En direct
Best of
Best of du samedi 2 au vendredi 8 novembre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

ça vient d'être publié
Surprise !
Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant
il y a 13 heures 5 min
pépite vidéo > Santé
(Grosse) révolution
Une société française annonce pouvoir détecter la bipolarité avec une simple prise de sang
il y a 14 heures 13 min
pépites > Politique
Too much ?
LFI demande l'ouverture d'une commission parlementaire sur "l'indépendance du pouvoir judiciaire"
il y a 15 heures 11 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Journal d'un amour perdu" : Voyage dans l'intimité du deuil d'un colosse de la littérature

il y a 17 heures 47 min
light > Santé
Veggie mania
Burger King cède à la tendance vegan et lance son premier veggie Whopper
il y a 18 heures 44 min
pépites > Politique
Hospitalisation
Etats-Unis : Jimmy Carter hospitalisé après plusieurs chutes
il y a 20 heures 6 min
décryptage > Politique
L'art de la punchline

Un 11 novembre en tweets : Jean-Sébastien Ferjou en 280 caractères

il y a 21 heures 17 min
décryptage > Santé
Bonnes feuilles

Levothyrox : le combat des associations pour obtenir la vérité

il y a 1 jour 8 min
décryptage > Politique
Bonnes feuilles

Le 10 mai 1981 : un jour maudit pour la droite

il y a 1 jour 8 min
décryptage > Société
Ras des pâquerettes ?

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

il y a 1 jour 9 min
light > People
Karma ?
Pete Doherty condamné à 3 ans de prison avec sursis, 2 ans de mise à l'épreuve et 5000 euros d'amende
il y a 13 heures 34 min
light > Culture
Mauvais augure
Plus de promotion pour J'accuse, le nouveau film de Polanski
il y a 14 heures 43 min
pépites > Europe
Opération conjointe
Blocage de l'autoroute A9 par des indépendantistes espagnols : la France et l'Espagne tentent de les déloger
il y a 16 heures 28 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"La dame de chez Maxim" : Cette dame d'autrefois nous met toujours en joie

il y a 17 heures 53 min
pépites > International
Débordements et violence
Hong Kong : un manifestant blessé par balle et un homme brûlé vif lundi 11 novembre
il y a 19 heures 29 min
décryptage > Economie
Mêmes causes, mêmes effets ?

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

il y a 21 heures 11 min
décryptage > Santé
Techno-Masochisme

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

il y a 21 heures 51 min
décryptage > Economie
(Petite) révolution

Révolution dans la Silicon Valley : les investisseurs américains veulent des entreprises rentables maintenant et pas uniquement des licornes en croissance

il y a 1 jour 8 min
décryptage > Politique
Malédiction

Guillaume Tabard : « La droite devrait s’inspirer de François Mitterrand pour faire renaître LR »

il y a 1 jour 9 min
décryptage > Economie
Commerce et stratégie

Amorce de détente : mais que veulent vraiment obtenir les Etats-Unis de la Chine ?

il y a 1 jour 10 min
Anniversaire de la mort d'Arthur Rimbaud

"De Rimbaud, les auteurs actuels ne retiennent que l'attitude"

Publié le 22 novembre 2011
Il y a 120 ans jour pour jour, Arthur Rimbaud mourrait. Il a inspiré bon nombre d'artistes... mais ceux-ci passent aujourd'hui plus de temps à travailler leur posture de poète maudit que leur œuvre, selon l'écrivain Antoine Bueno.
Antoine Bueno est écrivain et chargé de mission au Sénat. Il se produit aussi dans son seul en scène, "Antoine Bueno, l'Espoir".
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Bueno
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Antoine Bueno est écrivain et chargé de mission au Sénat. Il se produit aussi dans son seul en scène, "Antoine Bueno, l'Espoir".
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Il y a 120 ans jour pour jour, Arthur Rimbaud mourrait. Il a inspiré bon nombre d'artistes... mais ceux-ci passent aujourd'hui plus de temps à travailler leur posture de poète maudit que leur œuvre, selon l'écrivain Antoine Bueno.

Atlantico : Nous célébrons ce jeudi les 120 ans de la mort d'Arthur Rimbaud. Ce dernier correspond à la figure de l'artiste marginal, du poète maudit. Cet archétype perdure-t-il aujourd'hui ?

Antoine Buéno : Oui. En réalité c’est la figure de l’artiste romantique qui est reprise jusqu’à écœurement par les auteurs actuels, qui écrivent plus pour en avoir le statut et la posture que par réel goût de la littérature. Tout cela est un ensemble qui compose des personnages savamment stéréotypés et sérigraphiés. Cet ensemble emprunte plusieurs aspects : le look branché mais négligé, l’alcool et la drogue comme entrant dans le cadre d’un conventionnel de l’opposition… Quant au fond, à l’écriture, ces auteurs vont souvent nous raconter leur petite vie un peu merdique, leurs masturbations, le tout sous le terme plus que galvaudé d’autofiction. Ces derniers temps, nous assistons également à une prolifération d’auteurs qui, faute d’avoir de l’imagination, reçoivent l’AFP et nous font des livres sur des starlettes ou des faits divers.

Rien n’a changé dans notre époque, si ce n’est que les artistes maudits de la fin du XIXème siècle agissaient conformément à une forme d’urgence et de nécessité, au mépris de très mauvaises conditions matérielles. Aujourd’hui, ceux dont il est question sont surprotégés, ils disposent de filets de sécurité personnels ou sociaux, donc il ne reste aucun des désagréments imposés par l’exercice.

 

Le côté mal-aimé un peu surjoué s’est donc doublé d’un conformisme bobo aujourd’hui ?

Bobo je ne sais pas, mais en tout cas clairement bourgeois privilégié, favorisé, et cultivant une révolte hyper stéréotypée et totalement artificielle.

 

Faut-il être bizarre, déjanté, drogué, pour être un artiste ?

Il faut se saouler, oui. Je me rappelle d'un dossier du magazine Technikart sur la question. Ils avaient interrogé un grand nombre d’auteurs, et j’étais le seul contrexemple, le seul qui déclarait ne pas boire. Idem pour toute cette atmosphère un peu sulfureuse qui doit tourner autour de l’auteur comme garantie de sa créativité, qui est par ailleurs nulle puisque l’autofiction et les faits divers sont la négation de l’imagination ! Être artiste passe aussi par des drogues diverses et variées, potentiellement une sexualité débridée… On peut penser par exemple à Frédéric Beigbeder, qui a énormément joué là-dessus par le passé, mais ils sont très nombreux.

 

Ce côté surjoué dont vous parlez caractérisait-il déjà les artistes du temps de Rimbaud ?

Je pense qu’il y avait aussi une posture, celle du marginal. Ils se mettaient en position d’être hors la société. Quand on l’est vraiment, ce n’est pas facile à vivre. Ils ne fabriquaient pas les conditions de leur épanouissement, et peut-être qu’ils en ressentaient la nécessité pour alimenter leur œuvre. La grande différence est qu’ici on est dans un retournement complet, puisque cette posture de l’artiste marginal propulse au contraire au centre des réseaux et de la bonne société germanopratine.

 

L'artiste d'aujourd'hui prendra les habits, les atours, d’une marginalité complètement has-been, obsolète, qui en réalité correspond aux codes et attributs d’une classe dominante qui s’arroge des privilèges culturels, sans non plus endosser le fardeau des devoirs de la création.

 

Un artiste ne peut donc pas être en costume-cravate, non-fumeur, buvant de l’eau gazeuse et non-consommateur  de drogue ?

Si, par bonheur c’est possible. Prenez par exemple Jean-Marie Gustave Le Clézio : il n’est pas du tout là-dedans. Certes, il a un certain âge, il s’est fait connaître dans d’autres circonstances, mais tout de même. C’est possible.

En revanche pour avoir un succès rapide, médiatique, efficace, il faut être dans les bons réseaux, et donc avoir un certain nombre de pratiques permettant de se rapprocher des sphères d’influence. Il va falloir fréquenter des lieux parisiens à la mode comme le Montana ou le Mathis (à des heures très tardives). Là-bas on ne boit pas du jus de fraise… De même, dans les salons littéraires, ça picole ! L’alcool est le dénominateur commun minimum.

 

Ce phénomène a-t-il donné une mauvaise image, depuis le XIXème siècle, des artistes en général, et généré un processus qui continue aujourd’hui ?

En effet, des codes ont ainsi été déterminés. Mais ce n’est pas vraiment le public qui entretient cela. Parce qu’on ne parle ici que d’une petite pique de jeunes à la mode. Mais parmi les auteurs à succès actuels, beaucoup ne sont pas passés par ces codes-là. Je pense par exemple à Anna Gavalda ou Maurice Dantec (lui souscrit à d’autres codes, ceux de l’étrange et de la provocation). Il en va de même pour Michel Houellebecq, qui a la cigarette mais pas grand-chose d’autre.

Le public n’est pas responsable, ne sont à blâmer que les auteurs qui se croient obligés d’acheter toute la panoplie, ou plutôt qui pensent qu’en l’achetant ils acquièrent dans le même temps la capacité de production. C’est une confusion totale entre le fond et la forme de ce qui fait un artiste.

La démarche est souvent d’un cynisme indécent : ils pensent presque que cela va suffire. Et la société le valide !

 

Propos recueillis par Romain de Lacoste

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

02.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

03.

Les hyper riches croulent sous des montagnes de cash mais l’excès de liquidités tue leur richesse

04.

Elle donne naissance à son bébé en boîte de nuit, les responsables offrent une "entrée gratuite à vie" à l'enfant

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Petites leçons du Brexit sur ce que vivent Paris et la France aujourd’hui

07.

Drogués à la dopamine : quand les employés de la Silicon Valley se font souffrir pour le plaisir

01.

Et si l’univers était une sphère fermée ? C’est ce que pourraient suggérer des observations de l’Agence spatiale européenne

02.

Euphémisation du réel : les évidences inaudibles de Zineb El Rhazoui et Julie Graziani

03.

Vérité des chiffres : il faudrait ouvrir une centrale nucléaire par jour dans le monde pour respecter l’objectif d’émissions carbone zéro en 2050

04.

Le sondage qui fait peur sur l’état intellectuel de la fonction publique

05.

Julie Graziani : « Criminaliser les idées et les mots, c’est empêcher de réfléchir »

06.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

01.

"Islamophobie" : question choc sur une nouvelle névrose nationale

02.

Les aventuriers du bon sens perdu : ce que la tempête autour de Julie Graziani nous dit des blocages intellectuels du monde actuel

03.

30 ans après la chute du mur de Berlin, les communistes européens sont encore bien vivants

04.

Oui, nous voulons des plages islamiques !

05.

"Quand des Juifs partent c'est la France qu'on ampute" a dit Macron. Mais il a omis de préciser qui ampute…

06.

Immigration : ces éléments qui manqueront au plan du gouvernement pour espérer atteindre l’efficacité (autre qu’électorale)

Commentaires (8)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
mianne
- 15/11/2011 - 00:10
EconomERayonnement de la France au Yémen. Rimbaud devenu Rambo
La maison de Rimbaud à Aden, de style colonial britannique ( colonnades, mosaÏques, fontaines ...)restaurée à grand frais par la France pour abriter le Centre Culturel Français très prisé, inauguré en présence d'Académiciens et du biographe de Rimbaud, le poète libanais Salah Stetié, a été vendue par la France à la Banque du Yémen . Maintenant c'est devenu Rambo's Coffee House, un café minable
Septentrionale
- 12/11/2011 - 10:59
ces affamés d'images-2. sont trop pressés pour être
à leur attention
conseils du grand poète
.
dans "Une saison en enfer"
.
"Donc tu te dégages
Des humains suffrages,
Des communs élans!
Tu vogues selon...
.
- Jamais l'espérance.
Pas d'orietur.
Science et patience,
Le supplice est sûr."
Arthur Rimbaud
Septentrionale
- 12/11/2011 - 10:45
ces affamés d'images-1.
sont trop dans la recherche de la reconnaissance médiatique pour être dans une Valeur d'avenir
.