En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

02.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

03.

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

04.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

05.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

06.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

07.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

05.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

06.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Sport
L’hymne sans la joie

PSG / Manchester United : les Parisiens confondent Ligue des champions et ligue d’égoïstes

il y a 20 min 14 sec
pépites > Terrorisme
Justice
Plainte du ministre de l'Intérieur contre un blog du site Mediapart qui accuse la police d'avoir exécuté l'agresseur du professeur de Conflans parce que ce terroriste est musulman
il y a 42 min 14 sec
light > Justice
High-Tech
Le ministère américain de la Justice a ouvert une enquête contre Google pour abus de position dominante au détriment de ses concurrents
il y a 58 min 49 sec
pépites > Politique
Terrorisme
François Fillon réagit après le meurtre du professeur de Conflans estimant qu'il ne peut pas rester silencieux face à ce drame
il y a 1 heure 29 min
décryptage > Politique
Pire que la fachosphère : la lachosphère

Terrorisme islamiste : comment les princes qui nous gouvernent ont réussi à faire en 72 heures ce qu’ils n’avaient pu faire en 30 ans

il y a 1 heure 47 min
pépite vidéo > Education
Mort de Samuel Paty
Marine Le Pen : "Les enseignants n'ont pas le soutien de leur hiérarchie"
il y a 2 heures 42 sec
décryptage > Politique
Ambiguïtés ?

Ce mea culpa qu’Emmanuel Macron devrait prononcer avant qu’on puisse vraiment croire à sa détermination contre l’islamisme

il y a 3 heures 17 min
décryptage > Santé
Couvre-feu jusqu’à l’été ?

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

il y a 3 heures 43 min
pépites > Justice
Terrorisme
Conflans : sept personnes déférées en vue de l’ouverture d’une information judiciaire, selon le Parquet national antiterroriste
il y a 4 heures 9 min
light > Culture
Mea Culpa
Covid-19 : Nicolas Bedos reconnaît avoir écrit un texte "excessif et maladroit"
il y a 18 heures 10 min
décryptage > Economie
Espoir face à la pandémie

Le rebond (modéré) de la croissance chinoise est-il une bonne ou une mauvaise nouvelle ?

il y a 30 min 34 sec
décryptage > Politique
Lutte contre le séparatisme

Julien Aubert : "La détermination d’Emmanuel Macron face à l’islamisme relève plus de l’air du temps que de la conviction"

il y a 47 min 51 sec
décryptage > Science
Osiris Rex

La NASA est sur le point d’entrer en contact avec l’astéroïde Bennu et voilà ce que ça pourra nous apporter

il y a 1 heure 21 min
décryptage > Santé
Un mal pour un bien

Couchés plus tôt ou plus tard...? Ce que nos habitudes du confinement nous enseignent sur l’impact prévisible du couvre-feu

il y a 1 heure 42 min
pépites > Justice
Terrorisme
Samuel Paty le professeur tué à Conflans a démenti avoir commis la moindre infraction quand les policiers l'ont interrogé après la plainte d'un parent d'élève
il y a 2 heures 3 sec
décryptage > Education
Profession sacrifiée

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

il y a 2 heures 35 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Face à l’aggravation de la crise, Bruno Le Maire renforce les mesures de soutien mais évite toute nouvelle contrainte réglementaire

il y a 3 heures 36 min
pépites > Santé
Coronavirus
Le ministre de la Santé annonce une rallonge budgétaire de 2,5 milliards d'euros pour les hôpitaux et les soignants (qui bénéficieront d'une majoration de 50 % des heures supplémentaires)
il y a 3 heures 44 min
pépites > Politique
"Les actions s'intensifieront"
Lutte contre l'islamisme : Emmanuel Macron annonce la dissolution du collectif "Cheikh Yassine" et s'engage à "intensifier" les actions
il y a 16 heures 8 min
décryptage > France
Frivolités de banlieue

Et cette pancarte vous la trouvez grotesque, inappropriée ou simplement abjecte ?

il y a 18 heures 33 min
© Capture d'écran / Facebook Bernard Accoyer
Laurent Wauquiez : "En France, on n’assume pas la notion de classes moyennes : pas assez chic, pas politiquement correct, elles n’existent pas,…"
© Capture d'écran / Facebook Bernard Accoyer
Laurent Wauquiez : "En France, on n’assume pas la notion de classes moyennes : pas assez chic, pas politiquement correct, elles n’existent pas,…"
Moyennement votre

Laurent Wauquiez : "Arrêtons de traiter les classes moyennes en cochons payeurs"

Publié le 17 novembre 2011
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie ce jeudi un livre intitulé "La Lutte des classes moyennes". Selon lui, "la France a un tabou sur les classes moyennes. Personne n’en parle".
Laurent Wauquiez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Wauquiez est un homme politique français, membre de l'UMP. Député de la Haute-Loire, il est également vice-président de l'UMP depuis janvier 2013. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie ce jeudi un livre intitulé "La Lutte des classes moyennes". Selon lui, "la France a un tabou sur les classes moyennes. Personne n’en parle".

Atlantico : Votre livre "La lutte des classes moyennes" sort ce jeudi. Pourquoi ce titre ? Quel est votre constat ?

Laurent Wauquiez : C’est un livre qui part d’une prise de conscience née de deux événements : le débat qui avait entouré mes propositions sur le RSA, et le décalage entre ce que j’entends sur le terrain et la petite scène parisienne. La France a un tabou sur les classes moyennes. Personne n’en parle. Il n’existe pas de réflexion sur leur place dans notre pays.

Depuis 30 ans, la France est le seul pays à avoir fait reculer la barre de la richesse nationale qui va aux classes moyennes. Les plus riches ont capté beaucoup plus avec la mondialisation. Les plus pauvres ont vu un renforcement considérable de la solidarité, voire de l’assistanat. Les seules qui ont reculées sont les classes moyennes. L’objectif de ce livre consiste donc à leur donner la parole puisqu’on ne les entend jamais ; je les appelle les « sans voix ».

Le titre est évidemment un clin d’œil à Karl Marx. Nous disons qu’aujourd’hui, la lutte des classes sociales est finie. Ce qui importe c’est celle des classes moyennes. Ce sont elles qui sont en lutte pour survivre.

Si l’on veut rééquilibrer les choses, il s’agit donc de lutter contre les profiteurs d’en haut, corriger les dérives de l’assistanat et remettre les classes moyennes au cœur du contrat social.

 

Concrètement, quelles sont vos propositions ?

Nous proposons un bouclier anti hausse d’impôts locaux pour interdire les augmentations de plus de 10% sur la durée d’un mandat d’élu. En effet, aujourd’hui, vous pouvez perdre quasiment un mois de salaire sur les impôts locaux car certains élus les ont augmentés sans vergogne de 30 à 40% sur un mandat.

 

Mais comment les régions pourront-elles alors financer leurs nouvelles missions ?

Ce ne sont pas aux classes moyennes de payer ! On a beaucoup de dépenses excessives dans certaines régions et Conseils généraux, avec des gens qui se comportent comme des barons locaux. Il est temps de remettre un peu de modestie et d’exemplarité.

 

Quelles sont vos autres propositions ?

Nous proposons de mettre en œuvre un plan épargne éducation : au moment de la naissance de l’enfant, on abonde une petite somme sur un compte en banque, puis la famille peut placer de l’argent dessus sur le modèle de plan épargne logement. Résultat : au moment où les enfants font leurs études, ils peuvent bénéficier de ces fonds.

Nous proposons également un seul contrat où l’on accumule des droits à travers le temps. Objectif : en finir avec les CDD/CDI ; les jeunes galèrent aujourd’hui en courant de CDD et CDD.

Je vous ai cité trois propositions. Il y en a bien-sûr d’autres. Je pourrais également évoquer l’idée qui a fait beaucoup de débat autour du logement social : si vous avez quelqu’un qui travaille à 30 km d’un logement social et qui a besoin de ce logement social pour pouvoir se rapprocher de son travail, il me semble tout de même normal de le privilégier. J’insiste beaucoup sur la question du logement dans le livre. Dans les années 1970, 20% du budget des classes moyennes étaientt consacrés au logement ; ce chiffre se porte aujourd’hui à 40%.

En face de chaque prestation, il doit y avoir une contrepartie : par exemple, on vous finance votre permis de conduire ? En échange, vous travaillez l’été pendant deux mois pour aider les autres.

Nos propositions s’attaquent également aux profiteurs du haut : tous nos artistes et grandes fortunes se sont expatriés en Belgique ou en Suisse mais continuent à travailler et vivre en France ? Ca suffit ! Nous proposons un principe simple : vous vivez trois mois en France, vous payez vos impôts en France (aujourd’hui il est possible de demeurer jusqu’à 183 jours dans notre pays sans y payer d’impôts).

 

Vous ne tapez pas plus fort sur les « pauvres » que sur les « riches » ?

Non. Cette impression est le résultat de la reprise médiatique qui a été faite de nos propositions. Mais sur les plus hauts revenus, nous avons des propositions très fortes : interdiction des stocks options sauf pour les start-ups et les PME, faire sauter totalement la possibilité de cumuler les niches fiscales sur les plus hauts revenus avec un seuil minimal d’impôt et la lutte contre les évadés fiscaux.

 

Comment définissez-vous les classes moyennes ?

C’est une question très française ! En France, on n’assume pas la notion de classes moyennes : pas assez chic, pas politiquement correct, elles n’existent pas,… En Allemagne, elles sont une évidence. En Angleterre, David Cameron a fait sa campagne sur ce thème. Aux Etats-Unis, Barack Obama dispose d’un vice-président qui est là uniquement pour observer ce qui se passe chez les « middle class ». Et nous en France, on en est encore à se demander si elles existent !

Les classes moyennes dans notre pays correspondent à 70% de la population. Elles regroupent trois valeurs sociologiques :

  • Elles vivent de leur travail, et donc ni de leurs rentes, ni de l’assistanat ;
  • Elles aspirent à posséder un logement ;
  • Elles considèrent que l’idée que leurs enfants aient un meilleur avenir qu’elles est fondamentale.

En terme de revenus, les classes moyennes se situent entre 1500 et 6000 euros nets par foyer (un couple dont chacun des membres touche 2000 euros nets appartient donc à la classe moyenne).

 

Vous dites que depuis trente ans peu a été fait pour les classes moyennes. Mais c’est essentiellement la droite qui a dirigé le pays ces trente dernières années, non ?

J’ai 36 ans, je n’ai pas à assumer le bilan des trente dernières années. Mais vous avez raison, il y a une responsabilité collective de la gauche et la droite. C’est pour cette raison que ce livre dit « ça suffit ! ». Les classes moyennes devraient être au cœur de la société, mais au final elles ne sont que des « cochons payeurs » : on ne pense à elles que pour payer.

 

Ce n’est pas un peu facile de se réveiller à quelques mois de l’élection présidentielle pour le proclamer ? Votre livre n’est-il pas électoraliste ?

Ecoutez, je porte ces convictions depuis cinq ans. Je les ai toujours poussées. Quand j’étais à l’emploi ou à l’enseignement supérieur, je me suis toujours battu pour elles (pour les bourses scolaires, notamment). On ne peut pas me suspecter de me réveiller un an avant l’élection présidentielle. 

 

La droite populaire d’un côté, la droite sociale que vous avez créée de l’autre : n’êtes-vous pas là pour ratisser large en faveur de Nicolas Sarkozy ?

Je pense avoir payé une addition suffisamment forte pour les convictions et idées que j’ai portées que ce soit quand j’ai parlé du logement social, du RSA ou des stocks-options… J’indique d’ailleurs dans le livre qu’à un moment j’ai proposé de prendre mes responsabilités : "Si vous n’êtes pas d’accord, je démissionne". Je ne suis pas là pour faire le courtisan, ce n’est pas ma vision de la politique.

 

Une dernière question : vous avez un modèle étranger pour vos propositions ?

Oui, l’Allemagne. Ce pays aime ses classes moyennes. Le modèle allemand est un bon modèle, selon moi, car il concilie la compétitivité économique et le sens de la solidarité ; une vraie solidarité, pas de l’assistanat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chateleine
- 17/11/2011 - 16:58
enfin?
enfin quelqu,un qui a compris,pourquoi croyez vous que les banlieues vont voter a gauche?pour profiter du systeme ben sur,on te paye pour rester a la maison,pour travailler au noir,pour trafiquer alors allons y ,la gauche ,enfin on pense a nous,la retaite a 60 ans de qui se fout on?depuis l,age de 13 je travaille,j,en ai 68 et je vais bien ,j,ai travaille n elevant mes 5 enfants je vis ien
chateleine
- 17/11/2011 - 16:58
enfin?
enfin quelqu,un qui a compris,pourquoi croyez vous que les banlieues vont voter a gauche?pour profiter du systeme ben sur,on te paye pour rester a la maison,pour travailler au noir,pour trafiquer alors allons y ,la gauche ,enfin on pense a nous,la retaite a 60 ans de qui se fout on?depuis l,age de 13 je travaille,j,en ai 68 et je vais bien ,j,ai travaille n elevant mes 5 enfants je vis ien
Lézard florissant
- 17/11/2011 - 09:15
La classe moyenne : vous et moi.
La classe moyenne n'est pas une question de toise, la classe moyenne, ce sont les gens éduqués qui travaillent et paient des impôts, et qui prennent conscience qu'ils se sont plumer :
1. pour financer l'assistanat
2. pour financer l'hypertrophie bureaucratique française.
C'est-à-dire les deux leviers électoraux de la gauche.