En direct
Best of
Best of du 17 au 23 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Et l'attaché parlementaire d'Aurélien Taché dénonça les "exhibisionistes"...

03.

Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?

04.

Ramzan Kadyrov estime qu'Emmanuel Macron pousse les musulmans "vers le terrorisme"

05.

Puisque nous sommes partis pour des reconfinements, que faire pour éviter une violente crise de santé mentale ?

06.

Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter

07.

COVID-19 : mais où en est la Chine ?

01.

L‘épargne des Français va nous sauver de la ruine et financer l’argent magique de la relance : démonstration

02.

Stéphane Plaza se fait larguer pour un plus jeune; Laeticia Hallyday plaque Pascal; Sia adopte des adultes; Kylian Mbappé récupère l'ex de Neymar; Marlène Schiappa aime les hommes, Britney Spears profite

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

« Qu'est-ce que ce pays qui a perdu la tête ? » Clémentine Autain a fait mine d'oublier que c'est Samuel Paty qui avait perdu la sienne

06.

Le gouvernement fait peser la totalité du poids de l’épidémie sur les soignants et sur les Français. Y a-t-il un moyen de le forcer à assumer enfin ses responsabilités ?

01.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

02.

François Hollande : "une partie minoritaire de la gauche a pu manifester une étrange tolérance envers l’islam"

03.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

04.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

05.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

06.

Islamo-gauchisme : les lendemains ne chantent plus, c'est interdit

ça vient d'être publié
pépites > Consommation
Angoisse
Face aux rumeurs de reconfinement, les ventes de certains produits alimentaires ont déjà augmenté depuis quelques jours confirme Michel-Edouard Leclerc
il y a 39 min 35 sec
décryptage > International
Or noir

Israéliens et Arabes, unis même dans le pétrole

il y a 1 heure 4 min
light > Science
Gratte-ciel
Un récif plus haut que l'Empire State Building dans la Grande Barrière de corail en Australie
il y a 1 heure 36 min
pépites > Media
Contrarié
Le président turc n'apprécie pas du tout d'être caricaturé à la Une de Charlie Hebdo et il va riposter
il y a 2 heures 6 min
décryptage > France
Attentat de Conflans-Sainte-Honorine

Liberté, j’écris ton nom

il y a 2 heures 44 min
décryptage > Santé
Lieux ciblés

Parcs, plages et autres interdictions de promenade : ces mesures du premier confinement qu’aucune efficacité sanitaire ne justifie

il y a 3 heures 13 min
décryptage > International
Résistance face à la pandémie

Samfundssind : les Danois ont choisi leur mot de l’année 2020 et il est la clé de leur résilience face au Coronavirus

il y a 3 heures 21 min
décryptage > Politique
Chasse aux sorcières

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

il y a 4 heures 30 min
pépites > Politique
Coronavirus
Vers un reconfinement national : en quoi sera-t-il différent du précédent ?
il y a 5 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les Gaulois réfractaires demandent des comptes au Nouveau Monde" de Philippe de Villiers : La Vendée se prend pour Bibracte. La révolte gronde. Les 2 Villiers sont à la manoeuvre

il y a 18 heures 32 min
décryptage > Politique
Menace contre notre modèle de vie

Islamisme : la France face au défi du siècle

il y a 50 min 21 sec
décryptage > Economie
Adaptation face à la pandémie

Economie Covid-19 : et le pays qui bénéficie le plus du télétravail est…

il y a 1 heure 16 min
pépite vidéo > Politique
"La vie doit continuer"
Renaud Muselier plaide pour un confinement aménagé et différent de la période de mars dernier
il y a 1 heure 56 min
décryptage > France
Combat contre le séparatisme

Islamisation de la France : déni, lâcheté ou compromission ?

il y a 2 heures 27 min
décryptage > France
Tout change

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

il y a 3 heures 4 min
pépites > Politique
Coronavirus
L'exécutif pris entre deux feux : médecins d'un côté, chefs d'entreprises de l'autre
il y a 3 heures 19 min
décryptage > Santé
Lutte contre la pandémie

Covid-19 hors de contrôle : les nouveaux tests feront-ils (enfin) la différence ?

il y a 4 heures 19 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Mais quand va-t-on s’apercevoir que le débat entre la santé et l’économie est un faux débat ?

il y a 4 heures 52 min
pépites > Politique
Vers un nouveau confinement ?
Covid-19 : Emmanuel Macron annoncera de nouvelles restrictions ce mercredi à 20 heures
il y a 17 heures 38 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La Chambre des dupes" de Camille Pascal : Louis XV et les soeurs Mailly-Nesle : amours, intrigues, courtisans... Un roman brillant et bien documenté

il y a 18 heures 43 min
© Reuters
Consommer trop de sucre est mauvais pour la santé.
© Reuters
Consommer trop de sucre est mauvais pour la santé.
Junkies du glucose

Les ressorts de l’addiction au sucre et pourquoi ce n’est vraiment pas anodin

Publié le 17 août 2015
Une récente étude publiée par la revue américaine Physiology & Behavior menée sur des rats révèle que l'arrêt de la consommation de sucre, surtout quand celle-ci était excessive, pourrait entraîner chez l'homme des troubles du comportement. Une sensation de manque similaire à celle ressentie après la prise de certaines drogues.
Réginald Allouche
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Réginald Allouche est médecin et ingénieur. Il assure une consultation principalement axée sur la nutrition et la prévention du diabète de type II. Son dernier livre publié aux Editions Odile Jacob porte sur ce théme du prédiabète : " Du plaisir du...
Voir la bio
Catherine Grangeard
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Catherine Grangeard est psychanalyste. Elle est l'auteur du livre Comprendre l'obésité chez Albin Michel, et de Obésité, le poids des mots, les maux du poids chez Calmann-Lévy.Elle est membre du Think Tank ObésitéS, premier groupe de réflexion...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une récente étude publiée par la revue américaine Physiology & Behavior menée sur des rats révèle que l'arrêt de la consommation de sucre, surtout quand celle-ci était excessive, pourrait entraîner chez l'homme des troubles du comportement. Une sensation de manque similaire à celle ressentie après la prise de certaines drogues.

Atlantico : Une récente étude publiée par la revue américaine Physiology & Behavior menée sur des rats (voir ici) montre que la consommation de sucre provoque un comportement impulsif qui se poursuit, et même s'intensifie, après que l'on ait arrêté d'en manger. Comment l'explique-t-on ? A-t-on affaire à un phénomène de manque semblable à celui créé par les drogues ?

Réginald Allouche : Il faut souligner que les rats et les hommes sont très proches en termes de comportements addictifs mais dans des délais plus longs chez l'homme que chez le rat. Les addictions vont venir plus lentement chez l'homme.

Anatomiquement, nous avons des capteurs réservés au goût sucré sur le bout de la langue reliés au "centre de récompense". Ce "reward system" est très important car il est dans la zone dite "hédonique" ou "du plaisir" du cerveau située entre le cortex et le cerveau reptilien, dit aussi cerveau primitif, archaïque et primaire, c’est-à-dire le  tronc cérébral. Le goût sucré agit sur le nerf glossopharyngien qui stimule le "centre de récompense" qui va sécréter de la sérotonine et tout va bien. Le problème, c'est quand vous êtes habitué à consommer beaucoup de sucre et que vous arrêtez.   

Lorsque vous faites un sevrage, vous allez chercher le manque dans les autres repas. Le sucre que vous vous empêchez de manger vous allez par exemple aller le chercher dans les repas suivants ou dans les féculents, qui ont un goût sucré. A ce moment-là, vous avez tous les signes du manque.

Catherine Grangeard : Effectivement on compare l’action du sucre à celle de "drogues dures", toute la gamme est présente : accoutumance, recherche de plaisir et augmentation des doses. Le sucre nourrit le cerveau et il a un effet bénéfique… jusqu’à un certain point.

Dès l’enfance, les petits français savent que "bonbon" ne rime pas avec "mauvais-mauvais". Il est récompense ou réconfort. Ces significations lui seront définitivement associées. Ce qui a pour effet d’accorder une confiance absolue dans ses qualités. Psychologiquement les campagnes de prévention de l’obésité ont bien du mal à détruire ce capital, expérimenté très tôt.

Bien sûr que le sucre a des effets, sinon il ne serait pas devenu si prisé. La consommation de sucre a explosé depuis un siècle. La nourriture industrielle en abuse et fait croître la dépendance. Plus on en consomme, plus on en veut… Des additifs sucrés sont présents dans de nombreux plats, les sauces... Ces ajouts habituent le palais et créent une dépendance à l’insu même des consommateurs.

Ceci s’ajoutant à cela, les effets sont à la hauteur des doses consommées. Les réactions sont différentes selon les individus, certains sont plus addicts que d’autres, à consommation égale.

Est-ce que l'arrêt de la consommation de sucre peut avoir des conséquences sur l'efficacité du cerveau ?

Réginald Allouche : Si vous mangez des protéines et des lipides, cela ne change rien du tout. L'organisme fabrique du sucre à partir des graisses et des protéines, c'est ce que l'on appelle la néoglucogenèse. Dans les temps anciens, vous n'aviez pas de céréales mais seulement des fruits d'été. Il n'y avait pas de sucre. Génétiquement, le corps fabrique des sucres à partir de choses qui n'en sont pas. Quand vous lui apportez des sucres directement, c'est comme si vous court-circuitiez sa capacité à fabriquer des sucres. Si vous avez par exemple une usine qui fabrique des boulons et que demain vous décidez de les importer de Chine, alors cette usine s'arrêtera automatiquement de produire.

Cette étude souligne également que les rats sont devenus plus agressifs après leur sevrage au sucre. Est-ce également le cas pour les humains ?

Catherine Grangeard : Le manque fait ressentir ses effets et c’est une souffrance. Physiquement, palpitations, sueurs, une hypoglycémie ressemble à une crise d’angoisse. Si le recours excessif au sucre avait pour raison de combattre un malaise, si les petites douceurs avaient l’objectif de faire passer quelques douleurs, comme dans tout arrêt de "came", il y a crises de manque. Le cortège de désagréments physiques rencontre l’éventuelle douleur morale et les bonnes résolutions ne tiennent plus, l’anxiété rime alors avec agressivité. Puisque c’est agressif de stopper ce qui venait calmer le jeu…

Une certaine logique explique la confusion des messages. Ce n’est pas spécifique au produit, mais au processus.

Si le sucre n’avait aucun effet psychique, il n’aurait pas été élu pour combler ce qui était à combler. C’est bien cela qu’il faut comprendre. Sinon, les messages de santé actuels fonctionneraient parfaitement et il n’y aurait aucune consommation excessive de quoi que ce soit. On ne se shoote pas à la carotte !

Notre cerveau assimile-t-il le sucre à une récompense, ce qui rendrait son abandon si difficile ?

Catherine Grangeard : Absolument, l’interprétation d’un stimuli oriente sa signification. Nous avons vu plus haut le "bonbon" dès l’enfance, il faut ajouter la composition des repas, où les pâtisseries sont l’apothéose… Ainsi le sucré est signe de la douceur. Il en devient un synonyme.

L’envie de réitérer des expériences positives conduit à la répétition, à la compulsion lorsque tout s’accélère. Ce n’est pas recherché, c’est une résultante.

La confusion des messages s’introduit lorsque le sucré envahit totalement les habitudes alimentaires. Les boissons en sont l’exemple le plus significatif. Boire de l’eau au repas permet d’apprécier les saveurs et de se désaltérer. Dans certaines familles, cela n’existe plus. Même dans des coins les plus reculés de la planète, on trouve plus facilement certains sodas que de l’eau potable… La sécurité est alors associée au sucre !

Le lien entre ce qui est indispensable à la vie se trouve modifié. L’eau qui hydrate le corps, est vitale, se trouve rembarrée au stade de boisson fade et moins agréable qu’un produit industriel !

Comment être moins accro au sucre alors qu'il est aujourd'hui omniprésent dans l'alimentation ?

Catherine Grangeard : On se croirait dans une impasse ! Un mouvement vantant le naturel, le sain tente bien d’être audible, peut-il reprendre du poil de la bête ?  Sachant que les messages sont moins puissants que le ressenti physique, la sensation associée aux habitudes. C’est là où ça devient compliqué. La rareté permet de concevoir ce qui est naturel et l’oppose à ce qui est exceptionnel, n’est- ce pas ? Or, lorsque ça s’inverse, lorsque les nourritures industrielles ont remplacé les produits bruts, c’est l’inverse qui constitue le quotidien… On en arrive à un monde à l’envers. Mais le corps réagit. L’obésité qui se développe en atteste. Les populations les plus riches, financièrement et culturellement, sont aussi celles qui mangent le plus sainement. Elles ont peut-être moins besoin de ce sucre dont ne peuvent se passer d’autres… Leurs sources de satisfaction peuvent donc déloger ces produits qui sont "l’opium du peuple". Ce qui est rare est cher… entendre, chéri, désiré, … Le désirable n’est plus ce qui est partout. Ça change tout !

Un autre mouvement en découle, la recherche des aliments de qualité. Nostalgie…  La tomate est un exemple tout à fait actuel. Depuis peu, on entend que le goût des tomates, n’est plus du tout celui qui est attendu. Où sont les "vraies" tomates ? Sur les marchés. En été. … De même, il est probable qu’après une orgie de sucre, une indigestion survienne. L’écoeurement est peut-être le meilleur allié. Alors, la personne a envie que ça cesse. Elle n’obéit qu’à son seul besoin d’équilibre… elle en a soupé. A ce stade, conclurons sur les vertus de la crise de foie !

Cet article a été publié le 5 mars 2015

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (0)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pas d'autres commentaires