En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

ça vient d'être publié
décryptage > International
Cavalier seul ?

Pétrole : l’Arabie saoudite contribue à l’effondrement de l’économie mondiale

il y a 11 min 16 sec
décryptage > International
Cité de Dieu

Brésil : les gangs remplacent l’Etat

il y a 51 min 58 sec
décryptage > Société
Confinement

Inquiétudes sur le monde qui vient

il y a 1 heure 19 min
décryptage > Politique
Brouillage sur la ligne

Rhétorique officielle et officieuse au temps du corona

il y a 1 heure 59 min
décryptage > People
Miroir des réseaux sociaux

Corona, le virus qui rendait les humoristes moins drôles et les célébrités lourdingues

il y a 2 heures 28 min
décryptage > Europe
Solidarité européenne ?

Euro-panique ? L’Europe du Sud montre les dents, l’Europe du Nord tente de déminer, Bruxelles menace

il y a 3 heures 12 min
décryptage > Santé
Risques de rechute

Déconfinement graduel : ce que le gouvernement ne devra vraiment pas louper

il y a 3 heures 46 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 31 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 12 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Jules Ferry, La Liberté et la Tradition" de Mona Ozouf : un texte à la fois sobre, efficace et très élégant qui se lit avec un réel plaisir

il y a 10 heures 39 min
Bonheur de cuisiner
Le marché de Rungis a officiellement lancé sa plateforme en ligne pour les particuliers en cette période de confinement
il y a 13 heures 41 min
décryptage > Défense
Soutien

Covid-19 : la garde nationale aux abonnés absents

il y a 26 min 58 sec
décryptage > Media
Candidats

France Télévisions : la bataille pour la présidence de l’audiovisuel public se lance (timidement)

il y a 1 heure 4 min
décryptage > Economie
Cicatrices

Coronavirus : l’après crise sera violente

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Politique
Des habits neufs

Et Emmanuel Macron endossa la marinière Armor Lux d'Arnaud Montebourg !

il y a 2 heures 18 min
décryptage > Politique
Atout majeur

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

il y a 2 heures 43 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économie chinoise ne redémarre pas aussi vite que ce que ses dirigeants affirment. Ou ils ne le savent pas ou ils mentent. Mais pourquoi ?

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Santé
Lutte contre le Covid-19

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

il y a 4 heures 10 min
décryptage > Media
L’art de la punchline

Un 30 mars en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 59 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Simples" de Yannick Grannec : XVIe siècle, un drame chez les Bénédictines. Un roman qu’on ne lâche pas

il y a 10 heures 54 min
pépites > Economie
Brétigny-sur-Orge
Covid-19 : des salariés d’Amazon ont été contaminés en France et un d’entre eux aurait été placé en réanimation
il y a 14 heures 19 min
Boulot, dodo, mario

Jeux vidéo : quand les éditeurs prennent les joueurs pour des vaches à lait

Publié le 30 novembre 2011
Les éditeurs de jeux vidéo lancent sur le marché des logiciels de moins en moins aboutis. C'est la conclusion d'une enquête UFC - Que Choisir dans laquelle les joueurs se plaignent de dérives commerciales et d'une baisse générale de la qualité.
Edouard Barreiro est directeur adjoint des études chez UFC - Que Choisir.Philippe Ulrich est l'un des personnages historiques du jeu vidéo en France. Il est l'un des fondateurs de Cryo en France. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Barreiro et Philippe Ulrich
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Edouard Barreiro est directeur adjoint des études chez UFC - Que Choisir.Philippe Ulrich est l'un des personnages historiques du jeu vidéo en France. Il est l'un des fondateurs de Cryo en France. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les éditeurs de jeux vidéo lancent sur le marché des logiciels de moins en moins aboutis. C'est la conclusion d'une enquête UFC - Que Choisir dans laquelle les joueurs se plaignent de dérives commerciales et d'une baisse générale de la qualité.

Atlantico : UFC - Que choisir a publié mardi une étude critique envers les éditeurs de jeux vidéo. Les joueurs signalent des dérives dans la qualité et l'aboutissement des logiciels commercialisés. Pouvez-vous nous décrire le phénomène ?

Edouard Barreiro : Les consommateurs rapportent de nombreux bugs, sous toutes les formes. Lorsqu'il s'agit d'un méchant que vous ne pouvez pas tuer, c'est agaçant mais pas handicapant. C'est plus grave en revanche lorsque le jeu se bloque carrément pendant la partie. Ces reproches sont de plus en plus fréquents. Les joueurs se plaignent de jeux « non finis » et de plus en plus court. Ils doivent acheter des contenus supplémentaires de plus en plus souvent. Avant, un jeu coûtait 70 euros et vous pouviez jouer. Maintenant, c’est 70 euros et il faut prévoir les compléments pour débloquer la totalité des contenus. Ces coûts supplémentaires peuvent aller jusqu'à 110 euros.

Philippe Ulrich : Il y a quand même des jeux qui sortent en étant très aboutis. D’autres sont volontairement contraignants pour les joueurs : ils les obligent à passer à la caisse. Nous sommes dans une période où l’on commence à totalement dématérialiser les jeux. C’est compliqué car les contenus sont extrêmement lourds. Les éditeurs sont contraints d’avoir recours à ces méthodes pour compléter ou corriger les jeux comme pour n'importe quel type de logiciel.

Le phénomène s’amplifie peut-être dans la mesure où le nombre de consommateurs augmente : le marché devient énorme. Faire un jeu, c'est systématiquement une prouesse technique. Autrefois, nous étions des petits groupes sans pression. Le marché fait que nous sommes confrontés à des contraintes croissantes. Les développeurs ont des calendriers hebdomadaires et sont en permanence dans le rush pour atteindre leurs objectifs.

 

Comment anticipez-vous l'évolution de la politique commerciale des éditeurs de jeux vidéo ?

Edouard Barreiro : Les éditeurs de jeux redoutent le piratage et le marché de l’occasion. Ils savent qu’ils vendent des produits très coûteux. Ils risquent pourtant de ne pas reculer là-dessus, quitte à perdre une partie de la clientèle. Dans les témoignages, les utilisateurs qui admettent pirater se sentent forcés d'en venir à ces méthodes pour dépasser le nombre de contraintes imposées par les éditeurs.

Philippe Ulrich : Facebook a introduit de nouvelles notions de micro paiement. L’idée dans les jeux est d’aller de plus en plus dans cette direction. Il s’agit d’offrir la possibilité au joueur d’acheter de petits contenus régulièrement au fur et à mesure de sa progression. Nous savons exactement où clique le joueur, pourquoi il va à tel ou tel endroit. Le logiciel est modifié en cours de commercialisation pour obtenir de meilleurs résultats et obtenir une meilleure optimisation des paiements. Si le joueur veut aller plus vite ou plus loin, il doit payer. 

Ce système inspire les éditeurs qui envisagent de se diriger vers ce système. La tendance évolue vers une forme de service ou d’abonnement. Il y a une transition du jeu traditionnel vers ce nouveau modèle. Sur Facebook, c'est un succès : il y a des dizaines de millions de joueurs chaque mois. Nous n’en sommes pourtant pas encore là pour une question de niveau technologique. Les applications sur les réseaux sociaux sont pauvres techniquement et visuellement. Dans les jeux classiques, la qualité graphique coûte très cher et mobilise des équipes de plusieurs dizaines de personnes.

 

Les joueurs sont-ils condamnés à subir cette situation ?

Edouard Barreiro : Il n’y a pas de recours. Là où nous pouvons attaquer, c’est sur ces contenus à usages uniques : il y a un manque voire une absence d’information sur les boîtes. Les joueurs qui espèrent pouvoir revendre leurs jeux après les avoir terminés se rendent compte qu’ils ne peuvent pas. Il devient difficile de partager un jeu avec ses amis ou de jouer sur d’autres ordinateurs que le sien quand bien même vous êtes propriétaire du jeu.

Les éditeurs de jeux veulent faire plus d’argent et plus facilement. Ils ont compris qu’ils avaient un public assez captif. Le fan d’un jeu achètera le jeu et les épisodes suivants quoi qu’il arrive.

Philippe Ulrich : Il y a toujours eu des jeux qui sortaient sans être parfaitement terminés mais avant, les éditeurs tremblaient face à la presse spécialisée lorsque leurs jeux arrivaient sur le commerce. Cette presse est peut-être moins présente aujourd'hui.

Le marché du jeu vidéo traverse une crise. En France par exemple, de grands studios parisiens ont fermé. Le marché est loin d’être facile. Le consommateur doit sanctionner les éditeurs en n'achetant pas les jeux incomplets. S’il y a une voracité incontrôlée des utilisateurs, nous irons droit vers des dérives de la part des éditeurs. Les développeurs ont l’envie de faire de beaux jeux, impeccables et sans bug. Aujourd’hui, il y a un combat entre la création et le marketing moderne. Les créatifs qui avaient autrefois le pouvoir sont bridés par les contraintes. Mais si les éditeurs prennent les joueurs pour des vaches à lait, ils finiront forcément par être sanctionnés.

Propos recueillis par Romain Mielcarek

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

02.

Philippe Juvin : "Les chefs et petits chefs de l’administration qui nous entravent face à l’urgence devront répondre de leurs actions après cette crise"

03.

Chloroquine : Didier Raoult revient sur ses travaux, les prouesses réalisées en Chine et sur la situation de la crise sanitaire dans un entretien à Radio Classique

04.

Regardez bien cette caricature : elle est abjecte !

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Crise du coronavirus : Nicolas Sarkozy, le recours silencieux ?

07.

Confinement J15 : tensions en vue sur la distribution et (une partie de) l’alimentaire

01.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

02.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

03.

Yazdan Yazdapanah, qui coordonne les essais contre le coronavirus, est-il l'homme des laboratoires américains ?

04.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

05.

Jean-Noël Fabiani : "Il ne pourra pas y avoir de sortie du confinement sans dépistage de masse, ni mesures de très grande précaution"

06.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

01.

Tests : la stratégie du gouvernement nous accule à un (nouveau) retard évitable

02.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

03.

Coronavirus : les fonctionnaires qui nous sauvent et ceux qui nous plombent (voire pire...)

04.

Covid-19 et chloroquine : et si l'on écoutait le Dr Vladimir Zelenko nous parler de sa propre expérience ?

05.

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

06.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Deckard
- 30/11/2011 - 17:58
En ce qui concerne la presse,
En ce qui concerne la presse, elle est totalement aux ordres des éditeurs de jeu : "si vous ne nous promettez pas une bonne note pour notre prochain jeu, nous ne vous le fournirons pas avant la sortie officielle" Tant pis pour la sortie de votre journal. Voilà où ils en sont.
steph121
- 30/11/2011 - 11:29
DRM et internet
en plus des DLC et des bug, les DRM, clés d'activation et jeux demandant une connexion internet pour jouer sont clairement liberticides. Ils empechent de faire ce que bon nous semble d'un objet que l'on a acheté voir même leur usage parfois (pas internet, changement d'ordi ou de console).Il est temps que l'on pense aux consommateurs, sinon on devra peux-être payer pour chaque joueur d'une famille.
steph121
- 30/11/2011 - 11:22
DLC et bug ...
La manière dont évolue le jeux vidéo ces dernières années est loin d'être positif. Entre le contenu déblocable moyennant paiement (=un contenu inclus dans le jeu MAIS nécessitant de payer pour y avoir accès alors que l'on a déjà acheter le jeu), les bugs évitables nécessitant un patch (tous les éditeurs ne sont pas aussi perfectionnniste que Nintendo dont les jeux sont irreprochables)