposée,…

Mais la mixité sociale implique bien d’autres éléments que la seule réforme de l’Education nationale : en tant qu’élue départementale, je constate tous les jours que même si cette réforme était faite, elle ne suffirait pas à dé-ghettoïser certains quartiers où l’enjeu est de déconcentrer des populations défavorisées installées plus ou moins volontairement dans des quartiers entiers, voire dans des territoires entiers. Il y a un plancher par la loi SRU, il faudrait donc aussi proposer un plafond de logements sociaux à 35% d’une ville, par exemple.

Lionel Devic : Je pense que le système éducatif français est celui qui produit le plus d’inégalités dans la formation des élèves.

Il faudrait produire davantage de liberté et d’autonomie dans les établissements - publics comme privés - sur le choix de leurs équipes. Un directeur pourrait ainsi constituer une équipe autour d’un projet et cette équipe ne subirait pas sa situation dans l’établissement. Les professeurs doivent être unis sur l’essentiel et avoir une vision commune.

Il faudrait aussi donner de la liberté aux familles de choisir et tenter dans les banlieues de soutenir des projets nés de la société civile. A titre d’exemple, la Fondation « Espérance banlieue » - l’une des fondations abritées par la Fondation pour l’Ecole - accompagne la création d’établissements dans les banlieues difficiles sur un modèle très particulier qui parvient à réinsérer, à apprendre à lire, à écrire, à compter, à des populations de banlieue qui étaient très éloignées du parcours scolaire. On trouve ces établissements à Montfermeil, à Asnières, à Roubaix et un certain nombre de maires sollicitent cette fondation pour créer le même type d’école. Ces initiatives sont observées avec intérêt par le Ministère de l’Education nationale et par de nombreux politiques. Elles sont aujourd’hui financées sur fonds privés, mais elles pourraient aussi être soutenues par l’Etat. Il s’agit de petites unités avec un nombre d’élèves modestes, mais avec une réelle unité pédagogique et un vrai projet qui s’adresse à des élèves de primaire et de collège.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (11)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 20/10/2015 - 19:27
Carte scolaire
On part de toute façon d'un postulat qui n'est pas démontré, qui est que la différence de réussite à l'école serait liée aux inégalités sociales et à rien d'autre. C'est une façon de ne pas se poser de questions.
Mike Desmots
- 20/10/2015 - 18:54
Les différences dans la vie sont intéréssantes ...
pourquoi la gauche dogmatique , veut faire politiquement des inégalités...? c'est ridicule...! n'importe comment dans la vie ...! il n'y a pas un gouvernement ou une doctrine même socialiste...qui pourront obliger les enfants et leurs parents .... d'être les égaux des différences des autres...! d'ailleurs , même la dictature marxo/socialisme depuis 1917 a foiré tragiquement dans ce domaine...! (hélas , avec quelques dizaines de millions de morts ...)...
2bout
- 20/10/2015 - 16:32
...
1) Oui au plafonnement des logements sociaux dans une commune : très bonne idée. La mixité, c'est aussi ouvrir des options spécifiques ou élitistes dans certains collèges : existe-t-il encore des groupes scolaires « techniques » qui accueillent du CAP au BTS, voire jusqu'au bien au-delà, des élèves et des étudiants ? Jusqu'au doctorant (?) et dans ce cas, vous mettez des grandes écoles dans des petites, avec un staff enseignant qualifié et expérimenté. A-t-on besoin d'être au centre de la cité pour bien étudier ?
2) Non au chèque éducation : il y a des effets pervers, les mêmes que l'on retrouve avec les primes de rentrée. D'ailleurs, il en coûte plus à la nation de distribuer individuellement une prime (il faut des fonctionnaires) à des parents qui disposent ainsi d'une somme dont l'usage est certainement plus efficient si les achats sont faits de manière groupée puisque tous les besoins sont identiques pour un enfant scolarisé dans un niveau d'acquisition défini (le fonctionnaire serait plus utile à ce niveau).