En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

02.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

03.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

04.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

05.

Michel-Edouard Leclerc annonce qu'un "quart du profit réalisé dans les centres Leclerc sera réaffecté au personnel"

06.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

07.

Russie-Turquie-Iran : la triplette géopolitique qui a réussi à profondément changer notre monde sans que nous réagissions

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

06.

Projet de loi séparatisme : un arsenal qui alterne entre le trop et le trop peu

ça vient d'être publié
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 20 min 1 sec
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 1 heure 36 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 2 heures 16 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 2 heures 47 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 3 heures 20 min
pépites > Santé
Coronavirus
Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"
il y a 4 heures 2 min
décryptage > International
Prévisions

Doubler le PIB chinois d’ici 2035 ? Voilà pourquoi l’objectif de Xi Jinping est un pur fantasme

il y a 4 heures 52 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Bercy force les assureurs à couvrir les risques de pandémie mais pas ceux du Covid. Ce n’est pas gagné

il y a 5 heures 21 min
décryptage > Santé
Tester, tracer, isoler

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

il y a 5 heures 28 min
pépites > International
Avenir des Etats-Unis
Joe Biden a dévoilé les noms des premiers membres de son gouvernement
il y a 18 heures 51 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 1 heure 10 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 1 heure 46 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 2 heures 43 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 3 heures 16 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 3 heures 39 min
décryptage > Environnement
Anticipation

Vers des coupures d’électricité cet hiver ? Ces avertissements que le gouvernement s’est ingénié à ne pas comprendre

il y a 4 heures 14 min
pépites > Politique
Etats-Unis
Donald Trump finit par débloquer le processus de transmission du pouvoir à Joe Biden
il y a 4 heures 59 min
décryptage > Europe
Capital politique en jachère

2020, l'année où l'Union européenne conserva l'approbation d'une majorité d'Européens contre vents et marées... sans rien savoir en faire

il y a 5 heures 25 min
Dépenses et coups de coeur
Black Friday : les Français sont prêts à dépenser plus que l’an dernier
il y a 18 heures 19 min
pépites > Europe
Lutte contre la pandémie
Covid-19 : "L'issue est en vue", selon Boris Johnson
il y a 19 heures 57 min
© Reuters
Des migrants à Calais.
© Reuters
Des migrants à Calais.
A contresens

Migrants de Calais : comment l'accord franco-britannique révèle les manquements de l'Europe de Schengen

Publié le 21 août 2015
Bernard Cazeneuve et son homologue britannique Theresa May signent jeudi 20 août un nouvel accord pour faire face à l'afflux de migrants à Calais. Le ministre de l'Intérieur se rendra ensuite à Berlin pour traiter de la question migratoire.
Guylain Chevrier
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Guylain Chevrier est docteur en histoire, enseignant , formateur et consultant.Il est membre du groupe de réflexion sur la laïcité auprès du Haut conseil à l’intégration.Dernier ouvrage : LAÏCITÉ, ÉMANCIPATION ET TRAVAIL SOCIAL L’Harmattan, Sous la...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Bernard Cazeneuve et son homologue britannique Theresa May signent jeudi 20 août un nouvel accord pour faire face à l'afflux de migrants à Calais. Le ministre de l'Intérieur se rendra ensuite à Berlin pour traiter de la question migratoire.

Atlantico : Le texte que Bernard Cazeneuve et Theresa May s’apprêtent à signer ce 20 août évoque différents points de travaux comme la lutte contre les filières criminelles de trafic d’êtres humains et l’accueil humanitaire des migrants, ou la sécurisation des lieux concernés. Un tel plan peut-il être efficace ? Est-il adapté à la situation spécifique de Calais ?

Guylain Chevrier : Ce plan ne peut avoir de sens en dehors d'une politique nationale cohérente sur ce sujet, qui applique à nos propres frontières ce que l'on entend faire pour empêcher les migrants de rejoindre l'Angleterre en passant accord avec elle. D'où, sinon, l'efficacité très relative de telles mesures.

L'appel désespéré de Natacha Bouchet, Maire de Calais, qui demande à l'Angleterre et à la France 50 millions d'euros au titre du préjudice économique subi depuis 15 ans, montre aussi l'Etat d'incrédulité après des années d'atermoiements. Calais n'en peut plus et est otage des incohérences qui se sont succédees par manque de courage politique, en France et en Europe. On pourra toujours bloquer les migrants à Calais, on aura rien resolu d'un point de vue global. Sans parler encore des causes sur lesquelles en réalités on agit peu ou pas.

La question des migrants relève d'un changement d'échelle ou l'ONU doit prendre ses responsabilités et les États développés investir dans le codéveloppement. Une politique de maîtrise rigoureuse des flux migratoires ne peut se faire en dehors de cette vision d'ensemble, qui va de l'échelle des États à celle de la mondialisation.

Fondamentalement, un binôme Franco-Anglais peut-il être plus efficace qu’un accord global européen ? Pourquoi ? Faut-il envisager une généralisation de ce processus inter-étatiques?

On entend envoyer un message fort selon lequel on va dresser un mur sécuritaire, avec poursuites contre les passeurs, pour décourager les migrants. Mais si on pense que cela peut marcher là, c'est bien parce que l'on instaure une frontière entre deux Etats européens, soulignant que seul cela peut marcher que de sécuriser les frontières des États, même si cela s'inscrit dans un cadre plus large européen.

Ce processus met largement Schengen en cause appelant de nouvelles articulations. Il montre l'exigence de réponses de gré à gré entre États, car pas un pays européen ne connait la même situation concernant l'immigration et donc tout accord d'ensemble est d'emblée hypothéqué s'il ne s'intéresse pas à la réalité de chaque Etat. C'est d'ailleurs bien ce qui se passe avec les derniers accords européens en matière de répartition des demandeurs d'asile qui voient encore la France et l'Allemagne en première ligne alors que les autres ne suivent pas et que la confusion règne.

Bernard Cazeneuve se rendra ce soir en Allemagne, afin d'évoquer la question migratoire dans sa dimension européenne, ceci faisant suite à la volonté d'Angela Merkel de prendre le dossier "en mains". Les intérêts européens sont-ils réellement conciliables sur ces questions ?

Précisément, les intérêts des pays européens restent confus sur cette question parce que les termes en sont mal posés, du coup, il n'y pas de politique européenne crédible et les États membres s'en remettent d'abord à eux-mêmes. On le doit principalement à la domination allemande sur le sujet, qui n'est pas représentative de la situation globale européenne et piège la lecture du problème. Par exemple, l'Allemagne est ici certainement moins bien placée que la France pour donner l'orientation générale.

L'Allemagne connait une chute démographique qui peut laisser penser que l'apport de population immigrée pourrait résoudre son problème, modérant le sentiment de risque que l'immigration exponentielle actuelle peut contenir. Un triplement en an du nombre de migrants arrivant sur nos cotes, selon l'agence européenne Frontex. D'autant que l'Allemagne, avec son modele multiculturel de séparations communautaires, se donne l'impression que son immigration ne poserait pas de problème en termes de lien social, d'intégration, s'étonnant ainsi du regain de l'extrême droite et des manifestations anti-immigrés chez elle.

La France elle, qui connaît une démographie positive et est sur un modèle laique impliquant le mélange des populations, voit le problème se poser autrement, la question de l'intégration étant au centre des préoccupations avec celle de la cohésion sociale. L'immigration ne saurait être regardée que comme un enjeu économique, comme le fait l'Allemagne, mais un enjeu de société, ce que ce pays avec ses landers autonomes n'est pas porté à voir. C'est d'autant plus vra qu'une part non négligeable de cette immigration est d'origine de pays qui ne connaissent ni la démocratie, ni les libertés qui ont été acquises de longue date en Europe. Le risque de regroupement communautaire et de rejet de certains de nos principes et valeurs n'a là rien d'un fantasme.

L'immigration ne saurait être donc regardée que comme économique ou sous l'angle de l'humanitaire. Sans poser sérieusement l'ensemble des termes du problème, ce qui ne correspond pas aux besoins de l'Allemagne ni à sa philosophie, il n'y a ici point de salut. Ce n'est malheureusement pas ce qui se dessine.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (12)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 21/08/2015 - 12:27
Cloette
un C dans l'air particulièrement bobo/écoeurant. Ces messieurs n'habitent pas en banlieue. Ils devraient s'investir et recueillir une famille, ou 5 de ces pauvres immigrés chez eux. Quand les anglais signent avec le sourire, c'est qu'il y a un piège. Par contre, Monsieur Cazeneuve me fait penser à la chanson : "... je suis coc, je suis cocu mais content..."
lexxis
- 21/08/2015 - 08:32
PAS LE POIDS!
Selon les chiffres fournis ici et là, il y a actuellement 1300 policiers ou gendarmes à Calais pour protéger la frontière britannique. 1300 policiers ou gendarmes à un coût mensuel individuel moyen estimé de 3000 euros, charges comprises, cela fait au total et par mois 3, 9 millions d'euros de frais de personnel dédiés, sans parler des autres frais de fonctionnement, ni des coûts d'investissement. Donc les 10 millions d'euros supplémentaires que nous baillent les Anglais ne représentent même pas trois mois de coût du dispositif en personnel. Dans cet accord, Cameron doit bien rigoler et une fois de plus, il a roulé dans la farine "Moi, je" qui montre qu'il ne fait pas le poids. Il ne le fait d'ailleurs jamais, sauf pour les impôts!
Mike Desmots
- 21/08/2015 - 06:43
Joili coup de Mister Cameron...!
Perfidement ....il a fait passer un message à tout le monde ....l'Angleterre n'est plus une terre d'immigration illégale ..et notre nouvelle frontière ....c'est Calais....! voilà, Même les gaucho au pouvoir ont applaudit ...! cocus et contents....