En direct
Best of
Best of du 28 mars au 3 avril
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

ça vient d'être publié
pépite vidéo > International
Nouveau bras de fer
Vives tensions entre Donald Trump et l’OMS sur la gestion de crise du coronavirus
il y a 7 min 8 sec
décryptage > France
Solidarité

Opération #connexion d’urgence : 10.000 ordinateurs pour les élèves défavorisés

il y a 1 heure 54 min
décryptage > France
Défis à relever

Covid-19 : le jour d’Après

il y a 3 heures 2 min
décryptage > Politique
Présidentielle américaine

Retrait de Bernie Sanders : les failles idéologiques de l’idole des jeunes n’auront pas résisté au coronavirus

il y a 3 heures 55 min
décryptage > Société
Contrepoids

Pourquoi les fantasmes de nouveau monde de Frédéric Lordon et des anti-capitalistes ne sont que les mêmes et (vieilles) lunes dangereuses

il y a 4 heures 39 min
décryptage > Santé
Restrictions

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

il y a 5 heures 25 min
light > High-tech
Générosité en cette période difficile
Jack Dorsey, le fondateur de Twitter, donne 1 milliard de dollars pour lutter contre le coronavirus
il y a 14 heures 36 min
light > Culture
Tristesse pour les fans
Coronavirus : l'édition 2020 du festival Hellfest de musique metal, organisé à Clisson, est annulée
il y a 15 heures 45 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Un automne de Flaubert" d'Alexandre Postel : Flaubert se libère du démon de la mélancolie. Un roman captivant

il y a 16 heures 55 min
pépites > France
Joies du confinement en province
Selon l’Insee, un Parisien sur dix a quitté Paris depuis le début du confinement
il y a 17 heures 45 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Coronavirus : on pourrait être infecté plusieurs fois; La Chine noyaute les institutions internationales; Les médecins cubains au secours des Antilles françaises; L’éducation nationale moins bonne en informatique que les sites porno
il y a 49 min 4 sec
décryptage > High-tech
Données personnelles

Stop-COVID : voilà toutes les données qu’une application peut collecter sur vous

il y a 2 heures 36 min
décryptage > Société
Problème de langage

Pourquoi les libéraux parlent-ils si mal du libéralisme ? Parce qu’ils utilisent les mots de ses adversaires !

il y a 3 heures 34 min
décryptage > Economie
Nouveau symptôme du coronavirus

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

il y a 4 heures 17 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

La France en récession : les trois conditions pour que ça reparte très vite. Et c’est possible

il y a 5 heures 16 min
décryptage > Société
Du grand soir au petit matin

Et si la seule chose que nous ayons vraiment besoin de réapprendre à gérer post-Coronavirus était le temps

il y a 5 heures 42 min
light > Justice
Star des 12 Coups de midi
Christian Quesada a été condamné à trois ans de prison ferme pour pédopornographie
il y a 15 heures 4 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Oldyssey, un tour du monde de la vieillesse" de Julia Mourri et Clément Boxebeld : pour déconstruire beaucoup d'idées reçues sur "les vieux" !

il y a 16 heures 30 min
pépites > Politique
Président de la République
Coronavirus : l’Elysée annonce que le confinement sera "prolongé" au-delà du 15 avril
il y a 17 heures 15 min
pépites > International
Boulevard pour Joe Biden ?
Démocrates : Bernie Sanders arrête sa campagne et renonce à la course pour la présidentielle américaine
il y a 19 heures 58 min
© Reuters
Les données personnelles de soldats peuvent devenir une arme entre les mains de l'Etat islamique.
© Reuters
Les données personnelles de soldats peuvent devenir une arme entre les mains de l'Etat islamique.
ASV?

Hacking : comment les données personnelles de soldats peuvent devenir une arme entre les mains de l'Etat islamique

Publié le 14 août 2015
Inquiétude aux Etats-Unis : des hackers se revendiquant de l'Etat islamique assurent avoir diffusé les données personnelles de centaines d'employés, militaires et civils, du gouvernement. En France aussi, des données personnelles de soldats ont fait l'objet de tractations par des djihadistes. Adresses, noms et téléphones sont entrain de devenir une véritable arme psychologique au profit du terrorisme.
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François-Bernard Huyghe est directeur de recherches à l’Iris. ...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Inquiétude aux Etats-Unis : des hackers se revendiquant de l'Etat islamique assurent avoir diffusé les données personnelles de centaines d'employés, militaires et civils, du gouvernement. En France aussi, des données personnelles de soldats ont fait l'objet de tractations par des djihadistes. Adresses, noms et téléphones sont entrain de devenir une véritable arme psychologique au profit du terrorisme.

Atlantico : Un groupe se revendiquant de l'Etat islamique assure avoir piraté les données personnelles de plusieurs centaines d'employés d'institutions américaines, dont l'US Air Force, l'US Navy ou encore la Nasa. Si l'on ne sait pas encore quelle crédibilité accorder à cette revendication, le Pentagone se dit dans tous les cas préocuppé. En France aussi, les données personnelles de soldats sont recherchées par les militants islamistes. En quoi ces informations pourraient-elles devenir dangereuses ?

François-Bernard Huygue : C'est déjà arrivé en France, parallèlement à l'attaque contre TV5 Monde. Il y avait eu des diffusions de données personnelles de soldats ou de familles de soldats français. Ce ne sont pas des informations très difficiles à trouver, en général. Ce qui est recherché ici, c'est l'effet psychologique. Nous ne sommes d'ailleurs pas certains que ce soit le Cyber Califat, ou l'Etat islamique, qui ait mené l'attaque contre TV5. Il pourrait s'agir d'un "faux drapeau" cachant une attaque commerciale ou autre. Peu importe : il y a un problème qui est posé.

Aux Etats-Unis aussi, il y avait déjà eu des diffusions de données de soldats sur la place publique. Ce qui est recherché, c'est un effet de panique ou, au moins, d'inquiétude, sur les soldats et surtout sur leurs familles. Leur montrer qu'ils sont identifiés comme tels, c'est leur faire comprendre implicitement qu'ils sont des cibles légitimes pour l'Etat islamique. Je rappelle que l'idée de frapper des militaires ou des familles de militaires chez eux est depuis longtemps intégré dans le logiciel des islamistes, de l'Etat islamique ou d'Al Qaeda. Nous l'avions vu en 2013 avec ces deux individus qui avaient tué un soldat dans la rue en Grande-Bretagne. Ils l'ont identifié simplement par son T-Shirt. Même chose pour Mohammed Merah qui a pu identifier des parachutistes.

Aux Etats-Unis comme en France, la possibilité que les islamistes mettent la pression sur les militaires pour leur sapper le moral inquiète les armées. Pour être plus précis, c'est la pression que pourraient exercer les familles sur les militaires qui pose question.

Il faut également se demander ce que l'on entend par "données personnelles". Si quelqu'un veut faire une enquête sur vous, il n'est en général par bien compliqué de trouver où vous habitez ou si vous êtes marié. Cela ne donne pas le contenu de votre compte bancaire, par exemple. Mais si ces données sont sur Internet, même si l'on sait que Google et Facebook en savent beaucoup plus sur nous que l'Etat islamique, c'est toujours quelque chose qui fait monter l'inquiétude.

Le côté symbolique est important. Nous sommes habitués à l'idée qu'un soldat soit en danger à l'étranger, mais que lorsqu'il rentre à la maison, il raccroche son fusil et redevient un simple citoyen qui va chez son boulanger et joue au loto. On atteint ici le statut du soldat paisible au foyer, civil comme les autres pendant ses permissions. Mais bon, je n'ai pas vu beaucoup de militaires dont cela sappait le moral. Par contre, si un jour, une femme de militaire ou deux étaient abattues... ce serait autre chose. Et là, je ne vois pas vraiment de réponse autre qu'un soutien psychologique à apporter.

Comment faire face à cet effet psychologique ?

Il y a une double volonté. D'une part, il s'agit de créer de l'inquiétude chez les militaires et leurs proches. Plusieurs textes islamistes y font référence : plus vous inquiétez de gens, plus vous forcez l'adversaire à se protéger et donc à disperser ses forces. Et c'est efficace : que faire face à cette menace ? On ne peut pas mettre un policier ou un militaire derrière chaque militaire. D'autre part, il y a un message qui consiste à affirmer que nos militaires sont des criminels qui tuent des musulmans innocents. Dans leur optique, ce ne sont pas des victimes mais des cibles. Un soldat français est coupable d'avoir été en Afghanistan ou au Mali.

On ne peut pas cacher nos militaires, leur mettre des cagoules et en faire des ninja. Un militaire doit pouvoir marcher dans la rue en bombant le torse. On ne pourra pas empêcher ces gens de mettre des choses sur les réseaux. La réponse n'est pas dans la censure. La solution, à mon avis, est dans un soutien communautaire. Il faut que les familles de militaires en discutent entre eux. Il y a des dizaines de milliers de soldats. Ce n'est pas parce que l'on se retrouve avec son nom et sa plaque d'immatriculation sur Internet que l'on risque de se faire égorger le lendemain.

Par ailleurs, ce sont des gens, en tout cas je l'espère, à qui l'on peut faire admettre qu'il y a un minimum de risque.

Les données, et donc les identités en elles-mêmes, peuvent-elles être protégées ? On demande par exemple aux journalistes, en France, de ne mettre que les prénoms des militaires interrogés.

Effectivement, tous les gars en opération vont s'appeler lieutenant Jules ou lieutenant François. C'est une précaution pour cacher l'identité d'un militaire. Evidemment, les voisins le reconnaitront, mais cela évite qu'un fou puisse le retrouver avec un simple annuaire. Ceci dit, encore une fois, si vous cherchez des informations sur des militaires, ce n'est pas très difficile à trouver sur Internet. Dès qu'ils ont un changement de grade ou de poste, vous en trouvez des traces sur la toile.

On va chercher à cacher qui a été au Mali ou qui a été en Afghanistan. Mais globalement, les systèmes de l'armée sont très sécurisés. Dans un poste de commandement, par exemple, vous avez plusieurs ordinateurs physiquement séparés en fonction des différents niveaux de secret. Notre armée protège bien ses communications et l'identité de ses membres. C'est le minimum syndical.

Une mauvaise hygiéne sécuritaire, des individus, ne peut-elle pas justement être la faille à cette protection ?

Les militaires et leurs familles sont comme vous et moi : ils sont sur les réseaux sociaux. En plus, c'est une communauté. Ils ont des choses à se raconter. Les femmes de militaires, par exemple, sur Facebook, vont avoir tendance à échanger sur la situation de leurs époux : "le mien est au Mali", "il mange bien"... ou encore "ils ont reçu de supers véhicules blindés". Là non plus, l'armée n'est pas naïve. Il y a quelques années, il y avait eu diffusion d'un petit guide avec de bons conseils sur l'utilisation des réseaux sociaux. C'est un compromis raisonnable. Les militaires, jeunes par nature, appartiennent à une génération digital native habituée à ces outils. Les réseaux sociaux sont d'ailleurs précieux pour préserver le bon moral des familles ou encore entretenir un lien avec la nation. Par contre, il faut faire attention à la diffusion de photographies personnelles ou d'informations sur les missions en cours.

J'en ai discuté avec plusieurs officiers, au retour d'opération. Ils expliquent que tout cela se gère à l'humain. Ils comprennent que les soldats aient envie de parler à leur petite fiancée mais expliquent pourquoi il ne faut pas leur raconter que demain, leur unité va se mettre en marche vers l'ouest, par exemple.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

02.

Déconfinement à Wuhan : les acheteurs chinois semblent avoir perdu le goût de la consommation

03.

Comment l’éducation de nos parents détermine lourdement notre capacité à devenir leader ou non

04.

Confinement indifférencié : une punition collective de moins en moins justifiable. Les preuves scientifiques

05.

"Le coronavirus est une maladie de Blancs" ! On a entendu ça à Marseille, Dakar et Abidjan…

06.

Et si Trump avait raison sur la Chine

07.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

01.

Belgique : le stock stratégique de masques a été détruit pour faire de la place aux migrants

02.

Alors que tout s’effondre, l’économie et le moral, une seule bonne nouvelle : les banques ne feront pas faillite

03.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

04.

Derrière le cas Lallement, l’insupportable infantilisation des Français

05.

Luc Rouban: "Cette crise sanitaire marque la fin du macronisme et le retour du clivage gauche droite"

06.

Fléau de crise : 6 mesures pour contrer les petits chefs qui aggravent la situation sanitaire et économique

01.

Ce risque politique énorme que prend le gouvernement en ne limogeant pas le Préfet Lallement

02.

Crise sanitaire et manque de réactivité : la France est-elle dirigée par des fonctionnaires non élus ?

03.

Vers un grand tremblement de terre ? Et si les deux verrous allemands et français qui bloquent l’Europe étaient en train de céder...

04.

Nombre de morts, manque de moyens, soupçons d’euthanasie : ce qui se passe vraiment dans les Ehpad ?

05.

Covid-19 : les patients en réanimation n’ont "pas respecté le confinement" ? Didier Lallement s’excuse

06.

Covid-19 : le gouvernement prépare l'opinion à l’utilisation du tracking digital pour sortir du confinement

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 15/08/2015 - 09:54
En attendant si vous êtes militaire
plus de Facebook!
langue de pivert
- 14/08/2015 - 18:33
Amalgamons gaiement !
Toujours sur la défensive quand il faut attaquer ! 1) fin des OPEX 2) redéploiement des forces et des moyens pour extirper la secte islamique de France ! (c'est valable pour tous les pays concernés) Tant qu'il y aura des musulmans en occident il y aura un problème ! Pour moi un musulman est un actuel, ancien ou futur islamiste ! Pourquoi ça serait à nous de faire le tri ? On ne fait pas d'omelette sans casser d’œufs ! Principe de précaution : jamais entendu parler nos politicards ?