En direct
Best of
Best of du 24 au 30 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof

02.

Une certaine gauche s’étrangle des accusations de complicité avec l’islamisme mais sera-t-elle capable d’en tirer des leçons sur ses propres chasses aux fachos imaginaires ?

03.

Bahar Kimyongür : "Dans sa fuite en avant, Erdogan n'hésitera pas à faire flamber le danger islamiste en France"

04.

Ce qui s'est vraiment passé au sein du ministère de l'Education nationale dans les jours ayant précédé la mort de Samuel Paty

05.

Malika Sorel : "Emmanuel Macron commet une grave erreur dans sa stratégie face à l’islamisme"

06.

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

01.

Un sondage dévastateur pour Macron et aussi, hélas, pour la France

02.

Islamisme : pour Alain Juppé, "plus que du séparatisme, c'est un esprit de conquête"

03.

Mais qu’est ce qu’ont vraiment loupé les partis pour que 79% des Français soient désormais prêts à un vote anti-système ?

04.

Plus odieuse que les caricatures de Mahomet, la caricature d'Erdogan

05.

Voici comment et pourquoi Hollande et le CFCM sont bizarrement devenus islamophobes

06.

Reconfinement généralisé : les failles (masquées) de la détermination affichée par Emmanuel Macron

ça vient d'être publié
pépites > France
Attaque
Lyon : un prêtre orthodoxe blessé par balle ; l'assaillant en fuite
il y a 5 heures 19 min
pépite vidéo > Culture
Disparition
15 des meilleures scènes de Sean Connery en Bond, James Bond
il y a 9 heures 9 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le Menhir d'or" : Du pur Goscinny et Uderzo, en images et en sons

il y a 11 heures 4 min
pépite vidéo > Religion
Religions
L'archevêque de Toulouse, Robert Le Gall, se dit contre le droit au blasphème
il y a 12 heures 5 min
pépites > Terrorisme
Débandade
Seuls 26% des Français font confiance au gouvernement pour lutter contre le terrorisme
il y a 13 heures 8 min
décryptage > France
Justice

Le fondement juridique des amendes liées aux violations bénignes du reconfinement est-il solide ?

il y a 13 heures 59 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

L’économique française a rebondi de 18 % au 3ème trimestre, preuve que le système de production peut tenir, à condition qu’on lui fiche la paix...

il y a 14 heures 30 min
décryptage > Justice
Bonnes feuilles

Pierre Gide : le quotidien difficile d’un avocat sous l’Occupation

il y a 14 heures 39 min
décryptage > International
J-4

Bidenomics : quel impact pour l’économie d’un (éventuel) président démocrate ?

il y a 14 heures 41 min
rendez-vous > People
Revue de presse people
Laeticia Hallyday craque pour Jalil Lespert; Laetitia Casta attend son 4ème; Kim Kardashian fête ses 40 ans en string; Jennifer Lawrence invite ses copines dans le lit conjugal; la maitresse de Brad Pitt le plaque pour un vieux; Loana va mieux; Louane bof
il y a 14 heures 42 min
pépites > France
On en a gros
Reconfinement : des maires refusent la fermeture des commerces non-alimentaires
il y a 7 heures 46 min
light > Culture
Disparition
L'acteur Sean Connery est décédé à l'âge de 90 ans
il y a 9 heures 33 min
pépites > Terrorisme
Danger
Menace terroriste : "On affronte des masses qui veulent nous détruire", alertent les services de renseignement
il y a 11 heures 45 min
pépites > International
Soumission
Caricatures : Justin Trudeau veut un débat sur des "exceptions" à la liberté d'expression
il y a 12 heures 26 min
décryptage > France
Pour nous sonne le glas

On est chez nous ? Non, ils sont chez nous !

il y a 13 heures 53 min
décryptage > Santé
Apéros vidéo

Comment gérer la consommation d’alcool pendant le confinement ?

il y a 14 heures 10 min
décryptage > France
Bonnes feuilles

GIGN - RAID : aux origines de la création des unités d’élite

il y a 14 heures 39 min
décryptage > Société
Bonnes feuilles

Savoir repérer les manipulateurs : comment dire non à une personne malveillante et manipulatrice ?

il y a 14 heures 39 min
décryptage > International
Exemple

Petites leçons venues des Etats-Unis pour les conservateurs français

il y a 14 heures 41 min
décryptage > Société
Changement de visage

Grand remplacement : la double intimidation qui nous empêche de regarder la réalité en face

il y a 14 heures 43 min
© Reuters
© Reuters
Signal de faiblesse

Nervosité dans l’air : l’Etat islamique interdit l’accès individuel à Internet à Raqqa

Publié le 23 juillet 2015
L'Etat islamique a donné quatre jours aux habitants de Raqqa pour couper leur connexion Internet. Le but de la manœuvre est de contrôler toutes les informations entrantes et sortantes de la ville érigée comme capitale de l'EI. Une mesure qui tend à démontrer une certaine faiblesse...
Alain Chouet
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français.Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002.Alain Chouet est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme. Son dernier livre, "Au coeur des...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'Etat islamique a donné quatre jours aux habitants de Raqqa pour couper leur connexion Internet. Le but de la manœuvre est de contrôler toutes les informations entrantes et sortantes de la ville érigée comme capitale de l'EI. Une mesure qui tend à démontrer une certaine faiblesse...

Atlantico : Les mesures prises par l’Etat islamique à Raqqa pour contrôler l’ensemble des connexions Internet traduisent-elles une faiblesse nouvelle du groupe terroriste ?

Alain Chouet : L’Etat Islamique n’est pas un "groupe terroriste" mais une organisation politico-militaire qui cherche à implanter son pouvoir sur un territoire défini par des moyens violents – aussi bien militaires que terroristes - et à organiser ce pouvoir en pouvoir d’Etat. Moyennant quoi, cette organisation se trouve confrontée aux mêmes contradictions classiques que rencontrent tous les mouvements révolutionnaires violents quand leurs succès les amènent à devoir assumer un pouvoir d’Etat. L’OLP en Palestine, le FLN en Algérie, les FARC en Colombie, etc.

Constitué au départ de militants convaincus indifférents à toute autre propagande ou idéologie, l’EI – du fait de l’extension de son emprise territoriale - se retrouve contraint à gérer des populations qui se soumettent à sa violence sans adhérer à ses idées, qui sont sensibles aux informations qui viennent d’ailleurs et qui leur donnent l’espoir que le règne de l’Etat Islamique sera éphémère. L’Etat Islamique tente de réagir à ce danger à la manière de tous les partis, gouvernement ou sectes totalitaires par la censure ou l’interdiction d’accès à l’information (qui passe aujourd’hui par Internet) tout comme la Gestapo traquait les auditeurs de la BBC ou comme les dictatures du 20e siècle finissant interdisaient les antennes satellites.

Plus le soi-disant Etat Islamique entend exercer un pouvoir d’Etat alors qu’il n’en a ni la pratique, ni les ressources humaines ni même les ressources financières suffisantes, plus il s’affaiblit.

Les craintes de l’Etat islamique de voir nombre de ses combattants étrangers repartir dans leur pays d’origine car déçus de la réalité à laquelle ils sont confrontés motivent-elles cette mesure ?

Les volontaires étrangers de l’Etat Islamique sont essentiellement des mercenaires. Outre quelques centaines d’Occidentaux qui ont rejoint le terrain par conviction ou ignorance de la réalité, la majorité des volontaires étrangers (Maghrébins, Balkaniques, Caucasiens, etc.) sont d’abord là pour la solde. Internet ou pas, ceux d’entre eux qui sont déçus ou mal payés partiront. L’impact d’Internet se fait d’abord sentir sur les populations conquises et cela "coûte cher" à l’EI qui doit consacrer une partie grandissante de la capacité opérationnelle de ses éléments armés pour le contrôle de ces populations au détriment d’actions sur "le front".

Est-il réellement possible de contrôler toutes les connexions Internet ? Doit-on craindre un déficit total d’informations dans la région de Raqqa ? Et cela constitue-t-il un obstacle pour la coalition ?

L’expérience prouve que, même dans des pays technologiquement évolués, comme l’Iran ou la Chine, le contrôle total du réseau Internet est pratiquement impossible à mettre en œuvre sauf à devoir couper toutes les liaisons radioélectriques et téléphoniques, ce qui pénaliserait autant l’Etat Islamique que ses victimes sans pour autant gêner beaucoup ses adversaires. Les informations sur les mouvements et activités de l’EI reposent essentiellement sur le renseignement d’origine électromagnétique, sur l’imagerie aérienne et satellitaire sur des sources humaines puisque l’Etat Islamique est bien obligé d’entretenir des rapports avec son voisinage pour écouler le produit de ses trafics et pillages.

Pourquoi la coalition n’a-t-elle pas brouillé les moyens de communication, et en premier lieu Internet dans les régions contrôlées par l’EI ?

Il y aurait beaucoup à dire sur ce que la soi-disant coalition a fait ou n’a pas fait en matière de lutte contre la barbarie de l’Etat Islamique….

On est pourtant bien obligés de constater que cette affaire est bizarrement traitée. Cette coalition est composée de quelques pays occidentaux aux stratégies pas toujours convergentes (ainsi la France s’interdit toute opération en Syrie alors que le Royaume Uni le réclame….), alliés à des pays de la région qui ont clairement encore ou qui ont eu des convergences idéologiques et stratégiques avec le salafisme de l’EI comme la Turquie islamiste et certaines pétromonarchies wahhabites. En revanche cette coalition exclut totalement tout contact avec ceux qui sont les premières victimes des djihadistes : les Iraniens, les chiites d’Irak, les Chrétiens d’Orient, les Alaouites de Syrie, les Yézidis, les Kurdes, etc.

C’est donc aux responsables de cette coalition qu’il faut poser la question. En particulier celle de savoir si les bénéfices matériels que nous espérons tirer de notre complaisance à l’égard des théocraties fondamentalistes sunnites justifient nos hésitations face aux dévastations humaines, morales et matérielles du salafisme.

L’Etat islamique est-il en perte de vitesse ? Quelles en sont les raisons ? 

La survie de l’Etat Islamique repose tout à la fois sur les contradictions de la politique internationale telles que nous les avons évoquées à la question précédente et sur sa capacité à piller et rançonner le terrain conquis puisque les islamistes irakiens qui constituent le noyau central de l’organisation ne bénéficient plus depuis deux ans du soutien politique et financier des puissances sunnites fondamentalistes.

Le problème pour l’EI est que ces deux piliers de sa survie sont en train de s’effriter. Ses excès ont fini par inquiéter même ses plus efficaces soutiens comme le parti islamiste turc et servent de prétexte justifié à un activisme iranien grandissant dans toute la région au détriment de ses partisans dans les pétromonarchies sunnites.

D’autre part, sa capacité de pillage et de racket dans la région qu’il contrôle diminue par épuisement de la ressource – y compris la ressource hydrocarbure - alors que ses besoins augmentent pour assurer un contrôle effectif du terrain.

Cette conjonction de facteurs n’est pas de bon augure pour l’EI. Mais il est à craindre que son affaiblissement se traduise par un regain désespéré de violence et de sauvagerie durablement installé dans une zone grise repaire de terrorisme international, surtout si la coalition reste engluée dans les demi-mesures de ses contradictions.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
zouk
- 23/07/2015 - 11:11
Etat islamique
Peut être un signe de faiblesse. Mais la vraie question demeure: comment délivrer les populations qu'ils oppriment de leur terreur?