En direct
Best of
Best of du 19 au 25 septembre
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Yannick Noah se fait plaquer; Julien Doré réfléchit à l'adoption d'un enfant avec Francis Cabrel, Jean Dujardin & Nathalie Péchalat en attendent un 2éme: Kanye West pense être le Moïse du peuple noir, Carla Bruni que Nicolas S. écrit comme Balzac

02.

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

03.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

04.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

05.

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

06.

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

07.

"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé

01.

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

02.

Un militant communiste assassiné à Saint-Ouen *

03.

Comment les industries pétrolières nous ont fait croire que le plastique serait recyclé

04.

Séparatisme : LREM pris dans les phares de la voiture de l’islam politique

05.

Journée mondiale d’Alzheimer : comment nos rythmes de sommeil peuvent prédire le moment de l'apparition de la maladie

06.

Ce que la dernière photo prise par la NASA nous révèle de Jupiter

01.

Névrose collective : l’Europe pétrifiée face à la crise des migrants qui se noue à ses portes

02.

"L'islam est la religion avec laquelle la République a eu le moins de problèmes dans l'Histoire". Là, Darmanin en fait un peu trop

03.

Édouard Philippe ou le vrai-faux espoir de la droite : radioscopie d’un malentendu idéologique

04.

Nouvelles mesures face au Covid-19 : Gribouille gouvernemental à la barre

05.

J’aime les sapins de Noël : je suis un facho

06.

Emmanuel Macron, le président sans parti : pas (nécessairement) de quoi perdre 2022 mais mauvais coup garanti pour la démocratie

ça vient d'être publié
pépites > International
Jeter l'éponge
Liban : le Premier ministre désigné renonce à former un gouvernement et démissionne
il y a 2 heures 54 min
pépite vidéo > Insolite
Les joies du télétravail
Argentine : un député embrasse le sein nu de sa femme en pleine visioconférence
il y a 3 heures 33 min
pépite vidéo > International
Tragédie
26 morts dans le crash d’un avion militaire en Ukraine
il y a 4 heures 59 min
pépites > Politique
Polémique
Eric Zemmour condamné pour injure et provocation à la haine
il y a 5 heures 54 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Une bête aux aguets" : un roman dément et addictif

il y a 7 heures 10 min
décryptage > Europe
Crier au loup

Lutte contre la montée de l’extrême-droite : pourquoi l'Allemagne multiplie les gesticulations sans se poser les bonnes questions

il y a 10 heures 46 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Les aidants, ces acteurs clés du quotidien auprès des plus fragiles face à l'explosion de la dépendance

il y a 10 heures 57 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

OPA sur la droite : le pari risqué de Marion Maréchal

il y a 10 heures 58 min
décryptage > International
Accord global

Derrière aujourd'hui, il y a demain (Proverbe Libyen)

il y a 11 heures 4 sec
décryptage > Société
Urgence

10 000 morts dans les Ehpad dans une quasi indifférence générale : voilà pourquoi les racines de notre manque d'empathie envers les seniors sont profondes

il y a 11 heures 1 min
pépites > France
Enquête
Attaque à Paris : le suspect "assume son acte" et pensait attaquer Charlie Hebdo
il y a 3 heures 21 min
pépite vidéo > Politique
Pathétique
"Olivier véreux de mes c***lles" : Jean-Marie Bigard insulte le ministre de la Santé
il y a 4 heures 45 min
light > Culture
Figure de la droite
L'écrivain et polémiste Denis Tillinac est décédé
il y a 5 heures 23 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Les 100 plus belles planches de la bande dessinée" : La BD est un art qui vaut le détour !

il y a 7 heures 4 min
décryptage > Terrorisme
Menace diffuse

Attaque près des anciens locaux de Charlie Hebdo : un suspect au profil très atypique

il y a 9 heures 25 min
décryptage > Société
Et Dieu (Jupiter) créa l’homme

Emmanuel Macron s’est souvenu qu’il avait une mère et un père

il y a 10 heures 55 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Comment le chef de l'Etat Emmanuel Macron a jonglé avec les libertés fondamentales lors de son quinquennat

il y a 10 heures 57 min
décryptage > International
Influence des activités humaines

Incendies en Californie : ce dérèglement climatique qui a décidément bon dos...

il y a 10 heures 58 min
décryptage > International
Urgence énergétique

Liban : aussi une urgence énergétique géopolitique

il y a 11 heures 21 sec
décryptage > Environnement
Rendement

Un rapport officiel allemand souligne que l’agriculture biologique n’est absolument pas plus durable que l’agriculture conventionnelle

il y a 11 heures 1 min
© Reuters
Le “goshting” consiste à disparaître pour éviter la confrontation.
© Reuters
Le “goshting” consiste à disparaître pour éviter la confrontation.
Je suis là, je ne suis plus là

Disparu sans laisser “d’adresse” digitale : le ghosting ou la rupture 2.0

Publié le 17 juillet 2015
Le “goshting”, littéralement tiré de l’anglais “fantôme”, consiste à disparaître pour éviter la confrontation, dans le cas d’une rupture sentimentale par exemple. A l'ère du tout-numérique, ce phénomène prend de l'ampleur, lié aux nouvelles technologies, et révèle les nouveaux codes sociaux de notre société.
Michaël Dandrieux
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Michaël V. Dandrieux, Ph.D, est sociologue. Il appartient à la tradition de la sociologie de l’imaginaire. Il est le co-fondateur de la société d'études Eranos où il a en charge le développement des activités d'études des mutations sociétales....
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Le “goshting”, littéralement tiré de l’anglais “fantôme”, consiste à disparaître pour éviter la confrontation, dans le cas d’une rupture sentimentale par exemple. A l'ère du tout-numérique, ce phénomène prend de l'ampleur, lié aux nouvelles technologies, et révèle les nouveaux codes sociaux de notre société.

Atlantico : Le “goshting”, littéralement tiré de l’anglais “fantôme”, consiste à disparaitre pour éviter la confrontation, dans le cas d’une rupture sentimentale par exemple. Ce phénomène est-il nouveau ?

Michael Dandrieux : Dans le champs de la culture humaine, il n’y a pas ou peu d’inédits. Par contre, nous renouvelons perpétuellement les anciens thèmes racontés par les siècles. Dans ces renouvellements il y a toujours des formes surprenantes. Le “ghosting” auquel vous faites référence est la réactualisation d’un ancien thème, qui pourrait être le thème des mystes. Les mystes sont ces détenteurs d’un secret, d’un non-dit, d’une chose cachée et tenue à l’écart de l’homme de la rue. Étymologiquement, le “upsilon” des “mystes” est le “y” de mystères, mais aussi le “u” que l’on retrouve dans “muet”, et dans l’anglais “mute”, c’est-à-dire quelque chose que l’on a tû, que l’on écarte des oreilles des autres. Le ghosting est une manière de se retirer de la prononciation, de s’extraire du discours social.

Mais avec une variation : il renvoie immédiatement à la question du corps. Du corps présent, et du corps absent. Dans votre question, vous parlez immédiatement du contexte amoureux : c’est celui dans lequel le corps est toujours en perspective : perspective du toucher, de la fusion, du dégoût, du frôlement… Il n’y a pas des milliards de formes archétypales où le corps s’exprime (par sa présence ou par son retirement). Le lecteur de Barthes le sait : on se sent un peu violé en lisant les Fragments du discours amoureux, qui est un livre qui parle si intimement de nous alors qu’il parle en réalité du tout-à-l’avenant. Mais on peut toujours trouver des configurations nouvelles.

Le “ghosting” est ainsi une manière de retirer son corps du discours social. De devenir le seul capable de parler de lui, de priver les autres d’agir sur lui, de faire de soi un secret pour l’autre. D’un côté c’est la preuve d’une force de caractère : on se retire d’un courant qui, pourtant, exprime du désir pour nous. D’un autre, c’est très commode : on tait aussi, presque magiquement, les voix de ceux qui ont quelque chose à nous dire.

A l’ère du tout-numérique, où on peut facilement suivre la vie d’une personne sur les réseaux sociaux, ou la contacter à tout moment par internet, est-ce que phénomène est amplifié ?

Le soi a toujours été une sorte de commodité, un bien d’échange. C’est la question de l’intimité qui se joue ici : où mon intimité commence-t-elle, qu’est ce que j’accepte de montrer de moi pour trouver ma place parmi mon époque ; et qu’est ce que je retire du marché courant, qu’est-ce que je me réserve. Cette dernière partie de nos vies est touchée par quelque chose de sacré. Sa valeur grandit. Elle devient comme de l’or. Nous la gardons jalousement comme le dragon. C’est toujours un bien d’échange, mais avec un tout petit nombre d’élu(e)s. A un moment de l’histoire où nous sommes obnubilés par la question de la relation, le soi est plus que jamais le centre d’un commerce. Un commerce des affects, un commerce amoureux, un commerce de l’égo. En conséquence de quoi, il nous arrive parfois d’emprunter un peu à la tirelire de l’intimité sacrée, pour habiller telle ou telle transaction sociale. On vend de la pudeur.

 

Notre cerveau est plastique, il s’adapte à nos expériences. L’usage du numérique, le zapping permanent, va-t-il formaté notre cerveau à adopter ce type de comportement ?

Je dirais, plutôt la culture. Par exemple, en ligne, nous pouvons fermer tous les accès extérieurs à ce que nous considérons intime. C’est une intimité sur laquelle nous avons de la maîtrise, ça c’est nouveau. Lorsque vous évoluez dans une discussion avec votre corps, vous évoluez aussi avec tous les dangers de l’humain : “les bruits et les odeurs”. Il faut faire avec. On ne choisit pas tout, on ne “cure” que dans une certaine mesure notre personnalité lorsque le corps s’exprime. En ligne, nous avons pu nous imaginer, étrangement, que l’intimité était une question personnelle, et que notre personnalité était une construction intime. En réalité, ce que l’on a bien vu lors du passage de MySpae à Facebook, c’est que les échanges sociaux, numériques ou pas, ne sont pérennes que lorsque notre personnalité est le résultat de nos choix, et d’une sorte de petit démon social, qui contrefait, qui ajoute, qui raille, qui embellit. Sur Facebook, cela s’est vu lorsque nous avons été capable de tagger des gens sur les photos. Nous ne sommes plus uniquement celui que nous voulons montrer, mais aussi celui qui apparaît dans la vie des autres. Nous pouvons avoir oublié que cette intimité sociale existe, où on ne peut pas empêcher les gens dans la rue de voir à travers ce que nous voulons leur montrer, de nous “dévisager”.

Quelles sont les motivations de la personne qui “ghost”, qui disparait ? Le numérique rend-t-il pervers ?

Retrouver de monde étrange de sécurité qui est la ronde des mystes. Clore le cercle — trop vaste, et dons les limites sont le monde — qui a fait de chacun de nos tweets un enjeu déchirant où se lira la reconnaissance, l’amour que nous recevons de nos pairs, la confirmation que nous vivons correctement cette vie-ci…

Dans un autre contexte, et plus d’un siècle dans le passé, Durkheim parlait d’un “mal de l’infini”, d’une souffrance qui venait d’une absence de règles, de bornes, de cadres sociaux, et qui pouvait aboutir à conclusion que l’on sait. Le discours qui porte notre voix, mais aussi le discours que les autres font de soi est permanent (“que l’on parle de nous en bien ou mal…”). Si le “ghosting” est une perversion c’est en son sens premier : une “autre voie”. Et ce serait une voie de contrition, une manière d’exclure, de borner, de couper, d'ôter, de taire, de trancher, au sein de la conversion digitale exponentielle. Cela peut aussi témoigner de dispositions psychologiques et de tous les motifs du monde, qui vont de la vengeance au mépris en passant par l’obsession ou simplement le désir de retrouver la sainte paix magique qui préexistait à celui ou à ceux qui nous ont apporté la peste.

Comment réagit en général la personne qui subit le “ghosting”, ce type de comportement ? Est-ce plus douloureux qu’une rupture en face à face ?

Si vous nous remettez dans le cadre d’une relation amoureuse, oui, cela peut être insupportable. Il y a un épisode d’une série anglaise très maline, Black Mirror, qui en raconte les détails. Il y a une injustice à ce qu’une personne dispose des moyens techniques pour nous murer à l’extérieur de sa vie, parce qu’en perdant l’accès à l’autre, nous perdons aussi la possibilité de pardonner et d’être pardonné, ou tout simplement de mieux faire, voire de comprendre ! Le silence qui vient de se faire n’est pas le silence sain, le silence peuplé de l’analyse. C’est un silence suspect, un silence d’obfuscation. Mais je peux vous proposer une comparaison. Elle n’est pas de moi. Cette expérience qui est celle de l’amoureux isolé ressemble un peu à celle de l’enfant qui caresse un chat. A un moment, le chat s’en va, odieux, magnifique, souverain. Le romantisme multiplie et chante les caractères de la chose qui se soustrait à notre main. Mais c’est ainsi. Les réseaux sociaux nous ont appris qu’on pouvait toujours “googler”, “suivre”, “être amis” avec telle ou telle figure de notre passé. Mais c’est une expérience de la vie que se voir retirer arbitrairement tel trésor que nous avions investi de grands pouvoirs, telle puissante merveille convoitée. Insupportable pour le trentenaire vexé dont les textos restent lettre morte. Rien de nouveaux pour l’enfant qui a appris à regarder partir les chats.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (1)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
ISABLEUE
- 15/07/2015 - 14:19
ON PERD SON PORTABLE
et on perd aussi des tonnes de numéros..
Je connais quelqu'un qui recherche son père.....