En direct
Best of
Best of du 13 au 19 juillet
En direct
Histoire des guerres de Vendée, d'Emile Gabory, Ed. Perrin éditeur, 300 pages , 21 euros.
Atlanti-culture

"Histoire des guerres de Vendée" : la barbarie éternelle

Publié le 27 juillet 2015
Lisez Gabory, vous comprendrez pourquoi les guerres de Vendée ont servi de modèle à bien d'autres.
François Lebel est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lebel pour Culture-Tops
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
François Lebel est chroniqueur pour Culture-Tops.Culture-Tops est un site de chroniques couvrant l'ensemble de l'activité culturelle (théâtre, One Man Shows, opéras, ballets, spectacles divers, cinéma, expos, livres, etc.).  Culture-Tops a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lisez Gabory, vous comprendrez pourquoi les guerres de Vendée ont servi de modèle à bien d'autres.

L'auteur

Emile Gabory (1872-1954) était un historien et un archiviste qui a consacré l'essentiel de son oeuvre à la relation des guerres de Vendée. Il fait toujours autorité en la matière. Il est l'auteur d'une histoire en sept volumes de ce conflit, maintes fois rééditée ( en particulier dans le collection "Bouquin", pour la plus récente) au cours du XXème siècle. L'ouvrage dont il est question ici, lui même une réédition, est un condensé réalisé par l'auteur, probablement conscient de ce que les sept volumes d'origine pouvaient avoir d'indigeste pour le lecteur du XXIème siècle. 

Thème

C'est la relation chronologique de la véritable guerre civile et du quasi génocide qui ensanglanta l'ouest de la France (et pas seulement la Vendée) de 1793 à 1800, faisant, dans les deux camps, probablement plus de 150 000 morts civils comme militaires.

Points forts

Alors que les massacres des guerres de Vendée furent et restent encore aujourd'hui un sujet sensible chez nombre de Vendéens et de Français, Emile Gabory conserve un ton parfaitement objectif et descriptif, sans affect ni sensiblerie particulière. C'est un historien au plein sens du mot.

Pour le lecteur contemporain qui n'a que quelques notions scolaires de cet épisode de l'Histoire de France ( encore faut-il qu'il ait été scolarisé avant 1968. Après, il est à craindre que les programmes n'aient "oublié" l'épisode au profit de sujets plus politiquement corrects...) le livre de Gabory a le mérite de nous éclairer et de faire la distinction entre Vendéens et Chouans, mots qui, dans l'esprit du public, sont souvent synonymes.Il s'agit en fait de deux révoltes bien distinctes: les uns, en Vendée, les autres un peu plus tard, dans tout l'Ouest, Maine, Normandie et Bretagne. Seules les motivations restent les mêmes: chasser les "bleus", rétablir le culte catholique et abolir la République.

Le point fort reste, au delà de la pure description des faits, l'analyse assez poussée des motivations des victimes comme des bourreaux, des causes profondes de ces révoltes sanglantes et de leur continuation dans l'histoire politique du XIXème et ... jusqu'au XXIéme siècle même? 

Finalement, Gabory le prouve: "... ceux qui tentèrent de la remettre sur pied (la royauté) se trompèrent lourdement en croyant que le paysan de l'Ouest avait naguère pris les armes pour le soutien du principe monarchique, alors qu'il ne défendit le trône que pour rétablir les autels".

La preuve en est dans la solution simple apportée à ce drame national, en apparence interminable, par Bonaparte, Premier Consul, en quelques semaines seulement : Il rétablit la liberté du culte catholique et, plus fort encore, il confie à un Vendéen la négociation du Concordat avec le Pape ! Cadoudal va jusqu'à écrire : "J'éprouve une haute estime pour Bonaparte"!

Points faibles

Sur le fond, le menu détail des dizaines d'affrontements et de combats peut lasser. Sur la forme, on doit regretter que l'éditeur se soit contenté de reproduire une carte ancienne des lieux, assez illisible en noir et blanc, au lieu d'une carte en couleurs, précise. Elle serait la bienvenue, ceci d'autant plus que Gabory propose in fine des itinéraires "touristiques" destinés aux amateurs de pèlerinages.

En deux mots...

Au delà de l'Histoire, cette relation d'une tentative de génocide d'un peuple renvoie inexorablement à toutes celles que le XXème siècle a connues. Staline, Hitler, Pol Pot, Mao et tous les autres se sont comporté comme la Convention et Robespierre.

Les bourreaux sont guidés par la peur d'être eux-mêmes victimes du massacre, leur cruauté est à la mesure de leur crainte.  

Lorsqu'une idéologie absolutiste s'empare d'un gouvernant tout peut arriver et tout est arrivé. 

S'agissant de la France d'aujourd'hui, laissons conclure Emile Gabory: " Le Christ sauva le monde par son supplice; par son sacrifice, la Vendée sauva la civilisation chrétienne en France". 

Recommandation

Bon Bon

Tweet Culture-Tops

Les guerres de Vendée : un modèle accablant.

Suivre @culturetops sur Twitter.

Livre

Histoire des guerres de Vendée, d'Emile Gabory, Ed. Perrin éditeur, 300 pages , 21 euros.

POUR DECOUVRIR CULTURE-TOPS, CLIQUEZ ICI : des dizaines et des dizaines de critiques sur chaque secteur de l'actualité culturelle

 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Mots-clés :
Vendée, histoire, livre
Thématiques :
Commentaires (6)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Deudeuche
- 29/07/2015 - 13:21
Chou en LaÏ premier ministre chinois de Mao
disait dans les années 60, la Révolution française, évènement trop récent pour émettre un avis. Nous n'en avons pas fini avec l'évaluation de ce bouleversement/catastrophe selon les avis, sur l'histoire du monde. 1789-1791 oui ! et il aurait fallu que le sablier s'arrête là, après c'est le délire génocidaire, militaire et ça finit sur la morne plaine de Waterloo!
Après c'est l'histoire du mythe, comme justification de la politique!
C'est pas pour rien que la 3eme République a choisi la fête de la fédération de 1790 (autour du Roi!) comme fête nationale et non pas un qq massacre!
jurgio
- 28/07/2015 - 22:32
« Liberté, égalité, fraternité ou la mort »
fut aussi un slogan révolutionnaire. « Si tu n'est pas de mon avis... tu n'est plus mon frère. »
brennec
- 28/07/2015 - 17:13
La guerre de vendée et le génocide sont deux choses différentes.
Je n'ai pas lui Gabory mais j'ai lui Secher. Il me semble que la mise au jour de la responsabilité de Robespierre est due a Secher qui a retrouvé les notes de Robespierre aux archives ou elles n'étaient pas particulièrement cachées. Quand au qualificatif de génocide (et non de quasi génocide) c'est encore lui qui comparant point par point avec la définition de génocide issue du procès de Nuremberg a qualifié les massacres vendéens de génocide a noter que ces massacres ont eu lieu une fois la guerre gagnée par la terreur (on n'ose dire les républicains) en dernier lieu toujours Sécher a estimé a 120 000 morts civils du coté vendéen le résultat de ces massacres que semble-t-il il faudrait ajouter aux 150 000 morts des deux cotés dus a la guerre. A noter encore que chaque fois que je parle de vendée ou de génocide vendéen sur le figaro je suis systématiquement censuré par la modération: le mémoricide est encore actif!. A noter enfin que Onfray a rompu avec Mélanchon a cause du fait que ce dernier se réclame de Robespierre.