En direct
Best of
Best of du 10 au 16 octobre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

02.

Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"

03.

Hommage à Samuel Paty : Emmanuel Macron dénonce les lâches qui ont livré le professeur aux barbares mais oublie de cibler le "pas-de-vagues"

04.

Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"

05.

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

06.

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

07.

Covid-19 : voilà ce que l’Etat n’a toujours pas compris sur son incapacité à enrayer la deuxième vague

01.

Gérald Darmanin & Brad Pitt bientôt papas, M. Pokora bientôt marié; Voici pense que le bébé de Laura Smet s'appelle Léo, Closer Jean-Philippe; Adele aurait succombé au charme de l'ex (cogneur) de Rihanna; Kanye West propose l'union libre à Kim Kardashian

02.

Coronavirus : L’Etat freine-t-il des médicaments français qui pourraient être efficaces ?

03.

Comment les islamistes ont réussi à noyauter la pensée universitaire sur... l’islamisme

04.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

05.

Islamisme : la République de la complaisance

06.

La France maltraite ses profs et devra en payer le prix

01.

Décapitation islamiste : est-il encore temps d’arrêter la spirale infernale… et comment ?

02.

Professeur décapité : voilà ce que nous coûtera notre retard face à l’islamisme

03.

Islamisme : la République de la complaisance

04.

Professeur décapité : souvenons-nous de la phrase d'Arletty

05.

Professeur décapité à Conflans-Sainte-Honorine : "Il a été assassiné parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression"

06.

Professeur décapité : "je crains plus le silence des pantoufles que le bruit des bottes"

ça vient d'être publié
light > Culture
Enchères
Une oeuvre de Banksy parodiant Monet a été vendue 8,5 millions d'euros chez Sotheby's à Londres
il y a 4 heures 28 min
pépites > Santé
46 millions de personnes concernées
Covid-19 : Jean Castex annonce l'instauration du couvre-feu pour 38 nouveaux départements et la Polynésie dès samedi
il y a 5 heures 30 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Man Ray et la mode" : quand un photographe surréaliste magnifie les femmes... Une exposition d'une suprême élégance

il y a 6 heures 30 min
pépites > International
Réformes attendues
Liban : Saad Hariri a été officiellement désigné Premier ministre
il y a 8 heures 1 min
rendez-vous > Media
Revue de presse des hebdos
Boualem Sansal alerte sur la guérilla islamiste qui nous menace, le recteur de la mosquée de Paris sur l’entrisme des radicaux; Bertrand cherche à s’attirer les bonnes grâces de Sarkozy, Bayrou ménage Le Maire; Le Drian organise les macronistes de gauche
il y a 9 heures 25 min
décryptage > France
Séparatisme

Les impensés de l’attentat terroriste de Conflans

il y a 11 heures 23 min
décryptage > Santé
Coronavirus

Covid-19 : l’Allemagne investit massivement dans un plan de ventilation et la France serait bien inspirée de l’imiter

il y a 11 heures 58 min
pépite vidéo > France
"Réparer la France"
Le général Pierre de Villiers estime "qu'il y a désormais un risque de guerre civile en France"
il y a 12 heures 47 min
décryptage > International
Conflit au Haut-Karabagh

Il faut sauver les Karabaghiotes, pas le groupe de Minsk

il y a 14 heures 7 min
décryptage > Société
Islam vaincra !

Et Idriss Sihamedi décida d’entrer en guerre contre Gérald Darmanin…

il y a 14 heures 31 min
pépites > Politique
Calendrier électoral
François Bayrou, haut-commissaire au Plan, est favorable à un report des élections régionales
il y a 4 heures 51 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Féministe pour Homme" de Noémie de Lattre : rira bien qui rira la dernière

il y a 6 heures 7 min
pépites > International
Tensions
Recep Tayyip Erdogan estime qu'Emmanuel Macron veut "régler ses comptes avec l'islam et les musulmans"
il y a 7 heures 32 min
pépite vidéo > Politique
Idéologie
Jean-Michel Blanquer : "Ce qu'on appelle l'islamo-gauchisme fait des ravages"
il y a 8 heures 49 min
décryptage > International
Campagne électorale

Election présidentielle en Côte d’Ivoire : ne pas rejouer les luttes du passé

il y a 11 heures 6 min
décryptage > Politique
A l’Ouest, rien de nouveau

Le terrorisme fait-il encore bouger les lignes chez les électeurs ?

il y a 11 heures 48 min
décryptage > High-tech
Menace incontrôlable en vue ?

Ces deepfakes de photos de (vraies) femmes nues que des bots génèrent à la chaîne

il y a 12 heures 8 min
décryptage > Société
Lutte contre le séparatisme

Non, la République ne peut pas protéger les musulmans de l’islam radical et voilà pourquoi

il y a 13 heures 31 min
décryptage > France
Lutte contre le séparatisme

Dissolution des organisations salafistes : le temps des actes

il y a 14 heures 27 min
décryptage > Economie
Atlantico Business

Syndicats et patronat main dans la main pour s’opposer au gouvernement

il y a 14 heures 36 min
Bonnes feuilles

Coups de foudre pour des criminels : ce qu'il faudrait faire pour que les femmes ne tombent pas dans le piège

Publié le 15 juillet 2015
Elles sont âgées de 20 à 50 ans, elles ont des projets, un mari, une carrière, parfois même la fortune. Pourtant, un jour, sur un coup de tête, elles vont tout plaquer par amour pour un criminel, le plus souvent un tueur en série. Extrait de "L'amour (fou) pour un criminel", de Isabelle Horlans, publié aux éditions Cherche-Midi (2/2).
Isabelle Horlans
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Isabelle Horlans est journaliste depuis trente ans. Elle a travaillé en presse écrite et à la télévision, couvert des faits divers, des procès, des guerres. Elle est aussi l’auteur de plusieurs livres dont L'amour (fou) pour un criminel (Cherche...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Elles sont âgées de 20 à 50 ans, elles ont des projets, un mari, une carrière, parfois même la fortune. Pourtant, un jour, sur un coup de tête, elles vont tout plaquer par amour pour un criminel, le plus souvent un tueur en série. Extrait de "L'amour (fou) pour un criminel", de Isabelle Horlans, publié aux éditions Cherche-Midi (2/2).

Problème : la formation de l’Enap ne consacre pas une heure de cours à ce risque professionnel. « Mes professeurs n’ont jamais abordé ce sujet, pas une seule fois », confirme Annie, une surveillante nommée en centrale mixte à sa sortie d’école. Souhaitant préserver son anonymat « pour dire les choses sans langue de bois », elle regrette que « le sujet soit tabou. Pourtant, il y en a, des histoires ! Hétéros, homos, les aventures sont fréquentes. Une collègue CPIP 3 a failli briser sa vie pour un truand qui avait l’âge de son père. Elle a eu la chance de simplement “craquer” pour ce gars sans enfreindre la loi. Et elle a réussi à le quitter. C’est vrai que, la plupart du temps, ces affaires restent secrètes car il n’y a pas violation du serment. L’amour ne mène pas forcément à la commission d’un délit. Il est aussi vrai que, lorsque l’on choisit ce genre de carrière, on ne devrait pas avoir besoin d’être briefées sur ce danger : nous sommes censées avoir du plomb dans la cervelle, le sens du devoir, du respect de la loi ; on n’est pas folles, on sait bien que c’est interdit. Mais un minimum de formation et de mise en garde serait le bienvenu, même si cela ne nous protégera pas de toutes les tentations. Il faudrait que l’Enap nous donne des exemples concrets qui permettent de réaliser que cela n’arrive pas qu’aux faibles. Après tout, le coeur a ses raisons que la raison ignore, non ? Il faudrait nous proposer des solutions, comme d’en parler au directeur ou aux collègues avant la catastrophe. Nous préciser que l’on peut changer de bâtiment, de prison. Que ressentir de l’amour ou de l’amitié pour un tueur ne fait pas de nous un mauvais agent, un paria. Malheureusement, celles sur qui cela tombe se voient comme des brebis galeuses et n’osent pas s’épancher. Il est déjà si dur, dans la vie civile, de dire qu’on aime un détenu, alors chez nous, vous imaginez ? ».

L’Administration pénitentiaire jure tout mettre en oeuvre pour que de telles situations ne puissent se produire. Il y a d’abord le strict examen du parcours personnel de ses recrues, des entretiens réguliers associés à une vigilance permanente durant l’exercice de leur métier. Voilà pour le discours officiel, et ne doutons pas un instant de sa sincérité. Mais entre le contrôle rigoureux par l’AP et la réalité du terrain (hommes et femmes en vase clos), il existe une donnée que la bureaucratie semble ignorer : le facteur humain et ses mystères insondables. « La meilleure volonté du monde n’empêchera jamais deux individus de s’aimer », résume un psychiatre du pôle de santé mentale des détenus à Lyon.

L’attirance n’est d’ailleurs pas forcément sexuelle. Il est fréquent que des geôliers apprécient leurs pensionnaires au point d’accomplir envers eux de petits gestes sans conséquence : du rab au souper, un livre prêté, un échange verbal plus nourri que d’ordinaire. " Normal, confirme Annie. On n’a pas obligation de bouger, comme, par exemple, les magistrats. Si l’on veut servir vingt ans dans la même taule, personne n’y trouve à redire, à condition que nos évaluations soient positives. Donc, nous côtoyons des longues peines pendant dix, quinze ans,et les relations se transforment. On les connaît par coeur, ils s’habituent à nous, se confient, on blague. Il se crée une forme d’intimité..."

Extrait de "L'amour (fou) pour un criminel", de Isabelle Horlans, publié aux éditions Cherche-Midi, 2015. Pour acheter ce livre, cliquez ici.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
vangog
- 15/07/2015 - 21:37
Et si elle commençait par apprendre à écrire français?...
ENAP, CPIP3, AP???? Faut-il aller sur d'autres sites internet pour déchiffrer ce que nos journaleux "modernes" (sic) ont du mal à écrire en français courant? Le problème semble être une difficulté plus grande, en régime socialiste, à sortir de l'enfance et à s'émanciper des dépendances. La culture de l'irresponsabilité semble en être la cause dans ces écoles de la pénitentiaire...rien à voir avec un enseignement insuffisant. Indiquer à des femmes-enfant qu'elles ne doivent pas succomber à leurs prisonniers ne serait qu'une incitation supplémentaire à la transgression que la vie socialiste ne les autorise plus à faire naturellement.