En direct
Best of
Best of du 5 au 11 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

ça vient d'être publié
décryptage > Media
L'art de la punchline

Un 15 octobre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 9 heures 54 min
pépites > Religion
Off
En privé, Macron trouve "irresponsable de faire des amalgames et de stigmatiser" sur l'islam
il y a 11 heures 16 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Livre Audio : "La cage dorée" de Camilla Lackberg, Les livres s'écoutent aussi

il y a 12 heures 19 min
pépites > Environnement
Usine à gaz
Pourquoi le "Green Deal" d'Ursula von der Leyen pourrait bien être un projet mort-né
il y a 14 heures 7 min
décryptage > Religion
Touche pas à mon Islam !

Non, il ne faut pas parler de Mohamed Merah, ni des souffrances des chrétiens d'orient : la croisade de France Culture contre l'islamophobie des médias

il y a 16 heures 7 min
décryptage > International
Cynisme

La Syrie, dernier tombeau des idéalismes

il y a 16 heures 54 min
décryptage > Europe
Drôle de guerre

Conseil des ministres franco-allemand : Angela Merkel et Emmanuel Macron ne peuvent plus cacher la crise du couple moteur de la construction européenne

il y a 17 heures 14 min
décryptage > Société
Habile

Inquiétudes sur la bioéthique : ces autres dispositions votées par l’Assemblée que le débat sur la PMA a masquées

il y a 17 heures 29 min
décryptage > Société
Méritocratie en panne

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

il y a 17 heures 59 min
décryptage > Religion
Victimisation

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

il y a 18 heures 11 min
light > Insolite
L'homme qui murmurait à l'oreille des chevaux
Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument
il y a 10 heures 52 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"L'aube des idoles" de Pierre Bentata : Voici décortiquées quelques croyances d’aujourd’hui, souvent prêtes à l’emploi, parfois radicales…

il y a 12 heures 14 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Cinéma : Fahim : Avec cette histoire vraie, Pef quitte la comédie pour le drame sociétal

il y a 12 heures 24 min
pépite vidéo > Société
Polémique
Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"
il y a 14 heures 56 min
décryptage > Société
Blog

Ce qu’être libéral signifie vraiment

il y a 16 heures 35 min
décryptage > Religion
Tribune

L'hydre islamiste ne sera pas combattue efficacement sans combattre aussi l'auto-censure des débats publics

il y a 17 heures 32 sec
décryptage > Nouveau monde
Nouvelles menaces

Infox, astroturfing, bad buzz : ces nouvelles menaces qui peuvent coûter des milliards aux entreprises

il y a 17 heures 20 min
décryptage > Religion
Essentialisation

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

il y a 17 heures 46 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

il y a 18 heures 6 min
pépite vidéo > Religion
Polémique
Polémique sur le port du voile : doit-on l'interdire en sortie scolaire ?
il y a 1 jour 8 heures
Une raffinerie en Algérie.
Une raffinerie en Algérie.
Richesses gâchées

Algérie : la baisse des prix du pétrole commence à rendre criant l’échec de son économie administrée

Publié le 16 juillet 2015
L'exploitation des hydrocarbures représente 98 % des exportations algériennes. Avec une baisse continue des cours du pétrole, la situation économique de l'Algérie se tend peu à peu.
Khaled MENNA est Maître de recherche au Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (C.R.E.A.D)
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Khaled Menna
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Khaled MENNA est Maître de recherche au Centre de Recherche en Economie Appliquée pour le Développement (C.R.E.A.D)
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
L'exploitation des hydrocarbures représente 98 % des exportations algériennes. Avec une baisse continue des cours du pétrole, la situation économique de l'Algérie se tend peu à peu.

Atlantico : La Banque d’Algérie souligne dans une note en date du 12 juillet que les recettes issues du pétrole et de gaz ont chuté de 50 % au premier trimestre 2014 par rapport à la même période de 2015. A quel point cette baisse est grave pour l’économie algérienne ? Peut-on parler d’économie rentière ?

Khaled Menna : L’économie algérienne est dépendante je dirais d’une manière endémique des recettes des exportations des hydrocarbures. 98% des exportations sont issues des hydrocarbures, 45 % du PIB et 60% de l’ensemble des recettes fiscales de l’Etat. Cette situation est un peu problématique dès qu’elle accentue la vulnérabilité de l’économie algérienne vis-à-vis tout choc externe. La situation actuelle on est un bon exemple. Les prix du pétrole, exprimés en dollar, ont chuté d’environ 50 % au second semestre 2014. Le prix moyen du baril de pétrole est passé de 109,55 dollars/baril au premier trimestre 2014 à 75,38 dollars/baril au dernier trimestre 2014 (100,23 dollars en 2014), puis à seulement 54,31 dollars/baril au cours du premier trimestre de l’année en cours. Cela n’est pas sans effet sur l’économie algérienne. Cette chute des prix du pétrole, se conjugue à une contraction des quantités d’hydrocarbures exportées au premier trimestre 2015 (- 8,99 %). Cette situation baissière s’est aggravée par le niveau des importations. Les importations de biens (fob), qui ont connu un trend haussier ces

dernières années, ont baissé comme en témoigne leur niveau à fin mars 2015 (13,3 milliards de dollars), soit un recul de 8,4 % par rapport à la même période de 2014 (14,5 milliards de dollars).

A quels freins est confrontée l’économie algérienne ? Comment expliquez-vous leur prégnance ?

Les freins sont multiples. Ont peut citer des blocages d’ordre institutionnel, sociale et sociétale et de la nature même de l’économie algérienne. La persistance de ces difficultés relève encore de la qualité du climat d’affaires qui entrave d’une manière très négative la capacité de création d’entreprises.

Ces obstacles nous interpellent sur la volonté ou la capacité des autorités publiques à mener à terme le programme des réformes engagé depuis 1990. Si des raisons objectives sont à signaler, d’autres relèvent carrément du domaine de la politique économique et des orientations politiques. Le non achèvement  de la mutation de l’économie algérienne vers l’économie de marché pèse lourdement  sur les tentatives de diversification de l’économie.

Quelles sont les solutions pour rendre l’économie moins dépendante des hydrocarbures ?

Il n’y a pas une solution miracle. Il faut déployer les efforts pour soutenir une croissance durable créatrice de richesses et d’emplois à travers l’investissement dans l’innovation et le capital humain. D’autres secteurs peuvent être une niche extraordinaire de croissance comme le tourisme, l’industrie manufacturière, les nouvelles technologies de l’information. Mais cela ne  peut se faire sans un cadre réglementaire adéquat garantissant la propriété privée, l’accès aux financements pour les entreprises et une administration au service de ces dernières.

L’économie algérienne a-t-elle les moyens de résister à une baisse durable du cours des matières premières ? 

Pour le court terme oui. Mais pour le long terme, la tendance dépensière de l’Etat n’est pas soutenable. L’impact sur les finances publiques, fortement tributaires de la fiscalité pétrolière, se reflète dans le creusement du déficit budgétaire et l’érosion plus rapide des ressources du Fonds de régulation des recettes. Sous l’effet de la baisse des recettes de la fiscalité pétrolière (- 28,2 %) par rapport au premier trimestre 2014, la capacité de financement du Trésor s’est contractée de 571,6 milliards de dinars au premier trimestre 2015, chutant à 3916,5 milliards de dinars à fin mars 2015 (4488,1 milliards de dinars à fin décembre 2014 et 5088,6 milliards de dinars à fin mars 2014).

Les moyens existent si on les utilisent d’une manière rationnelle : une épargne publique importance, un déficit budgétaire maitrisable, un matelas de devises  (réserves de change confortable), une inflation maitrisée malgré des signes d’une relance de l’inflation, capacité d’exportation des hydrocarbures non encore utilisée, capacités touristiques non exploitées, secteur agricole, capital humain. Tous ces atouts restent tributaires d’une bonne gouvernance et une vision économique claire. 

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

02.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

03.

Assassinat de Samat : mais au fait, que nous disent les paroles de ses "chansons" ?

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Ce plancher de verre qui protège de plus en plus les enfants des riches des conséquences de leur manque de talents ou d’efforts

06.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

07.

Mais pourquoi les cancers secondaires du sein sont-il si souvent détectés trop tard ?

01.

Brexit : pas si fou, Boris Johnson supprime la quasi-totalité des droits de douane à l’entrée du Royaume-Uni

02.

Les grandes fortunes mondiales accumulent du cash en prévision d’une récession

03.

La famille d’Ophelie Winter a trouvé un moyen de lui parler, Laura Smet de forcer Laeticia Hallyday à négocier, la fiancée de Cyril Lignac de le voir sans ses enfants (à elle); Triple baptême en Arménie (mais sans Kanye) pour les enfants de Kim Kardashian

04.

Comment Carlos Ghosn a été expulsé de la tête de Renault en quelques heures

05.

A Londres, des militants du mouvement Extinction Rebellion auraient été payés 450 euros par semaine

06.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

01.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

02.

Ressusciter LR : mission impossible pour Christian Jacob ?

03.

La timidité dans la lutte concrète contre les dérives communautaristes masque-t-elle une peur du "trop nombreux, trop tard" ?

04.

Question à Christophe Castaner : combien y-a-t-il en France de rabbins, de pasteurs et de curés radicalisés ?

05.

L’islamo-paranoïa des défenseurs auto-proclamés des musulmans français

06.

Tensions communautaristes et laïcité : cette spirale de ressentis victimaires dans laquelle sombrent les débats publics français

Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Anguerrand
- 16/07/2015 - 16:08
L'Algerie est socialiste et les algériens sont assistés
comme dans tous les pays socialistes. Peu d'entrepreneurs privés et on attend tout de l'argent du pétrole. Il faut rappeler que les français ont légué a l'Algerie le Sahara et le pétrole qui va avec et que les salauds de colonialistes français ont découvert à leur frais. Idem pour les mines.