En direct
Best of
Best of du 12 au 18 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Brexit : ces 50 milliards de frais de divorce que Boris Johnson est tenté de ne pas payer à l’UE

02.

Tenue libre exigée : les dangereuses impasses du néo-féminisme

03.

Attentats islamistes en France : la menace se reprécise

04.

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

05.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

07.

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Les Milices islamistes internationales de la Turquie d'Erdogan

03.

Capitalisme de connivence : d’Edouard Philippe à Jean-Marie Le Guen, tous administrateurs

04.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

05.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

06.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

01.

Lettre au Professeur Raoult d'un "petit" médecin généraliste

02.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

03.

Le (presque) dernier cri d’Olivier Véran : "ave Macron morituri te salutant" !

04.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

05.

55% des Français favorables au rétablissement de la peine de mort : il est terrible ce sondage mais à qui la faute ?

06.

L'Europe gruyère d'Ursula von der Leyen

ça vient d'être publié
pépites > Santé
Lutte contre le virus
Olivier Véran dévoile de nouvelles mesures dans le cadre de la lutte contre la Covid-19 et précise que "la situation continue globalement de se dégrader"
il y a 7 heures 9 min
light > France
Monument de la gastronomie
Mort de Pierre Troisgros, le légendaire chef trois étoiles
il y a 10 heures 32 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L’Ours et Une demande en mariage" de Anton Tchekhov : de biens étranges déclarations d’amour

il y a 12 heures 56 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Blackbird" de Roger Michell : par le réalisateur de "Coup de foudre à Notting Hill", un drame bouleversant sur les adieux d’une mère à sa famille… Avec une Susan Sarandon au sommet…

il y a 13 heures 35 min
décryptage > Terrorisme
Menace terroriste

Daech au grand Sahel : l’assassinat des Français au Niger, une preuve de plus de sa résistance

il y a 15 heures 47 min
décryptage > Economie
Projet de fusion

Suez – Veolia : le mythe toxique du "champion national"

il y a 15 heures 57 min
décryptage > France
"Le Livre noir de l'autisme"

Autisme : les cobayes de la honte

il y a 16 heures 15 min
pépite vidéo > Politique
LREM
Aurore Bergé révèle qu'il existe un "malaise profond" au sein de La République en marche
il y a 16 heures 50 min
décryptage > Science
Univers

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

il y a 17 heures 30 min
décryptage > Finance
Impact de la crise du Covid-19

Retour à la réalité sanitaire sur les marchés financiers : attention aux secousses sur les marchés

il y a 17 heures 54 min
light > Culture
Icône de la chanson française
La chanteuse Juliette Gréco est morte à l'âge de 93 ans
il y a 8 heures 21 min
pépites > Société
Evolution
Emmanuel Macron annonce "7 jours obligatoires" dans le cadre du congé paternité d'un mois
il y a 10 heures 57 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Les pôles, une aventure française" de Dominique Le Brun : "il y a trois sortes d’hommes : les vivants, les morts et ceux qui vont sur la mer". Aristote

il y a 13 heures 8 min
décryptage > International
Espoir

Un processus de paix en Afghanistan, quelle issue et à quel prix ?

il y a 15 heures 30 min
Futur
Elon Musk espère produire une voiture électrique coûtant 25.000 dollars d'ici trois ans
il y a 15 heures 54 min
décryptage > Europe
Union européenne

La force : question de taille ou d’agilité ?

il y a 16 heures 4 min
light > People
People
Le prince Harry et Meghan Markle critiqués pour avoir donné leur avis sur la prochaine élection présidentielle américaine
il y a 16 heures 38 min
décryptage > France
Un pluriel apaisant

Ne dites plus "séparatisme" (c'est stigmatisant) dites "séparatismes" (ça ne veut rien dire)

il y a 17 heures 23 min
pépites > Justice
Enquête
Une dizaine d’ADN inconnus trouvés sur un matelas de Michel Fourniret
il y a 17 heures 32 min
pépites > International
Russie
Alexei Navalny, opposant politique russe, a quitté l'hôpital allemand où il était soigné
il y a 18 heures 2 min
© Reuters
Il va probablement falloir s’habituer à une poursuite de la hausse des prix de l’électricité à l’avenir...
© Reuters
Il va probablement falloir s’habituer à une poursuite de la hausse des prix de l’électricité à l’avenir...
Et c’est pas fini

Hausse des prix de l'électricité : pourquoi ça n’est que le début

Publié le 17 juillet 2015
Annoncée par Ségolène Royal pour le 1er août 2015, la hausse des prix de l'électricité grimpera jusqu'à 2.5% en moyenne. Tous les Français ne seront pas touchés, néanmoins : les artisans, les commerçants et les petites entreprises échapperont à cette augmentation. Cette dernière ne satisfait pas pourtant la Commission de Régulation de l'Energie, qui préconisait entre 3.5% et 8%.
Florent Detroy
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
"Florent Detroy est journaliste économique, spécialisé notamment sur les questions énergétiques, environnementales et industrielles. Voir son site."  
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Annoncée par Ségolène Royal pour le 1er août 2015, la hausse des prix de l'électricité grimpera jusqu'à 2.5% en moyenne. Tous les Français ne seront pas touchés, néanmoins : les artisans, les commerçants et les petites entreprises échapperont à cette augmentation. Cette dernière ne satisfait pas pourtant la Commission de Régulation de l'Energie, qui préconisait entre 3.5% et 8%.

Atlantico : La ministre de l'Ecologie l'a annoncé ce jeudi 16 juillet : les tarifs de l'électricité vont bientôt connaître une hausse moyenne de 2.5%. A partir du 1er aout, bon nombre de Français seront amenés à payer plus. A quoi faut-il s'attendre sur le long terme ? Une baisse des prix est-elle envisageable ?

Florent Detroy : Il va probablement falloir s’habituer à une poursuite de la hausse des prix de l’électricité à l’avenir. Depuis loi Nome de 2010, les prix réglementés en France doivent converger avec les prix de marché. L’important écart entre les deux prix s’est déjà réduit au grès des hausses successives des tarifs, mais les différents gouvernements ont pris soin d’éviter toute hausse brusque. Alors que la CRE recommandait une hausse pouvant aller jusqu’à 8% cet été, le gouvernement l’a ramené à 2,5%. Si les prix français se rapprochent désormais des prix d’autres pays européens, ils vont devoir continuer d’augmenter pour suivre la hausse des couts de production. Entre 2011 et 2014, les couts de production d’EDF ont augmenté de plus de 20%. Et ils devraient continuer d’augmenter à l’avenir. Le prix du KWh nucléaire d’EDF est encore vendu en dessous de son prix de production, à 42€ (tarif ARENH) alors qu’il couterait entre 49€ et 54€ réellement selon des calculs de 2012.  La France va devoir également financer sa transition énergétique, qui n’ira pas sans de considérables investissements dans les EnR et les réseaux.

Comment expliquer que les prix de l'électricité grimpent sans cesse ? L'avènement de différentes sources d'énergies, comme la méthanisation, ne permet-elle pas de diversifier l'offre et donc  de faire chuter les tarifs ?

Il y a plusieurs raisons à la hausse des tarifs de l’électricité. D’abord, l’électricité d’origine nucléaire va être de plus en plus chère. Les prix français comparés aux prix européens étaient bas car le cout de production du KWh d’une centrale était particulièrement compétitif, autour de 40€. A titre de comparaison, le MWh de gaz tourne autour de 70-80€. Mais ces prix sont sur une pente ascendante, alors qu’EDF va devoir réaliser un grand carénage, la modernisation de ces centrales, afin de repousser l’heure de leur fermeture. Ensuite il faut financer la transition énergétique. Ce cout est représenté par la CSPE, qui augmentent depuis sa création à mesure que l’éolien, le solaire ou la méthanisation progressent en France. Il faut rappeler que ces énergies ont encore besoin d’être subventionnées, du moins en France. Enfin d’autres tarifs augmentent, comme le tarif d’utilisation des réseaux publics d’électricité (Turpe) d’ERDF, qui permet de financer l’acheminement de l’électricité. La modernisation des réseaux et le développement des compteurs intelligents type Linky ont amené à une hausse de ce tarif.

La Commission de régulation de l'énergie (CRE) estimait nécessaire que la hausse s'élève entre 3.5 et 8%. Faut-il y voir un aveu d'échec quant à la libéralisation d'un marché de l'énergie ? Pourquoi ?

La baisse des prix a été mise en avant pour soutenir la libéralisation du marché de l’électricité. Or effectivement, les prix ont eu tendance à augmenter jusqu’à récemment en Europe. L’indice des prix sur les marchés de long terme sur la bourse d’échange Powernext a augmenté plus vite que le pétrole entre 2003 et 2008 par exemple. Mais les raisons de la hausse ne sont pas forcément à chercher dans la libéralisation du marché, mais plutôt dans une hausse des couts de production de l’électricité à partir d’énergie fossile. Le pétrole, le gaz, sur lesquels comptaient certains pays comme l’Allemagne ou les Pays Bas pour produire une majorité de leur électricité, ont vu leur prix exploser depuis 2000. La hausse des tarifs a reflété cette tendance, hausse également expliquée par le cout de financement des EnR. Mais cette tendance n’est pas forcément linéaire. Aujourd’hui, les prix de gros de l’électricité sont en baisse, profitant de la baisse du prix du pétrole et du gaz. Elle ne se ressent pas forcément sur la facture d’électricité des consommateurs car les taxes, pour financer le renouvelables par exemple, sont toujours en augmentation.

En France la libéralisation a été à l’origine d’une partie de la hausse des couts de l’électricité, car il a fallu augmenter les tarifs afin d’aider la concurrence, comme Direct Energie, à concurrencer EDF. Aujourd’hui, la France est dans la situation paradoxale d’avoir des prix de l’électricité plus élevés que la moyenne européenne, car les prix sur Powernext sont en baisse. Le MWh de base à l’horizon d’un an tournait début janvier autour de 38 euros, soit 4 euros de moins que l’ARENH, à 42 euros/MWh. Désormais il est plus rentable de se fournir sur les marchés spot européen qu’auprès d’EDF. Pour les tenants de la libéralisation du marché de l’électricité, ainsi que pour les partisans d’une Europe de l’énergie, c’est une bonne nouvelle, même si les tarifs spot ne resteront pas éternellement bas.

Le risque d'un manque de financement de l'énergie est-il réel, si les taxes ne grimpent pas conformément à l'avis de la CRE ? Pourquoi ?

C’est avant tout le grand carénage qui va soutenir la hausse des prix. Il est nécessaire pour prolonger la durée de vie des centrales, et renforcer leur sécurité. Ce dernier point est un effet direct de la catastrophe de Fukushima. Or EDF ne semble pas avoir assez de provisions pour le financer ce carénage, et un relèvement des prix de l’électricité apparaît inévitable. La France doit également respecter ses engagements européens de compter pour 23% d’énergie renouvelable dans son mix énergétique pour 2020. Or la France est encore en retard sur ses objectifs. Ainsi en 2012, le rapporteur écologiste d’un rapport du Sénat sur l’électricité en France évoquait une hausse de 50% des prix pour les particuliers d’ici 2020, du fait notamment d’un investissement de 400 milliards d’euros nécessaire.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
MONEO98
- 18/07/2015 - 09:40
le reveil va être difficile
Quand monsieur Dupont prendra conscience du coût d e la farce verte , il sera trop tard pour changer de système dirigiste ,par lavage quotidien de cerveaux
Tous les pays qui ont voulu faire le bonheur des gens malgré eux ont tous échoué.Comme la politique est devenue un métier ou il suffit de promettre et de manipuler les chiffres par utilisation de la technologie de la transmission d'informations ( de conditionnement) et de faire payer les autres ....alors pourquoi cela changerait il? Donc oui tout cela va continuer d'augmenter massivement et n'est pas prêt de s'arrêter vu les "experts "et "expertes "que l'on nous intronise au ministère de l'écologie ,qui ,de par son existence spécifique est déjà un non sens
DESVESSIESPOURDESLANTERNES
- 17/07/2015 - 15:44
c'est de la com !
Pas de la justice sociale !
Les laborieux payeront plus ,les fainéants moins, et les riches s'en foutent éperdument.