En direct
Best of
Best of du 15 au 21 février
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Alliés européens
Emmanuel Macron et onze ministres sont attendus à Naples ce jeudi dans le cadre du 35e sommet franco-italien
il y a 22 min 4 sec
pépites > Politique
Aubaine ?
Anne Hidalgo ferait passer pour des HLM des logements loués aux classes moyennes
il y a 1 heure 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Dark Waters" de Todd Haynes : un homme seul contre une toute puissante industrie chimique...

il y a 4 heures 22 min
pépites > Santé
Médicaments efficaces ?
La chloroquine, un traitement contre le paludisme, pourrait-elle être efficace contre le coronavirus ?
il y a 5 heures 23 min
pépites > Santé
Endiguer l'épidémie
Coronavirus : le patient français décédé à Paris était un enseignant dans l'Oise
il y a 6 heures 34 min
décryptage > International
Echelle planétaire

Le Coronavirus redistribue les cartes mondiales

il y a 7 heures 51 min
pépite vidéo > Politique
"Peur comme fonds de commerce"
Gabriel Attal dénonce les critiques de Marine Le Pen sur la gestion du coronavirus par le gouvernement
il y a 8 heures 22 min
décryptage > Europe
Hi hi *

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

il y a 9 heures 10 min
décryptage > Economie
Brouillard comptable

Ce rapport de la Cour des comptes à qui l’on fait trop souvent dire tout et n’importe quoi

il y a 10 heures 5 min
décryptage > Economie
Contamination de l'économie

Coronavirus : le COVID-19 va-t-il pousser la zone euro vers la récession ?

il y a 10 heures 21 min
pépites > Justice
Enquête
Attaque à la préfecture de police de Paris : une recherche internet faite par Mickaël Harpon accrédite l'hypothèse terroriste
il y a 55 min 9 sec
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La mort n'est pas une solution, Asia Bibi condamnée à la pendaison pour blasphème" d'Anne-Isabelle Tollet : un récit poignant

il y a 4 heures 3 min
light > Culture
Réforme majeure
Académie des César : la productrice Margaret Menegoz est nommée présidente par intérim
il y a 4 heures 36 min
pépites > Education
Faits religieux à l'école
Mobilisation de soutien envers l'instituteur de Malicornay, Matthieu Faucher, suspendu pour prosélytisme après avoir utilisé des textes de la Bible
il y a 6 heures 1 min
décryptage > Religion
Moyens d'action

Lutte contre l’islam radical : comment le Maroc articule moyens sécuritaires et réponse "idéologique"

il y a 7 heures 33 min
décryptage > Environnement
WikiAgri

Salon de l'agriculture : ébauche d'un mouvement agricole de contestation contre les banques

il y a 8 heures 5 min
décryptage > Santé
Pandémie

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

il y a 9 heures 2 min
décryptage > Santé
Début du carême

Trop manger est mauvais pour la santé. Jeûner souvent aussi

il y a 9 heures 35 min
décryptage > France
Réalité derrière les chiffres

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

il y a 10 heures 18 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’opposition ne veut pas de fonds de pension français mais ne pipe mots sur ces fonds étrangers qui investissent lourdement dans l’Hexagone

il y a 11 heures 13 min
Soviétique story...

L'Occident mourra-t-il de son incapacité à anticiper correctement les risques financiers ?

Publié le 25 novembre 2011
Et si l'Occident était menacé par la complexité technique inhérente au système financier mondial comme l'URSS le fut par la complexité générée par la planification au sein de son empire ?
Hubert Rodarie est Directeur Général Délégué d'un groupe de compagnies d'assurance (SMABTP), en charge des finances et de l’activité d’assurance de personnes.Son dernier ouvrage est paru aux éditions Salvator, Dettes et monnaies de singe, un système...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Rodarie
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Hubert Rodarie est Directeur Général Délégué d'un groupe de compagnies d'assurance (SMABTP), en charge des finances et de l’activité d’assurance de personnes.Son dernier ouvrage est paru aux éditions Salvator, Dettes et monnaies de singe, un système...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Et si l'Occident était menacé par la complexité technique inhérente au système financier mondial comme l'URSS le fut par la complexité générée par la planification au sein de son empire ?

Une crise est l’occasion de toutes les questions. Mais il en est une qui revient souvent de façon lancinante : où est l’erreur ?

En matière d’organisations humaines, le succès apparemment durable n’élimine pas le risque d’être rattrapé par les conséquences néfastes de mauvais choix. Et si on ne s’interroge pas ainsi, c’est encore plus grave. Car cela traduit une vision plus idéologique que réaliste des situations. Comment ne pas être choqué par cette déclaration en juillet dernier de Pascal Lamy, le directeur général de l’OMC (Organisation mondiale du commerce) au journal Le Monde : « la démondialisation est un concept réactionnaire ». A faire frémir : quels opposants va-t-il bientôt traiter de vipères lubriques ? Non, le réel est toujours plus compliqué que ne le suggère les théories économiques, fussent-elles primées par un prix Nobel ou promues par une gloire défunte. Le temps et les crises font toujours la lumière sur les conceptions et les choix qui se révèlent un jour objectivement néfastes ou contreproductifs.

En bons pragmatiques, il nous faut accepter que les sociétés, comme les fruits dans un verger, croissent avec des vers. Le principal est alors non pas d’éradiquer l’erreur ou de tuer le ver, mais d’en limiter l’usage pour qu’au bout du compte il reste de la chair à manger.

Quelle est l’idée type qui est candidate au statut de « ver dans le fruit » en matière économique ?

Paradoxalement c’est l’idée dite de « bon sens ». En effet, elle recueille spontanément le plus d’approbation. La mettre en avant permet de construire rapidement des consensus. Ces fameux consensus qui fondent et légitiment, actuellement en Europe et aux Etats-Unis, les lois et les règlements. Cette idée de bon sens passe facilement l’épreuve des diverses consultations. L’exigence d’analyse sur sa structure, ses effets potentiels est donc réduite. Et ce, contrairement aux idées complexes ou contre intuitives qui doivent, elles, subir les feux des critiques sociales, politiques ou universitaires.

L’ouverture des frontières, défendue par Pascal Lamy a dû acquérir un statut de loi scientifique (Loi dite de Ricardo-Mills) pour être adoptée tant elle heurte le sens commun.

Prenons donc deux idées de « bon sens » : la planification et la mesure du risque.

La planification ou le ver qui a mangé le fruit soviétique

Historiquement, on peut soutenir que la planification qui fut utilisée de façon systématique et centralisée pour définir l’allocation des ressources dans l’économie soviétique est à la base de l’échec de son modèle économique. Pendant près de vingt ans, les économistes de tous bords ont été frappés - voire conquis - par l’efficacité apparente de ce système : taux de croissance, tonnages et volumes de production, tout y était...

Relisons ainsi dans les Dix-huit leçons sur la société industrielle, écrites à la fin des années 1950, les commentaires de Raymond Aron, pourtant peu suspect de sympathie pour ce régime. Si les chiffres impressionnaient, seule la conviction que le coût humain était trop fort freinait l’adhésion. Toutefois, année après année, la mécanique s’est grippée. Les fonctions d’arbitrage et la rationalité qui devaient s’y implanter se sont effondrées. Deux raisons principales : tout d’abord la complexité toujours croissante qui est apparue dès que l’économie eût quitté le stade de la reconstruction de l'après-guerre, ensuite la pollution des divers circuits d’information nécessaires pour les prises de décisions, que ce soit sur les besoins ou sur les réalisations.

Complexité et information déficiente bloquèrent ainsi ce qui était aux yeux de ses partisans, le comble de la modernité : l’introduction de la rationalité.

L’histoire raconte alors les gaspillages, les déperditions, les statistiques truquées de plus en plus décalées avec les vraies réalisations. Le tout entraîna un glissement vers un poids toujours plus grand du coûteux complexe militaro-industriel, qui s’effondra avec le régime politique suite à une vaine tentative de réforme (pérestroïka) et de transparence (glasnost).

La mesure du risque ou le ver qui menace l’économie occidentale ?

Nous avons dit que les hommes sages et que les organisations avisées évaluent leurs risques. Certes, mais, ces dernières années, on a pu observer une évolution de l’évaluation qualitative, fruit de l’expérience, vers une mesure objective du risque (appelée métrique), elle-même issue d’un calcul réalisé par un modèle mathématique censé représenter le réel et utilisant des données, dites de marché.

L’acceptation générale de la validité de la mesure du risque fonde les principales évolutions réglementaires réalisées depuis près de trente ans. Elle a permis de justifier les nouveaux modèles d’activité, la création de produits mais aussi la conception des dispositifs prudentiels dits de maîtrise des risques. Le système bancaire est ainsi passé d’une organisation marquée par la fragmentation territoriale et la spécialisation à un modèle global, généraliste et oligopolistique. La première était justifiée par la maîtrise de risques jugés comme inconnaissables, et dont il fallait limiter absolument les conséquences. Le second est validé lorsqu’on accepte qu’il existe un modèle juste qui calcule exactement le risque, et détermine alors le montant de fonds propres pour y faire face. Ces sommes requises étant le seul coussin (buffer) pour faire face aux évènements à venir. C’est le principe de l’IRB, internal rate based, au cœur des règles dites de Bâle 2 pour les banques, et Solvency 2 pour les assureurs.

Or la plupart des modèles de calcul ont logé dans leurs hypothèses fondatrices le mouvement brownien pour intégrer les aléas apportés par le futur. Mais ce choix a été repéré par les scientifiques comme faible, car il décrit un futur sage et continu, où les valeurs convergent toutes vers des valeurs moyennes par le jeu de lois des grands nombres. On peut montrer qu’il introduit, à la source des organisations, un déterminisme et un optimisme généralisé irréaliste, qui a justifié l’accumulation du risque en quantité et en diversité. On a pu ainsi qualifier ce choix de virus, ou encore d’ADN défectueux.

De fait, il n’est pas étonnant qu’au total le système, malgré, ou à cause, de l’énormité des actifs gérés et des moyens qui lui sont affectés, présente une image globale de faiblesse et d’inefficacité qui engendre une insatisfaction sociale profonde.

Pour poursuivre le parallèle, que constate-ton aujourd’hui ?

Comme sous l’ère soviétique, le monde économique fait face à deux problèmes majeurs : la complexité et l’information. Ceci n’est pas le fruit du hasard.

Le modèle trop simpliste, qui a favorisé une globalisation élargie, génère un besoin paradoxal de complexité pour suivre le réel. Le cadre conceptuel étant inadapté, les différents experts, spécialement après les crises, produisent des dispositifs de plus en plus détaillés de prescriptions diverses pour répondre à tous les cas rencontrés. Tous les professionnels le vivent avec les 2 000 pages de la loi Dodd-Franck ou les épaisses prescriptions européennes, directives ou règlements. A chaque nouvel incident surgissent donc de nouveaux besoins de perestroïka mais aussi de glasnost pour repérer l’information essentielle qui a été ratée.

Au total, dans le système financier actuel le « ver dans le fruit » est en train de grossir. Sans réellement produire plus de sécurité, il provoque des parasitages multiples (hausse des coûts), la pénalisation des produits à hautes valeurs ajoutées sociales et économiques (destruction des capacités de gestion à long terme), la réduction de la capacité de service (concentration des équipes sur l’obligation de moyens et non de résultats) etc.

Tout ceci est vraiment préoccupant. Il serait temps de reprendre la main.

Que préconiser alors ? Le contraire de ce qui a conduit à la crise ? Pourquoi pas ! Mais avant tout, il faut promouvoir une réflexion scientifique exigeante qui, elle seule, pourra permettre de consolider une globalisation financière rendue fragile par son extension et le simplisme de ses idées fondatrices.


Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

Cambriolages : révélations sur les mensonges statistiques du ministère de l’intérieur

03.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

04.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

05.

Découvrez l'humour flamand : des Juifs représentés en cafards !

06.

"Le chemin de la Garenne" de Michel Onfray : pèlerinage lucide et sombre sur le chemin de l’enfance

07.

Quand une étude britannique révèle que 8 salariés sur 10 dans le monde de l’art et de la culture taisent leurs convictions par peur du "politiquement correct" qui y prévaut

01.

Pourquoi nous finirons (probablement) tous par avoir le Coronavirus un jour

02.

L'ex-rappeuse Diam's ouvre une agence de voyages (réservée aux musulmans)

03.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

04.

Pandémie en vue ? Voilà à quoi ressemblerait le scénario du pire en cas de propagation incontrôlée du Coronavirus

05.

Tout le monde, il est bio, tout le monde, il est gentil mais le BIO ne fera pas de miracle

06.

Patrick Bruel se pète le genou et retrouve l’amour, Britney Spears le pied et reste sous tutelle, Adele les plombs et reste seule; Benjamin Biolay in love d’Anaïs Demoustier, Nicolas S. & Carla B. de leur canapé; Voici sait des trucs sur Benjamin G.

01.

Procès Fillon : le candidat malheureux à la présidentielle fait-il face à une justice équitable ?

02.

Comment l’Allemagne est devenue le maillon faible de l’Europe

03.

Attentat de Hanau : ce terrible poison que contribuent à répandre les ambiguïtés européennes sur l’immigration

04.

Instituteur de Malicornay : à quoi joue l’éducation nationale ?

05.

Violences sexuelles : pourquoi il est si complexe d’éduquer au consentement

06.

Macron exaspère ses ministres; Un tenant de l’Islam politique bientôt maire à Garges les Gonesse ?; Radicalisation : les universités de plus en plus soumises à la censure « bien-pensante »; La CEDH influencée par des ONG financées par George Soros

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
phoenix
- 25/11/2011 - 15:40
bon sens ???
compter des créances comme des avoirs dans un bilan, c'est du bon sens ?
la titrisation des prets c'est du bon sens ?

le probleme est le meme qu'a l'époque de la planification, l'information est mauvaise, sauf que les financiers l'ont fait consciement en biaisant les informations sur lesquelles ils evaluent les risques.
mais comme les pertes sont nationalisées, ca leur importaient peu. Au voleur!
Carcajou
- 25/11/2011 - 12:04
Fric et conscience
On ne meurt pas de l'économie mais du manque de courage. L'Occident est bouffé par le panurgisme des peuples qui se laissent tondre pour le plus grand profit de quelques-uns. A voir Dieu dans le fric, à la mode américaine, l'Europe a perdu son âme. RIP.