En direct
Best of
Best of du 12 au 18 octobre
En direct
Flash-actu
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

Agression sexuelle : ça s'aggrave pour Patrick Bruel ; 25 ans et toutes ses dents, Madonna a un nouveau toyboy ; Céline Dion rate son 1er concert et ne sait plus où elle en est ; Les secrets du revirement de Laeticia Hallyday

02.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

03.

Les Mormons : l'influence du cercle des conseillers d'Emmanuel Macron

04.

Privatisations : On pourra acheter des actions de la FDJ mais ça ne sera pas le loto

05.

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

06.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

01.

Emmanuel Macron saura-t-il éviter le piège tendu par les islamistes (et aggravé par les idiots utiles du communautarisme) ?

02.

Les musulmans persécutés en France ? La réalité par les chiffres

03.

Voile : toutes celles qui le portent ne sont pas islamistes, mais aucune ne peut décider seule de sa signification

04.

Les policiers arrêtent un jeune de 17 ans en pleine relation sexuelle avec une jument

05.

Omar Sy, Pascal Boniface, Rokhaya Diallo, pourriez-vous regarder la photo d'Havrin Khalaf, violée et assassinée par les supplétifs d'Erdogan ?

06.

Quand Eric Zemmour déclare que les homosexuels "choisissent leur sexualité"

ça vient d'être publié
pépite vidéo > Faits divers
Héroique
Etats-Unis : Il désarme un élève armé d'un fusil à pompe en lui faisant un câlin
il y a 10 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

Théâtre : "Sept ans de réflexion" : Une farce (un peu trop lourde) sur l'adultère

il y a 11 heures 32 min
light > Insolite
Dur à avaler
Un chef étoilé mange dans son restaurant : 14 000 euros de redressement de l'Ursaff
il y a 13 heures 46 min
décryptage > Environnement
Découvrons l'écoféminisme

"Ma planète, ma chatte, sauvons les zones humides" !

il y a 15 heures 31 min
décryptage > Economie
Experte

Esther Duflo à Bercy, vite. Mais pas comme ministre

il y a 16 heures 5 min
décryptage > France
Mauvais prisme

Pourquoi les chiffres officiels sur l’immigration ne décrivent que très approximativement la réalité française

il y a 16 heures 25 min
décryptage > France
Interdit d'interdire

Pourquoi la France devrait résister à la tentation de répondre par des interdictions à tous les défis qu’elle rencontre

il y a 16 heures 39 min
décryptage > Economie
Manque d’ambition ?

PLF 2020 : l’étonnante stabilité de la ventilation des dépenses publiques françaises à travers le temps

il y a 16 heures 50 min
décryptage > Culture
Culture

"Miroir du temps" d'André Suarès : une occasion précieuse de découvrir une pensée d’une inventivité débridée et salutaire

il y a 1 jour 5 heures
pépite vidéo > International
Ultimatum
Liban : nouvelle journée de mobilisation contre la classe politique et la corruption
il y a 1 jour 6 heures
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Vania : Une même nuit nous attend tous" : "Oncle Vania" revisité

il y a 11 heures 21 min
décryptage > Culture
Atlanti-Culture

"Le roman de la France- une histoire de la liberté" de Laurent Joffrin : Tome 1, de Vercingétorix à Mirabeau

il y a 11 heures 38 min
décryptage > Education
Tous égaux

Discriminations positive à l’entrée dans les Grandes écoles : l’égalitarisme en mode délire

il y a 15 heures 26 min
décryptage > Economie
Dépenses très privées

Petit coup de projecteur sur le classement très discret des vrais salaires des hauts-fonctionnaires

il y a 15 heures 49 min
décryptage > High-tech
La Minute Tech

Attention à vos smartphones, les cas de piratage sont de plus en plus fréquents

il y a 16 heures 16 min
décryptage > Justice
L'armée des ombres

Corse : mobilisation pour la lutte contre une mafia... qui n’existe pas

il y a 16 heures 32 min
décryptage > Atlantico business
Atlantico Business

Brexit : si vous avez aimé les deux premières saisons, vous serez passionné par la troisième

il y a 16 heures 47 min
décryptage > Politique
En même temps

Ce que la médiation Blanquer-Taché dit vraiment de LREM

il y a 17 heures 2 min
"Climate change"
Jane Fonda et Sam Waterston ont été arrêtés lors d'une manifestation pour le climat
il y a 1 jour 6 heures
pépites > Justice
Défense
Rachida Dati dénonce une "instrumentalisation" dans le cadre de l'information judiciaire dans l'affaire Ghosn
il y a 1 jour 7 heures
© Reuters
© Reuters
Secret de Polichinelle

Choc en toc : le grand bal des hypocrites autour des révélations sur les écoutes des présidents français par la NSA

Publié le 25 juin 2015
Avec
Les présidents Chirac, Sarkozy et Hollande auraient été mis sur écoute par la NSA entre 2006 et 2012, selon WikiLeaks. Des révélations sur des pratiques qui n'ont pourtant rien de nouveau, puisque Angela Merkel avait déjà subi le même sort en octobre 2013, comme des milliers de discussions téléphoniques de citoyens français.
Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français. Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002, et est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme.Michel Nesterenko est directeur de...
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Alain Chouet est un ancien officier de renseignement français. Il a été chef du service de renseignement de sécurité de la DGSE de 2000 à 2002, et est l'auteur de plusieurs ouvrages sur l’islam et le terrorisme.Michel Nesterenko est directeur de...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Les présidents Chirac, Sarkozy et Hollande auraient été mis sur écoute par la NSA entre 2006 et 2012, selon WikiLeaks. Des révélations sur des pratiques qui n'ont pourtant rien de nouveau, puisque Angela Merkel avait déjà subi le même sort en octobre 2013, comme des milliers de discussions téléphoniques de citoyens français.
Avec

Atlantico : La France après l'Allemagne ! Selon des documents de Wikileaks publiés ce mardi  23 juin par Libération et Mediapart, les Etats-Unis ont espionné les trois derniers présidents français en les plaçant sur écoute. Comment croire qu’ils n’étaient pas au courant des pratiques des services de renseignement américains ?

Alain Chouet : Depuis sa création dans les années 1950, la NSA est chargée tout à fait officiellement de l’interception à l’échelle planétaire de toutes les communications hertziennes ou filaires susceptibles de concerner la sécurité ou les intérêts nationaux des États-Unis. Il n’y a donc là rien de nouveau et encore moins de surprenant. Les seules nouveautés sont que : 1/ le développement exponentiel des communications utilisant Internet - donc un support technique - a beaucoup élargi le champ des interceptions ; 2/ le Patriot Act, dans le sillage des attentats du 11 septembre, a fourni une justification à la fois morale et juridique à ces interceptions, même si elles ne concernent que très marginalement les menaces terroristes.

Michel Nesterenko : Bien sûr qu'ils ont toujours été au courant de ce qu'ils pensaient être des tentatives américaines sur des communications officielles. Je pense qu'ils n'ont jamais pu imaginer que le gouvernement américain soit disant démocratique puisse se comporter comme un groupe de vulgaires malfrats avec les moyens en sus. C'est l'ampleur et la systématisation de l'espionnage américain qui a surpris. En plus, nos dirigeants se sont rendus compte des possibilités de chantage tous azimuts du fait de l'enregistrement des conversations familiales privées, ce qui fait que même les enfants et la famille sont devenus des cibles de choix pour les services américains. Tout cela pendant que les services allemands et français aidaient les services américains sur des sujets similaires !

"Les Américains nous espionnent sur le plan commercial et industriel comme nous les espionnons aussi", a déclaré mercredi au Figaro l'ancien directeur central du renseignement intérieur Bernard Squarcini. Malgré leurs protestations, la France et l’Allemagne espionnent-elles effectivement leurs plus proches alliés par des procédés similaires ? Dans quelles proportions ?

Alain Chouet : En matière de renseignement, il n’y a ni ami ni allié. Si tous les États du monde entretiennent, souvent à grands frais, des services spéciaux, c’est pour pouvoir s’affranchir en cas de nécessité de leurs engagements et de la légalité internationale. De même qu’aux 17e et 18e siècle les rois de France et d’Angleterre armaient des navires corsaires pour aller piller l’or des galions espagnols. Le renseignement est considéré comme un moyen d’économie puisqu’il permet d’accroître son propre potentiel au moindre coût. Tous les États qui en ont les moyens le pratiquent d’autant plus volontiers que le renseignement technique, même si il est toujours indélicat, est rarement illégal. Si quelqu’un disperse ses secrets sur les ondes ou sur le net sans prendre des mesures de protection, il ne doit pas s’étonner que tout le monde les surprenne.

Cela dit, chacun fait les choses en fonction de ses moyens. En France, le renseignement technique est mis en œuvre par environ 2 000 personnes alors que la NSA compte plus de 50 000 fonctionnaires sans compter les sous-traitants. Les petits services, comme les services français ou allemands, ont donc tendance à concentrer leurs capacités techniques sur les menaces les plus immédiates comme le terrorisme, la criminalité ou l’espionnage.

 

Michel Nesterenko : Oui, tout le monde espionne tout le monde depuis toujours. Mais cette pratique à toujours été ciblée et chacun savait à quoi s'en tenir et suivait les règles de gentleman. Mais c'est l'ampleur et la systématisation du système américain qui fausse toutes les règles. Il n'y a plus de limites. Les enfants et les familles des décideurs sont eux aussi devenus des cibles pour le Big Brother américain. Le risque sur eux va perdurer pour les 30 ans à venir si rien ne muselle l'ardeur de la NSA. Quand on sait que le gouvernement américain n'hésite pas a faire kidnapper ses cibles n'importe ou sur la planète pour faire appliquer la torture, il y a de quoi s'inquiéter. Tout cela au nom de la démocratie. On croit rêver .

Qui sont les grands acteurs de l’espionnage mondial aujourd’hui ? Quelle part les États européens y prennent-ils, et sont-ils dépassés ? Si oui, comment pourraient-ils rattraper le retard accumulé ?

Alain Chouet : L’espionnage est une affaire de moyens et de volonté politique. Les grands acteurs sont donc ceux qui conjuguent une stratégie volontariste en matière de renseignement et les moyens pour la mettre en œuvre. C'est-à-dire : en premier lieu, les États-Unis, pour assurer et conforter leur domination. Viennent ensuite les pays émergents à fort potentiel, qui ont la volonté de faire des progrès rapides et peu coûteux en matière de recherche et développement, à savoir principalement la Chine et la Russie.

Les choses sont plus contrastées en Europe entre les Britanniques, qui ont une réelle culture du renseignement dans tous les domaines, les Allemands qui ont une politique active de renseignement en matière de sécurité et de politique étrangère, et les Français qui "voudraient bien mais qui n’osent pas" et dont les politiques traitent le renseignement au mieux par la méfiance, au pire par le mépris… Puis s’indignent de constater que "l’ami américain" ne fait pas comme eux….

Michel Nesterenko : Les USA sont dans une classe à part, loin devant tout le monde, en ce qui concerne la collecte et le stockage de l'information. En ce qui concerne l'utilité de ce gigantesque effort, le doute est permis. Les Britanniques coopèrent avec les services américains pour leur avantage.

Tous les autres services, dont les Israéliens avec une stratégie beaucoup plus ciblée comme par le passé, et disposant de moyens normaux, ont une efficacité très supérieure.

Les discours auxquels nos dirigeants se livrent consistent-ils à un exercice de désinformation dont l’unique but serait de rassurer l’opinion publique, ou l'espionnage a-t-il des proportions beaucoup plus importantes ? Si oui, comment l'expliquer ?

Alain Chouet : Les politiques français redécouvrent à peu près tous les dix ans avec une intense stupéfaction à l’occasion d’une affaire plus ou moins scabreuse que l’allié américain n’est pas un bisounours et ils font une grosse colère d’ailleurs très passagère. Cette affaire, comme les précédentes, celle des Blackberry par exemple, sera vite oubliée et nos hauts fonctionnaires comme nos chefs d’entreprises continueront d’utiliser des matériels et logiciels de communication ouvertement raccordés à la NSA, et à confier leurs données confidentielles au "Cloud", qui est en fait un système de serveurs basé à 98% sur le territoire U.S. et tout à fait légalement accessible aux investigations de la NSA. Le problème est chez nous, pas aux États-Unis.

Michel Nesterenko : Nos dirigeants ne voient pas de vraies solutions à proposer à leurs concitoyens devant la menace du Big Brother américain aux moyens illimités et qui contrôle toute la technologie informatique indispensable à l'économie nationale.

Propos recueillis par Gilles Boutin

Cette article a été publié le 25 octobre 2013 et mis à jour

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (4)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
J'accuse
- 24/06/2015 - 15:57
Hypocrites pour le moins, mais plutôt faux-culs
Avant, les espions suivaient des " règles de gentleman" ? Vous n'êtes pas sérieux, M. Nesterenko ! Le respect de la vie privée, de la vie humaine ou du Droit international, n'a jamais été une quelconque préoccupation pour les services de renseignements, pas plus hier qu'aujourd'hui ou que demain. On est écœuré par ces postures politiciennes, où les dirigeants ont des mines outragés en faisant semblant d'apprendre ce que tout le monde sait. Et que dire de Wikileaks et de Mediapart qui prétendent nous révéler les secrets les mieux gardés au monde ? Aucune honnêteté et aucun courage pour dire la vérité : c'est comme ça qu'ils comptent restaurer la confiance ?
cloette
- 24/06/2015 - 13:47
donner l'asile
à Snowden, ce serait le plus classe et en même temps l'élus percutant !
zouk
- 24/06/2015 - 12:34
Le bal des hypocrites
La politique est-elle autre chose? Et quelle révélation de Wikileaks! Comme si chacun ne savait que tout le monde espionne tout le monde, alliés, c'est plus facile, et adversaires. Les "sanctions" de Ex abrupto? Peuh...., nous aussi espionnons nos alliés, réputés amis. Une maxime bien connue: 'Les Etats n'ont pas d'amis, ils ont des intérêts"