En direct
Best of
Best of du 21 au 27 mars
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

ça vient d'être publié
pépites > Europe
Covid-19
Pour les aider à faire face à l'épidémie, le Portugal régularise tous ses sans-papiers
il y a 3 heures 34 min
pépites > Europe
Allemagne
Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré
il y a 7 heures 52 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : la stratégie sanitaire française est-elle efficace ? Analyse comparée des résultats par pays

il y a 9 heures 18 min
décryptage > Histoire
Bonnes feuilles

Adrien Loir : une vie à l’ombre de Pasteur

il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atalntico - Litterati

Le chercheur d’art

il y a 10 heures 45 min
décryptage > International
Moyen-Orient

Crise du coronavirus ou pas, la guerre par proxy entre l’Iran et les Etats-Unis continue en Iraq

il y a 11 heures 2 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Julien Aubert : « En 1914, l’Union sacrée n’empêchait pas la classe politique de s’opposer sur la manière de mener la guerre »

il y a 11 heures 34 min
pépites > France
Covid-19
Coronavirus : décès de l'ancien ministre Patrick Devedjian
il y a 11 heures 56 min
Régal pour les papilles
Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement
il y a 17 heures 25 min
pépite vidéo > Science
"Star mondiale" de la microbiologie
Hydroxychloroquine : Didier Raoult dévoile une autre étude qui divise à nouveau la communauté scientifique
il y a 23 heures 5 min
pépites > France
Augmentation
L'amende pour non-respect du confinement passe à 200 euros
il y a 6 heures 26 min
pépite vidéo > Politique
Souvenirs
Quand Patrick Devedjian passait une soirée endiablée à l'université d'été des jeunes UMP
il y a 8 heures 47 min
décryptage > Santé
Tribune

Dramatique pénurie de matériel de protection, appel à tous les Français

il y a 10 heures 13 min
décryptage > Politique
Colères jupitériennes

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

il y a 10 heures 39 min
décryptage > France
Société

L'administration française, si souvent indifférente à la protection des citoyens

il y a 10 heures 53 min
décryptage > Politique
Coronavirus

Alain Madelin : "Les citoyens ont raison d’exprimer leur défiance pour contraindre les autorités à l’action"

il y a 11 heures 18 min
décryptage > Santé
Mythe et réalité

Crise sanitaire : non le secteur public n’a pas été abandonné ces dernières années. La preuve par les chiffres

il y a 11 heures 50 min
décryptage > Politique
Politique

Covid-19 : Face au feu de la critique, Philippe ajuste le tir, Macron ne change rien

il y a 12 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Le bon sens" de Michel Bernard : un récit imprégné de la vie de Jeanne d’Arc

il y a 17 heures 48 min
pépite vidéo > Santé
Pédagogie et mobilisation du gouvernement
Coronavirus : retrouvez l’intégralité de la conférence de presse d’Edouard Philippe et d’Olivier Véran
il y a 1 jour 12 min
© Reuters
Nicolas Sarkozy ne cache pas ses intentions de séduire à nouveau les électeurs du Front National.
© Reuters
Nicolas Sarkozy ne cache pas ses intentions de séduire à nouveau les électeurs du Front National.
Jeu dangereux

Charmer les électeurs du Front National, la stratégie de la terre brûlée qui pourrait faire triompher Nicolas Sarkozy

Publié le 07 août 2015
Dans un entretien accordé à Valeurs Actuelles, Nicolas Sarkozy ne cache pas ses intentions de séduire les électeurs du Front National et de les faire revenir dans le giron de la "droite républicaine" lors des prochaines élections. En se tournant davantage vers le FN que vers le centre, Nicolas Sarkozy fait le choix d'un pari risqué mais audacieux si jamais sa stratégie réussissait.
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jérôme Fourquet est directeur du Département opinion publique à l’Ifop.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dans un entretien accordé à Valeurs Actuelles, Nicolas Sarkozy ne cache pas ses intentions de séduire les électeurs du Front National et de les faire revenir dans le giron de la "droite républicaine" lors des prochaines élections. En se tournant davantage vers le FN que vers le centre, Nicolas Sarkozy fait le choix d'un pari risqué mais audacieux si jamais sa stratégie réussissait.

Atlantico : Dans une interview publiée le 6 août par Valeurs Actuelles, Nicolas Sarkozy se rapproche un peu plus des électeurs FN qu'il tente de rallier à lui pour 2017, affirmant qu'il souhaite que ces derniers votent "pour la droite républicaine". Est-il en mesure de répéter sa stratégie gagnante de 2007 ? Les électeurs déçus par Nicolas Sarkozy et ayant rejoints le FN pourraient-ils lui accorder de nouveau leur confiance ?

Jérôme Fourquet : Il faut partir des réalités. Sur cette base là, on constate quand même aujourd'hui que l'électorat qui s'est tourné vers le Front National, au fil des scrutins, représente un quart du corps électoral, voire un peu plus. Quand la droite républicaine est régulièrement soumise à ce choix cornélien de savoir s'il faut plutôt se tourner vers le centre ou plutôt vers sa droite, bien évidemment, des considérations idéologiques et morales rentrent en jeu. Et chacun va avancer les arguments qui viennent conforter leurs penchants personnels.

Mais l'argument arithmétique électoral doit aussi être pris en considération et d'un point de vue objectif, c'est d'abord là-dessus qu'il faut s'appuyer. Or, comme je viens de vous l'indiquer, on est sur un volume électoral qui représente un quart du corps électoral qui campe sur la droite des Républicains, quand l'électorat centriste représente aux alentours de 10-15%. Donc en terme d'arithmétique, bien évidemment, aujourd'hui, pour un candidat comme Nicolas Sarkozy, il est nécessaire de s'adresser à cet électorat.

Au regard du poids de cet électorat d'une part, et au regard de son propre positionnement, car avant même d'envisager de battre la gauche, il devra devancer et surclasser ses concurrents, dont Alain Juppé, dans sa propre famille politique. Or celui-ci est positionné pour bénéficier des faveurs ou des reports d'une partie importante de l'électorat centriste et modéré. Nicolas Sarkozy, au regard de la configuration de la compétition à droite, est plutôt porté à s'intéresser à ce qui se passe sur sa droite. Il faut rassembler 50% des voix plus 1. Donc il faut faire flèche de tout bois et s'adresser de manière assez globale à l'ensemble du corps électoral même si bien évidemment, toute une partie du spectre ne va pas se sentir séduit par le message que vous avez porté.

Mais si on se réfère à 2007, ce qui avait marqué les esprits, c'était la réussite de cette opération de siphonnage opérée par Nicolas Sarkozy sur une partie de l'électorat frontiste. A noter que Nicolas Sarkozy avait séduit d'autres franges d'électeurs, notamment des déçus de la gauche et une partie également de l'électorat du centre pour porter son score à 53% au deuxième tour, avec un discours assez énergique, mobilisateur, et une vision de la France qui a su séduire toute une partie des électeurs qui ne se reconnaissaient plus dans les clivages traditionnels. Ce n'était pas uniquement l'électorat frontiste qui avait fait sa victoire, même s'il y avait contribué très fortement. L'idée de s'intéresser à cet électorat là peut se justifier au regard du poids qu'il occupe aujourd'hui. Il peut se justifier également au regard de la configuration de la concurrence à droite, mais le discours et la stratégie ne doit pas uniquement être tourné vers ce seul électorat là, il y a d'autres cibles à séduire.

Est-ce que cette stratégie peut fonctionner ?

En gros sur les 25% des électeurs qui voteraient aujourd'hui Marine Le Pen, Nicolas Sarkozy fait mine de croire qu'ils viennent tous de la droite et qu'il faut les ramener dans le giron de la droite républicaine. Une bonne partie en provient, mais il y en a aussi qui viennent d'ailleurs. Même parmi ceux qui en proviennent, si beaucoup aujourd'hui sont tentés par le Front National, c'est parce que Les Républicains ne donnent pas satisfaction. Même si on remonte un peu plus loin le fil de l'histoire, et ils ont été très déçus par l'expérience de la droite au pouvoir entre 2007 et 2012.

On l’avait vu déjà, pendant la campagne présidentielle de 2012, Nicolas Sarkozy avait réessayé de rejouer la même stratégie de 2007 avec une fortune moins grande, puisque Marine Le Pen avait fait quasiment 18% au premier tour. Au deuxième tour, au gré d'une campagne d'entre deux assez musclée, les reports des voix frontistes s'étaient améliorés. Mais il avait manqué beaucoup de monde au deuxième tour et Nicolas Sarkozy avait été battu.

Sur cet entre deux tours, beaucoup de choses ont été dites, chacun défendant le discours qui l'intéressait lui. Certains ont dit que cette course effrénée avec le FN a été suicidaire pour Nicolas Sarkozy. D'autres au contraire disent que, si Sarkozy n'avait pas fait ça, il aurait été battu encore plus largement. Un avis que je parage et que j'ai essayé de défendre dans un papier publié au Figaro, qui montrait que dans l'entre deux tours, le discours de Sarkozy très à droite sur la question des frontières notamment avait permis un report des intentions de votes de Sarkozy dans l'électorat du FN sans dégrader le vote chez les centristes, qui certes n'était pas massif. Mais il avait fixé la partie gagnée de cet électorat centriste en parvenant à accroître la part de votes du côté des frontistes. Notamment en tirant à boulets rouges sur Hollande et sur la thématique de la fiscalité, chère à l'électorat centriste. 

Est-ce que cette stratégie ne va pas le pénaliser vis-à-vis des centristes, favoriser Juppé pour la primaire voire même avoir comme conséquence une candidature de Bayrou au premier tour des présidentielles ?

C'est un risque qui peut être pris, mais aujourd'hui, ce n'est pas dans l'électorat centriste que Sarkozy est le plus fort. Et ce n'est pas ça qui lui permet de devancer Juppé. En revanche, dans la perspective d'une primaire avec les autres candidats de droite, cet électorat là n'est pas celui qui spontanément va se tourner le premier vers Nicolas Sarkozy. On peut se dire que cet électorat n'étant pas très actif, on peut tenir les deux discours : il faut faire des efforts pour aller le chercher ou alors au contraire, on va d'abord essayer de jouer sur nos points forts. Et nos points forts, lesquels sont-ils ? Ce sont les soutiens dont Sarkozy dispose dans la droite la plus dure.

Il ya donc une stratégie à mener en s'appuyant sur un certain nombre de barons centristes. C'est l'accord que Sarkozy va passer avec l'UDI, en leur concédant trois têtes de listes pour les listes d'unions en vue des régionales. Avec Hervé Morin en Normandie, Sauvadet en Bourgogne, et puis Philipe Vigier dans la région Centre, au détriment notamment de Guillaume Peltier. La stratégie n'est donc pas uniquement orientée sur un axe, il y a aussi une réflexion sur comment essayer de ne pas perdre complètement pied dans l'électorat centriste. Même si, ce n'est pas aujourd'hui la priorité numéro un.

Dans son interview à Valeurs Actuelles, Nicolas Sarkozy n'attaque le FN que sur son programme économique. Il prend soin de ne pas culpabiliser les électeurs du Front National, en donnant l'impression qu'il veut valider implicitement le diagnostic du FN sur l'immigration et la sécurité. Est-ce vraiment le cas ?

Je ne pense pas qu'il vienne valider le diagnostic du FN et que cela soit sa volonté. Ce qu'il a bien compris, c'est que même au sein de sa propre famille politique, l'électorat campe sur des positions très dures en matière de sécurité et d'immigration. Il faut prendre en compte cet état de fait. Ses positions sont d'autant plus dures que vous approchez du FN. Ses anciens électeurs partis au Front, l'on fait pour ces raisons-là. Il n'est donc pas question de les accabler et de se livrer à un procès moral, bien au contraire.

En revanche, en s'appuyant sur l'analyse qui est donnée sur ce qui s'est passé au deuxième tour des élections départementales, où on a vu que dans des duels entre la gauche et le FN, le report électoral de la droite sur le FN n'a pas été aussi élevé que pendant les scrutins partiels précédents. Sans doute parce qu'une partie de cet électorat de droite est un peu interrogatif, pour ne pas dire plus, vis-à-vis des positions économiques du Front. Sur cet angle, Nicolas Sarkozy a décidé de taper. En disant "je partage avec vous un certain nombre de vos préoccupations sur la menace identitaire, sur le laxisme de la gauche en matière de sécurité, etc. Mais ne vous trompez pas de colère, si vous votez pour le FN, vous votez pour un très mauvais programme économique".

Autre angle d'attaque que Nicolas Sarkozy avait utilisé pendant la fameuse élection partielle du Doubs : "si vous votez FN au premier tour, c'est un député socialiste de plus à l'arrivée". L'idée c'est de laisser croire qu'il y a une collusion entre la gauche et le FN. Nicolas Sarkozy essaie donc de s'adresser à cet électorat de la droite dure et de la faire revenir. Non pas en disant "il faut condamner moralement ceux qui ont des mauvaises pensée", mais en disant "on est d'accord avec un certain nombre de vos colères, mais voter FN, c'est faire le jeu de la gauche". Il joue donc sur le réflexe très anti-gauche de cet électorat : vous voulez allez plus loin en matière de sécurité, vous votez FN, mais au final vous avez Taubira à la Justice.

A propos de cette interview, le secrétaire général du Parti socialiste, Jean-Christophe Cambadélis a déclaré "Nicolas Sarkozy tombe le masque frontiste". Est-ce que Nicolas Sarkozy prend le risque de faire un cadeau au PS, en lui donnant du grain à moudre pour l'attaquer directement ?

C'est une prise de risque qui a sans doute été calculée, mais la réaction de Cambadélis renvoie aux propos que la gauche a pu tenir notamment dans l'entre deux tours de la présidentielle en 2012. Même avant cela, dès 2007, et le fameux discours de Grenoble de l'été 2010, en affirmant que Sarkozy était lancé dans une course sans retour et perdue d'avance avec le Front National, cela a abouti à droitiser le débat. Et selon l'adage lepeniste : "on préfère toujours l'original à la copie". C'est une critique traditionnelle de la gauche et Sarkozy a intégré ce fait là. Je pense qu'il n'y a rien de nouveau sous le soleil de ce point de vue.

Le risque, si on veut aller au bout de la démonstration, c'est évidemment de se faire attaquer par la gauche sur cet axe, mais aussi par une partie des centristes et notamment si Sarkozy gagne la primaire à droite. On peut alors penser que Bayrou trouvera les mots pour dire que dans cette configuration, il serait nécessaire pour lui de se présenter car il ne voudrait pas que l'électorat de centre-droit ait la possibilité de voter pour un Sarkozy qui serait de plus en plus droitisé. Il y a ce risque, qui est majeur, si ce que vous perdez au centre n'est pas regagné à droite. On arrive à la question de savoir si ce type de sorties et de positionnement peut être suffisamment efficace pour dégonfler le FN et faire revenir assez substantiellement l'électorat qui a quitté la droite pour le Front comme cela a été le cas en 2007. La question est de savoir ce qui se passe si jamais cette stratégie de séduction ne fonctionne pas. Il est un peu tôt pour le savoir, mais Marine Le Pen a aussi des arguments pour rappeler aux souvenirs de cet électorat les promesses de 2007 qui n'ont pas été tenues.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

02.

Béatrice Dalle se marie à nouveau, Katy Perry & Orlando Bloom décalent; Daniel Craig veut tout claquer avant de mourir; Kim Kardashian : sex-exploitée par sa mère ?; Angelina Jolie repart en guerre contre Brad

03.

Et maintenant voici Emmanuel la - menace - : « on se souviendra de ceux qui n’auront pas été à la hauteur » !

04.

Le marché de Rungis va proposer un service de vente en ligne et de livraison suite au confinement

05.

Coronavirus : et voilà ce qui se serait passé si on n’avait rien fait contre l’épidémie

06.

Coronavirus : pourquoi l’Occident ne comprend pas ce qui a vraiment marché à Wuhan

07.

Le ministre des Finances du lander de Hesse retrouvé mort sur une voie ferré

01.

Saint-Denis, ville ouverte : ouverte au coronavirus !

02.

1050 milliards pour la BCE, 700 milliards de dollars pour le budget américain, 50 milliards d’euros pour le Français… d’où vient tout cet argent ?

03.

Fonctionnaires en déroute... mais que se passe-t-il dans le secteur public ?

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Coronavirus : La Chine tente d’échapper à ses responsabilités en trollant le monde

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

01.

Aussi inquiétante que le Covid-19, la crise de la raison ? Gourous et boucs émissaires font leur retour

02.

Coronavirus : la plus grande crise économique de tous les temps… ou pas. Car les armes existent pour la contrer

03.

Chloroquine : les doutes qui pèsent sur la rigueur de l’étude du professeur Raoult expliqués par un biostatisticien

04.

Coronavirus : ces éléments venus d’Italie qui montrent que le nombre réel de morts pourrait être 4 fois supérieur aux chiffres officiels

05.

Lutte contre le Coronavirus : ces failles intellectuelles qui fragilisent la méthode française

06.

Procédures contre les responsables publics : ce qui sera juridiquement possible (ou pas)

Commentaires (51)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
clint
- 09/08/2015 - 11:14
Le 180° du FN sur les musulmans ?
Discours bien rodé par Philippot/MLP : Sarkozy en particulier, et l' UMPS en général, ont fait venir, ou laissé venir, des musulmans en France. Le FN est là pour protéger ceux qui sont français, d'ailleurs il y en a sur nos listes ! Il ne faut pas que ça se voit trop car là que restera t'il à ceux qui trouvent qu'il y en a trop ? Et bien certainement un "vrai" FN qui renaitra pendant que Philippot sera aidé par Chevènement qui lui donne un bon coup de pouce sur la haine de l' Europe (cf dernière position sur la Grèce !). >>> Evidemment Sarkozy le sent venir !
vangog
- 08/08/2015 - 16:55
@Gilly et comment voyez-vous les choses?
Ce n'est pas nous qui les avons "immigrés en France", mais, aujourd'hui, ils sont là! quinze millions de musulmans, descendance incluse, dont beaucoup sont abandonnés par un système éducatif et judiciaire socialiste à la ramasse... alors, comment faites-vous? vous qui n’êtes pas capables d'enrayer l'immigration des mafias de passeurs venus de Lybie, d'Irak, d'Afghanistan? vous mettez le tout dans des charters? ou vous persévérez dans la dégradation socialiste, en faisant l'autruche? Nous, les patriotes avons des solutions pour tous les Français, musulmans inclus, ne vous en déplaise!
Leucate
- 08/08/2015 - 16:26
@gilly - amphigouri
""Voter FN avec un programme d'extrême gauche initié par Phillipot apparaîtra au fil des mois complètement irréaliste"""
C'est assez amusant venant de quelqu'un qui, à moins que je me trompe, se revendique des socialistes UMP cousins des socialistes PS.
Il y aun genre poétique consistant à utiliser les mots et les adjectifs sans se soucier de leur sens exact, on l'appelle amphigouri dont voici un exemple:""Dom Pibrac,
Dans un lac
Près du Gange,
Faisait raper du tabac
Pour gonfler l'estomac
Du pauvre Michelange.
Quand S. Roc
Sur un roc
Vit Euterpe,
Qui pour s'amuser beaucoup
Faisait des vers à coup
De serpe. ..."""
C'est exactement ce que vous faites en disant que le FN est d'esssstraime göooche.
Il ne l'a jamais été et ne le sera jamais. C'est un parti conservateur au sens vrai du terme cherchant à concilier les valeurs traditionnelles avec l'indispensable attachement au bien être du peuple dans son ensemble c'est à dire y compris dans ses couches les plus humbles.