En direct
Best of
Best of du 21 au 27 novembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

02.

"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir

03.

Explosif : la dette française, 2700 milliards à la fin 2020. Mais qui va payer, quand et comment ?

04.

Julien Bayou, le patron de EELV, avait osé parler de « lynchages de policiers ». Cet affreux suprémaciste blanc avait oublié que le terme « lynchage » est réservé aux Noirs !

05.

Et l’Italie fut le premier pays à demander l’annulation d’une partie des dettes européennes... voilà pourquoi il faut prendre sa demande au sérieux

06.

Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud

07.

Pour une police respectée, pas une police qui fait peur : l’accablante responsabilité politique d’Emmanuel Macron dans la fragilisation de la légitimité des forces de l’ordre françaises

01.

Elections américaines : derrière les suspicions de fraude, une lutte totale opposant "Patriotes" et "mondialistes" à l'échelle occidentale?

02.

Le veganisme bon pour la santé ? Pas pour les os en tous cas, une large étude révèle un risque nettement supérieur de fracture

03.

PSG-LEIPZIG : 1-0 Les Parisiens préservent leurs chances en remportant une victoire inquiétante

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

06.

Karine Le Marchand & Stéphane Plaza s’installent ensemble (elle pète, il ronfle); Jalil & Laeticia Hallyday aussi (mais sont moins bruyants); Yannick Noah retrouve l’amour; Geneviève de Fontenay : petite retraite mais grosse dent (contre Sylvie Tellier)

01.

Immigration : les dernières statistiques révèlent l'ampleur des flux vers la France. Mais qui saurait les contrôler ?

02.

Violences et police : quand la droite confond l'ordre et les libertés et se tire une balle dans le pied (électoral)

03.

Covid-19 : Emmanuel Macron annonce enfin (et sans en avoir l’air) un changement de stratégie

04.

Elon Musk est devenu le 2ème homme le plus riche au monde et voilà pourquoi la France aurait singulièrement besoin de s'en inspirer

05.

Filmés en train de violenter un producteur de musique dans l'entrée d'un studio 3 policiers parisiens (qui l'ont accusé, à tort, de rébellion) suspendus

06.

Migrants de la place de la République : "damned if you do, damned if you don't"

ça vient d'être publié
pépites > France
Effet boule de neige
Noël : Emmanuel Macron envisage des « mesures restrictives et dissuasives » pour les Français qui voudraient skier à l'étranger
il y a 33 sec
pépites > Europe
Enquête en cours
Allemagne : une voiture percute des passants dans une zone piétonne à Trèves
il y a 2 heures 1 min
décryptage > Economie
Impact du confinement

Productivité : les salariés travaillent plus depuis le début de la pandémie. Oui, mais pas tous

il y a 3 heures 31 min
pépites > International
Licencieux
"Covid partouze" dans le centre de Bruxelles: la police a interpellé 25 personnes dont un député européen qui a tenté de fuir
il y a 3 heures 43 min
décryptage > International
Otan

La Turquie et l’Occident : l’« éléphant noir » dans la pièce

il y a 5 heures 16 min
décryptage > International
Diplomatie

Sanctions internationales Russie – Etats-Unis – Europe : état des lieux et bilan au crépuscule de la première présidence Trump

il y a 5 heures 32 min
pépites > Economie
Social
Selon l'OCDE, la France est en tête en matière de dépenses publiques sociales
il y a 5 heures 52 min
décryptage > International
Le point de vue de Dov Zerah

Montée en puissance de la Chine : la dynamique du cygne noir

il y a 6 heures 19 min
décryptage > Media
Nouveau média

FILD : « le magazine digital qui renoue avec le journalisme de terrain »

il y a 6 heures 33 min
décryptage > International
Stratégie de lutte

Xi Jinping a arraché une incroyable victoire contre la pauvreté en Chine. Mais la réalité demeure plus sombre que les discours officiels

il y a 7 heures 50 min
pépites > Santé
Espoir contre la pandémie
Covid-19 : Emmanuel Macron annonce qu'il envisage une campagne de vaccination grand public « entre avril et juin »
il y a 1 heure 28 min
light > Culture
Grande dame de la chanson française
Mort de la chanteuse Anne Sylvestre à l’âge de 86 ans
il y a 2 heures 13 min
décryptage > Environnement
Energie

Nouvelle ruée vers l’or vers un lithium « vert » (et la France a des réserves)

il y a 3 heures 42 min
pépites > High-tech
Bug
iPhone résistant à l'eau : publicité mensongère estime l'autorité italienne de la concurrence, amende de 10 millions d'euros pour Apple
il y a 4 heures 14 min
pépites > Consommation
Le travail peut tuer
Coronavirus : hausse des ventes en ligne, des livreurs meurent de surmenage en Corée du Sud
il y a 5 heures 21 min
pépite vidéo > France
Forces de l'ordre
Linda Kebbab : "On est le pays des lois post-faits divers"
il y a 5 heures 45 min
décryptage > Politique
Libertés publiques

Emmanuel Macron et la majorité sont-ils en train de perdre à vitesse grand V l’argument de leur supériorité morale et démocratique face au RN ?

il y a 6 heures 14 min
light > High-tech
Covid-19
Coronavirus : alimenter chaque élève en air pur avec des masques fixés à leur bureau
il y a 6 heures 23 min
décryptage > Santé
Diabète et obésité

Prévenir la Covid-19 c’est possible et voilà comment agir sur ses propres facteurs de risques

il y a 6 heures 58 min
pépites > Politique
Article 24
Emmanuel Macron a recadré Gérald Darmanin mais pas question de se séparer de lui
il y a 8 heures 24 min
Crise sans fin

Le nouveau gouvernement grec va-t-il achever l'Europe ?

Publié le 14 novembre 2011
Le nouveau Premier ministre grec Lucas Papademos doit annoncer ce lundi comment il compte sortir son pays de la crise. Une sortie de la zone euro est-elle possible ? Ou l'Europe finira-t-elle par renflouer la dette du pays ?
Jean-Jacques Perquel
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Jean-Jacques Perquel est agent de change, administrateur du Centre des professions financières, de l’Association des docteurs ès sciences économiques (ANDESE)et président de l’Académie de comptabilité. Il a été maître de conférence à HEC.Il a écrit...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le nouveau Premier ministre grec Lucas Papademos doit annoncer ce lundi comment il compte sortir son pays de la crise. Une sortie de la zone euro est-elle possible ? Ou l'Europe finira-t-elle par renflouer la dette du pays ?

L’Union Européenne est actuellement la principale puissance du monde. Son revenu moyen par tête est le second derrière les Etats-Unis, si l’on ne tient pas compte des petits pays. Malheureusement c’est une confédération plutôt lâche caractérisée par cette maxime qui définit la position allemande. L’Allemagne veut conserver l’euro, mais se refuse à toute solidarité européenne. Face à cette curieuse structure, la crise grecque a servi de révélateur.

Cela a permis toutes les divagations possible. La Grèce allait-elle entraîner :

  • la fin de l’Europe ?
  • la réduction de l’Euroland par la sortie de certains pays débiteurs ?
  • le départ des pays du Nord solidaires de l'Allemagne ?
  • la ruine de l’Europe avec comme corollaire celle du reste du monde ?


Pour sortir des divagations journalistiques, il faut essayer d’analyser les conséquences de deux principales hypothèses sérieuses : la Grèce quitte la zone Euro et, au nom du désir de sauver l’Europe, on renfloue le reste de la dette grecque.

La Grèce sort de la zone euro

Dans ce cas, la spéculation accélère l’attaque des monnaies des pays du Sud (le Portugal, l'Espagne, l'Italie et la France). Prenons le cas italien. Sa dette de 120% du PIB dure depuis 1993 sans avoir provoqué la moindre réaction défavorable des marchés.

Simplement on n’avait pas encore mis au point des techniques déstabilisatrices comme les CDS (Credit Default Swap ou contrats de protection financière entre acheteurs et vendeurs ndlr) ou les CFD (Contrats de différence, qui stipulent que l'acheteur encaissera la différence entre la valeur de l'actif au moment de sa vente et sa valeur au moment du contrat ndlr).

De même, l’endettement français est très voisin de celui de l’Allemagne (89 et 84 % du PNB) et personne n’ose s’attaquer à l’économie allemande.

Le critère important est en fait celui de l’endettement envers les autres pays et en particulier les Etats-Unis. Ainsi la France est spécialement vulnérable car le plus gros de l’endettement de ses banques se fait auprès des institutions américaines. Or il y a, depuis le mois d’août, une panique aux Etats-Unis concernant l’Europe. Ils découvrent la vulnérabilité de l’euro.

Aussi, la plupart des banques américaines refusent désormais de faire aux Européens des prêts à plus de huit jours. A titre d’exemple de ce désenchantement à l’égard de notre continent, on peut citer le cas d’une des principales faillites récentes de l’Amérique : la société M.F.Global dont le président avait fait le choix d’investir principalement en obligations européennes. Son échec sonne le glas de la pensée de ceux des Américains qui ont cru à l’Europe unie.

La Banque centrale est alors obligée d’intervenir et d’assurer la relance économique. La fédération de la zone euro se fait, ou l’Allemagne se retire, et entre dans une crise majeure tandis que l’Europe du sud, dévaluant ses monnaies dans un monde de "dévaluations compétitives", profite au maximum de cette situation. Aussi, on peut être sûr que les Allemands qui sont d’assez bons économistes accepteront sans enthousiasme la première solution.

On renfloue le solde de la dette grecque

Dans ce cas, on accepte une forte émission monétaire, soit par une décision de la Banque centrale, soit par des accords intra-européens permettant l’augmentation de l’endettement des différents pays Allemagne comprise. Dans les deux cas, la relance de l’Europe se réalise. Le problème est alors de savoir comment gérer la contrepartie de la création monétaire. Si l’on continue une politique de sagesse en réduisant, en même temps les dépenses de gestion des pays, on peut assurer un fort redressement européen et par conséquent un développement accéléré de la situation mondiale.

La crise grecque et ses avatars est une bonne leçon pour les pays européens (et surtout ceux de la zone euro) pour comprendre que l’on doit aller vers un système à l’américaine où chaque état se gère mais est solidaire dès que des difficultés se produisent. Cela demande certes une direction commune. Mais, si les Républicains gagnent les prochaines élections, le Président devrait devenir un simple coordinateur de la politique des états. Il n’est pas sûr que ce système ne se révèle pas excellent. C’est une évolution que l’on peut envisager pour la zone euro. Elle permettrait une relance importante d’autant que l’Europe n’a pas le handicap d’un marché hypothécaire totalement décomposé.

S’il en est ainsi et si l’on contrôle la spéculation (en particulier des Flash Orders et des CDS). On pourrait penser que la crise grecque assurerait plutôt un essor mondial qu’une faillite internationale.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Le sujet vous intéresse ?
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
quesako
- 14/11/2011 - 20:58
Entre information et désinformation il n'y a plus que le dogme !
On dit tout et son contraire. Dans 2 mois on pourrait très bien nous dire que l'euro et la BCE ne sont pas viables et qu'il faut l'abandonner. On pourrait aussi très bien nous dire que ça conduirait au global à un triplement de la croissance !
Alors gardons le "calme des vieilles troupes" !
Ravidelacreche
- 14/11/2011 - 11:26
banques américaines refusent...
Que se passerait-il si on se passait des banques americaine?
3000 ans avant J.-C., on trouve des traces d'activités bancaires...Chaque citée grecque était indépendante et frappait sa propre monnaie...
HR
- 14/11/2011 - 10:11
Aucun Etat ne peut quitter la zone euro
Parce que les conséquences seraient incontrôlables. On sait à peu près ce que coûte de garder tout le monde dans l'euro. Mais aucune idée de ce que ça coûterait qu'un Etat sorte, parce que les conséquences ne seraient pas seulement économiques. Il est même probable que ça ferait éclater l'euro et ensuite l'Union Européenne. Bonjour les dégâts.