En direct
Best of
Best of du 8 au 14 juin
En direct
© Reuters
Personne n’ose proposer la suppression pure et simple du ministère du Travail.
L'édito de Jean-Marc Sylvestre
Et si on supprimait le ministère du Travail ?
Publié le 11 août 2015
Le départ de François Rebsamen alimente des débats un peu obscurs sur les raisons qui sont les siennes, les conséquences sur l’emploi et sur la politique. Et tout le monde spécule sur le nom de celui qui aura la chance de le remplacer... Sans intérêt ! Personne n’ose proposer la suppression pure et simple du ministère du Travail. Bizarre et pourtant, ce serait tellement plus simple.
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Marc Sylvestre a été en charge de l'information économique sur TF1 et LCI jusqu'en 2010 puis sur i>TÉLÉ.Aujourd'hui éditorialiste sur Atlantico.fr, il présente également une émission sur la chaîne BFM Business.Il est aussi l'auteur...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le départ de François Rebsamen alimente des débats un peu obscurs sur les raisons qui sont les siennes, les conséquences sur l’emploi et sur la politique. Et tout le monde spécule sur le nom de celui qui aura la chance de le remplacer... Sans intérêt ! Personne n’ose proposer la suppression pure et simple du ministère du Travail. Bizarre et pourtant, ce serait tellement plus simple.

Sans faire de procès (facile) à François Rebsamen qui s’est retrouvé piégé dans un ministère qui ne l’intéressait pas, personne ne lui en voudra d’abandonner la galère et personne au fond n’a critiqué sa politique, tellement elle s’avère mince.

Son bilan au ministère du Travail est nul. Il a été plus ministre du chômage que de l’emploi. Il s’y est ennuyé à mourir, cela se voyait à chaque apparition à la télévision.

Seule initiative à son actif, une loi sur le dialogue social qui ne va rien révolutionner. En plus, il s’en va, disons la vérité, victime d’une loi sur le cumul des mandats qui n'a pas d’autre objet que de faire plaisir aux plus médiocres des professionnels de la politique, qui en attendent surtout une libération des postes existants. Là ou un seul élu performant pouvait assurer trois jobs, il en faudra trois.

Pour un système qui a besoin de productivité, ce n’est pas une recette miracle. François Rebsamen a donc choisi la fonction qui lui paraissait la plus utile : la mairie de Dijon. Il a eu mille fois raisons. Au ministère il ne servait à rien. Son bilan de ministre est nul, mais ce n’est pas de sa faute. N’importe quelle personnalité politique aurait eu le même résultat.

Soyons clairs mais sans violence : Le ministère du Travail et des affaires sociales ne sert à rien. Rien de rien. Il y a des ministères qui sont indispensables à la gestion de l’état : la défense, l’intérieur, la justice, les finances, les affaires étrangères… Ce sont les ministères régaliens. Sans eux, pas d’Etat.

Mais un ministère du Travail et des affaires sociales couvre des activités qui pourraient être assurées par des institutions de la société civile (on ne va pas dire  "institutions privées" parce que ça pourrait choquer mais on pourrait…).

Sur l’emploi, le ministre du Travail n’a pas de prise. L’emploi dépend des entreprises, de leur fiscalité, de la politique d’innovation, de la politique étrangère quand elle booste l’exportation. L’emploi dépend beaucoup plus du ministre de l’Economie que du ministre des Affaires sociales. Emmanuel Macron en profite.

Sur le chômage, le ministre ne peut qu’enregistrer chaque mois l’état désolant de la situation, mais là encore cela dépend de l’emploi. Quant à l’indemnisation des demandeurs d’emplois, elle dépend des partenaires sociaux. Qu’ils fassent leur boulot d’indemnisations, de contrôle, de surveillance ! Tout comme il appartient aux partenaires sociaux de préparer l’évolution du droit du travail qui est ensuite actée par le législateur ou par les entreprises. Il existe des syndicats de salariés et de patrons pour régler toutes ces questions. Qu’ils fassent là encore leur boulot. Ou plutôt qu’on les laisse le faire.

Sur le fonctionnement du marché du travail, c’est-à-dire de pôle emploi, la majorité des experts pensent que si on privatisait cette usine à gaz, cela ne pourrait pas marcher plus mal.

En clair, le ministère du Travail pourrait parfaitement être éclaté avec des attributions rendues à des partenaires sociaux ou à des techniciens de la relation du travail ou de la DRH…

Ce qui n’empêcherait absolument pas le gouvernement de tracer des lignes politiques pour indiquer ce qu’il faudrait faire ou pas… Alors la disparition du ministère du Travail poserait néanmoins un problème. Cette disparition supprimerait un poste au gouvernement (mais est-ce si grave ?). Cette disparition obligerait à trouver un emploi aux 25 000 fonctionnaires qui s’occupent des affaires sociales, cela pourrait être beaucoup plus compliqué pour trouver une nouvelle affectation dans les 10 milliard d’euros que représente le budget de fonctionnement. Là il n y aura aucun problème.

Cet exemple un peu cocasse montre bien que c’est dans la suppression des ministères non-régaliens que l’on trouvera non seulement des sources d’économies, mais aussi des process de productivité de l’administration. D’autant qu’il n y a pas que le ministère du Travail qu’on pourrait supprimer…

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
02.
Auchan, Carrefour, Casino : mais que vont devenir toutes ces galeries marchandes et hypermarchés qui se vident ?
03.
Mariage de Karine Ferri : Nikos n'est pas venu, les autres stars non plus; Laeticia Hallyday se rabiboche avec son père, Meghan Markle aurait fait fuir sa mère, Rihanna renoue avec son milliardaire;  Kate Middleton snobe Rose, Britney Spears s'arrondit
04.
Crise au sein de LREM dans le Nord : six députés claquent la porte
05.
Vol MH370 : "le pilote se serait envolé à 12 000 mètres pour tuer l'équipage dans la cabine dépressurisée ", selon un nouveau rapport
06.
Dents de la mer : les grands requins blancs remontent vers le Nord aux Etats-Unis, faut il redouter la même chose en Europe ?
01.
PMA : la droite est-elle menacée de commettre la même erreur qu’avec le progressisme des années 60 qu’elle a accepté en bloc au nom de l’évolution de la société ?
02.
Voulez-vous savoir dans quelle France on entend vous faire vivre ? Regardez bien l'affiche de l'UNICEF !
03.
Acte II : mais comment définir la ligne suivie par le gouvernement en matière de politique économique ?
04.
Cash Investigation : pourquoi le traitement des semences par les multinationales est nettement plus complexe que le tableau dressé par l’émission de France 2
05.
Mais pourquoi s’abstenir de faire des enfants pour sauver la planète alors que le pic démographique est passé ? Petits arguments chiffrés
06.
Véhicules propres : la Chine abandonne l'électrique pour miser sur la voiture à hydrogène
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Vincennes
- 11/08/2015 - 15:43
"et si on SUPPRIMAIT"cette banque de branquignoles
"putain" encore 21 mois!!
vangog
- 11/08/2015 - 11:48
"Piégé dans un ministère qui ne l'intéressait pas"???????.....
Quelle dérision ces socialos! Ils seraient risibles, s'ils ne jouaient pas avec les emplois, l'argent et les vies des Francais...de médiocres pantins pour de médiocres ambitions!
Mike Desmots
- 11/08/2015 - 10:13
Pourquoi pas, créer un ministère du chômage ...?
Mais, en l' urgence ....il faut sauvegarder l'invention socialiste bluffante ....du ministère du redressement productif....! que le monde entier nous envi.....