En direct
Best of
Best of du 11 au 17 janvier
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Coronavirus
Virus en Chine : l’OMS prolonge sa réunion d’urgence d’une journée, les transports publics suspendus à Wuhan
il y a 5 heures 34 min
pépites > International
Soupçons
Piratage du téléphone de Jeff Bezos par l'Arabie saoudite : des experts de l'ONU réclament une enquête
il y a 8 heures 49 min
pépite vidéo > International
Tension
Incident entre Emmanuel Macron et des policiers israéliens au cœur de la Vieille Ville de Jérusalem
il y a 12 heures 15 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part" de Arnaud Viard : l'amour, la tendresse et la nostalgie en partage...

il y a 14 heures 41 min
pépite vidéo > Europe
Vigilance
Les images impressionnantes de la tempête Gloria dans les Pyrénées-Orientales et en Espagne
il y a 15 heures 47 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

L’affaire des "médecins empoisonneurs" : quand Staline inventait des complots imaginaires contre les Juifs

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Economie
Larmes de crocodile

Inégalités : et le choeur des pleureuses milliardaires repris à Davos

il y a 17 heures 8 min
décryptage > Social
France

Les cercles vicieux du modèle social français

il y a 17 heures 44 min
décryptage > Europe
Concurrence européenne

Post-Brexit : entre un Singapour britannique et un cavalier solitaire allemand, quel destin pour l’économie française ?

il y a 19 heures 3 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

A trop célébrer l’attractivité française, on en oublie les effets pervers

il y a 20 heures 4 min
pépites > Justice
Ultimes mystères
Affaire Benalla : le témoin-clé Chokri Wakrim met en cause des membres de l’Elysée sur la question de la disparition des coffres-forts
il y a 6 heures 25 min
pépites > Politique
L'heure du bilan
69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022
il y a 9 heures 36 min
light > Culture
"Always look on the bright side of life"
Mort de Terry Jones, membre des Monty Python et réalisateur de "La Vie de Brian"
il y a 13 heures 49 min
pépites > Politique
Bataille de chiffres
L'Association des maires de France souhaite obtenir une modification de la "circulaire Castaner" pour les municipales
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Santé
Industrie pharmaceutique

Autorisation de médicaments : les consommateurs ont droit à la transparence

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Social
Surtout que Martinez ne se fâche pas !

CGT : Cancer Généralisé du Travail

il y a 16 heures 59 min
décryptage > Social
Réforme

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

il y a 17 heures 24 min
décryptage > Environnement
Révolution ?

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

il y a 18 heures 31 min
décryptage > Politique
Souvenirs, souvenirs

Nicolas Sarkozy présente ses voeux, c’est l’occasion de se repencher sur son mandat ou le dernier mandat présidentiel "tranquille"

il y a 19 heures 37 min
décryptage > Environnement
Davos 2020

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

il y a 20 heures 21 min
© wikipédia
Marx Dormoy
© wikipédia
Marx Dormoy
La France à la hauteur de son Histoire ?

Réfugiés : petit retour sur Marx Dormoy, le Front populaire et les flux migratoires des années 30

Publié le 18 septembre 2015
Dans les années 1930, la France a dû faire face à un flux massif de réfugiés politiques. Alors ministre de l'Intérieur, Marx Dormoy ordonne notamment aux préfets le 14 avril 1937 de "refouler impitoyablement tout étranger qui cherchera à s'introduire sans passeport ou titre de voyage valable ou qui n'aura pas obtenu de visa consulaire s'il est soumis à cette formalité".
Emmanuel Debono est historien (Institut Français de l'Éducation, ENS de Lyon). Il représente en France l'USC Shoah Foundation et anime le blog "Au cœur de l'antiracisme".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Debono
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Emmanuel Debono est historien (Institut Français de l'Éducation, ENS de Lyon). Il représente en France l'USC Shoah Foundation et anime le blog "Au cœur de l'antiracisme".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans les années 1930, la France a dû faire face à un flux massif de réfugiés politiques. Alors ministre de l'Intérieur, Marx Dormoy ordonne notamment aux préfets le 14 avril 1937 de "refouler impitoyablement tout étranger qui cherchera à s'introduire sans passeport ou titre de voyage valable ou qui n'aura pas obtenu de visa consulaire s'il est soumis à cette formalité".

Atlantico : Quelle a été l'attitude du ministre de l'intérieur de l'époque ?

Emmanuel Debono : En 1937, la France est sous pression migratoire. Ce sont des milliers de réfugiés juifs d’Europe de l’Est qui pénètrent en France, souvent illégalement, depuis plusieurs années, fuyant des régimes qui institutionnalisent  ou tolèrent l’antisémitisme, tels que la Roumanie, la Pologne et bien sûr l’Allemagne nazie. Cet afflux massif, dans une France fragile économiquement, qui ne compte alors que 42 millions d’habitants, inquiète les pouvoirs publics, d’autant que les réfugiés tendent à se concentrer dans la capitale. En avril 1937, le ministre de l’Intérieur socialiste du gouvernement Camille Chautemps, Marx Dormoy, cherche à contrôler efficacement les flux migratoires, en exigeant des entrants qu’ils se soient soumis à un contrôle administratif. Il réaffirme le rôle de l’échelon consulaire, à une époque où cette représentation française est présente dans de nombreuses villes européennes. C’est un moyen d’exercer un filtre sans faire obstacle, théoriquement, aux demandes des réfugiés. Évidemment, dans la pratique, cela complique la tâche de ceux qui fuient l’antisémitisme et ses manifestations économiques, notamment les politiques de numerus clausus ou les mesures de boycottage antijuif. Difficultés économiques et antisémitisme sont souvent mêlés.

Ce que craint aussi Dormoy, c’est la concentration de Juifs allemands à la frontière franco-allemande, source de tensions à ses yeux. C’est la raison pour laquelle, en mars 1937, les préfets se sont vus ordonner de surveiller de près ces réfugiés et, au besoin, de les déplacer d’autorité.

Dormoy veut distinguer les  "indésirables ", c’est-à-dire les immigrés économiques, qui encombrent à ses yeux l’économie française, des réfugiés politiques auxquels la France reconnaît traditionnellement le droit d’asile. Son discours répressif, réitéré au début du mois de juillet 1937, tient à opérer ce distinguo. Mais dans les faits, encore une fois, l’administration ne respecte pas toujours le tracé théorique de cette ligne de partage entre immigrés économiques et réfugiés politiques.

Quelles étaient les caractéristiques de ces réfugiés ? Que fuyaient-ils, et dans quelles proportions étaient-ils ?

Il y a plusieurs vagues de réfugiés dans les années 1930. La persécution hitlérienne provoque des séries de départ : avec l’arrivée des nazis au pouvoir en 1933, après le rattachement de la Sarre au Reich en janvier 1935, après l’annexion de l’Autriche (Anschluss) en mars 1938, celle des Sudètes en octobre 1938 ou encore avec la Nuit de Cristal en novembre de la même année.

À l’été 1933, au paroxysme de la crise, la France atteint le nombre de 25 000 réfugiés, et elle se trouve au premier rang des pays d’accueil. Après un reflux au cours des années suivantes, certains réfugiés poursuivant leur exil vers d’autres continents, notamment l’Amérique, l’effectif atteint 30 000 début 1939. Il faut ajouter la présence, souvent illégale, des réfugiés juifs des pays d’Europe de l’Est et de dizaine de milliers d’Espagnols, fuyant la guerre civile. À l’été et l’automne 1937, ce ne sont pas moins de 15 à 18 000 réfugiés, dont la très grande majorités sont Polonais, qui arrivent en France avec des visas touristiques, profitant de la tenue de l’Exposition universelle.

Comment cette gestion pour le moins radicale était-elle perçue par l'opinion ?

Il peut paraître excessif de parler de  "gestion radicale ". Il faudrait davantage parler de gestion volontariste voire autoritaire, le gouvernement français cherchant à encadrer et rationaliser les flux en distinguant notamment les  "indésirables " des  "utiles ". Philippe Serre, sous-secrétaire d’État à l’immigration, envisage à la même époque (1937-1938) un plan visant à déplacer les immigrés juifs illégaux vers des régions françaises dépeuplées, afin de soulager les centres urbains où la concurrence économique se fait sentir. Le plan sera emporté dans la chute du Front Populaire mais il ne pouvait pas déplaire aux syndicats de l’habillement et de la métallurgie, entre autres, qui se plaignaient de ces artisans et ouvriers juifs travaillant à vil prix, au mépris des accords syndicaux.

De nombreuses études historiques ont témoigné de la xénophobie, diffuse dans l’opinion publique, caractérisant les années 1930. Hormis quelques associations humanitaires engagées aux côtés des étrangers, peu s’offusquaient des mesures de refoulement prises par les pouvoirs publics.

Quelle était la teneur des débats autour de ces réfugiés, quels étaient les arguments invoqués par les partisans de l’accueil et ceux soutenant Marx Dormoy ?

La présence étrangère, qui ne se limite pas aux réfugiés juifs, est source de bien des tensions dans la France des années 1930 qui connaît une résurgence très forte de l’antisémitisme, en particulier depuis l’arrivée de Léon Blum à la présidence du Conseil, en mai 1936. Avec le temps, les partisans de l’accueil se réduisent à quelques organisations militantes proréfugiés, telles que la Ligue des Droits de l’Homme (LDH) ou la Ligue internationale contre l’antisémitisme (LICA). Il y a également de nombreuses associations juives, notamment consistoriales, qui sont au première loge pour prendre en charge les arrivants : elles jouent un rôle décisif pour fournir une aide matérielle aux réfugiés ainsi qu’une aide juridique face à une administration tatillonne et souvent peu compréhensive. Les partisans de l’accueil mettent en avant l’opportunité que constituent ces hommes et ces femmes pour les secteurs de l’économie nationale en manque de main d’œuvre. Ils font preuve de prudence, en raison du chômage. Il souligne également l’intérêt des avoirs financiers des réfugiés, susceptibles d’être investis, ou encore, sur un autre plan, leur patriotisme d’adoption, qui se vérifiera bien souvent au moment de la déclaration de guerre en septembre 1939.

Face à ce pôle humanitaire, les discours antisémites et xénophobes se libèrent, avec leur cortège de stéréotypes traditionnels. Au-delà de la concurrence déloyale, dont beaucoup d’entre eux sont accusés, il existe aussi une méfiance à l’égard de ces étrangers dont une partie vient d’Allemagne et qui pourrait dissimuler en son sein des espions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

CGT : Cancer Généralisé du Travail

02.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

69% des Français considèrent qu'Emmanuel Macron ne sera pas réélu en 2022

05.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

06.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

07.

Une étude universitaire affirme que laver le linge à 25°C est meilleur pour l’environnement. Mais les vêtements ressortent-ils propres de la machine ?

01.

Michel Onfray : “Le bourrage de crâne est parvenu à un degré jamais atteint depuis qu’il y a des hommes”

02.

Succès du lait d’amande : les abeilles ne disent pas merci aux bobos bio

03.

Quand les députés votent pour grignoter discrètement le droit de propriété en France

04.

Retraites : le Trafalgar d’Emmanuel Macron

05.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

06.

Mais pourquoi les pêcheurs chinois découvrent-ils autant de petits sous-marins espions dans leurs filets ?

01.

Ce duel nationaux/mondialistes auquel s’accrochent Marine Le Pen et Emmanuel Macron alors qu’il n’intéresse pas vraiment les Français

02.

Greta Thunberg-Donald Trump, le match : avantage à...

03.

Petit cynisme entre amis: Davos attend plus de Greta Thunberg que de Donald Trump pour protéger le système libéral capitaliste

04.

Quand certains médicaments changent drastiquement nos personnalités dans l’indifférence totale de l’industrie pharmaceutique et des autorités sanitaires

05.

Un vol pour Kharkov ( Ukraine) et vous revenez avec un bébé d’appellation controlée

06.

L’arme à 3 coups qui pourrait porter Ségolène Royal vers 2022

Commentaires (15)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MIMINE 95
- 16/09/2015 - 18:02
MARX DORMOY
Ministre de l'interieur SFIO du gouvernement Chautemps déclare en novembre 1937 "Seuls sont autorisé à résider en France les réfugiés qui possèdent des ressources suffisantes pour y demeurer sans occuper aucun emploi ou qui peuvent être recueilli par des personnes prenant l'engagement à subvenir à tous leurs besoins, exception faite toutefois pour les femmes, les enfants, les vieillards et les malades qui peuvent " encore être hébergés aux frais des collectivités publiques. Albert sarrault (gauche démocratique) durcira encore ces règles en 1938 et en janvier 1939 le gouvernement Daladier (parti radical socialiste) ouvrira le premier centre d'internement pour étrangers indésirables à Rieucros . Inutile de préciser quelles étaient les conditions de vie et leurs conséquences dans ces camps qui internaient sans distinction, femmes , enfants , vieillards etc etc.
vangog
- 16/09/2015 - 16:45
Les exilés ont vocation à vivre dans des pays de culture,
langue et traditions identiques sinon proches! Marx Dormoy était perturbé par une idéologie socialiste de haine, proche du national-socialisme allemand, et donc, un très mauvais exemple à suivre...L'exil des Syriens à plusieurs milliers de kms de leur port d'attache est incomparable à celui des Polonais, Espagnols, Juifs. Eux partagent avec les pays de destination une tradition judéo-chrétienne qui ne leur impose que l'apprentissage d'une langue et l'assimilation rapide à une culture proche. Les Syriens, Eythreens, Somaliens, Ghanéens, Afghans etc...ne sont pas dans ce cas de figure, mais dans celui d'une migration purement d'intérêt, sous le couvert de motifs politiques. Lorsqu'un pays d'accueil accepte des "immigrants pour de mauvaises raisons", les conséquences négatives devront être supportées, pendant plusieurs générations, par le pays d'accueil. Et les Européens, qui ont une longue expérience en terme d "immigrants pour de mauvaises raisons", avec l'immigration Maghrébine pour alimenter l'electorat gauchiste, en connaissent parfaitement les dangers...
Anguerrand
- 16/09/2015 - 16:27
COMMENT COMPARER L'IMMGRATION DE L'EST...
de l'Europe qui partageaient les mêmes valeurs, le Christianisme, souvent parlaient français, langue qui fut la 2 meme langue avant que les russes rouges obligent le russe. Quand ils venaient ils travaillaient entre autres dans les mines et se fondaient vite dans nos valeurs. Aucune aide n'étant versées, ils ne venait donc pas pour ça. Les immigrés actuels ont un comportement totalement opposé et contestent dès leur arrivée en Europe et surtout les contraintes pour les français d'accepter l'islam.