En direct
Best of
Best of du 16 au 23 mars 2019
En direct
Vote des étrangers
Arno Klarsfeld : "Claude Guéant est un homme de droite raisonnable qui dit des choses évidentes"
Publié le 30 novembre 2011
Le président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration revient sur son opposition au droit de vote des étrangers et défend Claude Guéant en reprochant à une certaine gauche de l'associer au FN.
Arno Klarsfeld est avocat. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arno Klarsfeld
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Arno Klarsfeld est avocat. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration revient sur son opposition au droit de vote des étrangers et défend Claude Guéant en reprochant à une certaine gauche de l'associer au FN.

Atlantico : Vous venez de publier une tribune dans Le Monde où vous indiquez être « hostile au droit de vote des étrangers » non-communautaires aux élections locales. Pourquoi cette prise de position ?

Arno Klarsfeld : Le vote est lié à la citoyenneté depuis la Révolution française. Les Européens peuvent certes voter dans chaque pays de l’Union, mais il existe une citoyenneté européenne.

Le vote des étrangers non-communautaires est reconnu dans beaucoup moins de pays européens que la presse française ne veut bien le dire. C’est le cas au Royaume-Uni, mais pour les membres du Commonwealth uniquement (une sorte de citoyenneté existe donc bien, là encore). En Allemagne ou en Italie, les non-communautaires ne peuvent pas voter. Cette possibilité n’est offerte que dans de « petits » pays comme l’Irlande, les pays baltes ou scandinaves. Par conséquent, il n’existe pas de pays avec une immigration forte comme en France où les étrangers peuvent voter.

Dans notre pays, on considère que les étrangers qui entrent sur notre territoire sont amenés à devenir français. Après cinq années passées sur notre sol, il est possible de demander la nationalité française, si l’on accepte les valeurs de la République : liberté, égalité, fraternité et surtout laïcité et égalité hommes/femmes.

Disons les choses clairement : de l’autre côté de la Méditerranée, ces deux dernières valeurs ne sont guère partagées. Ce n’est pas être provocateur que de dire cela. Bien sûr cela engendre chez beaucoup de personnes hypocrites de gauche des cris indignés, alors que c’est un fait : dans les pays d’Afrique du Nord, l’égalité hommes/femmes est peu appliquée et la laïcité ne figure pas pour l’instant dans leur mode de vie.

Une vague fondamentaliste touche actuellement le monde musulman. Elle touche aussi la France d’une certaine façon puisqu'une grande partie des Tunisiens de France[i] a voté pour des listes fondamentalistes lors des dernières élections tunisiennes. Selon moi, le moment n’est donc pas venu de donner le droit de vote aux étrangers alors qu’il existe encore des problèmes d’intégration : beaucoup de gens qui viennent d’Afrique du Nord et d’Afrique subsaharienne ne sont pas encore intégrés et n’ont pas encore intégré les valeurs de laïcité et d’égalité hommes/femmes.

 

Selon vous, une "vague fondamentaliste" touche réellement la France ?

Une vague fondamentaliste touche la France puisque qu’une grande partie des Tunisiens de France a voté pour des listes fondamentalistes.

 

Mais le parti Ennahda qui a remporté les élections tunisiennes est plutôt un parti islamiste modéré...

Toute religion peut être interprétée dune manière ou d’une autre. J'utilise le terme "fondamentaliste" car ce parti prône un retour aux fondamentaux de l’Islam, où ne règne pas l'égalité hommes/femmes.

 

Vous êtes le Président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration (OFII). Vos propos ne sont-ils pas susceptibles de renforcer les difficultés d'intégration ?

Quand je dis que l’intégration en France n’est pas encore une réussite, je suis dans mon rôle. Je ne peux que constater les choses : en Seine-Saint-Denis, il y a des quartiers communautaristes avec une forte aspiration religieuse, par exemple.

 

Que pensez-vous donc de la proposition de loi socialiste de permettre aux étrangers non-communautaires de voter aux élections locales ?

J’y serais favorable si la plupart des étrangers était intégrée, s’il n’y avait pas cette vague fondamentaliste. Cela n’a rien à voir avec la provenance des étrangers. Mon point de vue repose sur les valeurs que certains étrangers n’ont pas encore acquises.

 

Une majorité d’étrangers ou seulement une partie des étrangers vivant en France ?

Écoutez, si une grande partie des Tunisiens de France a voté pour des listes islamistes alors que beaucoup d’entre eux vivent en France depuis plusieurs années, c’est bien la marque que l’intégration n’a pas été une réussite ! C’est une évidence de dire cela. Commençons par intégrer les gens qui sont ici.

 

Les résultats du vote des Tunisiens de France lors des dernières élections tunisiennes ont montré qu'un peu plus de 30% d'entre eux avaient voté pour les islamistes ? Cela signifie donc que plus des 2/3 n'ont pas voté en leur faveur...

Certes, mais le Congrès pour la République (CPR), le parti qui arrive en deuxième position, se situe à seulement 11% : c'est près de trois fois moins que les quelques 30% du vote des Tunisiens de France pour Ennhada qui arrive en tête.

 

Vous avez soutenu dernièrement Claude Guéant. Qu’avez-vous pensé de la Une de Libération de ce mardi matin sur le ministre de l’Intérieur titrée : « Guéant, la voix de Le Pen » ?

L’éditorial est scandaleux. Claude Guéant est un homme de droite raisonnable qui dit des choses évidentes. Malheureusement, lorsqu’on dit de telles choses, une partie de la gauche militante qui attend des postes et des récompenses essaye de diaboliser et de comparer un homme de centre-droit à un parti qui reste populiste et xénophobe, puisqu’il veut se débarrasser de toutes les considérations humanitaires en excluant des gens qui ont toutes leurs attaches en France.

Claude Guéant souhaite accepter moins d’étrangers en France. C’est différent du FN. Ces étrangers ne sont pas encore présents sur notre sol, la France n’a donc pas encore de responsabilité vis-à-vis d’eux. Parce que sinon, on a une responsabilité pour tous les Somaliens, les Ethiopiens, pour une bonne partie de la planète finalement.

Dès qu’ils sont sur notre territoire, nous avons la responsabilité d’être la patrie des droits de l’Homme, de les traiter dignement. Lorsqu’ils ont toutes leurs attaches en France, il ne faut pas les expulser. Mais nous n’avons pas la responsabilité d’accueillir nécessairement plus d’étrangers. Diminuer l’immigration légale correspond au droit de la nation.

 

Mais quand Claude Guéant indique vouloir connecter "les fichiers des étrangers résidant en France et les fichiers de Sécurité sociale" afin de "lutter contre ces fraudes spécifiques", ne vise-t-il pas directement les étrangers résidant en France ?

Claude Guéant a indiqué ce mercredi qu’il ne visait pas directement les étrangers.

Et n'oublions pas que c'est François Mitterrand qui avait déclaré en 1989, qu'en matière d'immigration le seuil de tolérance avait été atteint dès les années 1970 ! Et que dire de Manuel Valls qui critique aujourd'hui Claude Guéant mais qui en juin 2009, alors qu'il se promenait dans la ville dont il est maire, regrettait devant les caméras la présence trop importante de noirs sur un marché : "belle image de la ville d'Evry... tu me mets quelques blancs, quelques white, quelques blancos", disait-il. Claude Guéant n'a jamais stigmatisé les étrangers à partir de la couleur de leur peau.

 

Ça ne vous agace pas de passer en permanence pour un soldat du sarkozysme ?

J’ai mon indépendance : sur plusieurs sujets, j’ai été le premier à exprimer mon désaccord avec les propositions UMP, notamment lorsqu’il fut question de supprimer le droit du sol.

Mais j’ai une grande affection pour Nicolas Sarkozy. Il a des années-lumière d’avance sur François Hollande. Je crois qu’il m’aime bien car il sait que je suis rationnel, gentil et raisonnable.

 

Propos recueillis par Aymeric Goetschy

 



[i] 600 000 Tunisiens de France ont été appelés aux urnes pour voter lors des élections désignant l'Assemblée constituante tunisienne. Leur vote correspond à deux circonscriptions : le parti islamiste Ennahda a ainsi recueilli 33,70 % et 30,23 % des suffrages exprimés (ce qui est beaucoup vu le nombre de candidatures : 1 500 listes et 11 000 candidats), soit 4 des 10 sièges réservés aux Tunisiens de France dans l'Assemblée constituante élue en Tunisie. Selon la commission électorale, il y a eu 119 468 suffrages exprimés lors du vote organisé en France. Ils représentent 10 des 217 sièges de l'Assemblée constituante.

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Vladimir Poutine est censé quitter le pouvoir en 2024. Certains au Kremlin envisageraient un autre scénario
03.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
04.
Jean Arcelin : “Une large majorité des 700 000 personnes en Ehpad mangera, pour le reste de sa vie, des repas à 1€”
05.
Soirée arrosée en boîte : Christophe Castaner filmé en train d'embrasser une inconnue
06.
De crypto-macroniste à Paris à orbaniste à Budapest, où va le Nicolas Sarkozy d’aujourd’hui ?
07.
Acte 19 des Gilets jaunes : victoire sur le terrain pour le gouvernement, incertitude politique maximale
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Dégoût, colère, envie de révolution… : l’étude exclusive qui révèle la très sombre humeur des Français relativement aux autres Européens
03.
“La révolte du public” : interview exclusive avec Martin Gurri, l'analyste de la CIA qui annonçait la crise des Gilets jaunes dès 2014
04.
Grand débat en péril ? Les trois erreurs politiques que semble s'apprêter à commettre Emmanuel Macron
05.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
06.
Electricité : le record de production par les éoliennes battu le 14 mars est un faux espoir
01.
Irascible, exténué et persuadé d’être le meilleur en tout : ce que la personnalité du président coûte à son quinquennat et à la France
02.
Recours à l’armée face aux Gilets jaunes : la dangereuse fuite en avant du gouvernement
03.
Violence inexcusable MAIS aspiration à la justice sociale : la double nature de la contestation des Gilets jaunes dont aucun parti ne parvient à tirer une synthèse convaincante
04.
Souhait de “sagesse” pour la septuagénaire blessée à Nice : ces dangers que le monopole de la raison que s’arroge Emmanuel Macron fait courir à la stabilité de la démocratie française (même lorsqu’il a effectivement raison...)
05.
Profondément convaincus ou en réaction épidermique à Emmanuel Macron ? L’enquête exclusive qui révèle que les Français se disent nettement plus nationalistes et favorables au protectionnisme que les autres Européens ?
06.
Rokhaya Diallo va (peut-être) nous quitter pour les Etats-Unis
Commentaires (36)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
Esclarmonde de Foix
- 01/12/2011 - 17:53
Arno ou Arnaud ?
Ha ha on voit bien pour qui vous êtes Isableu. Je crois que le Faine a bien besoin de votre vote. Me suis-je bien fait comprendre ?
luc.b
- 01/12/2011 - 11:51
Sarkozy, c’est 75% d’immigration de plus que sous Jospin.
L’immigration légale en France est de 200 000 personnes par an, c’est 75% d’immigration de plus que sous Jospin (Elle était de 114 000 personnes en 2000). Il faut ajouter que, selon Michel Godet, « au moins 25% des 800 000 naissances de 2006 étaient issues de deux parents immigrés.» Soit 200 000 + 200 000 = 400 000 personnes issues de l’immigration supplémentaires par an.
Thierry5635
- 01/12/2011 - 11:33
Pourquoi un droit de vote aux étrangers sans réciprocité ?
Car le pouvoir ainsi accordé aux ressortissants d’autres pays impliquerait en toute logique une réciprocité de ces pays amis en faveur des ressortissants français résidant chez eux. A cette condition, et seulement à cette condition, l’argument du mélange des cultures et des influences pourrait être débattu.