En direct
Best of
Best of du samedi 9 au vendredi 15 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La privatisation de FDJ : vrai succès politique mais erreur économique

02.

Energie : l'arrêt du nucléaire au Japon responsable de beaucoup plus de morts que la catastrophe de Fukushima

03.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

04.

Ile-de-France : un nouveau pass Navigo plus pratique pour les usagers occasionnels

05.

Le cerveau : ce grand régulateur de la douleur

06.

Insécurité : les tricheries statistiques du ministère de l’intérieur

01.

Notre-Dame de Paris : Jean-Louis Georgelin rappelle à l’ordre l’architecte des monuments historiques et lui demande de "fermer sa gueule"

02.

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

03.

Crise (permanente) à l’hôpital : mais que faisons-nous donc de nos prélèvements obligatoires records ?

04.

Toujours plus… sauf sur le terrain idéologique : la diversité selon Delphine Ernotte

05.

Et à part l’ordre ? Radioscopie de que pourrait être une candidature Pierre de Villiers en 2022

06.

Finkielkraut, apologiste du viol ? Bullshit au carré sur les réseaux sociaux

ça vient d'être publié
pépites > Justice
"Acab land"
Une jeune femme, fichée S, qui espionnait les policiers et qui avait été arrêtée samedi place d’Italie lors de la manifestation des Gilets jaunes aurait été relaxée
il y a 2 heures 37 sec
pépites > Social
Marche de la colère Acte II ?
Grève du 5 décembre : la police pourrait rejoindre la mobilisation contre la réforme des retraites
il y a 3 heures 30 min
pépite vidéo > Media
Bras de fer médiatique
Yann Barthès diffuse l'enquête de Valeurs actuelles sur Quotidien et sur la tyrannie des bien-pensants
il y a 6 heures 4 min
light > Culture
Polémique
"J'Accuse" : la collectivité Est Ensemble renonce finalement à demander la déprogrammation en Seine-Saint-Denis du film de Roman Polanski
il y a 7 heures 4 min
pépites > Religion
Nouvelle polémique ?
Vesoul : une religieuse catholique privée de maison de retraite pour son voile
il y a 8 heures 19 min
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 19 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Ingénu" de Voltaire : un Candide au pays des puissants, un Ingénu dans le monde

il y a 11 heures 15 min
pépites > Santé
Répondre à la crise
Le gouvernement dévoile son "plan d'urgence" pour l'hôpital public avec notamment une hausse du budget et une reprise de la dette
il y a 12 heures 11 min
décryptage > Politique
Réforme

Retraites : cette violence qui nous attend au fond de l’impasse politique

il y a 13 heures 36 min
décryptage > Politique
"J'ai besoin de vous"'

Congrès des maires : Emmanuel Macron surestime l’impact de la politique de simplification mise en œuvre à destination des élus locaux

il y a 14 heures 32 min
light > Europe
Famille royale
Affaire Jeffrey Epstein : le prince Andrew décide de mettre fin à ses engagements publics
il y a 2 heures 46 min
pépites > Sport
Colère
JO 2024 à Paris : les hôteliers décident de suspendre leur participation à l'organisation des Jeux olympiques suite au partenariat avec Airbnb
il y a 3 heures 58 min
pépites > Justice
Lutte contre le terrorisme
Attentat déjoué dans le Thalys : le parquet national antiterroriste demande un procès pour Ayoub El Khazzani et pour trois autres suspects
il y a 6 heures 33 min
light > Culture
Oscar de la meilleure création du monde
Puy du Fou : le parc reçoit le prestigieux prix du Thea Award pour le spectacle "Le premier Royaume"
il y a 7 heures 40 min
pépite vidéo > Religion
A la rencontre des fidèles
Visite officielle du pape François en Thaïlande et au Japon
il y a 8 heures 58 min
décryptage > Santé
Mesures

Plan d'urgence pour l'hôpital public : comment le gouvernement ménage dangereusement la chèvre et le chou

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Misérables" : le réalisateur Ladj Ly casse la baraque

il y a 11 heures 27 min
rendez-vous > Social
Politico Scanner
Des casseurs aux LBD, radioscopie de l’opinion des Français face à la violence dans les conflits sociaux
il y a 12 heures 46 min
décryptage > Economie
Lettre

(Excès de l’)Inspection du travail : l’étrange méthode de Muriel Pénicaud

il y a 14 heures 19 min
décryptage > France
Un aveu

Il m’arrive parfois d’avoir honte pour la France…

il y a 14 heures 49 min
Boulot, dodo, mario

Jeux vidéo : quand les éditeurs prennent les joueurs pour des vaches à lait

Publié le 30 novembre 2011
Les éditeurs de jeux vidéo lancent sur le marché des logiciels de moins en moins aboutis. C'est la conclusion d'une enquête UFC - Que Choisir dans laquelle les joueurs se plaignent de dérives commerciales et d'une baisse générale de la qualité.
Edouard Barreiro est directeur adjoint des études chez UFC - Que Choisir.Philippe Ulrich est l'un des personnages historiques du jeu vidéo en France. Il est l'un des fondateurs de Cryo en France. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Barreiro et Philippe Ulrich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Barreiro est directeur adjoint des études chez UFC - Que Choisir.Philippe Ulrich est l'un des personnages historiques du jeu vidéo en France. Il est l'un des fondateurs de Cryo en France. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les éditeurs de jeux vidéo lancent sur le marché des logiciels de moins en moins aboutis. C'est la conclusion d'une enquête UFC - Que Choisir dans laquelle les joueurs se plaignent de dérives commerciales et d'une baisse générale de la qualité.

Atlantico : UFC - Que choisir a publié mardi une étude critique envers les éditeurs de jeux vidéo. Les joueurs signalent des dérives dans la qualité et l'aboutissement des logiciels commercialisés. Pouvez-vous nous décrire le phénomène ?

Edouard Barreiro : Les consommateurs rapportent de nombreux bugs, sous toutes les formes. Lorsqu'il s'agit d'un méchant que vous ne pouvez pas tuer, c'est agaçant mais pas handicapant. C'est plus grave en revanche lorsque le jeu se bloque carrément pendant la partie. Ces reproches sont de plus en plus fréquents. Les joueurs se plaignent de jeux « non finis » et de plus en plus court. Ils doivent acheter des contenus supplémentaires de plus en plus souvent. Avant, un jeu coûtait 70 euros et vous pouviez jouer. Maintenant, c’est 70 euros et il faut prévoir les compléments pour débloquer la totalité des contenus. Ces coûts supplémentaires peuvent aller jusqu'à 110 euros.

Philippe Ulrich : Il y a quand même des jeux qui sortent en étant très aboutis. D’autres sont volontairement contraignants pour les joueurs : ils les obligent à passer à la caisse. Nous sommes dans une période où l’on commence à totalement dématérialiser les jeux. C’est compliqué car les contenus sont extrêmement lourds. Les éditeurs sont contraints d’avoir recours à ces méthodes pour compléter ou corriger les jeux comme pour n'importe quel type de logiciel.

Le phénomène s’amplifie peut-être dans la mesure où le nombre de consommateurs augmente : le marché devient énorme. Faire un jeu, c'est systématiquement une prouesse technique. Autrefois, nous étions des petits groupes sans pression. Le marché fait que nous sommes confrontés à des contraintes croissantes. Les développeurs ont des calendriers hebdomadaires et sont en permanence dans le rush pour atteindre leurs objectifs.

 

Comment anticipez-vous l'évolution de la politique commerciale des éditeurs de jeux vidéo ?

Edouard Barreiro : Les éditeurs de jeux redoutent le piratage et le marché de l’occasion. Ils savent qu’ils vendent des produits très coûteux. Ils risquent pourtant de ne pas reculer là-dessus, quitte à perdre une partie de la clientèle. Dans les témoignages, les utilisateurs qui admettent pirater se sentent forcés d'en venir à ces méthodes pour dépasser le nombre de contraintes imposées par les éditeurs.

Philippe Ulrich : Facebook a introduit de nouvelles notions de micro paiement. L’idée dans les jeux est d’aller de plus en plus dans cette direction. Il s’agit d’offrir la possibilité au joueur d’acheter de petits contenus régulièrement au fur et à mesure de sa progression. Nous savons exactement où clique le joueur, pourquoi il va à tel ou tel endroit. Le logiciel est modifié en cours de commercialisation pour obtenir de meilleurs résultats et obtenir une meilleure optimisation des paiements. Si le joueur veut aller plus vite ou plus loin, il doit payer. 

Ce système inspire les éditeurs qui envisagent de se diriger vers ce système. La tendance évolue vers une forme de service ou d’abonnement. Il y a une transition du jeu traditionnel vers ce nouveau modèle. Sur Facebook, c'est un succès : il y a des dizaines de millions de joueurs chaque mois. Nous n’en sommes pourtant pas encore là pour une question de niveau technologique. Les applications sur les réseaux sociaux sont pauvres techniquement et visuellement. Dans les jeux classiques, la qualité graphique coûte très cher et mobilise des équipes de plusieurs dizaines de personnes.

 

Les joueurs sont-ils condamnés à subir cette situation ?

Edouard Barreiro : Il n’y a pas de recours. Là où nous pouvons attaquer, c’est sur ces contenus à usages uniques : il y a un manque voire une absence d’information sur les boîtes. Les joueurs qui espèrent pouvoir revendre leurs jeux après les avoir terminés se rendent compte qu’ils ne peuvent pas. Il devient difficile de partager un jeu avec ses amis ou de jouer sur d’autres ordinateurs que le sien quand bien même vous êtes propriétaire du jeu.

Les éditeurs de jeux veulent faire plus d’argent et plus facilement. Ils ont compris qu’ils avaient un public assez captif. Le fan d’un jeu achètera le jeu et les épisodes suivants quoi qu’il arrive.

Philippe Ulrich : Il y a toujours eu des jeux qui sortaient sans être parfaitement terminés mais avant, les éditeurs tremblaient face à la presse spécialisée lorsque leurs jeux arrivaient sur le commerce. Cette presse est peut-être moins présente aujourd'hui.

Le marché du jeu vidéo traverse une crise. En France par exemple, de grands studios parisiens ont fermé. Le marché est loin d’être facile. Le consommateur doit sanctionner les éditeurs en n'achetant pas les jeux incomplets. S’il y a une voracité incontrôlée des utilisateurs, nous irons droit vers des dérives de la part des éditeurs. Les développeurs ont l’envie de faire de beaux jeux, impeccables et sans bug. Aujourd’hui, il y a un combat entre la création et le marketing moderne. Les créatifs qui avaient autrefois le pouvoir sont bridés par les contraintes. Mais si les éditeurs prennent les joueurs pour des vaches à lait, ils finiront forcément par être sanctionnés.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Deckard
- 30/11/2011 - 17:58
En ce qui concerne la presse,
En ce qui concerne la presse, elle est totalement aux ordres des éditeurs de jeu : "si vous ne nous promettez pas une bonne note pour notre prochain jeu, nous ne vous le fournirons pas avant la sortie officielle" Tant pis pour la sortie de votre journal. Voilà où ils en sont.
steph121
- 30/11/2011 - 11:29
DRM et internet
en plus des DLC et des bug, les DRM, clés d'activation et jeux demandant une connexion internet pour jouer sont clairement liberticides. Ils empechent de faire ce que bon nous semble d'un objet que l'on a acheté voir même leur usage parfois (pas internet, changement d'ordi ou de console).Il est temps que l'on pense aux consommateurs, sinon on devra peux-être payer pour chaque joueur d'une famille.
steph121
- 30/11/2011 - 11:22
DLC et bug ...
La manière dont évolue le jeux vidéo ces dernières années est loin d'être positif. Entre le contenu déblocable moyennant paiement (=un contenu inclus dans le jeu MAIS nécessitant de payer pour y avoir accès alors que l'on a déjà acheter le jeu), les bugs évitables nécessitant un patch (tous les éditeurs ne sont pas aussi perfectionnniste que Nintendo dont les jeux sont irreprochables)