En direct
Best of
Best of du 1er au 7 août
En direct
Articles populaires
Période :
24 heures
7 jours
01.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

02.

Du glyphosate concentré utilisé comme arme chimique pour détruire une exploitation bio

03.

Pourquoi les images porno vues sur leurs smartphones pourront briser la future carrière de vos enfants

04.

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

05.

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

06.

Le télétravail va-t-il provoquer la fin de l'invulnérabilité des cadres sur le marché mondial du travail ?

07.

Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez

01.

Les éditeurs parisiens, perquisitionnés par la Commission européenne

01.

Pourquoi le Coronavirus ne repartira plus jamais

02.

Savez-vous pourquoi des centaines de "jeunes" se sont affrontés à Etampes ? Parce qu’ils étaient empêchés d’aller au bled

03.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

04.

La dégringolade de la France dans le top 10 des puissances économiques mondiales est-il purement mécanique (lié à notre démographie et au développement des pays sous-développés à forte population) ou le reflet d’un déclin ?

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

01.

Explosion de la violence en France : comment expliquer la faillite de l’Etat (puisque le Hezbollah n’y est pour rien ici...) ?

02.

Loi bioéthique : le naufrage moral de l’amendement sur l’interruption médicale de grossesse

03.

Edwy Plenel est en très, très grande forme : il assimile la police d'aujourd'hui à celle de Vichy en 1942 !

04.

La morphologie des dingos, des chiens sauvages d’Australie, a fortement évolué au cours des 80 dernières années, les pesticides seraient en cause notamment

05.

Covid-19 : ce que les bonnes nouvelles en provenance de Suède et d’Italie pourraient nous apprendre pour maîtriser le retour du virus

06.

Orange mécanique, le retour : mais que cachent ces tabassages en série pour des histoires de masques ?

ça vient d'être publié
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "Lumière noire" de Lisa Gardner, bel hymne à l'instinct absolu de survie

il y a 6 heures 31 min
pépites > France
Violents orages
Plusieurs blessés, dont deux graves, dans le funiculaire reliant Lourdes au Pic du Jer après une panne d'électricité
il y a 7 heures 20 min
light > Société
L’Amour aux temps du coronavirus
Les couples binationaux séparés par la pandémie de coronavirus vont pouvoir enfin se retrouver
il y a 8 heures 21 min
pépites > International
Violence de la catastrophe
Les explosions du port de Beyrouth ont formé un cratère de 43 mètres de profondeur
il y a 9 heures 50 min
light > Media
Loi sur la sécurité nationale
Hong Kong : la figure prodémocratique Jimmy Lai a été arrêtée, ses journaux perquisitionnés
il y a 12 heures 25 min
décryptage > Economie
Les entrepreneurs parlent aux Français

L'État, sauveur du jour, tueur du lendemain. Mr Darmanin est-ce l’image que vous voulez donner de votre mandat ?

il y a 13 heures 42 min
pépite vidéo > International
Liban
De nouveaux incidents à Beyrouth lors de manifestations, trois ministres ont démissionné
il y a 14 heures 52 min
décryptage > Economie
Baisse des prix

Le Covid-19 est déflationniste

il y a 16 heures 48 min
rendez-vous > High-tech
La minute tech
Incognito, vraiment ? Pourquoi la navigation en mode privé ne correspond pas vraiment à ce que vous croyez
il y a 17 heures 30 min
décryptage > High-tech
Fake news

Vidéos trafiquées : les deepfakes deviennent de plus en plus faciles à produire et de plus en plus crédibles

il y a 17 heures 58 min
décryptage > Culture
Atlanti Culture

"Lectures d'été" : "La Panthère des neiges" de Sylvain Tesson, le prix Renaudot 2019 vient récompenser ce très beau et rafraîchissant vagabondage philosophique sur le toit du monde

il y a 6 heures 55 min
pépites > International
Renouveau ?
Explosions à Beyrouth : le Premier ministre libanais, Hassan Diab, annonce la démission de son gouvernement
il y a 7 heures 52 min
light > Insolite
"Photo souvenir"
Allemagne : il fait un doigt d’honneur à un radar, son amende est multipliée par 75
il y a 8 heures 57 min
pépites > Santé
Pouvoir d'achat
Covid-19 : le prix des masques devrait fortement baisser à la rentrée
il y a 10 heures 13 min
pépites > Politique
Bras de fer démocratique
Biélorussie : la candidate d'opposition Svetlana Tikhanovskaïa demande à Alexandre Loukachenko de céder le pouvoir
il y a 13 heures 20 min
pépites > Terrorisme
Investigations
Attaque au Niger : le parquet antiterroriste français ouvre une enquête pour "assassinats en relation avec une entreprise terroriste"
il y a 14 heures 24 min
décryptage > Santé
Anticipation

Coronavirus : ces mesures prises ailleurs dont la France aurait grand besoin pour maîtriser une rentrée à risques

il y a 16 heures 33 min
décryptage > Politique
Disraeli Scanner

Traité d’antidiplomatie

il y a 17 heures 9 min
décryptage > International
Retour vers le passé

Le Liban sous mandat français ? Peut-être, mais est-on sûr que Macron soit de taille ?

il y a 17 heures 52 min
décryptage > France
La ruée vers l'Ouest

Quel impact des canicules sur l’immobilier ?

il y a 18 heures 7 min
© Reuters
Ce 18 juin, l'Europe commémore le bicentenaire de la défaite de Napoléon 1er à Waterloo.
© Reuters
Ce 18 juin, l'Europe commémore le bicentenaire de la défaite de Napoléon 1er à Waterloo.
18 juin 1815

Comment la France en est arrivée à préférer la défaite de Waterloo à la célébration de la victoire de Napoléon à Austerlitz

Publié le 18 juin 2015
Ce 18 juin, l'Europe commémore le bicentenaire de la défaite de Napoléon 1er à Waterloo. Des descendants d'officiers, des représentants européens et quelques souverains du vieux continent seront présents dans la "morne plaine", ainsi qu'une toute petite délégation française. Le reflet d'une curieuse interprétation de l'Histoire.
Dimitri Casali
Suivre
Vous devez être abonné pour suivre un auteur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Dimitri Casali, historien et directeur de collection, est l’auteur de plus d’une trentaine d’ouvrages historiques, notamment : Qui a gagné Waterloo ? Napoléon 2015 (6 mai 2015, Flammarion), L’Histoire de France de l’Ombre à la Lumière (Flammarion 2014),...
Voir la bio
Ajouter au classeur
Vous devez être abonné pour ajouter un article à votre classeur.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Lecture Zen
Vous devez être abonné pour voir un article en lecture zen.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Ce 18 juin, l'Europe commémore le bicentenaire de la défaite de Napoléon 1er à Waterloo. Des descendants d'officiers, des représentants européens et quelques souverains du vieux continent seront présents dans la "morne plaine", ainsi qu'une toute petite délégation française. Le reflet d'une curieuse interprétation de l'Histoire.

Atlantico : Malgré les polémiques entourant la commémoration du bicentenaire de la défaite de Napoléon à Waterloo, et notamment le refus d'une pièce d'euro la célébrant, la France enverra deux personnes sur place. On se souvient qu'en 2005, le bicentenaire de la bataille d'Austerlitz avait été boycotté par Jacques Chirac et les représentants français. On a l'impression que la défaite est plus célébrée que la victoire. Pourquoi cet étrange paradoxe dans la gestion de l'histoire napoléonienne?

Dimitri Casali : Aujourd'hui on sent que c'est l'Europe qui force la France à réagir à son histoire, à essayer d'empêcher ce refoulement chronique envers Napoléon qu'exercent les dirigeants politiques français depuis une dizaine d'année. En 2005, Jacques Chirac et Dominique de Villepin (soi-disant le chantre de l'épopée napoléonienne) ont refusé de célébrer le bicentenaire de la bataille d'Austerlitz, car ils ne voulaient pas heurter la communauté antillaise qui considère que Napoléon est avant tout un esclavagiste. A l'époque, une centaine de personnes avait manifesté sur l'esplanade des Invalides, et, face à eux, Jacques Chirac et Dominique de Villepin avaient capitulé. C'était un pur scandale quand on connaît l'importance de la mémoire napoléonienne, de sa figure pour les Français.

Napoléon est la figure tutélaire qui résume le mieux l'identité française. Or la France traverse aujourd'hui la plus grave crise identitaire de son histoire, comme l'a très bien dit Pierre Nora, et nous avons plus que jamais besoin de nos grands personnages, de nos grands héros qui doivent être donnés comme modèles à nos enfants. Napoléon a été l'incarnation de quatre valeurs qui sont absolument essentielles à l'identité française : la méritocratie, l'intégration, la volonté politique de réforme et l'honneur. Quatre valeurs que nos dirigeants politiques ont oubliées. Napoléon a incarné la méritocratie car il a construit tout son système sur le principe "aux meilleurs, les meilleures places" : un système basé sur le mérite. Pour lui, chaque fils de paysan pouvait avoir la prétention de devenir soit ministre, soit maréchal, soit cardinal. Il a fondé toutes les institutions en ce sens, que ce soit le système éducatif, le lycée, l'université, et même le bac que les jeunes passent aujourd'hui, et ce depuis 1808. Napoléon a également fondé le Conseil d'Etat, la Cour des comptes, le préfet et l'organisation interne des départements et effectué mille autres réformes indispensables … Pour ce qui est de l'intégration, il est fondamental d'expliquer que Napoléon était un petit immigré qui s'est parfaitement intégré à la culture française, qui a été bercé par Voltaire, Rousseau et par les Lumières, les mêmes références qu'on s'apprête à supprimer à la rentrée prochaine. Arrivé en France à 10 ans et demi, sans parler un traitre mot de français, il est devenu, grâce à la richesse de la culture française, plus français que les vieilles familles aristocratiques qu'il côtoyait à l'école de Brienne ou à l'école militaire de Paris. Il est l'incarnation de ces valeurs, sans oublier celle du respect de l'Etat. Quant à l'honneur et au patriotisme, ce sont des valeurs qui ont complètement disparu aujourd'hui. La Grande Armée et ses soldats étaient prêts à mourir pour leur patrie, aujourd'hui qui pourrait mourir pour la France, exceptée l'armée ? En-dehors de cette dernière, on peut se le demander. Napoléon incarne toutes les valeurs essentielles qui fondent l'identité française et qui ont fait notre grandeur et notre gloire pendant deux siècles. C'est en ce sens qu'il faut célébrer Napoléon. Aujourd'hui ce n'est pas la défaite de Waterloo que nous célébrons, c'est la France toujours victorieuse. En 2015, alors que nous sommes totalement abattus et déprimés, que nous sommes toujours classés parmi les pays les plus pessimistes au monde, que nous subissons la crise économique sans ardeur et sans volonté de se battre, la bataille napoléonienne ne se gagne plus sur les champs de bataille mais dans la guerre économique de la mondialisation. Il faut donc rallumer la flamme napoléonienne car elle montre que les Français ont des raisons d'être un grand peuple fier de son histoire. Il faut donc être fier de célébrer Napoléon en 2015, d'ailleurs, pour revenir à la bataille, on voit bien qu'on ne parle que de lui, pas de Wellington ni de Blücher. Effectivement, c'est la "chute de l'Aigle", mais c'est aussi une "défaite glorieuse", comme le dit Victor Hugo, c'est également l'occasion de commémorer un homme qui a incarné la grandeur à jamais perdue de la France

Qu'est-ce que cet épisode révèle concernant les rapports compliqués qu'entretient la France avec son passé ?

On voit bien que la France, depuis une dizaine d'années mais aussi depuis les lois mémorielles de Christiane Taubira, l'accent a été mis sur une lecture culpabilisante de notre histoire. D'ailleurs, Louis XIV subit le même traitement que Napoléon 1er, il est critiqué à l'aune de nos valeurs contemporaines, compassionnelles notamment, et on lui met sur le dos le Code noir, comme on met sur celui de Napoléon le rétablissement de l'esclavage, tout en sachant qu'en 1802, on ne le répètera jamais assez, la planète entière pratiquait l'esclavage. Se battre la coulpe est anachronique, il s'agit d'une auto-flagellation ridicule imposée par les politiques et les groupes communautaires, par exemple le CRAN, lesquels ont réussi à faire détester tout ce que les Français aimaient, et à faire aimer tout ce qu'ils détestaient.

Peut-on dire qu'aujourd'hui que la France est enferrée dans une tendance à réécrire l’histoire ? Quels en sont les risques ?

Le scandale des nouveaux programmes d'histoire montre bien qu'il existe des buts idéologiques : vouloir rayer l'histoire doublement millénaire de la France, ses racines, son héritage, lesquels passent par sa culture et son histoire. C'est peut-être un scoop que je vous livre, mais Napoléon est totalement supprimé des programmes du primaire, il disparaît en CM2. On voit bien qu'il y a une volonté d'éradiquer tous les grands personnages qui ont fait la gloire de notre pays, ces personnages un peu trop conquérants, l'histoire militaire étant totalement oubliée à l'avantage de l'histoire économique et sociale. Tout cela au nom d'une vision uniquement marxisante de l'histoire. Les tenants des nouveaux programmes, à l'instar de Nicolas Offenstadt ou de Laurence Decock, ont une vision marxiste de l'histoire de France, ils font de la politique, et non pas de l'histoire. Cela rejoint les hommes politiques qui ont laissé faire cette déconstruction nationale.

Quelles répercussions cela peut-il avoir sur la place de la France en Europe ?

Encore une fois, nos dirigeants, par leur absence à Waterloo, notamment celle de Manuel Valls ou de Laurent Fabius, montrent qu'ils n'ont rien compris à l'amour que les Français ont pour leur histoire. Les Français ont leur histoire viscéralement attachée au corps. En négligeant de célébrer Napoléon, comme François Hollande avait négligé de célébrer Jeanne d'Arc en 2012, en affirmant qu'elle était pour lui un non-sujet, on voit que les politiques creusent le fossé entre les Français, au lieu de saisir l'opportunité de tous les réunir autour de leur histoire. Nous avons eu une grande histoire, on ne peut pas la gommer, on ne peut pas gommer Napoléon, malgré sa part d'ombre qui existe. Les Européens, eux, ont tout compris de Napoléon. En Belgique ou en Allemagne, quand on parle de Napoléon on évoque à la fois sa part d'ombre et sa part de lumière. Ils ont un regard objectif et équilibré entre le positif et le négatif, il est à la fois un tyran et un libérateur héritier de la Révolution, il est double. Et c'est en ce sens que nos dirigeants n'ont rien compris, ils auraient pu s'associer à cette célébration sans perdre la  face, et au moins utiliser la figure de Napoléon pour réconcilier tous les Français, ce peuple qui compte parmi les plus désunis d'Europe. En diffusant le Code Napoléon, en bannissant la féodalité hors d'Europe, Napoléon a réussi à mettre en germe cette idée de construction européenne, même si elle contenait l'idée d'une domination française. Cette unification par le droit et par la monnaie sont les prémices d'une idée de construction européenne qui a laissé des germes importants, ceux-ci se manifesteront en 1848 dans toutes les capitales européennes avec le Printemps des peuples pour réclamer la liberté diffusée par les armées napoléoniennes lors de leurs campagnes militaires. Napoléon est donc un des pères fondateurs de l'Europe.

Les commentaires de cet article sont à lire ci-après
Commentaires (10)
Ecrire un commentaire
Vous devez être abonné pour rédiger un commentaire.
Abonnez-vous
«Vos abonnements garantissent notre indépendance»
Nos articles sont ouverts aux commentaires sur une période de 7 jours.
Face à certains abus et dérives, nous vous rappelons que cet espace a vocation à partager vos avis sur nos contenus et à débattre mais en aucun cas à proférer des propos calomnieux, violents ou injurieux. Nous vous rappelons également que nous modérons ces commentaires et que nous pouvons être amenés à bloquer les comptes qui contreviendraient de façon récurrente à nos conditions d'utilisation.
*Toute validation est définitive, vous ne pourrez pas rééditer votre commentaire.
Pourquoi-pas31
- 19/06/2015 - 13:29
On oublie un peu vite
que ce sont les prussiens du Duc de Brunswick qui marchant sur Paris ont été mis en déroute à Valmy le 20 septembre 1792. 32000 citoyens patriotes par leur ardeur et leurs cris on fait fuir l'armée régulière prussienne de 34000 soldats entrainés. Qui envahissait la France ? Napoléon n'a fait que poursuivre la lutte contre ces ennemis de la république ! Quant aux anglais, ils ne parlent que de Trafalgar. Rappelons leur CHESAPEAKE ou leur Contre-Amiral Thomas GRAVES et sa flotte composée de trois escadres a fui, la queue entre les jambes devant la flotte Française de DE GRASSE, le 5 septembre 1781. Nous devrions célébrer ces victoires et donner leurs noms à plus de monuments et de lieux publics. Soyons fiers d'être Français et honte à nos personnels politiques qui se couchent. Je vous laisse deviner lesquels.
C3H5.NO3.3
- 18/06/2015 - 19:29
Napoléon, De Gaulle...
Le futur Grand Homme de la France ne pourra être qu'un militaire.
Et donc ce sera à l'issue d'une guerre civile.
A M A
- 18/06/2015 - 18:09
Nos dirigeants n'ont rien compris.
Nos dirigeants n'ont rien compris, dites-vous? En êtes-vous persuadé? Leur attitude anti-française constante relève d'une doctrine de destruction à laquelle ils adhèrent avec la plus grande ferveur et la plus servile des collaborations..
Il est serait urgent de déterminer l'identité de la secte à laquelle ils acceptent misérablement de se soumettre pour satisfaire de bien médiocres ambitions.
Leur mépris de la sensibilité populaire pour nos grands hommes relève de l'idéologie la plus élémentaire, proche des totalitarismes du XX°siècle, et, sans vergogne et avec désinvolture ils réclament les suffrages de ce peuple fier d'être les enfants de louis XIV et de Napoléon.
Ni l'un, ni l'autre n'aurait accepter de faire des dirigeants de ceux qui se prétendent les nôtres aujourd'hui, et qui ne doivent leur émergence factice qu'aux œuvres et aux institutions de ceux qu'ils bafouent sans vergogne.
.