En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 5 heures 10 min
pépites > International
Changement de discours
Opération militaire turque en Syrie : la Chine appelle Ankara à mettre un terme à son intervention contre les kurdes syriens
il y a 6 heures 23 min
pépites > Economie
Taxes
Bruno Le Maire se dit favorable à l’instauration d'une taxe européenne sur les carburants des avions et bateaux
il y a 7 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Rouge" de John Logan, mise en scène par Jérémie Lippmann : Ceci n’est pas un texte

il y a 9 heures 5 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le mystère Abd el-Kader" de Thierry Zacone : Un livre savant pour les spécialistes de l’Islam et de la Franc-maçonnerie

il y a 9 heures 27 min
décryptage > Terrorisme
Dysfonctionnement

Attaque à la Préfecture de police : critiquer les dérives de l'islam est une question de responsabilité pour les musulmans de France

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Culture
Asia Now

La scène artistique asiatique en plein boom s’expose à Paris

il y a 12 heures 27 min
décryptage > Economie
Étouffement

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

il y a 12 heures 40 min
décryptage > Economie
A rebours

Le nombre de catastrophes naturelles meurtrières n’a cessé de diminuer (et leur impact sur l’économie mondiale avec)

il y a 13 heures 23 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico-Business

Disney, Apple, Warner et Amazon partent à l’assaut de Netflix

il y a 13 heures 56 min
light > Insolite
Surprise !
Etats-Unis : une famille américaine rentre chez elle et se retrouve nez à nez avec trois ours
il y a 5 heures 45 min
light > Santé
En pleine forme
Le nouveau doyen des Français a 110 ans
il y a 7 heures 3 min
pépites > Europe
At last!
Brexit : Paris dit espérer un accord dès "ce soir"
il y a 7 heures 55 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"La clé USB" de Jean-Philippe Toussaint : l’art de rendre romanesque l’univers de l’informatique

il y a 9 heures 20 min
décryptage > Religion
L'art de la punchline

Un 14 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 11 heures 52 min
décryptage > Société
Inutile

Scolarité obligatoire à trois ans : une réforme inutile et coûteuse

il y a 12 heures 21 min
décryptage > International
Game over

Kurdes : et comme dans Le Train sifflera trois fois, le shérif fatigué jeta son étoile...

il y a 12 heures 39 min
décryptage > Environnement
Clash

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

il y a 13 heures 10 min
décryptage > Santé
Remue-ménage constant

Comment le monde est devenu de plus en plus bruyant sans que notre corps ne sache s’y adapter

il y a 13 heures 32 min
décryptage > Religion
Quelques précisions...

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

il y a 14 heures 6 sec
© Capture d'écran / Facebook Bernard Accoyer
Laurent Wauquiez : "En France, on n’assume pas la notion de classes moyennes : pas assez chic, pas politiquement correct, elles n’existent pas,…"
© Capture d'écran / Facebook Bernard Accoyer
Laurent Wauquiez : "En France, on n’assume pas la notion de classes moyennes : pas assez chic, pas politiquement correct, elles n’existent pas,…"
Moyennement votre

Laurent Wauquiez : "Arrêtons de traiter les classes moyennes en cochons payeurs"

Publié le 17 novembre 2011
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie ce jeudi un livre intitulé "La Lutte des classes moyennes". Selon lui, "la France a un tabou sur les classes moyennes. Personne n’en parle".
Laurent Wauquiez est un homme politique français, membre de l'UMP. Député de la Haute-Loire, il est également vice-président de l'UMP depuis janvier 2013. 
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Wauquiez
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Laurent Wauquiez est un homme politique français, membre de l'UMP. Député de la Haute-Loire, il est également vice-président de l'UMP depuis janvier 2013. 
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche publie ce jeudi un livre intitulé "La Lutte des classes moyennes". Selon lui, "la France a un tabou sur les classes moyennes. Personne n’en parle".

Atlantico : Votre livre "La lutte des classes moyennes" sort ce jeudi. Pourquoi ce titre ? Quel est votre constat ?

Laurent Wauquiez : C’est un livre qui part d’une prise de conscience née de deux événements : le débat qui avait entouré mes propositions sur le RSA, et le décalage entre ce que j’entends sur le terrain et la petite scène parisienne. La France a un tabou sur les classes moyennes. Personne n’en parle. Il n’existe pas de réflexion sur leur place dans notre pays.

Depuis 30 ans, la France est le seul pays à avoir fait reculer la barre de la richesse nationale qui va aux classes moyennes. Les plus riches ont capté beaucoup plus avec la mondialisation. Les plus pauvres ont vu un renforcement considérable de la solidarité, voire de l’assistanat. Les seules qui ont reculées sont les classes moyennes. L’objectif de ce livre consiste donc à leur donner la parole puisqu’on ne les entend jamais ; je les appelle les « sans voix ».

Le titre est évidemment un clin d’œil à Karl Marx. Nous disons qu’aujourd’hui, la lutte des classes sociales est finie. Ce qui importe c’est celle des classes moyennes. Ce sont elles qui sont en lutte pour survivre.

Si l’on veut rééquilibrer les choses, il s’agit donc de lutter contre les profiteurs d’en haut, corriger les dérives de l’assistanat et remettre les classes moyennes au cœur du contrat social.

 

Concrètement, quelles sont vos propositions ?

Nous proposons un bouclier anti hausse d’impôts locaux pour interdire les augmentations de plus de 10% sur la durée d’un mandat d’élu. En effet, aujourd’hui, vous pouvez perdre quasiment un mois de salaire sur les impôts locaux car certains élus les ont augmentés sans vergogne de 30 à 40% sur un mandat.

 

Mais comment les régions pourront-elles alors financer leurs nouvelles missions ?

Ce ne sont pas aux classes moyennes de payer ! On a beaucoup de dépenses excessives dans certaines régions et Conseils généraux, avec des gens qui se comportent comme des barons locaux. Il est temps de remettre un peu de modestie et d’exemplarité.

 

Quelles sont vos autres propositions ?

Nous proposons de mettre en œuvre un plan épargne éducation : au moment de la naissance de l’enfant, on abonde une petite somme sur un compte en banque, puis la famille peut placer de l’argent dessus sur le modèle de plan épargne logement. Résultat : au moment où les enfants font leurs études, ils peuvent bénéficier de ces fonds.

Nous proposons également un seul contrat où l’on accumule des droits à travers le temps. Objectif : en finir avec les CDD/CDI ; les jeunes galèrent aujourd’hui en courant de CDD et CDD.

Je vous ai cité trois propositions. Il y en a bien-sûr d’autres. Je pourrais également évoquer l’idée qui a fait beaucoup de débat autour du logement social : si vous avez quelqu’un qui travaille à 30 km d’un logement social et qui a besoin de ce logement social pour pouvoir se rapprocher de son travail, il me semble tout de même normal de le privilégier. J’insiste beaucoup sur la question du logement dans le livre. Dans les années 1970, 20% du budget des classes moyennes étaientt consacrés au logement ; ce chiffre se porte aujourd’hui à 40%.

En face de chaque prestation, il doit y avoir une contrepartie : par exemple, on vous finance votre permis de conduire ? En échange, vous travaillez l’été pendant deux mois pour aider les autres.

Nos propositions s’attaquent également aux profiteurs du haut : tous nos artistes et grandes fortunes se sont expatriés en Belgique ou en Suisse mais continuent à travailler et vivre en France ? Ca suffit ! Nous proposons un principe simple : vous vivez trois mois en France, vous payez vos impôts en France (aujourd’hui il est possible de demeurer jusqu’à 183 jours dans notre pays sans y payer d’impôts).

 

Vous ne tapez pas plus fort sur les « pauvres » que sur les « riches » ?

Non. Cette impression est le résultat de la reprise médiatique qui a été faite de nos propositions. Mais sur les plus hauts revenus, nous avons des propositions très fortes : interdiction des stocks options sauf pour les start-ups et les PME, faire sauter totalement la possibilité de cumuler les niches fiscales sur les plus hauts revenus avec un seuil minimal d’impôt et la lutte contre les évadés fiscaux.

 

Comment définissez-vous les classes moyennes ?

C’est une question très française ! En France, on n’assume pas la notion de classes moyennes : pas assez chic, pas politiquement correct, elles n’existent pas,… En Allemagne, elles sont une évidence. En Angleterre, David Cameron a fait sa campagne sur ce thème. Aux Etats-Unis, Barack Obama dispose d’un vice-président qui est là uniquement pour observer ce qui se passe chez les « middle class ». Et nous en France, on en est encore à se demander si elles existent !

Les classes moyennes dans notre pays correspondent à 70% de la population. Elles regroupent trois valeurs sociologiques :

  • Elles vivent de leur travail, et donc ni de leurs rentes, ni de l’assistanat ;
  • Elles aspirent à posséder un logement ;
  • Elles considèrent que l’idée que leurs enfants aient un meilleur avenir qu’elles est fondamentale.

En terme de revenus, les classes moyennes se situent entre 1500 et 6000 euros nets par foyer (un couple dont chacun des membres touche 2000 euros nets appartient donc à la classe moyenne).

 

Vous dites que depuis trente ans peu a été fait pour les classes moyennes. Mais c’est essentiellement la droite qui a dirigé le pays ces trente dernières années, non ?

J’ai 36 ans, je n’ai pas à assumer le bilan des trente dernières années. Mais vous avez raison, il y a une responsabilité collective de la gauche et la droite. C’est pour cette raison que ce livre dit « ça suffit ! ». Les classes moyennes devraient être au cœur de la société, mais au final elles ne sont que des « cochons payeurs » : on ne pense à elles que pour payer.

 

Ce n’est pas un peu facile de se réveiller à quelques mois de l’élection présidentielle pour le proclamer ? Votre livre n’est-il pas électoraliste ?

Ecoutez, je porte ces convictions depuis cinq ans. Je les ai toujours poussées. Quand j’étais à l’emploi ou à l’enseignement supérieur, je me suis toujours battu pour elles (pour les bourses scolaires, notamment). On ne peut pas me suspecter de me réveiller un an avant l’élection présidentielle. 

 

La droite populaire d’un côté, la droite sociale que vous avez créée de l’autre : n’êtes-vous pas là pour ratisser large en faveur de Nicolas Sarkozy ?

Je pense avoir payé une addition suffisamment forte pour les convictions et idées que j’ai portées que ce soit quand j’ai parlé du logement social, du RSA ou des stocks-options… J’indique d’ailleurs dans le livre qu’à un moment j’ai proposé de prendre mes responsabilités : "Si vous n’êtes pas d’accord, je démissionne". Je ne suis pas là pour faire le courtisan, ce n’est pas ma vision de la politique.

 

Une dernière question : vous avez un modèle étranger pour vos propositions ?

Oui, l’Allemagne. Ce pays aime ses classes moyennes. Le modèle allemand est un bon modèle, selon moi, car il concilie la compétitivité économique et le sens de la solidarité ; une vraie solidarité, pas de l’assistanat.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Livret A : avoir le courage de baisser le taux de l’emprunt perpétuel français ?

02.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

03.

Hausse de la taxe foncière : l’étouffement progressif des petits propriétaires

04.

Tout arrive : Trump veut mettre fin à la guerre commerciale avec la Chine et Boris Johnson propose un accord pour le Brexit.

05.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

06.

Vers un clash entre mesures environnementales et libertés individuelles

07.

L'élu RN Julien Odoul crée la polémique en demandant à une femme d'ôter son voile au Conseil régional de Bourgogne-Franche-Comté

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

01.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

02.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

Terrorisme et dérives communautaristes : ce « pas de vague » qui anéantit au quotidien les discours de rigueur

06.

Esther Duflo : petites questions critiques sur un prix nobel très (trop ?) consensuel

Commentaires (32)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
chateleine
- 17/11/2011 - 16:58
enfin?
enfin quelqu,un qui a compris,pourquoi croyez vous que les banlieues vont voter a gauche?pour profiter du systeme ben sur,on te paye pour rester a la maison,pour travailler au noir,pour trafiquer alors allons y ,la gauche ,enfin on pense a nous,la retaite a 60 ans de qui se fout on?depuis l,age de 13 je travaille,j,en ai 68 et je vais bien ,j,ai travaille n elevant mes 5 enfants je vis ien
chateleine
- 17/11/2011 - 16:58
enfin?
enfin quelqu,un qui a compris,pourquoi croyez vous que les banlieues vont voter a gauche?pour profiter du systeme ben sur,on te paye pour rester a la maison,pour travailler au noir,pour trafiquer alors allons y ,la gauche ,enfin on pense a nous,la retaite a 60 ans de qui se fout on?depuis l,age de 13 je travaille,j,en ai 68 et je vais bien ,j,ai travaille n elevant mes 5 enfants je vis ien
Lézard florissant
- 17/11/2011 - 09:15
La classe moyenne : vous et moi.
La classe moyenne n'est pas une question de toise, la classe moyenne, ce sont les gens éduqués qui travaillent et paient des impôts, et qui prennent conscience qu'ils se sont plumer :
1. pour financer l'assistanat
2. pour financer l'hypertrophie bureaucratique française.
C'est-à-dire les deux leviers électoraux de la gauche.