En direct
Best of
Best of du 14 au 20 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"

02.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

03.

Macron parle demain soir : pas de déconfinement, mais "un allègement progressif des contraintes"

04.

Alors qu'Emmanuel Macron va s'exprimer ce soir, Jean Castex prévoit "un léger assouplissement au confinement"

05.

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

06.

Voilà les meilleurs gadgets à acheter pour se créer un home cinéma de compétition pour le confinement

07.

Covid-19 : mais pourquoi l’isolement des cas positifs est-il si difficile en France ?

01.

Julie Gayet tente de sauver son couple, Ingrid Chauvin liquide le sien, celui de Nabilla tangue; Sophie Marceau fait des câlins aux arbres, Aya Nakamura se la pète; Meghan Markle & Katy Perry, voisines et ennemies, Kylie & Kendall Jenner soeurs et idem

02.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

03.

Carnage en vue sur les banques européennes ?

04.

Qui a peur de Jean-Michel Blanquer ?

05.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

06.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

01.

Quand Barack Obama démontre que Nicolas Sarkozy est juif

02.

Covid-19 : radioscopie des racines de la faillite morale de l’Etat français

03.

Barbara Pompili et Eric Dupond-Moretti annoncent la création d'un "délit d'écocide"

04.

Aucun lien entre le terrorisme et l'immigration !

05.

Boycott de CNews : quand Decathlon veut faire du profit sur le dos de la liberté d’expression

06.

Martin Gurri : "Les vents de révolte ne sont pas prêts d’arrêter de souffler en Occident car nos élites et institutions ne sont plus adaptées au monde actuel"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > France
Déconfinement en trois étapes
Covid-19 : retrouvez l’intégralité de l’allocution d’Emmanuel Macron sur le déconfinement
il y a 1 heure 5 min
pépites > Politique
Feu vert en première lecture
Loi sur la "sécurité globale" : l'Assemblée nationale adopte le texte controversé, à 388 voix pour et 104 voix contre
il y a 4 heures 7 min
pépites > Santé
Crise de défiance
Coronavirus : un quart des Italiens croient aux théories complotistes sur la pandémie
il y a 4 heures 58 min
pépites > Politique
Premier ministre
Loi "sécurité globale" : Jean Castex va saisir le Conseil constitutionnel sur l'article 24
il y a 6 heures 29 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Putzi - Le pianiste d’Hitler" de Thomas Snégaroff : un petit bonhomme au service de l’ascension d’Hitler, un portrait éclairant largement documenté

il y a 8 heures 15 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

La Chine s'est éveillée, le monde peut trembler

il y a 9 heures 8 min
décryptage > Culture
Repenser nos modèles

L’expérience immersive : pour sauver la culture et le savoir

il y a 10 heures 25 min
décryptage > Santé
Lieux de contaminations ?

Réouverture des petits commerces, restaurants, lieux de cultes et culturels… : voilà pourquoi (et comment ) le risque sanitaire peut être maîtrisé

il y a 11 heures 5 min
pépite vidéo > Politique
"La France se disloque"
Rachida Dati : "Nous sommes à deux doigts d'une explosion de notre pays"
il y a 11 heures 36 min
light > High-tech
Bug
Des clients britanniques d'Amazon acheteurs de la nouvelle PlayStation 5 se sont vus livrer à la place des objets qui n'ont aucun rapport avec elle
il y a 12 heures 9 min
pépites > Politique
Calendrier du déconfinement
Covid-19 : Emmanuel Macron confirme que "le confinement pourra être levé" le 15 décembre "si les objectifs sanitaires sont atteints"
il y a 1 heure 30 min
pépites > France
Chantier de la reconstruction
Notre-Dame de Paris : le démontage de l'ancien échafaudage est enfin terminé
il y a 4 heures 32 min
light > Sport
Monde du rugby en deuil
Mort de Christophe Dominici à l’âge de 48 ans
il y a 6 heures 17 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Aurélien" de Louis Aragon : un amour improbable dans le Paris des années 20... un roman à relire toutes affaires cessantes

il y a 8 heures 37 sec
pépites > Santé
Covid-19
L'exemple de l'aéroport de Shanghai montre la rapidité de réaction de la Chine face au coronavirus
il y a 8 heures 33 min
décryptage > Politique
Mesures gouvernementales

Un jeune, une solution : un ministère (du travail), mille problèmes…

il y a 9 heures 59 min
pépites > Justice
Police
L'IGPN saisie après l'action de la police pour enlever les tentes installées par des associations et des militants place de la République hier soir
il y a 10 heures 35 min
pépites > Politique
Justice
Alain Griset, ministre des PME, mis en cause par la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique pour non déclaration de participations financières
il y a 11 heures 32 min
décryptage > International
Diplomatie

La nouvelle alliance entre Israël et les pays sunnites du Golfe est-elle de taille à résister à l’Iran ?

il y a 12 heures 5 min
décryptage > Europe
L’union fait l’insouciance

L’Europe, puissance naïve dans un monde de brutes ?

il y a 12 heures 28 min
© Reuters
© Reuters
Tribune

C’est aux Ukrainiens de décider, et à l’Ukraine de se réformer

Publié le 19 juillet 2015
Une tribune de l'ancien Premier ministre slovaque, Mikulas Dzurinda, actuel président du centre Wilfried Martens d'études européennes.
Mikulas Dzurinda
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Mikulaš Dzurinda est un ancien Premier ministre slovaque, actuellement président du Wilfred Martens Centre for European Studies.
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Une tribune de l'ancien Premier ministre slovaque, Mikulas Dzurinda, actuel président du centre Wilfried Martens d'études européennes.

Il y a un peu plus d’un an, les Ukrainiens ont élu un président pro-européen et ont fait le choix de se tourner vers l’Occident. Les nouveaux dirigeants ont déclaré être déterminés à défendre la souveraineté de l’Ukraine, à mettre en œuvre un programme de réformes administratives, économiques et sociales et à lutter contre la corruption. Ces objectifs sont ambitieux mais également essentiels pour assurer à l’Ukraine un avenir pérenne - et aux Ukrainiens une meilleure vie dans un pays plus sûr. Je suis fermement convaincu que la meilleure réponse que l’Ukraine puisse donner à l’agression russe, ce sont des réformes amenant à leur tour à une amélioration du niveau de vie du peuple ukrainien.

Malheureusement, à l’heure qu’il est le bilan des réformes n’est pas vraiment encourageant. L’Ukraine avance trop lentement. Seul un projet de loi sur deux est adopté par le parlement ukrainien. Les dirigeants politiques ukrainiens n’expliquent pas à leurs concitoyens à quel point ces réformes sont nécessaires, laissant le champ libre aux populistes et à leurs discours démagogiques. Les dirigeants comptent plus sur une aide extérieure que sur leurs propres efforts. C’est là, selon moi, le principal danger, et ce qui risque de réduire à néant l’espoir des Ukrainiens les plus progressistes : le peuple ukrainien et ses dirigeants doivent rester maîtres de leur programme de réformes. C’est l’une des conditions sine qua non du redressement de l’Ukraine.

Les pays occidentaux doivent l’accepter et résister à la tentation de "diriger" l’Ukraine. S’ils en venaient, non plus à conseiller l’Ukraine, mais à la diriger, cela aboutirait à un échec. Rien ne garantit que cette histoire connaisse un heureux dénouement. De même que les Ukrainiens ont librement choisi de se tourner vers l’Ouest, c’est à eux de décider s’ils veulent avancer dans cette voie jusqu’à destination. En tant qu’Occidentaux, nous pouvons et devons les encourager dans ce sens, en leur servant, en cours de route, des "rafraîchissements", mais ce chemin, c’est aux Ukrainiens de le parcourir. Seuls des dirigeants élus par le peuple ukrainien peuvent prendre les décisions nécessaires pour conduire les réformes car eux seuls ont la responsabilité de ces décisions.

La politique de réformes menée en Ukraine manque de clarté dans ses orientations, et dans sa prise en main, elle manque "d’engouement pour les réformes" et cela m’inquiète. J’ai l’impression que les Ukrainiens ne savent pas vraiment qui est l’architecte des réformes et qui en est leur meneur incontesté. En outre, beaucoup d’Ukrainiens et même certains de leurs dirigeants comptent sur un Plan Marshall pour l’Ukraine et croient que la solution à tous les maux de l’Ukraine viendra de l’étranger. Ils se trompent. Bien entendu, il faut aider l’Ukraine, mais pas en entretenant des attentes déraisonnables et en la berçant d’illusions : une telle attitude se retournerait contre les pays occidentaux, mais aussi contre l’Ukraine elle-même. Les Balkans occidentaux en sont un parfait exemple : les puissances occidentales ont tenu la Bosnie-Herzégovine par la main si longtemps que l’autosatisfaction de ses dirigeants et le renoncement de ses citoyens semblent avoir atteint un point de non-retour. En parallèle, des négociations entre Belgrade et Pristina avaient été initiées par l’UE parce que nous voulions parvenir à une stabilisation de la région et à la mise en place de réformes mais elles se font toujours attendre, en Serbie comme au Kosovo.

La porte vers l’Occident (à savoir l’UE et l’OTAN) devrait être ouverte à tout pays européen remplissant les conditions d’adhésion. Cependant, la décision de se rapprocher de cette porte et d’en franchir le seuil revient en premier lieu au pays concerné. Si l’on pousse ce pays de l’autre côté ou si ce pays attend qu’on l’y entraîne, cela n’aboutira à rien de bon. Soit ce pays n’arrivera même pas à se rapprocher de cette porte ou, s’il y parvient tout de même et qu’il entre, nous aurons du mal, dans notre maison commune, à trouver un langage commun. Je crois que le moment est venu de le faire savoir à nos amis ukrainiens et ce, sans équivoque.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Leucate
- 20/07/2015 - 01:46
qui sont les ukrainiens ?
Les Kievains polono-occidentaux du parti orange ? les Donbassiens russes sudistes du parti bleu ?
Qui étaient les yougoslaves ? les serbes appelés "croates", catholiques, dont l'histoire se confond avec celle du saint empire romain germanique et dont le territoire servait de frontière chrétienne face à l'islam conquérant ou bien les serbes appelés "serbes", orthodoxes, et dont l'histoire se confond avec celle de l'empire d'orient (l'écriture cyrillique) puis de l'empire ottoman dont ils furent les sujets ?
Tout le problème est là.
S'il n'y a pas de paix entre les deux Ukraine, et bien il y aura l'Ukraine "Rive Droite" catholique et l'Ukraine "Rive Gauche" orthodoxe comme sous l'empire des Romanov - L'Ukraine cosaque se plaça sous le protectorat d'Alexis 1er "le tsar très paisible", second des Romanov succédant aux Riourik, et le traité d'Androussovo de 1667 entre la Pologne et la Russie distingua clairement l'Ukraine russe, rive gauche Kiev comprise) de l'Ukraine polonaise.
Quant à la Nouvelle Russie, c'est l'ensemble des territoires du khanat esclavagiste Tatar de Crimée (qui ne comprenait pas que la presqu'île) conquis par Catherine II et repeuplé de russes et d'allemands.
vangog
- 19/07/2015 - 23:12
Cela paraît évident!
Et peut-être les Ukrainiens croient-ils qu'ils vont bénéficier des mauvaises pratiques de l'UE qui ont prévalu dans la plupart des pays neo-socialistes ou post-socialistes: fonds structurels, fonds de compensation, fonds d'aide au développement, taux d'intérêts stimulant la dette...toutes ces erreurs ont été commises par l'UE en Grèce, en Bosnie, en Bulgarie et Roumanie...l'UE ne s'est pas réformée pour autant! Alors, pourquoi demander aux autres de se réformer?...