En direct
Best of
Best of du 7 au 13 décembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

05.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

06.

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

01.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

ça vient d'être publié
Un EHPAD en folie !
Var : un strip-tease dans une maison de retraite fait d’heureux résidents
il y a 57 min 26 sec
décryptage > Europe
Disraeli Scanner

La victoire des Conservateurs de Boris Johnson: conjoncturelle ou structurelle ?

il y a 2 heures 42 min
décryptage > Media
On va où là ?

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

il y a 5 heures 24 min
décryptage > Economie
Bonne année !

Jerome Powell à la Fed et Christine Lagarde à la BCE nous souhaitent une bonne année 2020. Et voilà comment ils comptent nous la garantir

il y a 5 heures 31 min
décryptage > Santé
App santé

Grève : si vous marchez jusqu’au bureau, attention, vous pourriez devenir addicts au sport

il y a 6 heures 13 min
décryptage > Politique
A court ou long terme ?

Grèves : la semaine du tournant sur les retraites ?

il y a 6 heures 32 min
pépites > Défense
"Bring the soldiers back home"
Les Etats-Unis s’apprêteraient à retirer 4.000 soldats d'Afghanistan
il y a 9 heures 1 min
light > Culture
Actrice mythique
Disparition d’Anna Karina, l’icône de la Nouvelle Vague, à l’âge de 79 ans
il y a 10 heures 14 min
rendez-vous > Science
Atlantico Sciences
Mars : de la glace détectée à 2,5 cm seulement sous la surface ; Science décalée : on boit plus d’alcool dans les pays froids et sombres
il y a 12 heures 5 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La délicate question des terroristes étrangers et de leurs nationalités

il y a 15 heures 15 min
décryptage > Social
SOS

SOS modèle social français en danger ? 2 doigts de raison, une dose de névrose collective

il y a 2 heures 26 min
décryptage > Politique
(Petite) guerre ?

Sites miroir : la guerre (sans espoir) du gouvernement contre l’internet français continu

il y a 5 heures 19 min
décryptage > Economie
Fibre sociale ?

Boris Johnson, l’homme qui voulait rendre une fibre sociale aux Conservateurs

il y a 5 heures 27 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
IA : pourquoi nous devrions songer à restreindre sérieusement les techniques de détection des émotions
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Politique
Toxique ?

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

il y a 6 heures 29 min
décryptage > Economie
Atlantico-Business

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

il y a 6 heures 33 min
light > Justice
Triste nouvelle
Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin
il y a 9 heures 38 min
pépite vidéo > France
Emotion
Clémence Botino, Miss Guadeloupe, a été élue Miss France 2020
il y a 11 heures 11 min
décryptage > High-tech
Bonnes feuilles

La Silicon Valley chinoise : Shenzhen, la ville d'adoption de Huaweï, véritable atout pour l'innovation, la stratégie et le rayonnement mondial de l'entreprise

il y a 14 heures 28 min
décryptage > Terrorisme
Bonnes feuilles

La clé de la réussite pour une stratégie efficace face à la radicalisation : la nécessité de lutter contre la source du recrutement djihadiste

il y a 15 heures 31 min
© Reuters
© Reuters
Vent nouveau

L’économie collaborative : une occasion de repenser un Etat archaïque

Publié le 16 juillet 2015
L'économie collaborative est une formidable opportunité économique, mais elle se heurte au conservatisme des partisans de l’économie du siècle dernier.
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Erwan Le Noan est consultant en stratégie et président d’une association qui prépare les lycéens de ZEP aux concours des grandes écoles et à l’entrée dans l’enseignement supérieur.Avocat de formation, spécialisé en droit de la concurrence, il a été...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'économie collaborative est une formidable opportunité économique, mais elle se heurte au conservatisme des partisans de l’économie du siècle dernier.

Les péripéties de Uber ne cessent d’inspirer des réflexions, débats et polémiques tous azimuts, car elles sont révélatrices du monde qui se dessine progressivement sous nos yeux, sans que nous en ayons bien conscience. Uber est devenu le symbole de la « disruption », le modèle de l’entreprise qui bouleverse le monde ancien pour faire émerger des solutions de marché plus performantes, plus proches des attentes des consommateurs, diffusées et plus démocratiques.

La firme américaine, pourtant si dynamique, a été contrainte de reculer après s’être heurtée au mur du conservatisme réglementaire français qui, s’il se fissure chaque jour un peu plus sous les coups de butoir des milliers d’entrepreneurs et du numérique, n’en bénéficie pas moins de subventions qui le renflouent temporairement. Pourtant, comme l’a relevé The Economist, les vrais problèmes de Uber risquent de ne pas venir de Paris… mais de Californie. Sur la côte ouest des Etats-Unis, on s’interroge en effet lourdement pour savoir si les chauffeurs qui utilisent Uber ne seraient pas ses salariés, et non des indépendants ayant recours à sa technologie. Pour le groupe, ce serait une révolution… catastrophique, qui augmenterait soudainement ses charges, ses coûts et plomberait son fonctionnement.

Les partisans de l’économie du siècle dernier défendent l’idée que le droit du travail issu des décennies passées doit pouvoir s’appliquer de la même façon qu’auparavant aux nouvelles formes d’entreprise et de collaborations professionnelles qui émergent. Les chauffeurs seraient ainsi soumis à une relation hiérarchique à Uber : ils devraient donc être considérés comme ses salariés et traités comme tels (avec charges afférentes, évidemment). Cette position se voulait originellement généreuse : elle devait permettre d’assurer des garanties sociales aux travailleurs, leur assurant une protection collective. Aujourd’hui (on le voit dans l’affaire française de Uber Pop), le droit prétendument protecteur et libérateur se révèle étouffant et castrateur : il revient à priver potentiellement des chômeurs d’occupations rémunérées et à interdire à des travailleurs desrevenus complémentaires.

Uber n’est pas la seule entreprise concernée, toute l’économie dite « collaborative » l’est. Ce secteur (qui a réussi la prouesse communicationnelle de faire passer pour de la consommation "alternative" et tendance l’hyper-marchandisation et l’extension permanente et bienfaitrice du marché, ce que les libéraux ne sont jamais parvenus à faire jusqu’à maintenant !) est confronté, par ses modes de fonctionnement, à des problématiques semblables. Dans l’économie collaborative, chacun peut devenir prestataire de services en ayant recours à des applications pour être mis en relation avec une demande, et dans le même temps se soumettre au fonctionnement de la plateforme gestionnaire. Les prestations viennent et s’en vont, les missions sont rapides, les collaborations temporaires. Au 21e siècle, c’est une formidable opportunité économique, mais vu avec d’anciennes lunettes, cela ressemble fort à la généralisation de salariés temporaires, jetables et non protégés.

Le contrat de travail n’est pas le seul obstacle réglementaire. Si vous proposez vos créations à la vente ou proposez quelques prestations de façon occasionnelle, cela peut passer ; mais si votre activité devient récurrente, gare au fisc et risque de requalification en travail dissimulé. Le principe est simple (et très clair dans l’affaire Uber Pop) : rien ne doit échapper à la fiscalisation.

L’économie qui vient est en train de réinventer le monde du travail. Les travailleurs de demain seront des freelancers, comme Denis Pennel l’a très bien montré dans un livre récent. Outre-Atlantique, près d’un tiers d’entre eux le seraient déjà, au moins à titre complémentaire. En France, le succès non démenti à ce jour du régime de l’auto-entrepreneur est une autre illustration de ce phénomène. Sans que cela ne soit peut-être le lot de tous, les travailleurs de demain seront toujours plus indépendants, allant d’une mission à une autre. Ils auront toujours la possibilité de réaliser quelques activités complémentaires (voire à titre principal) pour compléter leurs revenus.

Ils seront aussi évalués, et leurs notes pourront être rendues publiques : alors qu’aujourd’hui Uber les garde privées, demain la certification pourra être déléguée et diffusée. Ce sera une opportunité pour les plus méritants de réussir : leur talent sera reconnu toujours par leur travail et moins par leur diplôme. Comme l’écrit Tyler Cowen, cela favorisera l’ascension sociale.

Aujourd’hui, en France et ailleurs, la réglementation est ainsi faite que la puissance publique n’étant pas en mesure de fiscaliser les revenus que les nouveaux entrepreneurs en tirent, elle préfère les sanctionner. Demain, cela devra changer. Il reste tout un modèle à inventer, comme l’écrivait récemment Jean Pisani-Ferry. Il faudra repenser la protection sociale en conséquence, comme le droit du travail. Il faudra réinventer les relations professionnelles et la façon de les appréhender. Il faudra repenser également la fiscalité, qui ne pourra pas rester aussi asphyxiante… Tout cela suppose, en filigrane de repenser profondément l’Etat qui n’aura plus vocation à assurer, encadrer, certifier le quotidien. Il devra faciliter les activités, permettre au secteur entrepreneurial d’être dynamique et inventif, créatif et créateur. Il devra se faire plus léger et organiser la fluidité des activités économiques et sociales (concept cher à William Baumol).

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Affaire Zemmour : le CSA prend-il ses consignes auprès du CCIF ?

02.

Mort de la magistrate Michèle Bernard-Requin

03.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

04.

Ecoutons ce que dit Mélenchon : si Jeremy Corbyn a perdu, c’est de la faute des Juifs…

05.

Edouard Philippe et Emmanuel Macron ont voulu une réforme de gauche mais acceptable par la droite. Pour l’instant, ils n’ont satisfait personne

06.

Les relations de travail toxiques ou la vraie raison de l’allergie des Français au recul de l’âge de départ en retraite

07.

4 ans pour une révolution : comment Boris Johnson a transformé radicalement le Royaume-Uni

01.

Ne parlez pas hébreu dans le métro ! En tout cas, pas à la station Château d'Eau : ça peut être dangereux.

02.

Combien d’heures de marche pour brûler les calories d’une pizza ? Un nouvel étiquetage alimentaire semble faire ses preuves

03.

Une démocratie digne de ce nom peut-elle vraiment fermer les yeux sur les "petits" oublis de Jean-Paul Delevoye ?

04.

Retraites : les vraies raisons pour lesquelles les chefs syndicaux ne peuvent pas adhérer au projet de réforme en dépit de toutes les garanties apportées et l’oubli très politique des fonds de capitalisation

05.

Entrepreneurs : Tous en grève !! Petite leçon de chose aux Français qui soutiennent le mouvement

06.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

01.

Retraites : cette spirale infernale qui risque de plomber aussi bien le gouvernement que les syndicats

02.

Retraites : les enseignants parviennent à obtenir une loi de programmation immédiate à 10 milliards d’euros

03.

Petite liste de ces réformes qui mériteraient beaucoup plus le titre de "mère de toutes les réformes" que celle des retraites

04.

Retraites : mais au fait, à quoi ressemblera la France de 2040 ?

05.

Il est possible de sortir de l’affrontement stérile entre "élitisme" et "populisme". La preuve par Boris Johnson

06.

Retraites : les bénéfices économiques de la réforme auront de la peine à compenser son lourd coût politique de long terme

Commentaires (2)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anouman
- 16/07/2015 - 23:03
Etat
La seule qualité que l'état pourrait acquérir serait de se faire oublier.
Et certes la fiscalité devra changer mais ne pas oublier que ce sera par la baisse de la dépense publique (subventions aux entreprises incapables d'y arriver sans ça) et par la baisse des dépenses sociales (subventions à la partie de la population n'ayant pas le QI nécessaire pour s'en sortir, ou alors ayant un poil dans la main et la magouille dans l'âme. Bref, un sacré changement...
Fredja
- 16/07/2015 - 13:57
Mais en fait on n'a rien inventé !
les politiques, entre eux, ont inventé l'économie collaborative depuis bien longtemps : ils se réservent des places au chaud, ils magouillent avec les réserves parlementaires, ils oublient de payer leurs impots, de déclarer les sommes placées à l'étranger, ils s'octroient des retraites en or... Et tout cela non fiscalisé, bien entendu. Moi je dis : Uber, petit joueur ;-)