En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Professeur décapité : des élèves et des parents d'élèves ont été complices de l'assassin

02.

La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

05.

Et Gabriel Attal dénonça les "charognards de l’opposition". Y aura-t-il quelqu’un pour le faire taire ?

06.

Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête

07.

Le rapporteur général de l'Observatoire de la laïcité, Nicolas Cadène, devrait être remplacé

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

06.

Thibault de Montbrial : « Le vivre-ensemble n’est plus qu’une incantation psalmodiée par des gens qui, à titre personnel, font tout pour s’y soustraire »

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
décryptage > Justice
Justice

Abliazov, un délinquant financier dissimulé derrière le statut de réfugié politique ?

il y a 6 min 55 sec
pépites > France
Emotion
L'hommage national à Samuel Paty se déroulera dans la cour de la Sorbonne ce mercredi
il y a 2 heures 7 min
pépites > France
Seine-Saint-Denis
Emmanuel Macron en déplacement à Bobigny ce mardi pour faire le bilan de la lutte contre l'islamisme
il y a 3 heures 6 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"L'Amérique n'existe pas" d’après "Histoires enfantines", de Peter Bichsel : la candeur du regard, le vertige du langage

il y a 3 heures 47 min
décryptage > Culture
Polémique à Hollywood

L'actrice Gal Gadot peut-elle interpréter Cléopâtre ?

il y a 5 heures 10 min
pépite vidéo > Santé
"Célébrer Noël correctement"
Coronavirus : l'Irlande et le Pays de Galles décident de reconfiner
il y a 5 heures 31 min
rendez-vous > Société
Zone Franche
Contorsionnisme : à trop trianguler, Mélenchon perd (littéralement) la Baraka
il y a 6 heures 4 min
décryptage > Environnement
Objectifs

Emissions de carbone : la Chine se décide enfin à faire payer ses pollueurs

il y a 6 heures 16 min
décryptage > Santé
Bienfaits

La nage en eau froide pourrait-elle fournir une piste pour les traitements contre la démence sénile ?

il y a 6 heures 46 min
décryptage > Politique
LREM

Islamisme : Emmanuel Macron peut-il faire changer la peur de camp sans changer... sa majorité ?

il y a 7 heures 21 min
pépites > Education
Fléau de la haine en ligne
Les collègues de Samuel Paty expriment leur "vive inquiétude face à l'impact des réseaux sociaux"
il y a 55 min 33 sec
pépites > France
Ampleur de la catastrophe
Alpes-Maritimes : les dégâts des crues ont été évalués à 210 millions d'euros par les assurances
il y a 2 heures 42 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Yoga" d'Emmanuel Carrère : une leçon de vie, la liberté a un prix

il y a 3 heures 32 min
light > Science
Anatomie
Selon des chercheurs des Pays-Bas, il y aurait une quatrième paire de glandes salivaires, dans votre tête
il y a 4 heures 31 min
light > High-tech
Espionnage
Des diplomates et des agents secrets américains critiquent l'administration Trump qui ne réagit pas aux attaques qu'ils subissent dans des postes diplomatiques à l'étranger
il y a 5 heures 15 min
pépites > Terrorisme
Enquête
Le père d'une élève du collège de Conflans-Sainte-Honorine et un militant islamiste auraient été en contact avec le jeune tchétchène qui avait annoncé sa volonté d'agir
il y a 5 heures 46 min
light > Science
Paquebot
Un projet de récupération de la radio du Titanic pour l'exposer provoque une bataille juridique
il y a 6 heures 10 min
light > Economie
Taxes
La taxe foncière payée par tous les propriétaires a augmenté de plus de 30% en dix ans
il y a 6 heures 45 min
décryptage > Politique
Mouvement

Radioscopie d’un conservatisme français qui retrouve du poil de la bête

il y a 7 heures 7 min
pépites > Terrorisme
Hommage
Samuel Paty recevra la Légion d'honneur posthume et sera fait Commandeur des palmes académiques annonce le ministre de l'Education
il y a 7 heures 50 min
© Reuters
© Reuters
Nuance

Le Grexit évité mais pour combien de temps… Puisque la dette grecque n’est pas remboursable ?

Publié le 17 juillet 2015
Les débats autour de le crise grecque portent essentiellement sur la dette, considérée par l'Europe comme étant un problème en soi. Pourtant, une grille de lecture plus pragmatique s'attarderait au vrai problème qu'elle implique : sa solvabilité.
Gérard Thoris
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Gérard Thoris est maître de conférence à Sciences Po. il a notamment rédigé une Analyse économique des systèmes (Paris, Armand Colin, 1997), contribue au Rapport Antheios et publie régulièrement des articles en matière de politique économique et sociale...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les débats autour de le crise grecque portent essentiellement sur la dette, considérée par l'Europe comme étant un problème en soi. Pourtant, une grille de lecture plus pragmatique s'attarderait au vrai problème qu'elle implique : sa solvabilité.

Atlantico : Dans quelle mesure la situation relève de la solvabilité ou de la dette en elle-même ? 

Gérard Thoris : On voudrait être optimiste qu’on ne le peut pas. Les économistes de tous bords ont rendu les armes et ce sont les politiques qui prennent les décisions, comme s’il n’existait pas de « lois de l’économie ». L’aide des créanciers s’impose lorsqu’il s’agit d’une crise de liquidités. C’est d’ailleurs pour cela que le FMI a été créé, suite à la faillite du Kreditanstald de Vienne, en mai 1931. Elle ne peut venir à bout d’une crise de solvabilité.

Que la Grèce soit en crise de solvabilité ne fait aucun doute. L’effet boule de neige de la dette y bat son plein. En 2015, le taux d’intérêt implicite sur la dette est assez faible (2,4 %) mais, malgré les plans de restructuration, il porte sur 180 % du PIB. Donc les intérêts sur la dette représentent 4,3 % du PIB. En face, la croissance prévisionnelle y est, au mieux, nulle. Donc, le simple service des intérêts de la dette oblige à diminuer le niveau de vie des grecs de 4,3 % en 2015. A la fin de l’année, ils seront contents : ils auront payé les intérêts sur la dette mais seront toujours aussi endettés !

La proposition dont se réjouit le Président François Hollande est celle d’un reprofilage de la dette. En termes plus traditionnels, il s’agit d’un moratoire, sous la forme d’un allongement de la durée de maturité des prêts. A supposer que l’Eurogroupe l’accepte, ce qui n’est pour l’heure qu’une hypothèse, il s’agit simplement de desserrer un peu l’étreinte pour que le condamné souffre plus longtemps. Pour qu’il en soit autrement, il faudrait que la baisse du montant des échéances, intérêts et principal, soit telle qu’elle génère un mouvement de croissance conséquent.

La clé de la solvabilité, on l’aura compris, c’est une croissance nominale supérieure au montant des intérêts à payer en pourcentage du PIB. En supposant que, pour une fois, les prévisions de la Commission de Bruxelles s’avèrent exactes, la croissance de 2016 serait de 3,66 %. Il faudrait donc que le poids des intérêts soit ramené en dessous de ce chiffre pour que la Grèce puisse commencer à rembourser le principal. Et encore, cela suppose que les fruits de la croissance ne bénéficient pas à la population, mais seulement aux créanciers !

Alexis Tsipras signe aujourd’hui ce qu’il refusait d’avaliser hier, après un référendum qui lui a été particulièrement favorable. Est-ce que les conditions posées par l’Eurogroupe sont acceptables par les Grecs ?

Amusons-nous un instant. Certaines des conditions imposées à la Grèce pourraient être suggérées à la France. Il en est ainsi des « mesures pour améliorer la durabilité du système des retraites » ou le respect des dispositions des traités européens, par la mise en place de coupes quasi automatiques dans les dépenses en cas d’excèdent budgétaire, ou encore la privatisation du réseau de transports électrice ou la réforme du marché du travail !

Il y aurait beaucoup à dire, ligne par ligne, sur ces conditions. Mais il devrait être clair désormais que le déficit budgétaire est une atteinte à la justice intergénérationnelle lorsque la croissance est en panne. Les conditions imposées à la Grèce sont donc « de raison », même si elles ne sont pas raisonnables.

La vérité des chiffres est en effet très cruelle. On ne sait pas encore ce que va représenter l’augmentation de la TVA ni celle de l’impôt sur le revenu. Par contre, la Grèce est supposé privatiser des actifs et utiliser la moitié des sommes ainsi obtenues (évaluées à 25 Mrds€) pour recapitaliser les banques ! Le même accord prévoit que la directive européenne sur le renflouement des banques soit transposée dans la législation grecque. Cela veut dire que la prochaine crise bancaire sera à la charge au moins partielle des déposants.

L’efficacité du plan repose plus largement sur le fait que l’augmentation de la TVA et des impôts directs n’entraîne pas une diminution de la demande d’une part, un accroissement de l’économie souterraine d’autre part. On s’en doute, rien n’est moins sûr !

Si l'on observe alors la situation de la Grèce à travers le prisme de la solvabilité, quelles solutions alors peuvent en découler ?

En bonne économie, une crise de solvabilité passe par la case « faillite » et apurement des dettes. C’est le cas pour n’importe quelle entreprise qui n’a pas été capable de valoriser son capital. L’idée que les Etats sont éternels et que les contribuables sont taillables et corvéables à tous les âges de la vie est une fiction lorsque la croissance et/ou l’inflation ne sont pas au rendez-vous.

La Grèce ne peut sortir de l’euro sans répudier ses dettes. Une dépréciation de la drachme se traduirait en effet immédiatement par une augmentation du poids de la dette exprimée en euros au-delà de l’insoutenable. C’est ce que tout le monde craint, dans le monde bancaire comme dans le monde politique qui lui est lié. L’attachement des Français à éviter le Grexit tient à la valeur d’exemple que cette première sortie engendrerait. A défaut de sortir de l’euro, que pourrait-on faire ?

Voilà cinq ans que nous défendons l’idée d’une remise des dettes publiques pour l’ensemble des pays de la zone euro. Elle permettrait de remettre les compteurs à zéro en portant les dettes sans collatéraux à l’actif de la Banque centrale. Au passif, on pourrait créer une ligne fictive « contribution de la BCE à la résolution de la grande crise européenne du XXI° siècle ». Le bilan serait équilibré. Fiction ? Oui. Mais a-t-on oublié que la contrepartie de la création monétaire, c’est la capacité de croissance économique qu’elle génère. L’opération de rachat de titres publics lancée par Mario Draghi au début de l’année 2015 relève quand même partiellement de cette logique pour les obligations publiques arrivant à échéance. Notre programme ne porte pas sur la marge, le renouvellement des prêts, mais sur la moyenne. Evidemment, l’opération initiée par Mario Draghi permet seulement d’assurer qu’il y aura un prêteur national en dernier ressort : la Banque centrale nationale. Elle ne résout pas le fonds du problème. Or, de manière très explicite, le protocole d’accord avec la Grèce ferme toute porte dans la voie d’une remise des dettes : « le sommet de la zone euro souligne que l’on ne peut pas opérer de décote nominale sur la dette ». C’est donc l’impasse.

Si nous pouvions arrêter de faire des prêts pour essayer de solder le passé, nous sauverions l’idéal de l’Union européenne. Cela nous mettrait parallèlement dans de bonnes conditions pour construire l’avenir.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
cloette
- 14/07/2015 - 17:54
@ldp
non seulement mon clavier me met des s partout mais il me change mes mots .. Pour la Grece il y a aussi des achats incités par corruption de porte-avions hélicoptères sous- marins tanks de la part des US de l'Allemagne et dans une moindre mesure de la France , mais ils en sont à180 % du PIB , nous à 99% presque % , notre tour de manger notre pain noir viendra pour payer non pas la dette qui augmente pour chacun de je ne sais combien par seconde et dont la courbe est exponentielle et que personne ne paiera , mais les intérêts sans lesquels s'ils ne sont pas payés l'argent devient monnaie de singe .
langue de pivert
- 14/07/2015 - 16:52
Préféré(s) :-(
Préféré(s) :-(
langue de pivert
- 14/07/2015 - 16:34
Avec un G : gachis, gabegie !
L'erreur originelle de la Grèce n'est même pas d'avoir "bidouillé" ses comptes pour entrer dans l'€uro mais d'avoir mal utilisé la manne de milliards qui s'est déversée sur elle ! Au lieu de mettre en place des mesures destinées à favoriser des entreprises créatrices de richesses (ou à en accueillir sur son sol), moderniser et assainir l'état, ils ont préférés des babioles clinquantes (genre jeux olympiques, métro, autoroutes) et l'embauche massive d'un électorat captif et clientéliste de fonctionnaires (40 %). La suite était inévitable et irrémédiable !