En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

06.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

07.

Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka

01.

Interdire le survol de la Libye ? Politiquement et militairement délicat

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 1 heure 46 min
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 2 heures 34 min
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 4 heures 34 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 5 heures 34 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 6 heures 15 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 7 heures 37 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 7 heures 59 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 8 heures 31 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 8 heures 44 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 9 heures 13 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 2 heures 9 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 3 heures 22 min
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 5 heures 10 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 5 heures 59 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 6 heures 58 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 7 heures 42 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 8 heures 13 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 8 heures 37 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 9 heures 12 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 9 heures 34 min
© Reuters
On peut désormais vous identifier à la manière dont vous tapez sur le clavier de votre ordinateur.
© Reuters
On peut désormais vous identifier à la manière dont vous tapez sur le clavier de votre ordinateur.
Pistage

Comment la manière dont vous tapez sur votre clavier vous identifie tout aussi efficacement qu’une écriture à la main

Publié le 05 août 2015
Des chercheurs français ont mis au point un logiciel capable de reconnaître avec précision un utilisateur qui tape au clavier d'ordinateur. Une possibilité qui permet de sécuriser des opérations mais qui supprime aussi l'anonymat sur Internet.
Atlantico.fr
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Rédaction Atlantico
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Des chercheurs français ont mis au point un logiciel capable de reconnaître avec précision un utilisateur qui tape au clavier d'ordinateur. Une possibilité qui permet de sécuriser des opérations mais qui supprime aussi l'anonymat sur Internet.

Webcam débranchée, pare-feu, IP masquée, VPN… Les internautes aguerris et concernés par leur anonymat sur internet connaissent le minimum requis pour se fondre dans les méandres du web. Qu'ils soient honnêtes ou malhonnêtes, ils pourront bientôt être identifiés et cela n'a plus rien à avoir avec un quelconque logiciel de pistage. Ce qui va trahir les internautes, ce sont leurs doigts. Ou plutôt la façon dont ils vont les utiliser sur leur clavier. Des chercheurs français du Groupe de recherche en informatique image automatique et instrumentation de Caen (Greyc) ont ainsi développé un petit logiciel pilote qui permet de différencier avec une grande précision les différents internautes qui tapent sur leur clavier. Pour cela, le programme repère la pression exercée sur les touches, le temps d'appui et surtout les délais, très courts, entre chaque touche. Telle une graphologie moderne, tous ces critères s'avèrent très différents en fonction des personnes et permet de donner un profil précis.

"Ce n’est pas nouveau" remarque Jean-Paul Pinte, docteur en information scientifique et technique et maître de conférences à l'Université Catholique de Lille. "Avant l’arrivée des claviers, pendant la Seconde Guerre Mondiale, les opérateurs de renseignement britanniques écoutaient les opérateurs de code morse allemands. La vitesse de code, les erreurs de frappe permettait de différencier les opérateurs."

Au cours des années 2000, avec l'avènement d'internet, la "frappologie" a été de plus en plus étudiée, dans le même esprit que la graphologie, censée apporter des informations sur la personnalité d'une personne. "C’est surtout dans l’espionnage que cette biométrie dite douce a pris racine mais elle est de plus en plus pratiquée dans le monde du recrutement" souligne Jean-Paul Pinte. Sauf que les techniques se sont largement améliorées et les recherches du Greyc et d'autres chercheurs dépassent le cadre du simple profiling de personnes.





Le but est avant tout de toujours mieux crypter les données. Ainsi, même en connaissant le mot de passe de sa victime, un usurpateur ne passerait pas entre les mailles du filet sécuritaire puisque sa façon de taper le mot magique serait forcément différente de celle du véritable utilisateur.

Mais ce système offre aussi des perspectives plus sombres car il permet d'identifier une personne à coup sûr, malgré tous ses efforts pour rester anonymes. Il suffit que plusieurs gros sites s'y mettent et les voilà en possession de toutes les pages visitées par une même personne, identifiée par son clavier. Dans ce cas, l'adresse IP n'aurait plus vraiment d'enjeu. Et ce ne sont pas les réseaux masqués, comme le célèbre TOR qui empêcheront cela. Runa Sandvik, un chercheur indépendant interrogé par le site Arstechnica, a tenté l'expérience et s'est rendu compte que le système chargé normalement de le maintenir anonyme, n'a pas pu lutter. "Aujourd'hui, tout est possible même avec TOR" souligne Jean-Paul Pinte. "La recherche évolue dans le domaine car il faut savoir que l’anonymat n’existe pas vraiment sur la toile."

L'entreprise suédoise BehavioSec met d'ailleurs à disposition un site d'essai pour évaluer l'efficacité du système pour un site de vente en ligne. Au bout de 3 formulaires (similaires) remplis, le programme était capable de retrouver l'utilisateur dans 75% des cas ultérieurs… Cela concerne les internautes attachés à leur anonymat mais aussi les dissidents politiques de certains pays qui surveillent la toile.

Mais d'ores et déjà, la riposte s'organise. Les chercheurs Per Thorsheim et Paul Moore ont développé un petit plugin pour le navigateur de Google Chrome qui permet de crypter les informations liées au clavier. Si le programme est encore en phase de test, il pourrait être une nouvelle protection à  ajouter pour qu'internet reste un espace de liberté.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 06/08/2015 - 22:31
ti ti ti ta ta Paris Bordeaux le Mans
ce que dit l'article au sujet des radiotélégraphistes est tout à fait exact.
J'ai appartenu à une direction qui avait conservé, pour ses liaisons, la télégraphie sans fil (le morse) dans l'hypothèse d'une coupure des liaisons gouvernementales en cas d'évènement grave. La télégraphie en ondes décimétriques, cela marche bien, c'est sur, cela va très loin jusqu'au bout du monde, cela ne demande pas de grosses structures, une antenne fil air lancée avec une pierre sur une banche d'arbre suffit.
Nous utilisions le SCR 399 dans shelter posé sur un camion qui tirait également le groupe électrogène (un moteur de frégate).
Le 3 neu-neu avec ses lampes est parti à la retraite remplacé par du maths plus moderne mais le morse est toujours utilisé quotidiennement pour les messages officiels ne serait-ce que pour maintenir l'entrainement des radios. Ils ont leur petit monde et se connaissent bien; ils s'identifient aisément les uns avec les autres à leur seule manière de manier la touche de l'oscillateur ou aux petites fautes qui deviennent des tics.
Il serait quasiment impossible à un étranger de se faire passer pour un interlocuteur reconnu même s'il émet depuis un matériel capturé.